Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • vendredi 9 octobre 2020 à 19h46min
Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

Après quatre ans de détention pour Sophie Pétronin et six mois pour Soumaïla Cissé, les deux célèbres otages du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) du Nord Mali sont libres depuis jeudi 8 octobre 2020. Et comme à l’accoutumée, le coût de la rançon restera longtemps encore un secret jalousement gardé dans certaines officines proches des négociateurs. En attendant, c’est la peur au ventre pour certaines populations dans cette zone essaimée de djihadistes.

Les deux otages sont libres, mais l’information officielle qui a fait remarquer que cela l’a été en contrepartie de la libération de 200 prisonniers, dont des chefs djihadistes, a retenu plus d’une attention. Surtout du côté de Ouagadougou, lorsque des sources affirment que certains de ceux qui avaient attaqué l’hôtel Splendid, le café Cappuccino et le maquis Taxi Brousse le 15 janvier 2016 en font partie.

Cette attaque, faut-il le rappeler, a été perpétrée le vendredi 15 janvier 2016, peu avant 20heures, et a occasionné selon le décompte, la mort de 27 personnes, et fait plus de 150 blessés. Cette attaque qui touchait le Burkina de plein cœur, avait été revendiquée par Al-Mourabitoune, une branche djihadiste affiliée à AQMI. AQMI, ceux-là mêmes qui détenaient les otages et qui ont pesé de leur poids pour obtenir la libération de certains des leurs.

De savoir que des commanditaires de cette attaque ont été élargis en contre partie de la libération des célèbres captifs du septentrion malien, cela suscite la hantise d’une certaine frange de la population ouagalaise, et par-delà, la peur des populations des régions sahéliennes qui ont toutes les raisons de redouter d’autres attaques ciblées.

La machine G5 sahel peine malheureusement à atteindre sa vitesse de croisière, ce qui n’est pas pour rassurer ces populations en proie à ce défi sécuritaire. Un défi d’autant plus grand que ces fous de Dieu resteront encore accrochés à leurs convictions.

Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin sont libres, il faut le saluer. Reste à nos Etats à prendre les dispositions sécuritaires qui conviennent pour ne pas laisser l’occasion aux djihadistes de rééditer leurs macabres exploits.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 octobre à 20:04, par Paligba En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    N’ayez pas peur. Ceux qui sont en charge de la sécurité au Mali actuellement sont de l’école Russe. Ça veut dire ce que ça veut dire. Goita était sur le terrain, il fait partie donc de ceux qui ont contribué à l’arrestation des présumés djadistes. On ne peut pas tout dire malheureusement !

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 10:30, par Ka En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    Quel monde ? Le Burkina n’a pas fini de pleurer ses morts commis par ces punaises, et on se met à libérer ces assassins a la place de rançon pour qu’ils recommencent. Que Dieu nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 10 octobre à 11:04, par caca En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    Ne vous s’alarmez pas, le terrorisme est également une occasion de prendre sa responsabilité sur le plan sécuritaire. L’armée burkinabé compte parmi les meilleures en Afrique grâce aux efforts conjugués pour juguler le phénomène. D’après les propos rapportés de l’ex-otage française, ceux qu’on accusent de terrorisme serait un groupe de conflit politique contre l’état malien. Ils sont en guerre pour revendiquer leur droits et c’est aux chefs d’état d’étudier les causes profondes du phénomène et tirer les conséquences. Le Mali est un vaste territoire pour se scinder en plusieurs républiques. En tout cas la libération des ex-otages renforce l’idée des partisans de négociation avec les terroristes. Cependant, ce message est caduc à Ouagadougou où les maitres du pouvoir ne veulent entendre. Sinon, un certain docteur de Dijbo pourrait également connaître une liberté. A condition d’accepter les closes de contrepartie.

    Répondre à ce message

    • Le 12 octobre à 14:08, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

      ’’L’armée burkinabé compte parmi les meilleures en Afrique...’’.

      - Oui caca tu peux rêver ! Si l’Armée burkinabè de nos jours fait partie des meilleures en Afrique, alors moi je suis le Pape à Rome ! Ou bien tu ne connais pas ce que veut dire ’’meilleure’’ ou encore tu veux flatter ton égo et dans ce cas ne l’écrit pas ici. Sous la Révolution avec Thomas Sankara on pouvait le dire parce que tous les officiers et jusqu’aux soldats, tous étaient des patriotes convaincus, ne parlaient et ne respiraient que Burkina Faso. Mais depuis la corruption, la grande bouffe, l’injustice, ont infiltré les rangs. Les chefs militaires sont tous dodus et luisants aujourd’hui !! Ils ne sont plus secs et souples comme une trique comme on en a connu dans le temps.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:14, par Sacksida En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    En verite, les terroristes sont des objets ou des outils aux mains des puissances dominatrices mondiales et imperialistes dont les objectifs sont toujours le pillage des ressources economiques des pays victimes. Apres l’esclavage durant 700 ans et la colonisation de 400 ans, voila le terrorisme. Thomas Sankara disait : Nous sommes dans monde ou l’humanite est transformee en cirque, battue par des bandes armees, soumise aux violences et aux pillages. Un monde ou des nations, se soustrayant a la juridiction internationale, commandent des groupes de hors-la-loi, vivant de rapines, et organisant d’ignobles trafics, le fusil a la main. En tout etat de cause, l’Afrique progressiste et revolutionnaire doit vaillament unir ses forces et ses intelligences contre toute forme de domination et d’exploitation sans laquelle lutte, point de salut pour nos peuple. Salut.

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 06:14, par Kakou En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

      Bla bla bla toujours les mêmes sornettes !!! Pauvre mémoire de sankara , servie à toutes les sauces !!
      Depuis sankara plus rien quoi !!!???? C était un autre contexte post colonial , rien à voir avec aujourd hui
      Actuellement les français nous doivent rien après des décennies d indépendance si mal exploitées
      Je connais bien le situation économique burkinabé et de l Afrique de l ouest en générale ,, les intérêts français sont insignifiants en rapport à toutes les aides apportées, sécuritaires, fonds pour la santé , l enseignement , l agriculture ,, les matériels donnés etc .....,., alors basta les insupportables discours infantiles , les français payent des impôts pour tout cela sans compter tous les migrants africains qui vont la bas vivrent des prestations sociales sans rien faire , ou devenir des délinquants qui empoisonnent leur vie , c est ca la vérité, il faut aller la bas pour s en rendre compte ,
      alors c est a eux à nous réclamer de l argent pourquoi vous demandez rien et ne reprochez rien aux canadiens qui pillent notre or sans vergogne , aux chinois , aux libanais etc qui donne t rien en contrepartie et qui nous méprisent ??

      Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 07:21, par Decu En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    Personnellement Sophie Pétronin n’est qu’une egoiste.
    J’explique :
    Quand les attaques terroristes commencent au Mali, la France est demande à tous les resortissant étranger de quitter les zones sous occupation des jihadistes. Mais cette dame s’est entêtée a rester sous pretexte qu’elle gère son ONG. Elle a ete enlevée par la suite.
    Maintenant voyez-vous le cout de sa liberation ?
    200 Jihadistes dangereux relachés dans la natures en echange de sa liberation
    qui vont repartir fire des miliers de victimes. Des probleme diplomatique liés à la liberation des jihadistes aux frontières de l’Algerie qui se plaint. Comprenez-vous tout le bordelle que Sophie Pétronin a crée en voulant rester au Nord Mali.
    Voila pourquoi je dis qu’elle est egoiste.
    A peine libérée elle parle de retourner dans le nord du Mali ; là c’est carrement de l’inconscience.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre à 09:36, par ILBOUDO En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

    Que le FASONET corrige le terme djihadiste, ceux là ne sont pas des djihadistes c’est des térroristes ;ils veulent salir le nom de l’Islam en se disant djihadiste.Ne croyez pas de tout ce que cette femme va dire.Nous somme en guerre avec ses térroristes donc vigilence.Ils sont capable de tout .

    Répondre à ce message

    • Le 13 octobre à 12:06, par Nakoom En réponse à : Libération d’otages au Mali : La contrepartie qui inquiète

      Trop tard Iboudo. Dans nos esprits c’est du pareille au meme parce qu’ils prient le m me dieu. C’est d’ailleur hypocrite de dire que les Jihsadistes ne sont pas des terroristes et vice versa. C’est meme le Qatar et les Saoudiens qui le permettent en finançant les jihadistes qui terrorisent les populations.
      Qu’est ce u’on a foutre de comment ils veulent se faire appeler ?
      Quelle difference cela fait-il pour quequ’un se fait tuer ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés