Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET • lundi 7 décembre 2020 à 14h39min
Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

De restauratrice à spécialiste et formatrice en agriculture hors-sol, le parcours d’Adjaratou Sawadogo/Sanogo est une histoire qui inspire plus d’un. Cette mère de trois enfants, technicienne hydroponiste et présidente de l’Association de l’agriculture hors-sol au Burkina, s’est lancée dans le domaine depuis deux ans. Et aujourd’hui, elle est la preuve que l’agriculture hors-sol est très rentable et peut contrer l’insécurité alimentaire. Portrait !

Si recommencer ou repartir de zéro dans la vie d’un individu est souvent une décision difficile à prendre, Adjaratou Sawadogo/Sanogo, elle, a osé le faire. Aujourd’hui, elle ne regrette pas son choix. Au contraire, Mme Sawadogo - Adja pour les intimes- est fière d’avoir pris ce risque. L’ancienne restauratrice est aujourd’hui sollicitée partout au Burkina pour assurer des formations en agriculture hors-sol.

Aujourd’hui, Adja est sollicitée partout au Burkina Faso et suscite même l’admiration des personnalités comme le « Gamdaogo » national en agriculture, le Larlé Naaba Tigré, avec qui elle partage aussi sa passion dans le domaine.

Avec cette battante, l’expression « Time is money » prend tout son sens. Lorsque vous la rencontrerez, vous comprendrez. Avec son téléphone portable qui ne cesse de sonner, il faut s’armer de patience pour échanger convenablement avec elle. Toutefois, elle est toujours disposée à partager son savoir-faire.

De l’avis de ses collaborateurs en passant par ses amis et sa famille, tous sont unanimes et reconnaissent son courage et son dynamisme pour le travail bien fait. Pour eux, Adja, comme ils l’appellent, est une femme battante et très dévouée pour les choses qui lui tiennent à cœur et ne recule devant aucun danger quand il s’agit de son travail. Certains mêmes parlent de « têtue », parce que quand elle se fixe un objectif, quoique vous lui disiez, il faut qu’elle l’expérimente elle-même avant de prendre sa décision. Coté social, Adjaratou Sanogo est aussi reconnue pour son humanisme. Car, disent-ils, elle se définit aussi par sa générosité envers les autres et elle le fait sans arrière-pensée. Mais son seul défaut, c’est qu’elle est directe, elle ne tourne pas en rond pour dire ce qu’elle pense.

En échangeant avec cette femme qui se caractérise par son dynamisme, sa douceur et son sourire, vous devenez aussi passionné de l’agriculture hors-sol. Car parler de ce domaine, c’est réveiller beaucoup d’émotions en elle, surtout quand elle se retrouve devant ses serres en constatant l’évolution de ses plantes.

Entre Adja et les plantes, c’est une histoire d’amour qui dure depuis sa tendre enfance. « Depuis toute petite, j’aimais voir les plantes pousser. Quand je plantais quelque chose, j’étais pressée de voir la plante grandir (…). Quand je touchais les plantes, ça développait quelque chose en moi et je me sentais bien. C’est ma passion mais je ne me suis pas directement engagée dans le domaine ; j’ai pris une autre route dans la restauration mais cette route m’a ramenée encore dans ma passion. Et comme j’avais l’habitude de fréquenter les marchés pour faire mes achats, j’ai remarqué qu’il y avait des ruptures de certains produits pendant certaines périodes de l’année, c’est de là que je me suis dit, pourquoi ne pas trouver un moyen de produire toute l’année ? C’est de là que c’est parti », retrace Adjaratou Sawadogo.

Partir du bas de l’échelle

En deux ans dans le domaine, elle se frotte déjà les mains. « J’ai commencé petit à petit, je n’avais même pas plus de 100 000 F CFA. Mais aujourd’hui, ça va bien et je ne vais pas le cacher », témoigne-t-elle. Son conseil pour ceux qui veulent entreprendre, peu importe le domaine, c’est d’accepter de commencer « tout petit », commencer par le « bas de l’échelle » et la qualité de votre travail parlera à votre place et vous ouvrira les portes des opportunités. « Voir grand, c’est bien, mais c’est l’objectif visé que vous devez atteindre », enseigne celle qui est également formatrice en entrepreneuriat agricole.

En écoutant son histoire vous croirez que tout est facile. Pourtant ça ne l’est pas, parce que, selon ses dires, il a fallu un travail acharné et un investissement pour se faire former avant d’atteindre cette étape. Elle le conseille d’ailleurs à tous ceux qui veulent entreprendre dans n’importe quel domaine. A leur l’intention elle a aussi laissé entendre qu’il faut toujours s’attendre à rencontrer des difficultés, parce qu’il y en aura sur le chemin. Mais l’essentiel, c’est de pouvoir les surmonter afin d’atteindre l’objectif visé.

Une solution pour l’autosuffisance alimentaire

Définie comme toute culture que l’on fait en dehors du sol, l’agriculture hors-sol est un moyen de produire n’importe quel produit agricole sans un contact avec le sol. Pour la spécialiste, c’est un type de culture où la plante finit tout son cycle normal sans un contact avec le sol, parce qu’il est remplacé par des substrats. Ces substrats sont notamment les fibres de coco, les billes d’argile, les coques d’arachide et du gravier. Avec l’agriculture hors-sol, on peut produire de la tomate, du haricot vert, de l’oignon, des fruits, etc., et la rentabilité est double. Ça vous donne quatre fois plus que l’agriculture conventionnelle, explique-t-elle. « C’est ce type de culture qu’il faut au Burkina Faso, parce que ça se pratique partout. Même chez vous à la maison, il suffit seulement d’aménager un petit espace. Notre climat est adapté, c’est un domaine promoteur et c’est vraiment rentable. Si chacun arrive à se nourrir convenablement sans trop de difficultés, on pourra alors parler d’autosuffisance alimentaire », pense Adjaratou Sanogo.

De grands objectifs

Devenue l’une des spécialistes de l’agriculture hors-sol au Burkina, Adjaratou Sanogo rêve grand pour son pays. Son souhait, c’est que les Burkinabè comprennent que c’est la solution pour produire en toute période et éviter les pénuries. Car, précise-t-elle, si la demande nationale est satisfaite, les populations ne seront plus dans l’insécurité alimentaire. « On a l’eau, un climat favorable et un coût réduit pour la production. Mon souhait, c’est que les Burkinabè retournent vers ce type de culture, qu’on arrive à l’adopter. Ensuite, j’aimerais aussi que ma lutte soit entendue partout dans le monde, surtout en Afrique. Que les gens adoptent l’agriculture hors-sol, parce que je trouve que c’est la solution », espère l’avisée en la matière. « Moi, je dis que les Burkinabè doivent nourrir les Burkinabè. Cela ne peut se faire qu’à travers l’agriculture hors-sol. Cela permettra de sortir l’Afrique de sa pauvreté et d’aller à la conquête du monde, parce que c’est ce que nous aussi, nous pouvons apporter à l’humanité », lance-t-elle.


Yvette Zongo
Lefaso.net

Pour contacter Adjaratou Sanogo : 67839405/70180330

Vos commentaires

  • Le 6 décembre 2020 à 22:10, par DF En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Merci au fasonet pour cet article. J’ai bien pris note des contacts de dame Adja que je compte rencontrer bientot !

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 07:38, par Barro En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Toutes mes félicitations à Madame Sawadogo/Sanogo pour cette belle initiative et surtout de vouloir former et partager son expérience avec d’autres personnes intéressées.
    Cette expérience pourrait aider des jeunes à commencer leur business. Les jeunes peuvent aussi faire une analyse de la chaîne des valeurs notamment penser comment organiser et en faire un business : le transport de la production, sa distribution, sa conservation, sa commercialisation et sa transformation.
    Mais la population et les autorités doivent aider en mettant en application le mot d’ordre de Thomas Sankara en « consommant ce que nous produisons et en produisant ce que nous consommons ». Il est temps que dans les réceptions officielles, qu’on ne serve que des mets locaux. C’est ce que les autres peuples font !
    Courage !
    Barro

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 09:24, par Alimata En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Bravo mme. Vous faite la fierter des femmes burkinabe. Chapeau bas.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 13:44, par Le réaliste En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Véritable femme réaliste, très loin des questions des droits de la femme ou de genre, mais simplement plus valeureuse, digne et surtout intègre. Quelle patriote ! Quelle humilité ! Quel réalisme ! Que Dieu l’élève davantage

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 14:17, par La verite En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Vraiement très honnête dans son interview. Une femme intègre qui souhaite du bien pour tes prochains. C est rare de nos jours. En business les gens st devenue des vautours. Chacun cherche a détruire l autre. Madame, je te soutien. Que dieu te bénisse et te protège. Personne de bonne moralité

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 14:42, par Ouoba En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Bonjour,
    J’ai suivi avec grand intérêt le reportage sur Mme Adjaratou Sanou. Je suis intéressé par l’agriculture hors sol et voudrais rentrer en contact avec elle. S’il vous plaît, lefaso.net, pouvez-vous m’aider ?
    Bonne réception
    Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 18:11, par Romulus En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Bel exemple d’innovation des pratiques agricoles au Burkina. Une information manque dans l’article le lieu du reportage. Merci pour le portrait.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2020 à 18:43, par Ouedraogo Sami En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Femme battante, ont relèvera le défi ensemble et ont combattra l’insécurité alimentaire et créé des emplois. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2020 à 08:00, par JACQUES En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Très belle initiative Mme Adjaratou ! Non seulement vous avez initié une entreprise apparemment prospère, mais encore vous partagez généreusement cette expérience en assurant un soutien et une formation auprès des personnes intéressées. Pour être complet, il manque des éléments concernant les solutions nutritives utilisées, en espérant que là aussi, elles sont naturelles, non polluantes et respectueuses de l’environnement. Aussi, il faut quand même dire que la culture hors sol n’est pas adaptée à toutes les productions, notamment certaines cultures vivrières (mil, sorgho...) et les cultures industrielles (coton, arachide...). Donc, cela n’empêche pas de continuer à faire des efforts pour l’agriculture naturelle sur sol !

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2020 à 10:04, par caca En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Même au 21è siècle, la princesse Yennega est une réalité et non un mythe par ses talents. Voyez vous la fille moaga est généreuse, mais pleine des idées innovantes. Elle verra certainement des jaloux dans le milieu tribalistes, mais c’est ça la différence. Nos filles ce sont toujours distinguées des ancrages culturalistes qui formatent la femme à poindre les enfants. Si à l’ouest du Burkina ou ailleurs chaque fille se montre innovante, le Burkina pourra atteindre dans peu de temps l’autosuffisance alimentaire. Cette fille moaga n’a pas fait un stage en Israël pour innover la technique de serre dans la terre mossi. En plus, elle a utilisée les moyens de bord sans attendre l’aide européenne. Si le reste des tribalistes burkinabé pouvaient utiliser rationnellement leur cerveau, le budget de l’état sera triple dans les 5 ans de mandat du gouvernement MPP bis.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 18:58, par Intéressé En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Bonjour.
    Merci de partager votre expérience avec nous. C’est très enrichissant. Merci aussi à lefaso.net.
    Cependant j’ai essayé d’appeler madame Sanogo sur les deux numéros en vain. Je voudrai bien participer à une formation. Quelqu’un pourrait m’aider avec un autre contact ou Mail ?

    Merci d’avance

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 23:39, par KOUA MIENSAH Esther En réponse à : Burkina : Adjaratou Sanogo, l’amazone de l’agriculture hors-sol

    Salut à toi ma sœur, suis ivoirienne et j’habite au Gagnoa,
    Ton expérience en matière d’agriculture HORS SOL m’a convaincu et souhaiterais savoir si possible avoir une discussion sur le sujet avec toi car je rêve d’un tel projet à moyen terme.
    Merci encore une fois d’avoir partager ton expérience aux autres femmes leaders
    Voici mes contacts 0707700607 / 0143233594
    Cordialement
    ESTHER KOUA

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Koiné Maxime Drabo : Un médecin à la tête de la recherche scientifique au Burkina
Ada Yaya Bocoum : Une carrière d’architecte née d’une passion pour l’art
Ecologie : Dramane Sanogo redonne une seconde vie aux pneus usagés au Burkina
Entrepreneuriat féminin au Burkina : Rakiatou Zibaré, la "reine des pavés" qui rêve de bâtir un empire BTP
Alizèta Nikièma, atteinte de nanisme : « Je suis peut-être de petite taille, mais mon cerveau ne l’est pas »
Batien Nignan : De la faculté de droit au studio photo
Laure Ouédraogo : Veuve d’un militaire tombé au front, elle se bat pour offrir un avenir radieux à sa fille
Albert Roamba, l’homme qui enseigne les maths gratuitement depuis 45 ans
Patrice Kouraogo : Le député qui rêvait d’être le boucher de son village
Lancina Ki, DG de la Maison de l’entreprise : « Pour moi, avoir été utile à un moment donné à son pays est plus important que l’argent »
Annick Pikbougoum : Itinéraire d’une férue de sport
Allaitement maternel exclusif : Moussa Ouaré, « l’avocat des bébés », en fait son cheval de bataille
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés