Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) : Un atelier de capitalisation et de clôture de 7 ans de recherche pour le développement

LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • mercredi 25 avril 2018 à 23h20min

Ce lundi 23 avril 2018 à l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) de Ouagadougou, il s’est ouvert un atelier de capitalisation et de clôture du programme dénommé 3E (Eau, Environnement, Energie). Cet atelier était placé sous le patronage du Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat qui a procédé à la clôture dudit atelier à 17h00. C’était en présence du Pr Mady Koanda, directeur général dudit institut et de la Directrice de la Coopération Suisse au Burkina.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) : Un atelier de capitalisation et de clôture de 7 ans de recherche pour le développement

Il y a 7 ans, c’est-à-dire en 2012, l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) de Ouagadougou et ses partenaires Suisses que sont l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) et l’EAWAG, donnaient le ton pour des recherches sur les questions d’accès à l’eau, à l’assainissement, à l’habitat et à l’environnement. Arrivé à son terme cette année 2018, ledit programme dénommé 3E (Eau, Environnement, Energie) est à sa phase de capitalisation.
L’objectif du programme 3E est énoncé comme suit : « La coopération scientifique pour le développement entre le 2iE et des institutions universitaires et de recherche suisses permet de renforcer leurs capacités dans les domaines prioritaires pour l’Afrique que sont l’eau potable, l’assainissement, l’environnement et les énergies renouvelables afin d’accroître le capital humain et les capacités d’innovation en Afrique pour répondre aux défis du développement du continent. »

Le programme (3E) se décline en trois (3) composantes, à savoir : 1). Recherche scientifique et formation ; 2). Appui institutionnel, diffusion des résultats et mise en réseau ; et 3). Accès aux études pour des étudiants africains défavorisés.

Le programme 3E a permis aux chercheurs d’étudier les problématiques suivantes :
Dans la composante 1 : Le cycle de l’eau à travers l’étude de l’impact des techniques culturales sur l’infiltration des eaux dans les sols ainsi que le mode de contamination et de propagation des maladies d’origine hydrique ont été étudiés afin de mieux orienter les actions tant au niveau de l’agriculture que dans la lutte pour l’ élimination des maladies d’origine hydrique.
Les questions de pollution et traitement des eaux souterraines et de surfaces contre l’arsenic et le cyanure utilisés dans les sites d’orpaillage au Burkina Faso ont connues aussi des investigations approfondies et pour finir l’impact des pesticides en agriculture urbaine ; l’amélioration des filières valorisant la biomasse énergie et les questions d’efficacité énergétique avec des habitats et des matériaux respectueux de l’environnement ont été aussi traitées et testées.

Les composantes 2 et 3 ont permis le renforcement les capacités (institutionnelles, scientifique, technique) de 2iE au niveau local, sous régional et international ainsi que l’accès à une formation de qualité a des étudiants issues de milieu défavorisés.

JPEG - 57.7 ko
Elisabeth Alansar, directrice de coopération chargée des affaires consulaires au niveau de la coopération Suisse

Pour la Directrice de la Coopération Suisse chargée des affaires consulaires au Burkina Elisabeth « l’objectif de cet atelier est de faire le point sur toute une série de recherches et de collaborations qui ont été menées au sein de 2iE en partenariat avec des institutions de recherches Suisse et le soutien financier de la coopération Suisse ».
Du propos du Pr Mady Koanda, directeur général de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) de Ouagadougou, cet atelier permettra de capitaliser en retenant « ce qui a bien marché, moins bien marché afin qu’à l’avenir, les équipes de recherches puissent mieux faire », a-t-il dit.

JPEG - 54.9 ko
Pr Madi Kouanda, directeur général de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2ie) de Ouagadougou

Les différentes publications et outils développées par les chercheurs du programme 3E sur des problématiques d’actualités telles que la pollution des eaux par l’arsenic, entre autres résultats qui seront présentés au cours de l’atelier. Pour le Professeur Koanda, ces résultats permis de comprendre et proposer des solutions durables pour faire face aux problèmes de développement que nos pays rencontres. Il en veut alors pour preuve la recherche sur l’arsenic dont l’infiltration dans les eaux constitue un grand danger pour les populations et les causes, à rechercher du côté des activités minières anarchiquement installées. Selon le directeur général, lesdits résultats vont être présentés à l’autorité dans un seul but, l’alerter.

Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat Monsieur Dieudonné Maurice BONANET (au centre) ; Prof Mady Koanda Directeur General de la Fondation 2iE (à Droite) et Madame Elisabeth Pitteloud Alansar directrice de la coopération Suisse au Burkina (à gauche).

Pour le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat dont le ministère est à la croisé de l’ensemble de ces problématique, le présent atelier fait œuvre utile car il permet nous seulement d’informer le gouvernement des résultats de recherche afin que celui-ci puisse l’intégrer dans sa politique de lutte contre la pauvreté et dans ce cas précis offrir des habitats construits en matériaux locaux, résistants avec un confort thermique qui participera à la lutte contre le réchauffement de la planète.

Le Ministre a terminé ces propos par des félicitations et ses encouragements à l’endroit du Directeur General de 2iE, ses partenaires (EPFL, EAWAG, HEIG-VD) et de remerciement à l’endroit du partenaire financier qu’il encourage à poursuivre la collaboration.

Le programme 3E (Eau, Environnement, Energie), est un programme qui a été dirigé par l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’environnement (2iE) de Ouagadougou et ses partenaires Suisses, financé par la coopération Suisse.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés