Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Lutte contre les changements climatiques : Le Burkina Faso veut mettre en place un système national de mesurage, de rapportage et de vérification de ses émissions de gaz à effet de serre

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • jeudi 23 juillet 2020 à 15h30min
 Lutte contre les changements climatiques : Le Burkina Faso veut mettre en place un système national de mesurage, de rapportage et de vérification de ses émissions de gaz à effet de serre

Ouagadougou a abrité, les 20 et 21 juillet 2020, l’atelier national de consultation du projet MRV, pour la mise en place d’un Système de mesurage, de rapportage et de vérification (MRV) au Burkina Faso. Initiée par l’Institut Mondial pour la Croissance Verte (Global Green Growth Institute - GGGI), la rencontre a permis aux différents acteurs nationaux travaillant dans le domaine des inventaires des gaz à effet de serre d’échanger sur les modalités d’une mise en œuvre réussie dudit Projet.

Les changements climatiques sont aujourd’hui une réalité pour les pays. Ils sont une menace pour l’humanité et risquent de compromettre les efforts de développement des pays notamment les pays africains. L’Afrique, qui émet environ 4% des gaz à effets de serre, est pourtant le continent le plus exposé aux effets néfastes des changements climatiques à cause, notamment, de sa faible capacité d’adaptation et du manque de financement.

Pour juguler ce problème, les Etats ont pris des mesures lors des différentes rencontres mondiales, notamment les Conférences des Parties (COP) de la Convention - Cadre des Nations - Unies sur les Changements Climatiques. A la COP24 tenue en décembre 2018 en Pologne, par exemple, les Etats se sont engagés à faire des efforts concertés pour fixer les objectifs d’atténuation des gaz à effets de serre (GES) et à suivre la mise en œuvre des mesures d’atténuation d’ici à 2030. Dans cette optique et dans le but de renforcer son cadre de transparence, le Burkina Faso, à l’instar des autres pays, doit se doter d’un Système national de Mesurage, de Rapportage et de Vérification (MRV) des émissions et des puits de GES.

Dr Sibidou Sina (à gauche) a présidé la cérémonie d’ouverture de l’Ouverture aux côtés de Dr Mallé Fofana, représentant-résident de GGGI au Burkina Faso

La présente Consultation nationale bénéficie de l’appui conjoint de l’Institut mondial pour la croissance verte au Burkina Faso et du Gouvernement suédois, pour la mise en place d’un système solide de mesure, de rapportage et de vérification (MRV), élément fondamental pour répondre aux exigences du cadre de Transparence de l’Accord de Paris. Selon Dr. Mallé Fofana, représentant résident de GGGI au Burkina Faso, les exigences en matière de rapportage, qui ont été améliorées grâce au Plan d’action de Bali adopté à la COP13 en 2007 introduisait déjà le principe du MRV pour les pays développés et ceux en développement.

Le Burkina Faso, aujourd’hui, fait partie des pays engagés dans la lutte, pour la réduction des émissions des gaz à effets de serre. C’est du reste ce qu’a relevé le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Dr. Sibidou Sina, pour qui : « notre pays, bien qu’étant un faible émetteur de GES, fait partie des contributeurs les plus engagés dans les stratégies et consensus mondiaux en matière de réduction des impacts négatifs des changements climatiques, avec pour ambition de réduire considérablement l’empreinte carbone de son développement d’ici 2030 ».

Vue partielle des participants

Toujours selon le Dr Sibidou Sina, le système MRV, qui sera mis en place, sera d’un grand apport pour le Burkina Faso, en ce sens qu’il va contribuer à renforcer son cadre de transparence pour mieux répondre aux exigences de l’Accord de Paris sur le climat.

En rappel, l’Institut Mondial pour la Croissance verte (Global Green Growth Institute) est une Organisation Intergouvernementale, créée en 2012, à la Conférence de RIO (RIO+20), avec pour mission d’accompagner les Etats membres dans l’accélération de leurs transitions vers un modèle de croissance verte forte, durable et inclusive. Basé à Séoul (République de Corée), M. Ban Ki-Moon, ancien Secrétaire Général des Nations - Unies, en est le Président du Conseil.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Projet de promotion hygiène et assainissement : WaterAid restitue les résultats de l’évaluation finale
Changement climatique : Les acteurs réunis en atelier pour valider des études en lien avec la révision de la CDN
Changement climatique : Un projet pour accroître la résilience des populations ouest africaines
Forêt communale de Fada N’Gourma : 18 exploitants outillés sur le potentiel économique des produits forestiers non-ligneux
Agroécologie et entrepreneuriat : Dans un contexte de fragilités, les acteurs veulent mutualiser les bonnes pratiques
Effets de la canicule sur la saison agricole : « Il faut travailler à reverdir le Burkina », conseille Pr Jean-Marie Dipama, climatologue
Réduction des gaz à effets de serre : Le Burkina Faso se dote d’un nouveau référentiel
Environnement : Le projet EBA-FEM fait le point de sa mise en œuvre à l’Observatoire national de développement durable (ONDD)
Promotion de la filière apicole : Des spécialistes renforcent leurs capacités techniques sur la santé des abeilles
Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) : Une visite au Centre-ouest pour apprécier les réalisations
Transparence climatique au Burkina Faso : Le comité d’orientation et de suivi scrute les activités
Programme d’investissement forestier : Siméon Sawadogo et les acteurs de mise en œuvre examinent les différentes réalisations
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés