Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le meilleur temps pour réparer sa toiture, c’est lorsque le soleil brille.» John Fitzgerald Kennedy

Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

Le Plan national de développement économique et social (PNDES) s’est engagé sur trois chantiers majeurs pour le développement du Burkina. Ce sont la réforme des institutions et la modernisation de l’administration publique, le développement du capital humain et la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie. A l’an quatre de la mise en œuvre de ce plan national, le rapport, dressé par le secrétariat permanent du PNDES, fait état d’une mise en œuvre satisfaisante avec une compromission des résultats escomptés du fait de la situation sécuritaire difficile.

Le premier axe a essentiellement concerné les reformes dans les domaines de la justice et des droits humains, de la défense et de la sécurité, de la bonne gouvernance et enfin du secteur des finances.

Sur ce dernier aspect, le taux de croissance moyen sur la période a été de 5,72%, celui de l’inflation de 0,62% avec un pic de 1,5% en 2018 et le déficit budgétaire de 4,65%. Autres points qui requièrent une attention particulière portent sur le ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales qui a été en moyenne de 50,87% et le taux de prévisibilité de l’aide de 75,29%. Concernant le financement du PNDES, en fin septembre 2019, 56,3% des ressources propres ont été mobilisés, soit 5 531,48 milliards de FCFA sur une cible de 9 825,2 milliards de F CFA pour 2020 et une mobilisation des ressources extérieures, au 30 septembre 2019, de 3 833,24 milliards F CFA.

Au plan de la production économique, les parts contributives des différents secteurs sur le PIB, sont en moyenne de 20,63% pour le secteur secondaire, 5,86% pour l’industrie manufacturière et de 9,17% pour l’industrie extractive. Le solde moyen de la balance commerciale s’est fixé à - 0,4% avec un taux de 0,7% en 2018. La part des deux premiers produits d’exportation (l’or et le coton) dans le total des exportations a aussi été en moyenne de 79,93% et enfin le nombre d’entreprises créées a été de 11 661 en 2016, de 12 609 en 2017 et de 12 511 en 2018. Entre 2016 et 2018, la part du budget de l’Etat transférée aux collectivités territoriales, reste faible à 4,1%.

Les principales réformes réalisées dans le secteur de l’économie et des finances sont la création de la Banque pour le financement de l’agriculture, la création de la Caisse des dépôts et consignation (CDC), la mise en place de la facture normalisée, l’informatisation des moyens de déclaration et de paiement des impôts de la DGI et l’amélioration du cadre programmatique de l’action gouvernementale.

Le rapport Doing business de la Banque mondiale a classé le Burkina Faso 151è/190 pays, soit une dégradation de la situation par rapport à 2017 (148/190). Les projections envisagent de positionner le pays 130è/190 en 2020.

Dans le secteur de la santé, la construction de nouveaux centres de santé a contribué à réduire la distance à parcourir de 3 000 mètres en moyenne, pour atteindre un centre de santé. Le nombre d’habitants pour un personnel de santé a aussi diminué entre 2016 et 2018 pour tout type de personnel considéré, particulièrement pour les médecins, passant de 15 836 habitants par médecin en 2016 à 12 000 habitants par médecin en 2018. La gratuité des soins a délivré plus de 53 millions d’actes médicaux entre 2016 et octobre 2019 pour un coût de plus de 96 milliards F CFA. Ce qui a permis entre autres de réduire de manière drastique les taux de mortalité maternelle et infantile.

Au plan sécuritaire, le taux de maillage du territoire national en services de sécurité opérationnels, est passé de 60% en 2016 à 70% en 2019. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, une Brigade spéciale des investigations anti-terroristes et la lutte contre la criminalité organisée (BSIAT) a été créée par décret N°2018-0974/PRES/PM/MSECU/MJDHPC/MINEFID du 29 octobre 2018 portant création, organisation, attributions et fonctionnement de la BSIAT et est fonctionnelle. Afin de permettre au secteur Défense et Sécurité d’enregistrer des performances satisfaisantes, le rapport note que des défis majeurs doivent être relevés.

Il s’agit de renforcer la coopération entre les Forces de défense et de sécurité burkinabè et celles des pays voisins ; de renforcer la collaboration entre les Forces de défense et de sécurité et les populations et de poursuivre l’équipement des Forces de défense et de sécurité en logistique adaptée à la lutte contre le terrorisme et la criminalité.

Sur le secteur de l’habitat et de l’urbanisme, le point fort a été la construction des logements sociaux. Sur une prévision globale de 40 000 logements sociaux, 4 078 ont été réalisés de 2016 au 31 octobre 2019.

Au titre des travaux de bitumage, le linéaire total de routes en travaux de bitumage et renforcement est de 2 136,17 km (réseau classé et voiries urbaines) dont environ 615.24 km de route dont les travaux de bitumage et/ou de renforcement sont achevés, 609,03 km en cours d’exécution et 911,9 km en instance de démarrage. Le linéaire total des routes ayant reçu un entretien courant s’élève à 8 059,96 km.

Le bilan fait mention d’autres secteurs tels que le transport et la sécurité routière, la culture, le sport et les loisirs, le secteur de l’information et de la communication, pour lesquels il y a eu des réalisations mais qui sont loin derrière les prévisions.
" Nonobstant ce contexte difficile, la mise en œuvre des politiques publiques d’opérationnalisation du PNDES a permis de renforcer la résilience de notre économie qui s’inscrit désormais dans une dynamique de croissance plus forte de 6,3% en moyenne entre 2016 et 2018 contre une moyenne de 5,4% sur la période 2011-2015", lit-on dans le rapport des quatre ans du PNDES.

Le document précise que les résultats auraient été meilleurs n’eût été l’ampleur des attaques terroristes auxquelles le Burkina Faso fait face et qui ont eu entre autres conséquences, les nombreuses pertes en vies humaines, les destructions de biens, les fermetures de lieux d’apprentissage, de centres de santé, de services administratifs et les déplacements de populations. Les nombreuses revendications salariales, auxquelles le gouvernement a dû faire face, ont également entravé la réalisation diligente des résultats attendus du Plan. Le rapport ne fait cependant pas mention du taux global de réalisation du PNDES quatre ans après sa mise en œuvre.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 janvier à 09:11, par sankara saidou En réponse à : Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

    merci pour ce point qui donne des informations sur la mise en œuvre du PNDES. ce point aurait ét plus intéressant si on abordait la question de l’éducation avec la réalisation de lycées professionnel, de lycées technique et de lycées scientifiques. certes ce qui est ressorti est bon mais il aurait fallu plus pour donner plus d’informations

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 09:41, par kwiliga En réponse à : Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

    "fait état d’une mise en œuvre satisfaisante avec une compromission des résultats escomptés"
    J’ai du mal avec ce genre de phrases.
    La première traduction qui m’apparait est : on est content de ce qu’on a fait, mais ça ne fonctionne pas.
    On continue à être leader dans le championnat du monde de l’auto-satisfaction.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 11:05, par Volta Noire En réponse à : Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

    Le PNDES n’est qu’un gros carton vide. Le gouvernement de roch Kaboré n’a fait que réchauffer les anciens projets de la SCADD, dont les études de faisabilité étaient déjà élaborés. En parlant de bitumage du réseau routier, toutes les inaugurations auxquelles nous avons assisté sous le régime Kaboré ne sont que des projets d’infrastructures routières conclus par le régime Compaoré et ratifiés sous la Transition :

    1. Loi N°006-2015/CNT portant ratification de l’ordonnance N° 2014-009/PRES du 08 Septembre 2014 portant autorisation de ratification de l’accord de prêt conclu le 20 mai 2014 à Kigali entre le Burkina Faso et la Banque Arabe pour le Développement économique en Afrique (BADEA) pour le financement partiel du projet de route Kongoussi-Djibo Tronçon 1 « Kongoussi-Yargo »

    2.Loi N°011-2015/CNT portant autorisation de ratification de l’accord de prêt N°2UV-0144 conclu le 14 janvier à Rabat au Royaume du Maroc entre le Burkina Faso et la Banque Islamique de Développement (BID) pour le financement du projet de construction et de bitumage de la route Kantchari-Diapaga-frontière du Bénin.

    3.Loi N°008-2015/CNT portant autorisation de ratification de l’ordonnance N°2014-17/PRES du 20 Octobre 2014 portant autorisation de ratification de l’accord de prêt ITISNA’A N° 2UV-0139 conclu le 19 Février 2014 en Arabie Saoudite14 janvier entre le Burkina Faso et la Banque Islamique de Développement (BID) pour le financement du projet de construction et de bitumage de la route Dédougou-Tougan.

    4.Loi N°009-2015/CNT portant ratification de l’ordonnance N°2014-010/PRES du 8 Septembre 2014 portant autorisation de ratification des accords de prêt N°2013105/PR BF 2014 10 00 et N°2013106/PR BF 2014 10 Bis 00, conclus le 27 mars 2014 à Yamoussoukro en République de Côte d’Ivoire entre le Burkina Faso et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) pour le financement partiel du projet d’aménagement et de bitumage de la route Nationale (RN 21) Didyr-Toma-Tougan au Burkina Faso.

    5.Loi N°044-2015/CNT portant autorisation de ratification de l’accord de prêt N° 2013067/PR BF 2013 28 00 conclu le 25 Octobre 2013 à Dakar entre le Burkina Faso et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) pour le financement partiel du projet d’aménagement de la section urbaine de la RN04 allant du croisement RN04/RN03 à l’échangeur de l’Est à Ouagadougou au Burkina Faso.

    6.Loi N°007-2015/CNT portant ratification de l’ordonnance N° 2014-007/PRES du 17 Juillet 2014 conclu le 25 Octobre 2013 portant autorisation de ratification de l’accord de prêt N° 2100150030394 conclu le 9 Janvier 2014 à Ouagadougou entre le Burkina Faso et le fonds Africain de Développement (FAD) pour le financement partiel du projet d’aménagement de routes de désenclavement

    7.Loi N° 010-2015/CNT portant ratification de l’ordonnance N°2014-002/PRES du 13 mai 2014 portant autorisation de ratification de l’accord de prêt N° 088/AP/LA/BIDC/EBID/01/2014 conclu le 10 Janvier 2014 entre le Burkina Faso et la banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) pour le financement partiel du projet de réhabilitation de la route communautaire CU9 et facilitation du transport sur le corridor Lomé Ouagadougou : Tronçon Tenkodogo-Ouada (28 km) au Burkina Faso.

    Donc, il faut que les concepteurs du PNDES aient l’humilité ou l’honnêteté de reconnaître le travail de ses prédécesseurs.

    Répondre à ce message

  • Le 7 janvier à 11:32, par Citoyen Oprimé En réponse à : Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

    Moi personnellement, je ne savais pas que le PNDES prôné par un parti socialiste tel que le MPP allait appauvrir les burkinabé. Regardez toutes ces nouvelles taxes et ces hausses d’impôts sur les véhicules, les boissons non alcoolisées, les billets d’avion, la parfumerie, les armes à feu, le café, le thé et bien d’autres produits... Ces mesures fiscales viennent même remettre en cause des acquis sociaux pour l’investissement. Or, vous savez que c’est l’investissement qui crée la richesse dans un pays. C’est regrettable !

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier à 09:02, par PATRICK En réponse à : Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?

    PNDES : Plan National de Déstabilisation Economique et Social !!
    C’est bien beau d’avoir un programme de developpement Economique et Social pour le très cher BURKINA-FASO.
    Avec une bonne politique qui consiste à dépouiller le pauvre citoyen de ses maigreurs de revenus avec des éruptions d’impots.Je me demande si le burkinabè suis cette hausse de près.
    Nos politiciens travaillent vraiment !!
    C’est très remarquable car 2020 s’annonce et on est entrain de gratter les voies dans les différents quartiers pour battre de nouveau campagne !
    On ne peut, peut etre pas prévoir le terrorisme en venant au pouvoir,mais pour ce qui est des diverses attentes des citoyens burkinabè,concernant l’amélioration des conditions de vie et autres je pense que certains eurent dit etre la SOLUTION et surtout quand on est capable d’améliorer cas par cas les conditions !c’est ça l’autorité !
    Alors ne dites pas aujourd’hui qu’on a des difficultés dans cette SOLUTION !
    Le gouvernement burkinabé travaille !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
PNDES 2016-2019 : Un Burkina qui dépend de l’extérieur à plus de 40% dans la mobilisation des ressources
PNDES : L’évaluation des trois premières années validée
Plan national de développement économique et social (PNDES) : Quels résultats après quatre ans de mise en œuvre ?
Mise en œuvre du PNDES : L’Agence française de développement apporte 39 milliards de F CFA
Communication autour du PNDES : Le concours des journalistes sollicité
Mise en œuvre du PNDES : Les signaux sont au vert, malgré un contexte difficile
Transfert des compétences : Le ministère de l’éducation et les collectivités territoriales se concertent pour plus d’efficacité
Journées de la commande publique : Rendre le système efficace pour atteindre les résultats du PNDES
Mise en œuvre du PNDES : Les partenaires techniques et financiers prêts à « accélérer leurs appuis »
Mise en œuvre du PNDES : 217,7 milliards de francs CFA d’intention de financement pour le PUS et le PADEL
PNDES : Faire du secteur agro-sylvo-pastoral un facteur du « décollage économique du Burkina »
Mise en œuvre du PNDES : une conférence internationale pour faire le bilan à mi-parcours
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés