Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo : Moussa Ouédraogo, nouveau Docteur en Chimie des matériaux

LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • mardi 9 janvier 2018 à 15h00min

Le cercle des Docteurs formés au Burkina continue de s’agrandir. Dans la matinée du lundi 8 janvier 2018, à l’Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, Moussa Ouédraogo a soutenu sa thèse de Doctorat unique en sciences appliquées, spécialité Chimie des matériaux.

Université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo : Moussa Ouédraogo, nouveau Docteur en Chimie des matériaux

Présidé par le Professeur Raguilnaba Ouédraogo, le jury était composé du Pr Moussa Gomina, Pr Philippe Blanchard, Pr Jean Emmanuel Aubert, Dr Mohamed Seynou, Dr Mabinty Bayo et Dr Younoussa Millogo, Directeur de thèse. Ils ont tous suivi avec attention la présentation de l’impétrant Moussa Ouédraogo en quête du grade de Docteur en sciences appliquées, spécialité Chimie des matériaux. Durant 45 minutes l’aspirant a présenté le fruit de ses recherches qu’il mène depuis 2013 sur le thème : « Stabilisation des adobes par des fibres végétales ». Il s’agit en français facile de la confection des briques en terre utilisées dans la construction, le plus souvent au village.

Les membres du jury

Selon lui, l’objectif de son étude était d’optimiser la quantité de matière végétale à l‘intérieur des adobes afin de mieux utiliser les briques dans la durée. Moussa Ouédraogo a démontré à l’assistance et aux membres du jury la procédure de réalisation de la caractérisation d’une terre argileuse du Burkina Faso, précisément l’argile du village de Korsimoro. Ensuite il s’est attaqué à la caractérisation des fibres végétales qui sont des résidus agricoles (balles de riz, tiges de fonio, tiges de kenabes), de sorte à obtenir les informations. Avec subtilité, il a donc cherché à optimiser la teneur de ces différents éléments afin d’avoir de meilleurs comportement vis-à-vis du domaine de la construction.

Construire dans la durée et le confort

Le nouveau Docteur a posé pour la postérité avec les sept membres du jury

Tout en prenant en compte l’aspect mécanique (solidité dans la construction), l’aspect de la pluie qui peut éroder (ronger la paroi des murs) et l’aspect du confort (la conduction thermique), surtout que le Burkina est un pays chaud, l’impétrant par ses travaux a donc répondu à la problématique qui est comment maintenir l’intérieur confortable en temps de forte chaleur et comment conserver la chaleur en temps de fraicheur, avec ces types de briques. Des travaux de recherche qui ont fait l’objet de publications dans deux revues scientifique internationale (une troisième publication est en cours).

Après sa présentation, les membres du jury ont félicité l’étudiant pour la clarté de sa présentation, la qualité du travail, ainsi que son apport au monde de la recherche pour ce qui est de son thème. Des questions ont été posées, des remarques et suggestions faites par les juges plus de deux heures durant à celui qui enseigne déjà à l’Université Nazi Boni, auprès de son Directeur thèse. C’est suite à cette phase de question et après une heure de délibération, que le président du jury a proclamé les résultats. Moussa Ouédraogo a été reçu dans le grade de Docteur, option sciences appliquées, spécialité Chimie des matériaux avec la mention Très honorable.

Dr Moussa Ouédraogo (à gauche), posant avec son Directeur de thèse, Dr Younoussa Millogo

Naturellement, c’est avec grande joie que le Directeur de thèse, Dr Younoussa Millogo, Maitre de conférences en Chimie de matériaux à l’Université Nazi Boni de Bobo Dioulasso a vu son premier étudiant accepté dans le grade de Docteur. Lui-même, il y a bien des années a été le premier étudiant du Pr Raguilnaba Ouédraogo, président du jury et a soutenu en son temps sa thèse un 8 janvier également. Tout comme ses collègues chercheurs, il a trouvé que le travail est de bonne facture et permet de résoudre une problématique au Burkina Faso qui est l’utilisation des matériaux locaux de construction. « Je suis content du travail.

Dans un jury de thèse, il y a toujours des problèmes qu’on soulève. La thèse n’est pas la finalité de la recherche, c’est le début. Donc il ne doit pas dormir sur ses lauriers et doit prendre en compte ces critiques objectives », a-t-il lancé au tout nouveau Docteur. Bien que la recherche relève du sacerdoce, le maitre de conférence Millogo n’a pas manqué d’inviter les jeunes à se jeter à l’eau, bien sûr avec l’accompagnement de l’Etat par des bourses.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés