LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Burkina/Aménagement agro-pastoraux : Ce qu’il faut savoir sur le nouveau directeur général, Moussa Zida

Publié le lundi 8 juillet 2024 à 21h20min

PARTAGER :                          
Burkina/Aménagement agro-pastoraux : Ce qu’il faut savoir sur le nouveau directeur général, Moussa Zida

Ingénieur du développement rural, Moussa Poulmawendé Zida a été nommé directeur général des aménagements agro-pastoraux et du développement de l’irrigation au conseil des ministres du mercredi 3 juillet 2024. Nous vous proposons sa biographie.

Né le 21 décembre 1976, Moussa Zida est originaire de la ville de Yako. Titulaire d’un baccalauréat série D obtenu au lycée municipal Vénégré, à Ouagadougou, il s’inscrit à l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso, pour l’ingéniorat à l’Institut de développement rural. L’homme est titulaire d’un Master professionnel en sciences et économie des changements climatiques.

D’octobre 2013 à juin 2015, il a notamment été directeur des affaires foncières, de la formation et de la professionnalisation agricole, une direction de l’Autorité de mise en valeur de la vallée du Sourou.

Par la suite, il a coordonné le projet de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire (PRRIA) dans la région de l’Est, un projet visant à réduire les impacts des sécheresses et de la famine.

De juin 2021 à mai 2022, Moussa Zida a été chargé de projet au sein du projet d’intensification de la production agroécologique et de la transformation de l’arachide au Burkina Faso (PAPITA-BF) pour le centre international pour le développement des engrais (IFDC).

Le 25 mai 2022, Moussa Zida a pris ses quartiers à la direction générale de Bagrépôle, succédant à Joseph Martin Kaboré qui a passé six ans à la tête de cette structure. Au conseil des ministres du 7 décembre 2022, il est remplacé par l’ingénieur agronome Dr Donkora Kambou.

Par la suite, Moussa Zida rejoint la direction générale des aménagements agro-pastoraux et du développement de l’irrigation comme assistant technique du directeur général. C’est son dernier poste en date avant sa nomination le 3 juillet 2024 à la tête de cette même direction.

Tout au long de sa carrière, Moussa Zida a obtenu plusieurs certificats. Un certificat en santé des enfants et changements climatiques délivré par la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (UNCC) en 2017, un certificat en réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) décerné par l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR), toujours en 2017.
Il a également un certificat en gestion des aires protégées obtenu à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en 2016 et un certificat sur la gestion de la biodiversité dans les aires protégées en particulier les sites Ramsar, décerné en 2015 par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Moussa Zida a également animé des conférences internationales. En novembre 2022, il a participé au comité scientifique et technique de l’eau agricole (COSTEA) à Paris, où il a présenté une étude sur la gestion de l’eau et des terres de la vallée de Bagrépôle. En septembre 2022, il a animé une conférence à Kigali sur le modèle d’exploitation rizicole (PPP) au Burkina Faso, notamment celui de Bagrépôle.

Sur le plan académique, il est auteur de deux publications. La première, une note de recherche sur la résilience à l’insécurité alimentaire dans la commune de Yamba (2017-2018). La seconde, un article coécrit sur la sécurité alimentaire dans les zones cotonnières du Burkina Faso et du Ghana, publié le 18 mai 2018 dans le journal Food Security. https://www.cogentoa.com/article/10.1080/23311932.2018.1477541/references.

Notons que Moussa Zida a encadré plus de sept techniciens supérieurs d’agriculture dont plusieurs sont des ingénieurs aujourd’hui. Il a été également maître de stage d’un étudiant en master 2 qui a travaillé, d’octobre 2014 à juin 2015, sur « la vulnérabilité de la production agricole dans un contexte des changements climatiques et perspectives d’adaptation : cas de l’oignon dans la vallée de Sourou ».

Fredo Bassolé
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique