LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Modeste Bationo : Le vendeur du porc au four made in Burkina qui ravit les palais à Yamoussoukro

Publié le mercredi 24 janvier 2024 à 22h20min

PARTAGER :                          
Modeste Bationo : Le vendeur du porc au four made in Burkina qui ravit les palais à Yamoussoukro

Modeste Bationo, alias « Kizo la joie internationale », est un natif de Réo, une ville située à une centaine de kilomètres de Ouagadougou (Burkina Faso). Il est installé à Yamoussoukro depuis une quinzaine d’années. Il fait du porc au four made in Réo. Les habitants de ladite ville apprécient son porc au four. La renommée de son lieu de commerce dépasse les frontières de Yamoussoukro si bien que personne ne fait un tour dans la capitale politique de la Côte d’Ivoire sans y marquer une escale.

Il est un peu plus de 12h dans l’entreprise de Kizo la joie internationale, Modeste Bationo à l’état civil. Installé au bord de la voie bitumée, à l’intersection de deux grandes voies de Yamoussoukro en plein centre-ville, Modeste Bationo, fait du porc au four, spécialité de Réo. Sur les lieux, le drapeau du « pays des hommes intègres », est bien visible au mur et sur un arbre. Pendant que certains clients sont assis, d’autres sont attroupés devant le four. A notre arrivée, presque toutes les places disponibles sont occupées. Très vite, il nous fait de l’espace et nous installe. Chacun y va de son choix de morceaux de porc. Les morceaux sont à 1 000 francs CFA. Une fois que le client fait son choix, le quadragénaire se charge de les découper en petit morceaux avec dextérité. Les clients en raffolent. La renommée de son porc au four a dépassé les frontières de Yamoussoukro. De passage dans la capitale économique, l’escale chez Kizo la joie internationale est presqu’une obligation.

Modeste Bationo est installé à Yamoussoukro il y a une quinzaine d’années

Modeste Bationo est née à Réo, une ville située à une centaine de kilomètres de Ouagadougou (Burkina Faso). Cette ville est connue pour sa façon particulière et spéciale de faire du porc au four. Il est arrivé en Côte d’Ivoire, particulièrement à Yamoussoukro, en tant que cuisinier, il y a une quinzaine d’années. « Je suis né à Réo, au Burkina Faso. Je suis venu à Yamoussoukro en tant que cuisinier. Vu le salaire, j’ai créé mon business. Je fais le porc au four en entier comme à Réo. J’en propose aussi en morceaux pour les clients individuels. Je suis en collaboration avec les grands restaurants de la ville. Toutes les commandes du porc en entier à Yamoussoukro, même dans d’autres ville de Côte d’Ivoire, passent par moi », fait-il savoir.

Il fait le porc au four entier et en morceaux

C’est peu de dire que son porc est particulier. Pour parler comme les Ivoiriens : « connaisseur connaît ». Selon ses dires, en Côte d’Ivoire de façon générale, le porc est d’abord précuit avec la sauce. « C’est totalement différent de ma façon de faire », différencie-t-il. Heureusement, les Ivoiriens apprécient. Il reçoit des commandes lors de mariages, de baptêmes et les échos qui lui parviennent sont toujours bons. « J’ai de grosses commandes lors des mariages, des baptêmes. J’ai toujours des retours. Les clients apprécient et cela augmente ma clientèle », informe-t-il.

Modeste Bationo propose également du riz aux trois légumes

Du constat de M. Bationo, le porc est moins cher en Côte d’Ivoire. Parce que poursuit-il, il y a plusieurs éleveurs de porcs à Bouaflé qui arrivent à couvrir toute la zone de Yamoussoukro. Les prix varient selon les poids. Il y a les poids de 147 kg, de 100 kg et celui de 47 kg. En dehors du porc, étant cuisinier de formation, le natif de Réo propose du riz aux trois légumes, du riz au soumbala. « Je fais aussi des poulets sautés, les poulets flambés, du poisson braisé. Je fais également du kedjénou », ajoute-t-il.

Maestro apprécie le goût du porc de M. Bationo

Selon le cuisinier professionnel, à Yamoussoukro, il y a huit fours burkinabè. « Il y a en plus mais les Burkinabè sont huit seulement », a-t-il énuméré. Avec cette activité, Modeste Bationo arrive à joindre les deux bouts. « Sans mentir ça marche pour moi. C’est dans ça que j’inscris mes enfants dans les meilleures écoles de la place, je paye mon loyer. J’arrive à couvrir les dépenses. J’emploie neuf personnes », confie-t-il. Maestro, un client, apprécie le porc au four de Modeste Bationo.

Pour Martin Koyé, le porc de M. Bationo fond dans la bouche

« J’apprécie le porc de La joie. Vous savez, le porc il y a beaucoup de façon de le cuisiner. Mais celui de Bationo est spécial et se laisse manger. Il a un goût assez particulier. Il ressemble un peu à votre poulet flambé », a-t-il estimé. « Personne ne vient à Yamoussoukro sans faire une escale chez lui. Tout le monde le connaît. Donc, il n’appartient pas seulement au peuple du Burkina Faso. Il appartient aujourd’hui aux Ivoiriens. Quand on vient à Yamoussoukro, c’est une escale obligée pour goûter le porc de Kizo. Son porc fond dans la bouche », apprécie de son côté Martin Koyé.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

(Envoyé spécial)

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 24 janvier à 14:32, par Bajazet En réponse à : Modeste Bationo : Le vendeur du porc au four made in Burkina qui ravit les palais à Yamoussoukro

    Bravo !
    Bravo à ce brave artisan qui ne dépend d’aucun maître, ni d’aucune aide et qui régale les bons vivants et les touristes.
    Et bravo à l’auteur de l’article !
    Voilà une bonne adresse lors de mon prochain passage à Yakro...
    Vive l’Afrique qui bosse, et vive les soirées africaines authentiques...

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:24, par Niangara En réponse à : Modeste Bationo : Le vendeur du porc au four made in Burkina qui ravit les palais à Yamoussoukro

    Bonsoir, félicitations à lui
    Pourrais je avoir son numéro pour mes commandes

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 22:39, par Renault HÉLIE En réponse à : Modeste Bationo : Le vendeur du porc au four made in Burkina qui ravit les palais à Yamoussoukro

    Superbe !
    J’adore ces reportages de qualité de Lefaso.net, qui montrent des gens simples qui se battent pour vivre et travailler, mais sans rien demander à personne.
    Ce sont eux vos véritables mines d’or, car, par leurs petits ruisseaux, ils engendrent les grands fleuves de votre économie ... et fournissent l’essentiel des revenus de l’État ; État ivoirien ou burkinabè, peu importe ...
    De plus, c’est une leçon humaine pour moi personnellement, car sans avoir été très riche de naissance, j’ai bénéficié de mon milieu privilégié, tout au moins intellectuellement, car littéralement submergé de livres et de musées.
    Eh oui, enfant, je n’ai pas vraiment eu besoin de chasser oiseaux et rongeurs pour compléter le plat familial, bien que j’aie appris à pêcher et à chasser dans nos grasses campagnes et nos sombres forêts. Bon, quand j’étais gosse, des chenapans m’ont montré comment ils piégeaient les lapins avec une ficelle ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique