Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • • vendredi 10 avril 2020 à 23h28min
Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

Il y a un mois, soit le 9 mars 2020, le Burkina Faso enregistrait ses premiers cas de Coronavirus. Depuis, c’est une course contre la montre avec un virus invisible qui a bouleversé la vie des Burkinabè comme il continue à le faire dans le reste du monde. A la date du 10 avril 2020, le pays enregistre 448 cas dont 149 guéris et 26 décès. Le dernier point a été présenté à la presse ce jour même à Ouagadougou.

Convalescent, le Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur du Comité national de réponse à la pandémie du coronavirus au Burkina Faso n’a pas dérogé à ce rendez-vous devenu hebdomadaire du point de presse sur l’évolution de la pandémie du Covid-19.

Ainsi à la date du 10 avril 2020, le Burkina Faso totalise 448 cas de contagion au Covid-19 dont 166 femmes et 242 hommes. Dans ce chiffre, il faut compter 149 guérisons et malheureusement 26 décès.

Le virus continue de s’étendre à travers le pays. La dernière localité qui est entrée dans le giron, c’est la ville de Gorom-Gorom dans la région du Sahel. Selon les explications du Pr Martial Ouédraogo, c’est le site minier de Essakane qui abrite les deux personnes infectées. Comment cela a pu arriver, alors que les villes déjà touchées sont en quarantaine depuis deux semaines ?

« Nous savons qu’il y a des déplacements héliportés entre des mines et les agglomérations. Ce sont des cas en investigations. Est-ce à travers ces déplacements qu’on a pu emmener un suspect, un cas a pu contaminé, ou quelqu’un a pu emmener la pathologie là-bas ? Nous sommes toujours en investigation pour comprendre par quel mécanisme (…) nous savons qu’il y a des déplacements exceptionnels pour le secteur minier », esquisse le coordonnateur du Comité national de réponse à la pandémie du Coronavirus au Burkina Faso. Ce n’est pas le premier site minier touché. Et à croire le Pr Ouédraogo, aucune données n’est encore disponible sur les sites d’orpaillage.

Des conditions d’hospitalisation décriées

De plus en plus, les langues se délient. Des malades qui ont séjourné au Centre Hospitalier université de Tengandogo, là où les malades Convid-19 sont hospitalisés, sont amers. Ils dénoncent des conditions insalubres des toilettes par exemple, une prise en charge approximative. Mais le Pr Albert Ouédraogo préfère jouer balle à terre.

« Evidemment, nous avons trouvé des locaux sur place qui étaient destinés à des malades. C’est dans ces conditions que nous avons hospitalisés nos malades. Il se peut qu’il y ait un certain nombre de désagréments liés au fonctionnement des différents bâtiments, mais toutes les fois que ces problèmes se posent, ils sont soumis à la hiérarchie et sont résolus. C’est comme si vous étiez chez vous, des toilettes qui fonctionnent peuvent se boucher et elles sont débouchées. Ce sont des choses qui peuvent arriver », tente-t-il de rassurer.

Sur les plaintes encore présentes de la prise en charge tardive des cas détectés mais confinés à domicile, le principal conférencier note que ce problème est désormais pris en charge. Un mécanisme a été trouvé pour rapprocher les soins des populations. « Lorsque le délai de prise en charge vous parait long », il y a la possibilité pour le demandeur de se rendre directement au CHU-Tengandogo, explique le Pr Ouédraogo ».

Alors que les chiffres grimpent, le citoyen se pose des questions. Pourquoi ne pas engager un dépistage massif, pour une prise en charge précoce ? Mais là également, le coordonnateur pense que la solution ne peut se résumer à cela. « Vous avez beau dépisté tous les burkinabè, s’ils continuent à ne pas respecter les mesures de prévention, vous n’irez nulle part. Le dépistage systématique n’est pas la seule solution. La solution que nous avons choisie est préconisée par l’OMS. Ce qu’il faut, c’est d’insister sur les mesures complémentaires. La distanciation sociale, les mesures barrières et le civisme », préconise-t-il, tout en ajoutant qu’il ne connait aucun pays « mêmes plus nantis que le Burkina Faso » qui a fait du dépistage massif, un frein à la propagation de la pandémie.

Le ministre en charge de la communication Rémi Fulgance Dandjinou a, quant à lui, répondu aux autres questions d’actualité. Alors que la date annoncée pour la réouverture des classes s’approche, c’est silence radio du côté de l’autorité. Ouvrira, n’ouvrira pas ? « Des réflexions sont menées et en temps opportun, les ministres en charge des enseignements et ceux en charge des centres de formation se prononceront soit pour prolonger les délais de fermeture, soit pour rédiger un communiqué confirmant la réouverture. Ils le feront incessamment », a dit le ministre porte parole du gouvernement.

Rémi Fulgance Danjinou a en outre annoncé la réouverture des boutiques témoins. Ce sont au total 150 boutiques qui seront à la disposition des populations pour un approvisionnement en céréales à prix social, en ces périodes difficiles. En ces lieux, les sacs de maïs, sorgho et de petit mil de 50 kg seront cédés à 6000 F CFA. Les mêmes variétés, mais de 100 kg seront vendus à 12 000 F CFA. Quant au riz local de 25 Kg, il sera mis en vente à 7500 F CFA. Et le ministre de préciser qu’un système de suivi informatique est mis en œuvre pour éviter que des personnes s’accaparent de ces vivres. En plus, un système d’approvisionnement est mis en place pour éviter des ruptures.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 avril 2020 à 22:26, par Solo En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    166 cas femmes+242 cas hommes=408
    Quels sont les bons chiffres ????
    Hier on était à 443 cas et 24 décès. Aujourd’hui cela fait 448 donc il y’a 5 nouveaux cas. Cela semble aller dans le sens d’une amélioration de l’épidémie. Bravo.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2020 à 23:39, par Hamon En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Hé ! Burkinabé, il n’y pas de quoi être optimiste à quelque niveau que ça soit. Même le dépistage massif ne nous sauvera pas, c’est le professeur Martial Ouédraogo qui l’a dit. La seule chose qui nous reste c’est la mise au pas de tout le monde en colonne couvrée. Les statistiques d’aujourd’hui donne du baume au cœur mais le pire reste à venir. On peut se rendre compte en allant dans les services en ville. Pratiquement personne ne fait attention à la distanciation, même si certains ont le cache-nez. A chaque fois j’ai été obligé de rappeler à mon entourage que personne de s’approche de moi. Le burkinabè c’est le pur sauvage là même quoi. S’en fout la mort. Tout laisse penser qu’on pourra être décimé par la maladie. Mais comme toujours Dieu et nos ancêtres vont intervenir en notre faveur. Parce que tout simplement, on n’est pas un peuple de malfaiteurs. C’est juste un peuple qui aime la vérité et de yélkayé.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril 2020 à 23:50, par Fasolibre En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Les réponses du coordinateur sont parfois laconiques. L’hygiène est indispensable pour la santé, surtout à l’hôpital. C’est dangereux de botter en touche chaque fois. Il faut être réceptif aux observations, s’excuser quand il le faut. L’arrogance est désastreuse.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 00:12, par Natah En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    L’homme n’est pas 10/10 mais bravo pour tout le boulot accompli !
    Bon courage à ces 2 messieurs (mr Ouédraogo et mr Dandjinou) qui abattent un grand travail de communication journalière vis à vis des Burkinabés que nous sommes ! Bon courage à tous les acteurs honnêtes qui luttent contre la propagation de ce virus, que Dieu les soutienne et console les familles éplorées...

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 07:36, par Sala En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Courage à vous et à toute l,equipe chargée de la riposte, sans oublier le Ministère de la santé. Il faut avant tout pour frener cette pandémie, lutter contre l,incivisme et epouser pour toujours les gestes barrières et de distanciation sociale, ce n,est quand respectant ceci que viendra notre Salut. Encore une fois courage , et que Dieu étende sa main sur le BF

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 07:45, par Reveillons-Nous En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    C’est dans ce meme mouta mouta ils ont geré le terrorisme au debut et voila le resultats auhour’hui. Et Comme s’ils n’apprennent pas de leurs erreurs, aux premieres heures du Covid19 il ya eu lenteurs dans les decisions : anticipation à equiper convenablement les centres de prises en charges, fermetures des aeroports et frontieres, mise en quarantaine de ouaga qui etait au depart la seule ville touchée, adoption de la chloriquine, etc.
    Qu’à fait le Burkina pour meriter de tels dirigeants ???
    Aujour’hui le Burkina dans cette epidemie apparait comme l’Italie d’Afrique. Le plus touché en terme de deces.
    Si rien n’est fait les autres en finiront avec cette crise et ils isoleront notre pays. Alors arrêtons de politiser la gestion de la crise et appliquons toute la transparence dans la gestion des fonds alloués.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 09:01, par zemosse En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Il faut faire attention à ce pr Martial qui a réponse à tout du tact au tact. Attention à ces hommes qui ont réponse à tout. AVANT D’OCCUPER UN LOCAL, ON PREND SOIN D’Y FAIRE UNE INSPECTION POUR VÉRIFIER SI TOUTES LES COMMODITÉS S’Y TROUVENT DONT CES FAMEUSES TOILETTES QUI DEVRAIENT ÊTRE JUGÉES FONCTIONNELLES AVANT QUE TOUT MALADE N’Y SEJOURNE . C’EST LE MINIMUM QU’UN COORDONNATEUR AVISÉ PUISSE FAIRE ; L’ÉTAT DES TOILETTES EST LE BAROMÈTRE QUI PERMET DE JUGER LE DEGRÉ DE PROPRETÉ D’UN FOYER ,D’UN SERVICE.....LA RÉPONSE DU PR.MARTIAL M’A ÉBERLUÉ, .IL FAUT ÊTRE UN HOMME INSENSIBLE À LA SOUFFRANCE DES MALADES POUR OSER FAIRE UNE TELLE EXPLICATION FARFELUE (excusez moi du peu)QUI PLUS EST,ON NOUS A POMPÉ L’AIR AVEC CES MILLIARDS POUR PRENDRE EN CHARGE LES MALADES.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 10:02, par Vérité indiscutable En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    On n’est pas étonné que les chiffres grimpent. Les autorités décrètent une quarantaine et concèdent des exceptions dans lesquelles des morts sont portés par cortège hors de Ouaga pour enterrement dans les villages. Et vous ne voulez pas que la maladie se répande.
    Quant aux mines, on n’en parle pas, la corruption de l’appareil étant devenue l’air qu’ils respirent, faut pas être étonné qu’ils rentrent et sortent dans les villes en quarantaine - hélas -
    C’est aussi vrai qu’on ne peut pas dépister tout le monde. Mais on peut dépister systématique chaque malade qui se présente dans les centres de santé des villes touchées. Ce qui oblige le gouvernement à doter sans délai tout le personnel soignant des villes touchées de matériel de protection adéquat (Il suffit d’aller à Yalgado pour voir des agents de santé avec de minables cache-nez pendant que le Corus a reçu des milliers de masques de protection ; on n’en fait quoi ?????).
    En temps d’émergence comme celui-ci, il faut bannir les protocoles en mettant le matériel offert à la disposition du corps soignant et faire les tests à qui doit être contrôlé et non pas aux amis et aux familiers uniquement.
    Dieu sauve le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril 2020 à 12:22, par Lei En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

      Ces autorisations de sortie et les gens qui trichent pour prendre les petites pistes pour aller dans les villages aussi aggravent la propagation. En plus de ça les populations ne respectent pas les consignes élémentaires, elles se regroupent toujours sans caches nez. Certaines buvettes s’ouvrent toujours et certains marchés par indiscipline. Quand je vois ça j’ai envie de pleurer, mon pays.Tant qu’on ne sera pas discipliné le chemin sera long. L’autorité parle mais si personne n’écoute ? Chacun n’a quand parler à ses proches. Sinon on est tous dedans.

      Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 11:22, par Patarbtalle En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    En tout cas, moi je pense que tant que le gouvernent ne réglera pas cette histoire d’incivisme, ça sera toujours pleins d’énergies et peu de résultats. Je sais que c’est une responsabilité collective. Le civisme se décrète pas ça se vit, ça se cultive. Tant que les citoyens continueront à faire ce qu’ils veulent dans un état de droit et dans une situation exceptionnelle çà sera dur. Quand des gens confinés fuient leurs lieux soit disant qu’ils sont pas bien traités, il y’a de quoi s’alarmer. Là le pays ne semble pas être gouverné. Au premier moment avec le fameux couple quittes de je sais où, on disait qu’on avait des mesures prises. Mais voilà avec la fuite de ceux venus de la Tunisie, comment peut on interpréter ça ? Ce triste. Il faut pour une fois pour toute une fermeté du gouvernement. Ça se peut pas. Quand des inconscients continueraient de célébrer des baptêmes d’enfants en plein air, quand des gens parce qu’on a décidé de plus prier à l’église ou à la mosquée, continuent de s’entasser au bord des voies soit disant pour respecter leurs rites ça sent pas. Soit ce des récalcitrants soit ces des gens qui n’ont rien compris de pourquoi ne plus se rassembler. Comme ils veulent le paradis, qu’ils y aillent en même temps. Quand des commerçants véreux et inconscients continuent leur quotidien aux abords de marchés fermés, il y’a de quoi s’inquiéter. Ce qui m’inquiète, ce que le nombre de contaminés augmente de jour en jour. Et nous ne sommes pas loccident. On a pas les moyens. Où allons nous avec tout ça ? Quand est ce que le nombre va diminuer ? Et tout cas, je pense qu’il faut donner vraiment carte blanche aux FDS de sévir et de punir. Le Burkinabé post insurrection ne connaît plus rien sauf le fouet. Trop d’indiscipline. On se contamine dans la journée et on se confine la nuit pour contaminer nos pauvres petites familles. Ce ça la réalité. Voyez vous la Chine, malgré son nombre démographique a pu s’en sortir. Ce grâce à la discipline. Continuons de laisser les gens faire ce qu’ils veulent, continuons dans ce laxisme toujours prononcé, on va récolter du mauvais. Quand lOMS nous a dit de nous réveiller, j’ai pensé immédiatement à notre pauvre Burkina. Sachant qu’on est toujours Parmi les derniers de la classe dans les décisions énergiques. L’aide oui mais il faut que ça s’arrête. On va passer tout le temps à se focaliser sur l’aide. Hors ce les mêmes personnes aidées qui créent toujours le désordre en respectant rien des consignes. Focalisons nous sur les moyens énergiques d’éradication de la maladie au lieu de s’apitoyer sur l’aide. Voyez actuellement sur les lèvres des burkinabés, ce les mesures d’accompagnement du Chef de lEtat. On pense même plus à comment nous allons nous unir vite autour du chef de l’état et de son gouvernement pour terrasser la maladie et retrouver vite notre quotidien, nos économies, nos mosquées et églises, nos lieux de travail, notre mobilité. Non non c’est l’aide seulement du gouvernement qui nous intéresse. Regardez en Afrique de l’Ouest, on est toujours parmi les derniers de la classe en développement mais toujours 1er ou parmi les 1ers de la classe quand il s’agit de cumuler tous les malheurs et misères du monde. Tout ça ce en partie dû à l’indiscipline et au laxisme. Ce triste, il faut que nous re-cultivions notre citoyenneté pour être des citoyens responsables. Et que chacun joue pleinement son rôle. On a décrété des mesures mais sans coercition derrière pour accompagner , le burkinabé est ce qu’il est. Il faut que ce qui est fort soit juste mais aussi que ce qui est juste soit fort.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 13:01, par Adama Ouédraogo En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Bonjour ! Je voudrais attirer votre attention à tous sur les faits qui se déroulent actuellement dans notre pays ! Il s’agit de tous ces dons et autre qui se font pour aider à gérer la pandémie du covid19 . C’est bien mais depuis cinq ans que nos fds luttent et meurent contre le terrorisme sans mème un soutien avec de l’eau en sachet ! La pandémie du covid19 va passer et nous nous retrouverons encore face à cet autre mal qui tue sinon plus autant que le covid19. Les fds n’ont peut-être pas de cadre de revendication mais nous penser à faire quelque chose comme créer un commité de soutien aux fds dans la cadre de la lutte contre le terrorisme !

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 14:56, par Victor En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Bravo ! Mais si on fait une comparaison avec le Sénégal je dirais quon à beaucoup de mort. Le Sénégal à enregistré 152 guérisons ce 11 avril et uniquement 2 décès. Donc ya 123 cas qui sont sous traitement

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 18:58, par Christian En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Pourquoi pas de graphiques, de courbes ?
    Cela simplifie la lecture, la compréhension.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril 2020 à 21:29, par caca En réponse à : Covid-19 au Burkina : Depuis un mois, des chiffres sans cesse croissants

    Le mieux c’est éviter toute contamination et se retrouver à l’hôpital. En France, il existe des témoignages de patiences malheureusement morts du covid 19 dont la contamination était à l’hôpital. C’est pourquoi il faut respecter les mesures de distanciation sociale, et éviter des sorties ou regroupement inutiles. Si l’hôpital Blaise Compaoré est déjà insalubre à qui la faute ? Ce n’est du tout pas le comité de la riposte qui serait responsable de l’insalubrité de ce joyau à peine quelque années d’existence. Construire un bâtiment c’est une chose, mais l’entretien dépasse la somme utilisée pour la construction. Au Burkina, il n’a jamais un budget conséquent pour entretenir les infrastructures.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le COVID-19 : Trois tunnels de désinfection pour l’aéroport international de Ouagadougou
Covid-19 au Burkina : 2 nouveaux cas à la date du 10 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 : Le Burkina se prépare à effectuer d’éventuels essais cliniques de vaccins
Covid-19 au Burkina : 3 nouveaux cas à la date du 09 mai 2021
Covid-19 au Burkina : Neuf nouveaux cas et quatre guérisons à la date du 7 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 : Des comprimés de chloroquine et des comprimés de paracétamol « made in Burkina » livrés par l’IRSS (CNRST)
Covid-19 au Burkina : 4 nouveaux décès et 97 cas actifs à la date du 03 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 au Burkina : Les tests de dépistage pour les voyageurs de la zone UEMOA sont fixés à 25 000 FCFA
Introduction du vaccin contre le COVID au Burkina : Une enquête diligentée pour recueillir les attentes de la population
COVID-19 au Burkina : 18 nouveaux cas et 15 nouvelles guérisons à la date du 27 avril 2021
Covid-19 au Burkina : 19 nouveaux cas à la date du 22 avril 2021
Covid-19 au Burkina : 16 nouveaux cas à la date du 21 avril 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés