Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • • jeudi 30 avril 2020 à 23h00min
Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

Le nombre d’appels au 3535 a baissé. C’est le constat que nous avons fait ce mardi 28 avril 2020 au Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS). Nous avons également pu nous imprégner du travail effectué par la commission « Surveillance épidémiologique ».

C’est l’une des dix commissions thématiques de la coordination de la réponse à l’épidémie de Covid-19 dans notre pays. La commission dédiée à la surveillance épidémiologique est composée de cinq sous-commissions. La première a trait à la gestion des alertes. Et tout commence par les appels au numéro vert 3535 où toute personne estimant avoir les symptômes du Covid-19 ou avoir été en contact avec un malade du Covid-19 peut appeler pour donner l’alerte.

Cette alerte est ensuite analysée par une équipe de régulation médicale. C’est elle qui décidera si l’alerte est sérieuse ou pas. Si elle l’est, elle est validée et transmise à l’équipe d’intervention rapide, deuxième sous-commission de la « Surveillance épidémiologique ».

Les journalistes échangent avec Dr Issiaka Yaméogo, responsable de la commission surveillance épidémiologique.

L’équipe se rend alors au domicile de la personne concernée pour l’investigation. Après un entretien avec le malade, si les conditions sont réunies, des prélèvements sont faits. Le malade devient alors un cas suspect de Covid-19 et il lui est demandé de s’auto-confiner si son état le permet. Dans le cas contraire, il est envoyé dans un centre de prise en charge en attendant les résultats du test.

Puis c’est la troisième sous-commission « Gestion des cas contacts » qui prend le relais. Elle est chargée d’identifier toutes les personnes qui ont été en contact avec le cas suspect. Ces cas contacts sont suivis pendant quatorze jours à compter de la date à laquelle ils ont été en contact pour la dernière fois avec le cas suspect lorsqu’il présentait des symptômes, car ils sont susceptibles d’être contaminés. Au bout de quatorze jours, s’ils ne présentent pas de symptômes, ils peuvent de nouveau vaquer librement à leurs occupations. Dans le cas contraire, ils sont aussi pris en charge.

De 50 000 appels par jour à 14 000 par jour

A en croire Dr Anta Zida, responsable de la sous-commission « Gestion des alertes », le nombre d’appels est passé de 50 000 au début de l’épidémie à 14 000 par jour depuis pratiquement deux semaines sur l’ensemble des 47 postes téléphoniques, et le temps d’attente a aussi été réduit. Une baisse des appels qui doit faire l’objet d’une analyse pour en connaître les raisons, indique Dr Issiaka Yaméogo, responsable de la commission « Surveillance épidémiologique ».

Dr Anta Zida explique que certaines personnes appellent pour proférer des menaces

Selon lui, cette baisse pourrait s’expliquer soit par la régression de l’épidémie, soit parce que les gens ne sont pas satisfaits des services. Dr Yaméogo indique également que désormais, les résultats des cas suspects ne sont plus communiqués au téléphone quand ils sont positifs. C’est une équipe qui se déplace pour le faire. Les résultats négatifs, eux, sont toujours communiqués par téléphone.

Et si parmi les nombreux appels reçus par le centre d’appel, la plupart concerne la maladie à coronavirus, il se trouve des personnes qui appellent pour demander à quand la levée des mesures restrictives, pour plaisanter, insulter ou, pis, pour proférer des menaces, déplore Dr Anta Zida.

Dr Issiaka Yaméogo, responsable de la commission surveillance épidémiologique

Outre ces trois premières sous-commissions, la commission « Surveillance épidémiologique » comprend également la sous-commission « Points d’entrées aux frontières » qui surveille les 42 points d’entrées terrestres et les deux points d’entrées aériens du pays, pour prendre en charge les cas suspects ; et la sous-commission « Gestion des données » qui est chargée de collecter toutes les données générées par la gestion du Covid-19.

Quand la presse suscite la méfiance

Initialement, les journalistes conviés au CORUS en cette matinée du mardi 28 avril 2020 devaient suivre le processus de la gestion des alertes à la sortie sur le terrain de l’équipe d’intervention rapide. Pour cela, il fallait que l’un des appelants accepte de recevoir la presse. Sur les alertes reçues ce jour-là, aucun n’acceptera la visite de la presse. Finalement, les journalistes se contenteront de la théorie et ne verront pas la pratique sur le terrain.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 avril 2020 à 13:16, par la foudre En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    Regarder ses jeunes ...y a t il une distanciation de 1 mètre entre eux !!!!,,,, ???? Le fossé entre la théorie et la pratique !!!
    Beaucoup de mensonges de contre-vérité qui croire !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 13:20, par Indjaba En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    On appel ça l’effet L Bama qui a décrit la prise comme l’enfer. Qui ne voit que les mauvais coté de cette prise en charge si bien que les gens se sont procurés de chloroquine frelatés qu’ils avalent tout en restant couchés chez eux. Je crois que quand un journaliste est de bonne foi, avant d’ecrire, il doit se demander si l’écrit qu’il va publier va contribuer à ameliorer les choses ou bien il va au contraire agraver la situation. Ici Bama a fait le buzz mais voici ce que ça a produit.

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril 2020 à 19:35, par Avar En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

      Le burkinabè est vraiment bizarre ; c’est ce qu’on appelle : "laisser là ou on a cogné le pied et s’en prendre à là ou on a chuté" Est-ce que ce que Ladji a dit est faut ?? C’est son ecrit et les reportages à la télé qui ont permit qu’il y ait de l’amelioration à Tengandgo. Trop d’hypocrites au BF et ça se dit des intellectuels

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 13:20, par Diongwale En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    .
    Difficile de croire qu’avec 50 000 appels par jour (même avec 14 000) il y ait aussi peu de cas au Faso, quand, sur une durée moins longue, plus de un million deux cent mille personnes ont été infectées aux Etats-Unis, dont 61 000 décès à ce jour ! Précisons que 70% de ces décès touchent les Noirs.
    Qu’ont-ils de "moins" (ou de plus) que nous pour tomber comme des mouches ? Une plus grande précarité, un système de santé plus délabré que le notre ? Difficile à croire, alors, peut-être que nos autorités nous mentent, et que nos populations ne sont pas suffisamment testées.

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril 2020 à 16:11, par NC En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

      Internaute Diongwale, vous ne pouvez pas comparer de la sorte. L’Afrique ou le Burkina en particulier n’a pas les meme conditions climatiques que l’occident où il fait olus froid. Si vous observez en general l’Afrique est moins touchée.
      Aussi je dirais que la maladie s’apparente a un palu et les africains sont habitués a ce type de maladie et aux traitements associés.
      COMPARAISON N’EST DONC PAS RAISON.

      Pour la baisse du nombre d’appels je dirais plutot une crise de confiance entre la population et le comité de riposte suite aux reportages de cas mal gerés. Les gens preferent rester chez eux et se soigner avec ce qu’ils ont.

      Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2020 à 13:18, par Diongwale En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

        . Vous avez raison, comparaison n’est pas raison, et d’ailleurs, dans ce cas de figure, je considère la raison avec beaucoup de suspicion.
        Cela ne m’empêche pas de penser que les chiffres qu’ont nous annonce au Faso sont faux.
        Avant cela, et un internaute le fait remarquer, 50 000 appels pour 47 postes, ça représente plus de mille appels journaliers par poste, ce n’est pas crédible, à moins de raccrocher au nez des gens !
        Je vis dans un chef lieu de province, et renseignement pris auprès d’un CSPS et d’un médecin, aucun kit de prélèvement n’est disponible en province, une équipe doit ce déplacer de Bobo, et depuis quelques temps, de Ouaga, et, de plus, quand un cas suspect se présente dans un CSPS, il est refoulé !, alors permettez-moi de continuer à penser que les populations ne sont pas suffisamment testées.

        Répondre à ce message

    • Le 30 avril 2020 à 17:47, par Le Vigilent En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

      Mon cher ami @Diongwale, pourquoi voulez-vous que le Burkina enregistre le même nombre de cas suspects ou positifs au COVID-19 que les États Unis ? N’allez pas si loin pour voir des différences. Cherchez d’abord à savoir pourquoi il y plus de cas à Ouaga qu’a Roma ou Kankalaba. Vous pourrez aussi chercher a savoir ce que les gens de Tougan ou de plus.que ceux de Ouaga.
      Dites-vous que dans les grandes améliorations avec de très fortes densités de population, le passage du virus d’un individu à un autre est plus facile que dans les localités avec des populations dispersées. A New York, aux États Unis on ne parle pas de « chacun à droit à sa parcelle » comme cela se chante chaque jour à Ouaga. Dans les quartiers populaires d’Amérique, d’Asie ou d’Europe certaines rues le nombre de personnes au mètre carré est aussi important que ce que vous trouvez dans nos marchés. Donc, les gens se frottent plus et chaque malade dans la rue peut transmettre le virus à un plus grand nombre de personnes que ne pourrait le faire un malade dans les conditions actuelles du Burkina. Et puis, le climat froid aussi est plus favorable une survie plus longue du virus sur les différents supports.

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 15:33, par shalom En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    M. Diongwale. Il est bon de savoir qu’au pays du capitalisme sauvage, les Etats-Unis d’Amérique, les personnes les plus défavorisées n’ont pas d’assurance santé. Or les services de santé dans ce pays sont très chers. Les plus pauvres étant les noirs, ils sont plus vulnérables que les autres communautés. Ils mangent mal, donc sont susceptibles d’être en surpoids par rapport aux autres. Donc, ils sont plus affectés par l’hypertension artérielle et le diabète. Or, il semble que le taux de mortalité avec le COVID-19 est plus élevé pour des personnes qui présentent déjà les pathologies que je viens de décrire. Quant aux problèmes soulevés par rapport à la gestion de la prise en charge des malades du COVID-19, je pense qu’ils reflètent la réalité du fonctionnement de notre système de santé.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 15:55, par C’est triste En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    Plusieurs remarques : l’amélioration des conditions de travail semble meilleures qu’au début pour ceux qui gèrent le 3535 mais je demeure convaincu que l’on pouvait trouver une bien plus grande salle où tous les jeunes seraient au moins à 2 mètres les uns des autres comme lors d’un conseil des ministres ? On a l’impression que l’état se fout complètement des risques liées à cette pandémie.
    Sans remettre en cause la capacité des jeunes pour répondre, j’aurais préférer des personnes d’âge plus mures et plus à même de comprendre les personnes qui appellent et, sans doute, plus de femmes que d’hommes !
    C’est triste de voir qu’ils sont incapable de donner des statistiques sur ces 50.000 appels/jour avec X% qui demandent des infos, X% qui pensent être contaminés car symptomes, X% qui ont peur, etc. Bref, on navigue à vue comme d’habitude ! SI on avait des statistiques journalières avec des courbes, on pourrait facilement comprendre l’évolution positive ou non. Mais, comme dans ce pays, les borgnes sont les rois dans un pays d’aveugle, on va continuer les cafouillages. Le premier de tous que l’on n’a pas sanctionner est bel et bien ce 1er programme de 177 milliards pour faire face au COVID19. Dès ce jour, on devait sanctionner les fautifs ou fautives de ce mauvais scénario.... Maintenant, il reste à Madame la ministre de la santé de démissionner pour avoir été incapable de contrôler son entourage ! Si la honte pouvait tuer... Attention, à ce gouvernement de ne pas continuer les gaffes sur la gestion de cette pandémie car le ras le bol semble général...

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 16:31, par Ali ouattara En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    Le centre des appels en recevait 50 000 par jour avec 47 postes. Ainsi chaque poste reçoit 1063 appels en 24 heures soit plus de 44 appels par heure sans arrêt c’est à dire 24 heures sur 24 sans pause repas ni aller aux toilettes .
    Est ce possible ?
    combien de temps dure une conversation ? En 81 secondes celui qui appelle salue, explique sa situation sanitaire et répond aux questions de l’ opérateur.
    comment cela est il possible ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 17:27, par Badmarcos En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    Seul le manque de confiance peut justifier le récul des populations devant le système mis en place. En matière de santé, il ne faut pas négliger les détails. Et quand les autorités tergiversent, les citoyens ne peuvent se retourner ailleurs. Pour ce qui est des appels au centre d’allerte, le nombre reduit est lié à l’attitude des autorités sanitaires et publiques dans la gestion de la crise sur tous les plans.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 17:42, par DF En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    @Diongwale, ce que tu ne sais pas c’est que les noirs américains ont plu de comorbidité (diabéte, hypertension) à cause de la mal bouffe...Donc c’est pour ces comorbidité qu’ils sont le plus touchés. Le noir américain et l’Africain ne sont pas pareils en immunité.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 20:05, par Jaguar En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    Et de 14000 à 140, c’est tout notre souhait. Dieu continue de bénir et d’étendre sa main protectrice sur le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2020 à 20:16, par NZ En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

    La raison de la baisse des appels et des cas positif ou suspects est simple : les gens n’ont plus confiance au système de gestion en place.

    Répondre à ce message

    • Le 1er mai 2020 à 10:40, par Le Vigilent En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

      @NZ, vous tirez vite des conclusions et avec des suppositions erronées. Sachez que c’est ainsi que les épidémies évoluent. La diminution du nombre de cas résulte des mesures barrières prises pour réduire les risques de la transmission de
      la maladie par les personnes infectées a des personnes saines. Vous remarquerez que dans les pays qui ont été très durement touchés, et qui ont pris des mesures très strictes de confinement, les nombres de nouveaux cas ort/ou de morts enregistrés par jour ont par endroit été réduits d’un quart ou d’un tiers du jour au lendemain.
      Il faut aussi faire la différence entre la réalité des faits et les récits des journalistes et des intervenants dans les réseaux sociaux qui portent surtout sur des cas exceptionnels. Ont décrit un cas exceptionnels avec beaucoup d’exagérations et l’on généralise pour dire que nous sommes entrés dans le pire des enfers.

      Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2020 à 11:59, par kenfo faché En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

        Crise de confiance ?. Oui. Kenfo a appélé le 3535, le 21 Avril dernier, entre 9h et 9h30. L’entretien a duré environ 4-5mn, foi de mon portable : Mon neveux avait des difficultés à respirer, des maux de tête, et une gorge mal en point. J’ai décrit la situation, dire le nom de mon quartier, confirmé mon numéro de téléphone qui a apparu au niveau du CORUS... Il m’a été dit d’attendre. J’ai demandé s’il fallait que j’amène mon neveux dans un centre de santé ; non, m’a -t-on répondu... De l’autre bout du fil, la voix d’un homme m’a dit d’attendre, qu’ils vont venir. Effectivement j’ai un voisin du même lot que nous qui a été confirmé COVID19, et sa famille a été mis en confinement,...à 100m de chez moi. Mon neveux est un camarade du fils du voisin...... Jusqu’à l’heure où j’envoie ce message, c’est le silence le plus absolu, depuis 10 jours ; pas même eu de coup fil pour demander les nouvelles de mon neveux,.....alors que nous les attendions, de pied ferme. Nous croyons que le CORUS faisait du travail sérieux.. ;Nous nous sommes trompés.

        Attention au CORONAGATE (Allusion au scandale du watergate qui a emporté le président Américain Richard Nixon et son entourage, au milieu des Années 1970, aux USA). Il faut que le 1er Ministre et Rock himself donne un coup de pied dans la fourmilière, pour éviter un scandale de grande envergure.

        Kenfo

        Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2020 à 12:45, par NZ En réponse à : Covid-19 : Les appels au 3535 sont passés de 50 000 à 14 000 par jour

        Cher Le Vigilant, tu constatera que je ne suis pas seul à tirer cette conclusion. Il n’y a qu’à lire les autres intervenants. Je ne fais pas de comparaison avec les pays Européen. Je parle de la réalité au BF. Si tu es au pays, je t’invite à échanger avec la population. Tu comprendras de quoi je parle. Ici on parle du nombre d’appels et non de cas confirmés. Donc ne me parle pas des résultats des gestes barrières. Je les connais mieux que toi. Il ne sert à rien de se voiler la face. Dans tous les cas, avec ou sans actions cette crise passera. Parce que même après les les périodes de confinement, mise en quarantaine massive de la population, la covid19 continuera. Seulement qu’il n’y aura plus toute cette publicité autour.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Covid-19 au Burkina : 7 nouveaux cas à la date du 17 mai 2021
Covid-19 au Burkina : 2 nouveaux cas à la date du 15 mai 2021
Lutte contre le COVID-19 : Trois tunnels de désinfection pour l’aéroport international de Ouagadougou
Covid-19 au Burkina : 2 nouveaux cas à la date du 10 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 : Le Burkina se prépare à effectuer d’éventuels essais cliniques de vaccins
Covid-19 au Burkina : 3 nouveaux cas à la date du 09 mai 2021
Covid-19 au Burkina : Neuf nouveaux cas et quatre guérisons à la date du 7 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 : Des comprimés de chloroquine et des comprimés de paracétamol « made in Burkina » livrés par l’IRSS (CNRST)
Covid-19 au Burkina : 4 nouveaux décès et 97 cas actifs à la date du 03 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 au Burkina : Les tests de dépistage pour les voyageurs de la zone UEMOA sont fixés à 25 000 FCFA
Introduction du vaccin contre le COVID au Burkina : Une enquête diligentée pour recueillir les attentes de la population
COVID-19 au Burkina : 18 nouveaux cas et 15 nouvelles guérisons à la date du 27 avril 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés