LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Baccalauréat session 2020 : Une interview du faso.net s’invite à l’épreuve d’Histoire-Géographie

Publié le mardi 18 août 2020 à 12h30min

PARTAGER :                          
Baccalauréat session 2020 : Une interview du faso.net s’invite à l’épreuve d’Histoire-Géographie

C’est une première dans la vie de votre journal. Lefaso.net a été honoré au Baccalauréat session 2020. Un extrait de son interview, publié le 21 mars 2016 avec le Colonel à la retraite et député Lona Charles, a été proposé à l’épreuve d’Histoire-Géographie aux candidats des séries C et D. « L’objectif des djihadistes, c’est de nous islamiser (…) les Occidentaux sont la cible par diversion ». Voilà le titre de l’article.

Cette interview, rappelons-le, a été réalisée à la suite des débats sur l’annonce faite par le ministre français de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, de déployer sur le sol burkinabè des éléments du GIGN, l’unité d’élite de la gendarmerie française pour appuyer les soldats burkinabè dans la lutte contre le terrorisme. Cette annonce avait été faite le 15 mars 2016, soit 48h après l’attentat de Grand Bassam, en Côte d’Ivoire.

Au détour de cette question qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, nous avons abordé avec le colonel Lona Charles, les raisons de son entrée dans l’arène politique après une « brillante » carrière dans l’armée. Nous vous proposons in extenso sa réponse à partir laquelle a été tiré l’extrait proposé aux candidats du baccalauréat séries C et D.

« Tant que j’étais militaire en activité, l’Hémicycle était très éloigné. C’est-à-dire que je ne me sentais pas concerné et de toutes façons, l’obligation de réserve défendait les Officiers de prendre part à des débats politiques. Mais à partir du moment où j’ai pris ma retraite en 2008, j’étais libéré de mes astreintes par rapport à l’armée. Vous savez, vous n’avez pas besoin d’aller en Sciences Po pour avoir une vocation politique. C’est ce que vous observez autour de vous, comment votre pays est géré, comment est-ce que votre région est gérée et puis vous vous faites une idée. Ma prise de position a deux origines.

Mon idée au plan national, c’est que vous aviez un groupe d’officiers – des capitaines plus un commandant, Lingani Jean Baptiste– qui ont utilisé des passe-droits pour se saisir du pouvoir en Haute-Volta en 1983, pour instaurer le régime du CSP, ensuite le CNR. Des contradictions sont très vite apparues, ils se sont entrés dedans et Blaise Compaoré a émergé seul à partir du 15 octobre 1987 pour instaurer son fameux Front populaire. Par des manœuvres successives, profitant de la Chute du mur de Berlin en 1989, il instaure en 1991 une soi-disant République. Mais tout le monde sait que c’était toujours un Régime d’exception avec des élections pipées à l’avance, des assassinats ciblés, etc. Déjà, ce sont mes collègues de l’Armée qui prennent le pouvoir et qui musèlent tout le monde. Après avoir refusé ces systèmes-là et été à l’étranger, je suis revenu pensant que je pouvais dire mon mot et chercher à mettre dehors ce système-là. A partir de 2011, j’ai décidé de m’engager dans un parti politique.

Au plan local, je suis originaire de la Léraba, une région que je considère comme la plus touristique de notre pays. La Léraba a le toit du Burkina qui est le mont Ténakourou. Ensuite notre région (Cascades) a toujours été considérée comme le grenier du pays mais en même temps la région la plus délaissée ».

Les propos du Colonel Lona Charles notamment sur la révolution burkinabè qui aurait selon lui détruit les fondements de l’armée, et les « véritables » desseins des terroristes ont provoqué une levée de bouclier des internautes dans le forum de discussions et sur notre page Facebook. Nous vous proposons de (re)lire l’interview en intégralité en cliquant sur le lien suivant https://lefaso.net/spip.php?article70191 .

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 18 août 2020 à 16:03, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Baccalauréat session 2020 : Une interview du faso.net s’invite à l’épreuve d’Histoire-Géographie

    "Mon peuple périt, par manque de connaissance...."

    Si un tel personnage a une telle lecture de notre histoire récente, qu’en est-il des moins âgés, moins formés et moins expérimentés ???

    Dieu sauve le Burkina Faso !!! Et qu’il aide les malheureux candidats au Baccalauréat appelés à commenter un tel texte !

    PS : Le concours pour désigner la région la plus "délaissée" du pays est lancé. Les djihadistes disent que c’est leur "azawad" entendez notre sahel, les tapeurs de sable que c’est la Gnagnan "profonde et métallique", les yadcé que c’est chez eux, le colonel que c’est chez lui... Pour les candidatures, envoyer à lefaso.net. Reste à définir le comité qui va trancher ?

  • Le 18 août 2020 à 19:12, par Sidnoma En réponse à : Baccalauréat session 2020 : Une interview du faso.net s’invite à l’épreuve d’Histoire-Géographie

    Je félicite Lefaso.net, mais aussi les autorités éducatives de notre pays qui ont trouvé en cette interview, un sujet pas seulement d’histoire, mais d’actualité pour ces jeunes leaders d’opinions.
    Dieu bénisse le Burkina !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Des difficultés d’accès à Lefaso.net
Lefaso.net : Un vingtième anniversaire dans la sobriété