Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

Accueil > Actualités > Opinions • Par Sayouba Traoré • lundi 28 septembre 2020 à 11h18min
Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

Chers frères ! Je n’emploie pas le mot frère sans raison. Depuis des décennies, nos deux peuples ont vécu ensemble. Un travailleur voltaïque qui épouse une belle Agni ou une belle Bété fait des enfants. Un Ivoirien épouse une Voltaïque et fait des enfants. Ces enfants se marient à leur tour et font des enfants. Puis ces petits fils se marient à leur tour et font des enfants.

Ce sont nos petits-enfants communs aux Ivoiriens et aux Burkinabè et leurs descendants que vous appelez aujourd’hui des Bouki ? Comment parvenez-vous à prendre l’un d’eux et à mesurer en lui la bonne dose de sang ivoirien et la bonne dose de sang burkinabè ?

Un Voltaïque qui vient en Cote-d’Ivoire, vient pour travailler. Rassurez-vous, ce premier travailleur connaît ses origines et tient à son village d’origine. Aujourd’hui, en Europe où je vis, mes amis ivoiriens connaissent leurs origines et tiennent plus que tout à ces origines.

Si vous leur demandez, ils vous diront que leurs enfants nés en Europe se sentent moins attachés à leurs origines africaines. Dites-moi s’il vous plaît, ce qui est valable pour un immigré ivoirien en Europe serait-il un tort pour un Africain vivant en Côte-d’Ivoire ? Et quelle fierté tire-t-on à insulter ainsi des gens sans raison valable ?

Quand les Burkinabè viennent dans votre pays, est-ce qu’ils respectent les lois de ce pays ? Est-ce qu’ils respectent les mœurs culturelles de ce pays ? Si vous répondez "oui" à ces questions, pouvez-vous me dire qu’est-ce qui permettrait à une ressortissante de la Côte-d’Ivoire de prétendre venir piétiner nos lois et nos habitudes culturelles ?

Je m’adresse à mes frères ivoiriens qui ont su garder la tête froide. Parlez à vos frères au sang chaud qui insultent tout un peuple à cause d’un malheureux incident ! Pouvez-vous soutenir que tous les 20 millions de Burkinabè étaient à l’aéroport lors de cette affaire minable ? Si vous répondez "non" à cette question, reconnaissez que vous avez maltraité la dignité de millions de personnes qui ne vous ont rien fait. Et quand on insulte quelqu’un qui ne vous a rien fait, quelqu’un qui est dans son bon droit, on se doit de présenter des excuses à cette personne. C’est ce que disent tous les préceptes de la bonne éducation.

Sayouba Traoré
Ecrivain-Journaliste

Vos commentaires

  • Le 28 septembre à 02:56, par Loulou En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Vue la façon dont le burkinabè traite à l’interne une frange de ses propres frères au prétexte de la lutte contre le terrorisme, ne soyons pas surpris du peu de considération accordée aux nôtres ainsi qu’aux institutions qui incarnent le maintien de l’ordre. Nos forces de sécurité souffrent de l’image négative véhiculée par les koglweogo et les VDP dont les vidéos de cas de crimes contre la dignité et l’intégrité humaines sont accessibles à tous sur le net.
    Nous tombons si bas collectivement, que le mépris et le rejet des autres iront en grandissant. Nous sommes desunis, pas solidaire entre nous et haineux sur le simpliste critère rétrograde de l’ethnie. On ne quémande pas le respect des autres, on l’impose par le mérite. Que nous nous fassions appeler Bouki pourrait nous saigner le cœur si nous étions irréprochable.

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 17:54, par TENGA En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Loulou, y a quoi ? SVP, gardez vos histoires de koglwéogos et vdp pour prochainement. comprend que tu doit en avoir trop sur le coeur mais ce n’est pas le sujet ici.
      merci

      Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 18:07, par TANGA En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Effectivement on ne demande pas le respect. Il est aussi vraie que quand on est propre, on ne traine pas avec des voyous nommé djihadistes,, on n’utilise pas les méthodes de djihadistes pour dépouiller le pauvre paysan. Si non, n’importe qui peut utiliser n’importe quel moyen pour vous faire parler. Si vous dite que l’on impose le respect que les autres vois donne, c’est comme cela. Chacun doit savoir que à comportement de moutons, réaction de berger.
      Que chaque bandit ou sympathisant sache ce qui l’attend si il ose ; à partir de là, chacun se tiendra tranquille.
      Vous, le jour que vous sera agressé par un bandit, dites lui d’attendre que mutuellement vous vous disiez vos droits.
      Ce qui s’est passé, ce sont des chercheurs de problèmes qui l’on envoyé pour démarrer des querelles, c’est ce que je pense. Ce sont de minables personnes à la solde de minables qui ne cherchent que des problèmes dans nos pays pour s’enrichir. Ils ne sont pas capables de libérer leurs génies pour faire et être comme ’’les grands’’.

      Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 03:57, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Bravo au grand frere Sayouba ! En effect, les internautes ivoiriens veulent en faire un grand probleme alors que la jeune dame que je respecte bien n’a pas obeit a nos lois sur les mini-jupes !
    Oui, il ya une loi sur les culottes courtes mais elle est vite tombee en desuetude, ce qui est triste mais cela ne veut pas dire que cette loi n’existe plus !
    Elle veut saisir la justice burkinabe contre les policiers, et pourtant, ils ont fait leur boulot et tres bien meme !!!!!!! Et puis les filles doivent savoir que leur demarche et mini-jupes, c’est pas tout le monde que ca enjaille !!!!!!! On est vieux pour regarder des futilites !!!!!!!! N’importe quoi !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 04:56, par Lebeau fleur En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Merci Sayouba Traoré pour cette intervention simple, limpide et pleine de sens. Les deux pays, qu’on le veuille ou non, ont une histoire presque commune. Ceux qui, aujourd’hui, dénient cela pour des raisons qui leur sont propres, et heureusement que c’est une infime partie des ivoiriens, sont tout simplement manipulés par des politiciens avides de pouvoir. Certains jeunes ivoiriens ne connaissant pas cette histoire entre les deux pays sont manipulés à souhait avec une idéologie qui tue les ivoiriens eux-mêmes et les relations entre les ivoiriens et les étrangers de façon générale. Ce qui s’est passé à l’aéroport est un incident amplifié par les adeptes de l’ivoirité et de la xénophobie. Minoritaires heureusement. Merci Monsieur le journaliste.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 06:51, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Outrage public a la pudeur, point barre ! Que cela rentre dans la cabosse des pseudo-juristes et les feministes qui tentent de defendre l’indefendable !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 06:56, par L’artiste déçu En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Mon frère Sayouba, ne te fais aucun souci pour ces insultes car tu dois te rappeler qu’il encore 35 ans un ivoirien n’avait aucune joie à prendre la route de la Haute-Volta "pour ne pas être accueilli par la poussière" !!. Viens actuellement au Burkina, on va te montrer que nos bars et petits maquis sont pris en otage par des ivoiriennes prêtes à tous "les services" pour survivre ! Par conséquent, on est tous des mendiants et quand un mendiant mange parce que quelqu’un lui a tendu la main, la bonne éducation voudrait que tu n’insulte pas cette main qui t’a nourri. Même les nouveaux appels aux génocides des étrangers (Burkinabè pour tout dire) ne nous impressionnent pas car je ne suis pas sûr qu’il y aura encore une "Opération Bayiri" et s’il doit y en avoir, elle sera valable pour les deux directions car on n’est pas certain que ces appels n’ont pas permis aux communautés concernées de bien se préparer et d’attendre les éventuels assaillants. Ce n’est pas des certitudes mais des éventualités que chaque partie doit prendre en compte. C’est le simple bon sens qui le commande ! Par conséquent, rassure Mr Sayouba, que ces insultes n’ont aucun effet sur les Burkinabe parce que nous subissons pire que ça avec les attaques orchestrées par le General Soro qui a bien donné des ordres à nos généraux putschistes afin qu’ils déstabilisent le Burkina parce que leur nouveau compatriote Blaise Compaoré a perdu le Pouvoir ! Ne t’en fais cher Sayouba, aujourd’hui les Burkinabe sont nettement au dessus de ces genres d’insultes de quelques minables citoyens larmoyants sur leur passé "d’esclavagistes" vis -à -vis des voltaiques d’autant devenus Burkinabe entre-temps ! Il bon de rêver mais les peuples qui avancent sont ceux qui savent se réveiller au bon moment. Sans rancune !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 07:14, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    - Sayouba, il fallait plutôt adresser ta lettre à ADO le fourbe.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 13:09, par Dedegueba SANON En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      ADO en aurait " froidement rit". Car je n’ai jamais vu quelqu’un qui est aussi à l’aise dans le mensonge, l’ingratitude et la cupidité qu’ADO. Il peut ne pas se sentir concerné, puisqu’il a déjà renié la nationalité burkinabè, il pourrait bien se prévaloir de la nationalité (non ivoirienne) de sa femme par exemple. A tout moment ce dioula de souche peut nous sortir une carte française, américaine ou juive, en plus des nationalités africaines qu’il aurait déjà.
      Gbagbo avait raison en parlant de vagabondage de nationalité. Je suffoque d’indignation lorsque je pense que c’est le même ADO, bien qu’ayant bénéficié de plusieurs nationalités, instaura une carte de séjour aux " étrangers "(en particulier burkinabè) en RCI. C’est encore lui qui sert de marche pied à MACRON pour saboter notre monnaie commune et qui déclare avec son sourire tordu, que l’ECO ne verrai pas de si tôt le jour ( 3 à 5 ans selon lui), donc le francs CFA, "monnaie stable et solide", a de beaux jours encore devant elle.

      Répondre à ce message

      • Le 3 octobre à 15:47, par jan jan En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

        @Dedegueba SANON, vraiment bien répondu, c’est ADO qui a gâté la situation des burkinabè en RCI. Au BF, malgré notre pauvreté, on acceptera jamais un président caméléon comme ce ADO, ce que l’on accepte pas au BF, faut pas le cautionner dans les autres pays.

        Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 19:39, par El Raz En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Kôrô Yamyélé, est ce que le whisky de Rock est bon ?

      Répondre à ce message

    • Le 29 septembre à 14:36, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Salut mon vieux Yamyele, felicitations pour votre adhesion au MPP, vous avez pose un acte patriotique !!! Bravo une fois de plus !!!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 07:57, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Les Ivoiriens doivent savoir que nos argent qui transitaient par la RCI ont ete bloques pour construire le plateau !!!!!! Egalement, nos parents travailleurs ont contribue a developper ce pays ! On ne developpe pas un pays en partant au champ avec des couvertures !!!!
    Il ya un idiot qui dit que l’aeroport est une zone internationale, donc on peut faire ce qu’on veut, dites-lui que ca n’a pas ete construit sur ses fesses, point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:14, par Jonassan En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Encore une personne qui réfléchit, une espèce rare en voix de disparition.
    Mon cher Sayouba. Ne t’offusque en aucune façon, nous sommes dans un monde en voie de perdition et y’a plus rien à faire.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:19, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Avant, les stars luttaient pour unir des pays, aujourd’hui, on constate qu’avec Facebook et autres, c’est le contraire. On se rapelle de Nahawa Doumbia une chanteuse malienne qui avait use de sa popularite pour contribuer a mettre fin a la guerre Burkina-Mali. Elle a demande une audience avec Moussa et Sankara le meme jour, des qu’elle a finit l’audience avec son president, direction Ouagadougou. Elle savait que les 2 aiment sa musique et elle a compose des chansons speciales pour chacun pour demander la paix, voila comment cette grande dame a contribue a sa maniere pour la paix entre 2 pays freres !!!!!!! Aujourd’hui, on a plein de pseudo-artistes qui ne peuvent meme pas unir des buveurs de dolo de tante Nopoko !!!!!! Un artiste doit etre un ambassadeur, un porte parole, un exemple pour les generations futures, mais non, ca passe le temps sur Facebook juste pour insulter et se balader en calecon !!!!! Merde !!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 19:20, par Roger wango En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Nahawa Doumbia ,une véritable icône,au lendemain de la guerre de Noël,un concert a été initié à ouahigouya,pour le rapprochement entre nos deux pays,ouahigouya ayant été bombardé,et Sikasso aussi ;à l’époque je jouais avec Dési et les sympathics, une heure avant le spectacle, la Diva fait une fausse couche,les fans venus en nombre crient à l’arnaque, menacent de tout casser ;les autorités sont obligé de l’amener ensanglanté ,sur un brancard,sur la scène, pour éviter que le conflit ne reprenne ; nous étions tous en pleurs,Je n’oublierais jamais son courage,car le lendemain, elle a quand même assurée son concert au stade de ouahigouya en folie.un véritable exemple de courage,et d’engagement.

      Répondre à ce message

      • Le 29 septembre à 14:04, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

        Grand merci au grand frere Roger Wango, vous avez mis la joie dans nos coeurs a travers vos musiques,, vous avez bien joue votre role d’artiste et cela dans l’humilite, le respect de l’autre sans oublier que vous avez fait decouvrir notre musique sur le plan international. Encore une fois BRAVO.

        Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:20, par Bagui FARMA En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Un bel article qui parle de la vérité et les liens qui lient ces deux peuples, ces deux nations. Franchement quand j’entends souvent les gens qui parlent ou qualifient d’autres étrangers ou je ne quoi ? Je me demande où sommes nous ? Le BURKINA FASO et la COTE D’IVOIRE ne devraient pas connaître ces divisions ; mais la politique des colonnes est venue pour repartir à des entités justes pour pouvoir nous régner et piller. C’est pas aussi si grave, acceptons mais nous devrions rester souder comme actuellement la ville d’Abidjan avec ses communes urbaines comme Abobo, Cocody, Koumassi, Treichville, Adjamé, Yopougon j’en passe. Ces communes forme la ville d’Abidjan et tous ceux qui y habitent le savent qu’ils sont tous d’Abidjan et Abidjan avec les autres villes Bouaké, San Pedro, Issia, Tanda, Gagnoa etc. forme la nation de Côte d’Ivoire. Alors peuples burkinabè et ivoiriens devrions vivre dans cet même esprit. Comme le dit cet Grand Homme Sayouba Traoré
    Ecrivain-Journaliste, nous sommes frères et soeurs qu’on le veut ou pas. Merci Monsieur Sayouba Traoré
    Ecrivain-Journaliste, pour cet écrit très capital pour les duex peuples, les deux nations.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:29, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    J’ai verse des larmes, comprenez mon emotion ! Ce sont nos propres enfants qui nous insultent car n’ayant pas recu une education adequate ou sont sous l’effet de la drogue. Oui, la RCI est devenue la plaque tournante de la drogue !

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:38, par HORUDIAOM En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    par HORUDIAOM
    L’attitude moqueuse et condescendante de l’ivoirien fait partie de son éducation à la base, si je ne m’abuse. Vous remarquerez qu’ils n’ont aucun respect pour tous les ressortissants Ouest Africains, qu’ils traitent d’ailleurs de gaou. N’est-ce pas que le vieux Houphouët lui-même dans ses airs moqueurs appelait notre pays Burkina Façon !!!! La moquerie est une étiquette collée donc aux Ivoiriens et qui les exposent dans toute l’Afrique. Vous entendez souvent dans les discussions entre Africains que ces Ivoiriens se prennent trop la tête, ils sont hautains, etc... En tout cas, vous faites bien de les interpeler. D’ailleurs il est trop tard pour diviser le Burkina et la Cote d’Ivoire, les mariages entre Ivoiriens et Burkinabè ont fait leur effet. Comme dirait quelqu’un, dans quelques années, il n’y aura plus d’Ivoiriens de souche à cause du mixage qui très ancré dans ce pays. Au Burkina, nous devrons travailler davantage à faire rayonner notre pays comme au temps de la révolution. Il y a quelques années de cela, les Togolais se moquaient des Ghanéens, aujourd’hui, les Togolais vont chercher du travail au Ghana. Excellente journée et bonne semaine à tous et à toutes.

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre à 12:50, par papa En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Loin de moi d´etre un xenephobe mais ,sincerement je n..ai jamais aime´ un Ivoirien. L.´ivoiriien est tres orgueilleux ,hautain ,et se fait toujours remarque´ quel que soit le lieu ou il se trouve . Dans la sous region tous les mauvais comportements sont attribues´ a l´Ivoirien . Voilä des brouteurs ( Ivoiriens ) qui envahissent d´autres pays etrangers et ne veulent pas voir un etranger chez eux . Nous Burkinabe avons une part de responsabilite´ de ces insultes faites aux Burkinabe, nous portons une tres grande importance a l´ivoirien de telle sorte qu´il se croit superieur au Burkinabe. Il est temps pour nous Burkinabe de changer notre comportement d´inferiorite´ vis a vis de l´ivoirien.

      Répondre à ce message

      • Le 28 septembre à 14:59, par SOME En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

        Mais non mon frere l’ivoirien est quelqu’un de correct. Ils ne veulent plus voir un etranger chez eux suite a l’evolution du pays Ils ont vu que des etrangers ont commencé a etre bien economiquement et a etre comme eux certains malheureusement ont pris peur sans raison et ont commencé a montrer du tribalisme. Objectivement la vraie cote d’ivoire est tres tolerante tout comme au burkina. C’est maintenant le tour au burkina qui commence a ne pas etre tolerant. Attention je ne dis pas pas que tolerance c’est accepter n’importe quoi !
        SOME

        Répondre à ce message

      • Le 28 septembre à 17:22, par zemosse En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

        La preuve est donnée par cet artiste burkinabe qui n’a pas trouvé mieux à invitér que cette........je n’ai pas de mots pour la qualifier.

        Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:43, par ali baba En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    merci TRAORE, belle leçon de morale. C’est très sage de votre part. Merci de contribuer a l’éducation et a la moralisation de nos frères, sœurs de part et d’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:43, par G.J-E Yanna En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Merci pour cette interpélation. Effectivement il nous faudrait travaillé simplement à depassionner les débats car nous pouvons facilement sentir que nous sommes dans une poudrière et que une seule éteincelle pourrait avoir des conséquences très regretable aussi bien pour la côte d´ivoire, le Burkina et même la sous-region. Déjà la situation est assez compliquée sur plusieurs plans.

    Et surtout à l´approche des échéanges électorales avec la décision très maladroite du Président Ivoirien sortant de suivre l´exemple de Blaise Compaoré dans la dynamique du troisième mandat, nous ne pouvons maintenant que nous "mettre à l´abri" et prier pour que les conséquences soient quelque peu atténuées. Sinon que si nous devrions veritablement assister encore à des déplacements massifs transfrontaliers pour ajouter cela aux problème déjà existants il faudrait encore beaucoup d´années et d´efforts pour que la sous-région puisse pouvoir se remettre quelque peu.

    Donc soyons tolérants et jouyons balle à terre et favoriser la fraternité et le bon vivre ensemble légendaire aux Burkinabè surtout !

    P.S. : Moi je ne perds même pas mon temps pour lire les injures acerbes. Cela ne m´apporte rien du tout. Les critiques et propositions concrètes pour améliorer sont elles toujours les bien venues.

    Excellente Journée

    G. J-E Yanna

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:43, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Une fois de plus, mes remerciements au grand frere Sayouba qui a aborde un sujet que beaucoup ne veulent pas en parler, or ce sont nos freres vivant en RCI qui vont payer les pots casses si ya pas une mise au point. Un proverbe mossi dit : "Teng pa wanda ti paag Zin tiri" !!!!!! Je suis pas tres fort en francais pour traduire !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 08:55, par Dedegueba SANON En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Hum ! Grand-frère Sayouba, tu as le mérite en homme " public" de réagir, devant ce fait divers.
    Le fait est que..., mais avant tout propos, on dit souvent que la bêtise ou l’idiotie, n’a pas de couleur ou de nationalité.
    Le fait est que dans la tête de pas mal d’ivoiriens encore, et même de nos compatriotes, demeure ce complexe de supériorité de l’ivoirien vis à vis du burkinabè. Tout se passe comme si l’homme ivoirien devenait un supplétif de l’homme blanc pour le burkinabè. Que veux tu là-bas ils sont tellement habitués à nous voir dans les plantations, ou à nous utiliser comme boy cuisiniers ou gardiens, qu’il y a comme une "castisation" du burkinabè.
    J’espère juste que ton appel sera entendu.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 09:11, par DUFOUR En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Juste parce qu’un homme d’une telle hauteur et valeur comme Sayouba TRAORE a écrit, je me permets de réagir, pour lui dire : "barka". Sinon, ceci est un épi phénomène ! Ce que cette fille ne dit pas aussi, c’est qu’elle rentrait en RCI après avoir été invitée, tous frais de séjour pris en charge, par des burkinabè pour participer à une manifestation de joie. Donc, nous considérons qu’elle a été honoré par cette marque d’attention. Mais regardez la manière dont elle remercie ceux qui l’ont honoré. Papa Sayouba, laisse seulement. Il en va ainsi de la nature humaine ! Mais c’est décevant quand même !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 10:13, par Passakziri En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    C est toujours cette affaire de petite culotte ? Ça ne mérite pas qu on s attarde indéfiniment juste parce que de petites gens sautent là dessus pour publier leur ignorance sur Facebook. Ce sont des personnes complexées qui cherchent à se faire une pub . Plus les gens réagissent, plus elles se sentent importantes . Donc le conseil que je donnerais à mes concitoyens c est d ignorer royalement de telles publications, aussi offensantes soient-elles. Est-ce que quand un âne te donne un coup de pieds tu lui réponds par un coup de pieds ?

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 10:42, par caca En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Le débat est intéressant et l’auteur de l’article mérite une félicitation. Cependant, je ne vois pas un intérêt à une réaction émotionnelle d’un individu isolé. Peut-être Mr Traoré pourrait écrire une sociologie du peuple ivoirien et du burkinabé beaucoup plus détaillée. Avec le africains je crains l’emploi du terme frère ou sœur comme dans la communauté chrétienne où la fraternité chrétienne est bafouée par l’hypocrisie. Il est vrai que le mal-être personnel et la peur de l’autre nous amené à des comportements maladroits.
    Peut-être certains compatriote burkinabé doivent aussi apprendre à vivre en acceptant la différence. Portée une culotte par une femme n’est pas non plus une exhibition du corps féminin dans l’espace publique. Aujourd’hui, il y a une évolution des traditions et la culture ne pas innée c’est une question d’éducation personnelle et sociétale. Cet incident est clos, mais il donne l’occasion au débat pour éclairer les consciences.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:10, par Nekre En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Merci au doyen pour sa contribution qui est de haute facture comme d’habitude. Il est vrai que le sujet est important (co-existence des 2 peuples) et il ne serait pas bien que quelques individus egarés viennent semer le trouble. Mais dans le même temps, je dirais au Koro de ne pas gaspiller son temps si précieux à expliquer des choses évidentes à des gens qui ont décidé pour une raison ou une autre de ne pas comprendre. Si certains de nos frères de l’autre côté avaient la possibilité de faire des commentaires sur cet écrit, ça serait encore des insultes et des commentaires dégradants. Mais attention, ces gens ne sont pas la majorité en Côte d’Ivoire, mais comme on le dit il est plus facile de salir que de laver si bien que ces quelques propos ont toujours un grand écho. Hier, j’étais heureux de lire la réaction de plusieurs frères ivoiriens sur un post sur le même sujet, mais c’était des commentaires objectifs et raisonnables.
    Comme l’ont dit certains forumistes, la moquerie est inscrite dans l’ADN de l’ivoirien, mais la différence de culture que nous avons, fait que des deux côtés on ne perçoit pas cette moquerie de la même manière. En Côte d’Ivoire, ils plaisantent sur tout et rien tandis que dans la culture du Sahelien, plaisanterie, oui, mais il y a des lignes rouges. Quand j’étais tout petit en RCI, j’entendais dire que le Burkinabè est bagarreur : c’est tout simplement dû au fait que certaines plaisanteries ne passaient pas chez nous les Burkinabés, mais nos frères avaient du mal aussi à comprendre cela.
    Il faut aussi dire que cette condescendance et cette haine anti Burkinabé a été beaucoup attisée dans les empoignades politiques avec des conséquences désastreuses.
    Ne nous laissons pas divertir par des gens à l’éducation douteuse, ivoiriens et burkinabés sont inséparables quoi qu’il advienne. J’en connais beaucoup de burkinabés mariés à des ivoiriens ou des ivoiriennes mariées à des burkinabés et qui ont suivi leur maris et enfants au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 11:36, par Yamsoba En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Merci au frère TRAORE. Personnellement je pense qu’il faut que les Burkinabé s’aiment et restent solidaires et la vie sera plus belle au Faso qu’ailleurs. Nous avons des valeurs qui manquent ailleurs et nous devons les garder jalousement. Ne soyons jamais complexer et travaillons encore plus dur pour faire rayonner notre Faso. IL y a quelques années sur le plan sportif on nous considérait pas, en 2013 et 2015 le drapeau du Burkina a flotté fièrement lors des CAN et les fanfarons et autres moqueurs se sont tuent définitivement. Nous employons des étrangers au Faso et nos écoles forment par milliers des cadres de valeurs étrangers venus de plusieurs pays. Arrêtons de nous sous estimer. Pendant que le Burkina pense à la conquête spatiale des pays tournent toujours autour de troisième mandat que nous avons fini avec. Soyons fiers et solidaires l’avenir est le seul juge. La patrie ou la mort, le Burkina brillera de jour en jour. Que DIEU Bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 12:22, par Le Pacifiste En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Cette fille devrait remercier la police qui, en la conseillant, l’a sauvée des griffes d’eventuels agresseurs de femme. Ce qui m’étonne et qui m’énerve c’est qu’il se trouve des Burkinabé qui racontent des sottises sur les policiers burkinabé. En pareille circonstance, il faut apporter un soutien indéfectible at nos braves policiers qui ont donné une leçon de vie à cette fille. c’est l’occasion aussi de dire à nos artistes d’arrêter de copier les ivoiriens par rapport à i ces célébrations d’anniversaires.IMilo le chanceux dont tout le monde a connu le début, c’était la galère.si DIeu t’a aidé à avoir un peu, ne t’amuse pas. gère ça bien. La fille en question a pris un avion pour venir à l’anniversaire de imilo.Qui a payé son billet d’avion et son hôtel ? Certainement imilo.voyez vous comme les gens changent ?et tout ça ne serait pas arrivé si imilo n’avait pas voulu faire son anniversaire comme le font les artistes ivoiriens. mon frère quitte dans ça. ça ne ressemble pas à un burkinabé, à quelqu’un qui tirait le diable par la queue.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 13:02, par Ka En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Je retrouve mon petit frère et camarade Sayouba Traoré avec ses analyses fines et subtiles d’intellectuel averti. Ici encore il nous livre une Belle analyse, impartiale et simplement citoyenne : Surtout une lettre bien pensée et bien écrite, une réflexion simple et limpide. En partageant avec joie et amertume cet écrit, je me souviens avec un Ouédraogo ministre d’un gouvernement d’Houphouët le père de la nation Ivoirienne qui ne pouvait se séparer des Voltaïques, ou un maire de Koumassi doublement mossi avec des cicatrices a trois traits profonds. Cette époque ou la Cote d’Ivoire était reconnaissante a la Volta-Volta dont la main d’œuvre bon marché de ses ressortissants développait le pays est résolu de nos jours : Et cet écrit doit être un guide a la nouvelle génération pour le vivre ensemble en Cote d’Ivoire. Je me rappelle de mon oncle chef de chantier a la scierie d’exploitation de bois par un Français à Grand Lahou qui me disait sans rigolade quand je passais des vacances chez lui en 1970, ‘’’Il n’y a pas de la haute Volta et la Cote d’Ivoire, il y a la Haute-Côte.’’’’ Les bras des Voltaïques ont fait la Cote d’Ivoire.

    Oui mon petit frère Sayouba Traoré, on comprend pourquoi tu étais parmi les premiers Burkinabé a posséder la carte des CDR Paris avec une idéologie à toi. C’est pourquoi je demande que cet écrit soit publié par toutes les presses écrites Ivoiriennes, et les sites des réseaux Sociaux d’information. Cette finesse et cette subtilité de message doit faire réfléchir ADO l’homme qui a instauré la carte de séjour pour ses frères Burkinabé, un cas pour moi et tous les Burkinabé vivants en Côte d’Ivoire, machiavélisme dangereux.

    En lisant la lettre de mon petit frére Sayouba Traoré a nos frères et sœurs de la Cote d’Ivoire, écrire a ADO comme le demande mon ami Kôrô Yamyélé sera inutile : Car, nous pouvons retenir qu’aujourd’hui,qu’ il n’y a "presque" plus de chasse aux esclaves en Afrique, car maintenant l’Africain va lui-même se jeter dans les bras des chasseurs d’esclaves, comme nos dirigeant a l’exemple d’ADO et Bédié. Tous deux, étrangers en Côte d’Ivoire : L’un mossi Alassane Dramane Ouattara venue de Sindou son village natal qui a instauré la carte de séjour pour ses frères Burkinabé, et parachuté par les bombes Françaises pour gouverner la Cote d’Ivoire Pourtant il oublie que ce sont ses mêmes frères Burkinabé qui ont fait de lui ce qu’il est de nos jours. L’autre Bédié, Ghanéen avec son ivoirité est une doctrine aussi haïssable que celle du "rattrapage", surtout quand celle-ci se mue en une "ivoirité à l’envers ?"

    Encore une fois je partage entièrement cette lettre en ajoutant simplement que les responsables au premier niveau de la chienlit de ce virement des Ivoiriens contre leurs sœurs et frées Burkinabé qui va détruire ce beau pays, ces responsables sont les trois derniers dirigeants de la Cote d’Ivoire qui doivent gouter la soupe de la CPI. Au deuxième niveau de ce qui nous arrive, est le silence des décideurs du pays des hommes intègres.

    Conclusion : En lisant la lettre de mon petit frère Sayouba Traoré, je demande au peuple Ivoirien de toutes ethnies confondues d’apprécier les gens pour leurs qualités propres, (compétence, intelligence, humanisme, puissance de travail, générosité) plutôt qu’à leur origine ethnique (réelle ou supposée) ou leur militantisme politique aveugle, stupide et alimentaire ? En la matière, Ouattara n’est pas mieux que Bédié, qui lui-même n’est pas mieux que Gbagbo, par eux, la Cote d’Ivoire est divisée. Merci a toi mon petit frère S.T.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 13:14, par elyse En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Bonjour, j’apporte tout mon soutien à la police burkinabè qui est une institution républicaine. si c’était à refaire, je vous exhorte à le répliquer.
    Pour revenir à l’artiste, j’aimerais lui rappeler qu’ une star, une vraie, dans un pays éclairé, c’est une étoile. Une foyer de lumière qui doit éclairer, enseigner des valeurs et servir de modèle à la jeune génération surtout dans un pays en développement. Mais, sous nos cieux, on a mal compris le rôle social et sociétal de l’homme du show biz dont la vie est nourrie d’extravagance à n’en pas finir et de libertinage qui infestent notre jeunesse de tout bord. Si notre séjour à l’école ne nous a pas permis de savoir que nos valeurs ne s’imposent pas à tout prix aux autres et qu’il y a une limite à tout, eh bien, les réseaux sociaux serviraient toujours à une cause cupide de l’individualité qu’à notre société de façon holistique. Elle même le sait très bien si elle ne veut pas être hypocrite : si elle se permet un certain type d’accoutrement dans certains villages de Cote d’Ivoire, les vieilles personnes ne manqueront de la lui faire savoir. FORT HEUREUSEMENT.
    cet esclavage mental de la colonisation a eu une emprise sur les mœurs et affaissé nos valeurs si bien que beaucoup de nos sœurs se croient en boîte de nuit partout. On est devenu si égaré qu’on pense que c’est celui ou celle qui ne se déprave pas comme nous qui est marginal. pauvre de nous, pauvres de ces stars d’ère nouvelle qui ont trouvé les télénovelas comme source d’inspiration et plat de résistance de leur culture ’’du tout permis’ au nom du ’’droit’’ et de la ’’liberté de pulluler le dénudement partout’’.
    Est-on vraiment sûr que les choses se sont vraiment passées tel que la comédienne ou actrice l’a expliqué ? On pourrait très bien accusé mais à l’arrivée, il n’en serait rien. Qu’elle sache qu’on laisse toujours des traces dans un aéroport. Allons seulement.
    Lorsqu’on dit être en train d’exécuter une injonction (de la police) et qu’en même temps, on filme ou qu’on démontre qu’on a la grande gueule !!!!??? J’imagine qu’elle s’est filmée elle-même tout en train de changer sa tenue. il aurait fallu dire qu’elle s’était cru tout permise et elle a trouvé plus coriace qu’elle en la personne de la police.
    En français facile, ce qui vous est arrivé(au pire des cas, je dis bien.si..), ça s’illustre en ces termes :
    ’’j’ai laissé mes cuisses dehors, et puis la police (burkinabè), à l’aéroport, m’a frappée ’’. j’imagine la réponse de tes parents ; que tu sois du Burkina ou ivoirienne......
    TOUCHE PAS A MA POLICE.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 14:58, par Georgette En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Que pouvait-on attendre de cette Eunice ???
    C’est une BUZZEUSE !!!! Elle vit de ça. Du matin au soir, elle va à la recherche du buzz, pour justifier son existence. Quoi de plus normal ???
    C’est fait à dessein, toute cette comédie. Son objectif est atteint. Ceux qui ne la connaissaient pas, eh bien, ils la connaissent maintenant et ça fait pleins de bonus pour elle. C’est pas sorcier à comprendre !!!

    Vouloir "faire son travail" est une chose, mais poussez sa cupidité, jusqu’à instrumentaliser les 2 peuples pour une question de "culotte" est indigne de l’artiste actrice et comédienne qu’elle est. Ne dit-on pas que "l’artiste est l’oeil et la conscience du peuple" ???
    Où est la conscience ici ??? C’est bien beau de présenter ses excuses après, mais son objectif n’est-il pas atteint ??? Il faut limiter vos histoires de buzz et vos légèretés honteuses à votre propre personne et à vos semblables. Laissez nos autorités et populations en dehors de vos bassesses. Une autorité reste une autorité, même dans le plus petit hameau de culture.
    Même Le plus grand artiste de ce monde se plierait aux ordres de ce " petit policier" dans l’exercice de son métier.
    Mme la Star aurait été secourue par le même "petit policier", si quelqu’un avait attenté à sa vie dans le même aéroport.

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 15:11, par Raya.lepoete En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Bonjour cher grand frère Yacouba ;
    Merci beaucoup pour votre message si riche et si instructif.
    Vous avez tout dit.
    Malheureusement, ce sont des personnes de faible esprit, de mauvaise éducation, de malformés, bref... qui s’adonnent toujours à ces jeux de dénigrement incongru. Votre message ici vient interpeller l’ensemble des ivoiriens, des autorités publiques et toute bonne volonté, d’aider leurs confrères ivoiriens à se munir de la bienséance : chose qui est la mieux partagée au monde !
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 septembre à 15:48, par Le 10 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Je disais dans mes postes sur Facebook que cette affaire était un débat de chiffonniers, un concours du plus bête, mais ça commence à prendre des proportions sérieuses quand des sommités comme Sayouba T. s’en saisissent. En réalité, pour ceux qui connaissent la CIV, toute cette excitation de leur part n’étonne guère. les gens là-bas ont trop de présupposés sur les Burkinabè qu’ils transmettent à leur condescendance et malheureusement cela ne va pas s’arrêter. Dans même souvent des discours d’officiels, on entend certaines choses. Vous vous rappelez sans doute de la vidéo qui a tourné sur les chaines de télé du monde entier où des Burkinabè interceptés en CIV sont allègrement étalés en déca de la dignité humaine, les entremêlant à des petits ruminants dans un véhicule. Apprenons à nous valoriser en tant que Burkinabè car nous disposons de beaucoup d’arguments que nous ignorons souvent !

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 01:44, par Amaru En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Pour moi qui suis Ivoirien, en lisant cette haine que beaucoup deversent ici, j’aimerais vous dire que nous les Ivoiriens sont sans complexe. Par ailleurs, Mr Traore qui note en bas de sa signature, Journaliste-Ecrivain, j avoue que votre plume est legere. J’aurais cru que ce texte fut ecrit par un eleve de 8 ans. Bref ! Vous parlez de preceptes de bonne education ? Serieux ? Connaissez vous la liberte d’expression ? et certains parlent de meurs ? Je vais pas les rendre ridicules. Ils le sont de par leurs ecrits. Mais a vous Mr. l’ecrivain, je vous conseille de vous relire. Pour le moment, je souris face a votre lettre. A tous ceux qui nous insultent (Nous Ivoiriens). je vous souhaite Bon vent dans vos vies. Nous sommes au dessus des bassaisses. Bref ! Bon Vent !

    Répondre à ce message

    • Le 29 septembre à 14:08, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Mr l’Ivoirien, pris Dieu pour que cette histoire d’argent bloque ne resurgisse pas sinon vous risquez de manger attieke sans poisson car la dette est colossale.
      Il ya plein d’argent d’ancien combattant bloque par Houphouet Boigny. Mon ami, allez-y molo molo !!!!!!!

      Répondre à ce message

    • Le 3 octobre à 11:44, par SOME En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

      Mon cher ami (et frère que tu le veuilles ou non), par ta réaction je vois que tu n’as rien compris à cet article. Je connais sa valeur morale et encore plus son niveau intellectuel. Sans te connaître je n’hésiterai pas à dire que tu as tout faux, complètement faux. Je pourrai argumenter plus mais c est pour tout simplement te dire que tu n’as pas compris (a moins que ce soit de la mauvaise foi)
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 04:17, par Atrap Le Moize En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Ma contribution à cette histoire naze est simple et courte. Si cette fille écervelée vient ici, c’est pour notre argent. Si elle veut l’argent de Bouki alors elle est elle-même Bouki. Si vous êtes vraiment des Bouki, alors à son prochain séjour ici au Faso, allez l’accueillir à l’aéroport et couchez vous pour qu’elle vous marche même dessus. Allez assister à ses spectacles. Alors à ce moment, vous monterez en grade et serez des Boukiki.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 14:20, par verite no1 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Salut, je ne comprends pas, ya quoi la RCI possede puis on a pas, je ne vois pas.
    Tu manges ton attieke, je mange mon benga, tu pars a la plage, je pars a la Guinguette, tu pars a la rue princesse, je pars sur l’Avenue Kwame Nkrumah !
    Tu bois ton bangui de Yamoussokro, je bois le dolo de tante Nopoko !!!!!!! Ou est le probleme ????? Et puis, sans le travail ardent de nos Braves parents, ma foi, ca n’allait pas etre facile hein ! Donc un peu de respect pour les Burkinabe, on insulte pas son sauveur !!!!!!
    Webmaster, j’approve et assume mes messages !!!!!
    C’est pas un Ivoirien ou un Francais qui va faire son petit malin devant moi. Si c’est dans Facebook, ca c’est autre chose.

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre à 15:35, par Le 10 En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Il faut aussi comprendre les réactions de certains Ivoiriens. Si je ne me trompe pas, en Afrique francophone, c’est la population la plus mal informée et la plus divertie. Aussi, me semble-t-il, c’est le pays d’Afrique de l’ouest le plus superficiel et le plus vendu en termes de rapports avec les anciennes puissances coloniales de 1960 à nos jours. Donc, leur nationalisme ou leur fierté d’être eux-mêmes là est sans véritable fondement.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 12:06, par DUFOUR En réponse à : Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)

    Juste parce qu’un homme d’une telle hauteur et valeur comme Sayouba TRAORE a écrit, je me permets de réagir, pour lui dire : "barka". Sinon, ceci est un épi phénomène ! Ce que cette fille ne dit pas aussi, c’est qu’elle rentrait en RCI après avoir été invitée, tous frais de séjour pris en charge, par des burkinabè pour participer à une manifestation de joie. Donc, nous considérons qu’elle a été honoré par cette marque d’attention. Mais regardez la manière dont elle remercie ceux qui l’ont honoré. Papa Sayouba, laisse seulement. Il en va ainsi de la nature humaine ! Mais c’est décevant quand même !!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Appel de Gaoua sur la qualité de l’enseignement au Burkina Faso : Trente-quatre ans après, des réalités similaires ?
Culture et démocratie : Comment concilier les deux dans le cadre de la cohésion nationale ?
Financement du cinéma burkinabè : La Grande marche à Reculons
Modification du code électoral : Me Paul Kéré dénonce un coup d’Etat contre la démocratie et la Constitution burkinabè
Lettre à mes frères ivoiriens (Sayouba Traoré)
Education : Notre système éducatif a besoin d’une profonde reforme
Aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO : Nous sommes inquiets
Journée internationale de la paix : De la nécessité d’œuvrer au respect de la dignité humaine
« Je veux débattre avec Patrice Talon » : Le constitutionnaliste, Pr Frédéric Joël Aïvo veut confronter le président à la réalité du Bénin lors de la présidentielle de 2021
Et si on parlait archives !
Un écrivain au ministre Aboul Karim Sango : « J’ai un sérieux contentieux avec votre ‘’Chargé de mission’’, Koba Boubacar Dao »
Burkina : La Parenté à plaisanterie autour de la politique agricole et de la sécurité alimentaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés