WaterAid Burkina Faso appelle à l’action en faveur de l’accès à l’eau

mercredi 21 mars 2018 à 20h31min

Le rapport de WaterAid intitulé La fracture hydrique et publié lors de la Journée mondiale de l’eau, identifie les pays enregistrant les bons et les mauvais résultats en matière d’accès à l’eau

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
WaterAid Burkina Faso appelle à l’action en faveur de l’accès à l’eau

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars, WaterAid Burkina Faso appelle la communauté internationale et le gouvernement à intervenir de toute urgence afin que les 27,6% de la population du Burkina Faso puisse avoir accès à l’eau et que personne ne soit laissé pour compte.

Le rapport de WaterAid intitulé L’état de l’eau dans le monde 2018 : La fracture hydrique s’intéresse aux pays du monde qui présentent la plus importante proportion et le plus grand nombre d’habitants n’ayant pas accès à de l’eau salubre à moins d’une demi-heure en aller-retour, ainsi qu’aux pays qui affichent les progrès les plus remarquables, et met en évidence l’écart considérable entre les riches et les pauvres en matière d’accès à l’eau.

Au 31 décembre 2016, le Burkina Faso affichait un taux d’accès national à l’eau potable de 72, 4%.

Aujourd’hui, 844 millions de personnes à travers le monde ne disposent pas d’eau salubre. Ce chiffre est plus élevé que l’an dernier, en partie parce que les personnes qui doivent marcher plus d’une demi-heure en aller-retour pour aller chercher de l’eau ne sont plus considérées comme ayant accès à l’eau, mais également en raison des pressions conjuguées de l’urbanisation, de la croissance démographique et des phénomènes climatiques violents, alliées au manque d’importance et de financement accordés à l’approvisionnement en eau.

La publication de ce rapport intervient au moment où les nations se préparent à évaluer, en juillet 2018, la réalisation de l’objectif de développement durable 6 des Nations Unies, censé garantir l’accès universel à l’eau et à l’assainissement d’ici à 2030.

Parmi les principales conclusions :
L’Érythrée, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Ouganda sont les trois pays où l’accès à de l’eau potable à proximité du domicile est le plus restreint ; l’Ouganda intègre ce classement pour la première fois cette année avec un taux d’accès de 38 %.
Le Mozambique arrive quatrième parmi les pays ayant enregistré les avancées les plus notables en matière d’approvisionnement en eau, mais reste le dixième pays au monde où l’accès à l’eau est le plus restreint. Sa capitale, Maputo, connaît actuellement de graves pénuries d’eau et se prépare désormais au rationnement.

Presque tous les pays qui ont du mal à fournir de l’eau potable à leur population affichent également un écart considérable entre les personnes les plus riches et les plus pauvres dans ce domaine. Ainsi, au Niger, seules 41 % des personnes les plus pauvres ont accès à l’eau, contre 72 % des plus riches. Au Mali, l’écart est encore plus marqué : respectivement 45 % et 93 %. En Ouganda, seules 35 % des personnes les plus pauvres ont accès à de l’eau potable à proximité de chez elles, contre 72 % des plus riches.
Si l’Inde détient toujours le record d’habitants privés d’eau potable, elle figure également parmi les pays où l’accès à l’eau a le plus progressé, touchant plus de 300 millions de personnes entre 2000 et 2015, soit quasiment l’équivalent de la population des États-Unis.

Tim Wainwright, Directeur général de WaterAid, déclare :

« Il est regrettable que près de 300 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies diarrhéiques directement liées à l’eau insalubre, à l’absence de toilettes décentes et au manque d’hygiène. Nous devons tous accorder une importance accrue à l’urgence que constitue la crise de l’eau et de l’assainissement, car les progrès actuels sont loin d’être assez rapides. »

« Cette année nous offre la possibilité d’un véritable changement. En effet, les progrès réalisés en vue de l’objectif de développement durable 6, censé garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement d’ici à 2030, seront évalués cet été par les dirigeants mondiaux réunis à New York. Nous les invitons fermement à prendre de véritables mesures, car sans eau ni assainissement, aucun des autres objectifs mondiaux ne pourra être atteint, qu’il s’agisse de réduire la pauvreté, d’améliorer la santé ou de créer un monde plus juste et plus durable. »

Dr Halidou Koanda, Directeur de pays de WaterAid Burkina Faso, déclare :

« En cette période de forte chaleur, la pénurie d’eau est un coup de semonce pour nous tous et nous rappelle que l’eau (ressource la plus précieuse dont l’accès est un droit constitutionnel au Burkina Faso) est de plus en plus menacée. Les personnes marginalisées en raison de leur âge, de leur sexe, de leur classe sociale, ou de leur handicap, ou qui vivent dans les quartiers non lotis et périphériques ainsi que les communautés rurales isolées, sont les plus difficiles à atteindre et continueront de souffrir tant que le gouvernement n’accordera pas les financements nécessaires au secteur de l’eau.

La baisse du budget de l’Etat consacré au secteur de l’eau et de l’assainissement observée cette année me donne l’occasion d’interpeller le gouvernement et l’Assemblée Nationale pour un accroissement significatif des financements du secteur afin de concrétiser l’engagement « Zéro corvée d’eau d’ici 2020 » du Président du Faso ».

Cette année, pour la Journée mondiale de l’eau, WaterAid appelle à :

La reconnaissance de la responsabilité qui nous incombe à tous de réaliser les objectifs mondiaux définis par les Nations Unies afin que personne ne soit laissée pour compte. Nous aurons tous des comptes à rendre en cas d’échec.

Une gestion responsable de l’environnement, incluant notamment la réglementation de l’utilisation de l’eau dans les secteurs agricole et industriel afin de préserver l’eau salubre et d’en garder suffisamment pour satisfaire les besoins élémentaires des communautés.
La prise en compte de l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène comme étant indispensable à la santé, à l’éducation, à la nutrition et à l’égalité des sexes. Sans eau, aucun des autres objectifs mondiaux des Nations Unies ne peut être atteint.

Une intervention urgente sur le terrain à l’échelle régionale, nationale et mondiale. L’accès à l’eau potable est un droit fondamental reconnu par les Nations Unies : les responsables politiques doivent en faire une priorité et le financer, la société civile doit aider l’ensemble de la population à défendre ses droits, et les personnes qui travaillent dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène doivent aider les prestataires de services et les gouvernants à respecter ce droit.

La mobilisation des ressources issues des taxes, des redevances et des transferts et la hausse du montant et de la proportion des aides consacrées à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, afin de combler les déficits de financement. Il s’agit également de veiller à ce que les institutions soient correctement administrées et tenues de rendre des comptes afin que l’argent soit utilisé à bon escient, ainsi que de promouvoir des politiques favorables aux pauvres et aux personnes marginalisées afin d’assurer l’accès à l’eau pour tous.
Pour plus d’informations, consultez www.wateraid.org
Lien pour lire le rapport , allez sur https://wateraid.sharepoint.com/sites/19zcjvwh/Media%20Report/Forms/AllItems.aspx

Nous vous invitons à répondre à un sondage en ligne sur la plateforme du Présimètre au : www.presimetre.bf

/FIN
Pour obtenir de plus amples informations ou organiser des entretiens, veuillez contacter :
Roch W. OUEDRAOGO, Manager Communication et Appui aux Organisations de la Société Civile , rochouedraogo@wateraid.org ou sur +226 25 37 41 70 .

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés