Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »

Accueil > Actualités > International • • mercredi 13 novembre 2019 à 23h15min
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »

Au Forum de Paris sur la paix qui a débuté lundi dans la capital française, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a mis en garde contre les « cinq fissures grandissantes » auquel le monde est confronté et a prévenu que le statu quo n’était pas tenable. Le Forum, qui porte sur les questions de gouvernance mondiale et de multilatéralisme, se déroule du 11 au 13 novembre et rassemble des chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants d’organisations internationales et des acteurs de la société civile afin d’examiner les défis mondiaux et d’élaborer des solutions pratiques. Il s’agit de la 2e édition de ce forum.

« Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable. Quel État peut aujourd’hui réparer ces fissures seul, isolé du reste du monde ? Aucun », a déclaré M. Guterres dans son discours d’ouverture.

Le chef de l’ONU a évoqué en particulier cinq risques globaux :

Le danger d’une fracture économique, technologique et géostratégique. « Une planète divisée en deux, qui verrait les deux plus grandes puissances économiques asseoir leur pouvoir sur deux mondes séparés en compétition », a-t-il dit en référence implicite aux Etats-Unis et à la Chine.

Une fissure du contrat social. « Nous assistons à une vague de manifestations dans le monde entier », a-t-il noté, relevant deux points communs entre tous ces mouvements de protestation : « une défiance de plus en plus grande des citoyens envers les institutions et dirigeants politiques » et « les effets négatifs d’une mondialisation associée aux progrès technologiques » qui accroissent « les inégalités au sein des sociétés ».

La fissure de la solidarité. « La peur de l’étranger est utilisée à des fins politiques. L’intolérance, la haine deviennent banales. Des personnes qui ont tout perdu se voient désignées comme la cause de tous les maux. Cette instrumentalisation accentue la polarisation de la vie politique et le risque de sociétés fracturées », a-t-il dit.

La fissure entre la planète et ses habitants. « La crise climatique est une course contre la montre pour la survie de notre civilisation », a-t-il souligné.
La fracture technologique. Les nouvelles technologies représentent un potentiel fantastique mais elles peuvent également être « un facteur de risques et d’accélération des inégalités », a-t-il déclaré.

Le multilatéralisme doit s’adapter aux défis d’aujourd’hui et de demain

Dans ce contexte, le Secrétaire général de l’ONU estime que le monde a « besoin d’un système universel, respectueux du droit international et organisé autour d’institutions multilatérales fortes ». « Nous avons besoin de plus de solidarité internationale, de plus de multilatéralisme. Mais d’un multilatéralisme qui s’adapte aux défis d’aujourd’hui et de demain », a-t-il ajouté.

Nous devons penser le multilatéralisme en réseaux, au plus près des populations -

António Guterres a expliqué que c’est pour cette raison qu’il a lancé des réformes visant à rendre l’ONU plus efficace et plus agile.

« Au-delà, nous devons penser le multilatéralisme en réseaux, au plus près des populations. Il nous faut travailler main dans la main avec les organisations régionales, mais également les institutions financières, les banques de développement et les agences spécialisées », a-t-il ajouté.

Il a pris l’exemple du Sahel, où l’ONU coopère avec les gouvernements, l’Union africaine (UA), la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le G5 Sahel, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque africaine de développement (BAD), l’Alliance Sahel, et les pays donateurs afin de répondre aux enjeux sécuritaires et de développement de façon coordonnée et intégrée.

Selon le chef de l’ONU, la coopération internationale ne peut se contenter des seuls acteurs institutionnels et il a plaidé en faveur de la pleine participation de la société civile, dont la jeunesse, des milieux économiques, universitaires et philanthropiques.

« Cette vision d’une coopération inclusive est au cœur de la réflexion que nous lançons à l’occasion du 75ème anniversaire de l’ONU », a-t-il conclu. António Guterres a rappelé que tout au long de l’année 2020, un dialogue ouvert aux citoyens du monde entier permettra de recueillir des idées pour faire face aux défis et encourager l’action collective.

Vos commentaires

  • Le 13 novembre à 23:08, par yannick En réponse à : António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »

    Paroles, paroles......une fois les diagnostics connus qu’elles sont les actions entreprises par l’Organisation des Nations Unies, Monsieur le secrétaire général ?
    C’est au siège de l’ONU que des décisions injustes ont été prises et qui déstabilisent le monde ( la guerre en Irak contre Saddam Hussein suites à des mensonges et manipulations,la destabilisation de la Lybie et la mort de son leader etc...car la liste est longue).
    L’ONU doit restée neutre et impartiale à mon avis mais je ne crois pas que ce soit le cas.
    Les conséquences des errements de l’ONU sont innombrables et deux continents subissent:l’Afrique et l’Asie(les guerres,les rébellions,le terrorisme,la famine,les inondations,les maladies,les millions de déplacés).C’est inquiétant, très inquiétant.
    Que Dieu protège les faibles que nous sommes.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 08:55, par A qui la faute ? En réponse à : António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »

    Propos très véridiques mais malheureusement l’ONU reste un outils des USA et des autres puissances. Comme son nom l’indique ce n’est pas un secrétaire qui va faire bouger son employeur, les pays qui cotisent. Le secrétaire général de l’ONU a moins de poids qu’un ministre américain, britanique ou français. C’est pour cela que ce poste se balande souvent dans les mains des pays pauvres, des bénis oui oui

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés