Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur réciproquement !

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • samedi 21 septembre 2019 à 23h45min
Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur réciproquement !

Le Soum est l’une des quatre provinces de la région administrative du Sahel constitué de neuf départements. Depuis 2016(Human Right Watch, 2017), cette province est particulièrement menacée par la violence politique (au sens de Bosi, 2012).Il y a quelques jours un groupe armée aurait menacé d’occuper Djibo, le chef- lieu de la province.

L’auteur de cette réflexion escompte, d’une part, fouetter l’amour propre des soumois et en particulier celui des djelgobè afin qu’ils puisent dans leurs ressorts psychologiques les ressources nécessaires pour continuer à vivre d’autant que ceux qui menacent leur quiétude ont peur de vivre. D’autre part, il invite les uns et les d’autres de cesser de se faire réciproquement peur.

A l’autorité centrale et aux leaders d’opinions locaux de jouer leurs partitions en prospectant les axes ci-dessous énumérés dont il tire de son Interprétation des résultats de recherches empiriques. Jusque-là, nous avions progressivement assisté à une victimisation jamais égalée eu égard au pourrissement du contexte sociopolitique national ainsi que des excès langagiers de pêcheurs en eau trouble qui ont opté manifestement pour une agression idéologique.

La peur est un sentiment humain et comme pour tout sentiment, la peur peut prendre des proportions inquiétantes, et démesurées dans la vie d’une personne, et se transformer en une émotion paralysante comme la phobie, ou la frayeur, devenir obsessionnelle, et virer au cauchemar ou à la paranoïa. La stratégie des groupes armés consiste à : « infliger des dommages matériels, psychologiques et symboliques à des individus et/ ou à leurs biens dans le but d’obtenir le soutien ou l’opposition de publics variés à des changements politiques, sociaux et/ou culturels (Bosi, 2012) ». La rhétorique martiale en tant que réponse a montré ses limites en ce que la violence alimente la violence. Le point de la situation a été suffisamment documenté, il nous reste qu’à former le poing. Que faire face aux appétits d’un groupe armée ?

1. Mille poussins réunis font quand même peur à l’épervier

Les résultats d’une recherche que nous avons publiés en 2018 montraient plus généralement que lorsque dans une région administrative, une personne sur deux, au moins, affirme n’avoir pas peur des attaques armées, cela réduit de 7:3% la propension à la peur dans cette région, et ce comparativement aux régions où le taux de serénnité(n’a pas peur des attaques armées) n’excède pas les 49%( taux de sérénité au plan national).

2 Assurer l’effectivité de la présence d’un poste de police ou de gendarmerie

Certes, les rapports de confiance entre la population et les FDS sont contrariés, mais nos travaux ont mis en évidence au travers d’une recherche empirique publiée en décembre 2018 que la présence d’un poste de police ou de gendarmerie réduit de 13 ; 6% la propension à avoir peur des attaques armées (IPERSO, 2018).La situation actuelle recommande stratégiquement que les forces de défense maintiennent une position avancée.

De ce fait les forces de défense et de sécurité devraient voir leur dotation en équipements de combat augmentés, disponibilités. Et Compte tenu de l’hyper mobilité de certains acteurs de l’insécurité(IPERSO), il est serait intéressant d’envisager la création d’une unité combattante motorisée ainsi que des checkpoints (IPERSO, 2017).Les postes de contrôle ne sont pas appréciés à leur juste valeur en ce que les« descendez- montez- ! » sur la RN 22(Ouagadougou Kongoussi-Djibo) sont jugés épuisants et occasionnant des pertes de temps durant les voyages.

3 Poursuivre l’identification des acteurs de l’insécurité

L’insécurité dans les espaces culturels du Djelgodji et du Macina est multiforme (THIAM, BEMAHOUN, BARRY).On y distingue des bandits de grands chemins (Oumarou Idrissa Yéro),les règlements de compte en lien avec les conflits centenaires(IPERSO,2017), les extrémistes réligieux ( Ansarul islam). C’est un truisme que d’affirmer que cette situation d’insécurité profite à certains .Si tout est parti par le groupe extrémiste Ansaroul Islam affaibli depuis mai 2018(Le serpent n’est pas encore mort ! ! ! ). Des combattants du groupe ansaroul Islam, affirment que ni Amadou Couffa,ni Malam Ibrahim Dicko n’a une fois défendu une « question peule » , laquelle a un contour flou(THIAM, 2017).

4 Sensibiliser à la non exagération des faits

L’exagération des faits alimente la radicalisation tout comme les frustrations. On se souvient de ce rapport de Human Right Watch intitulé : « le jour nous avons peur de l’armée et la nuit des djihadistes ». Ledit rapport a été élaboré sur la base d’entretiens afin de documenter les abus par des islamistes armés et par des membres des forces de sécurité au Burkina Faso.

Si tel est le cas, pourquoi saheliens du Soum à qui le rapport fait un clin d’œil fuyez la terre de vos aïeux ? C’est quoi le projet comme on dit dans le jargon populaire ? Par conséquent, c’est participer à L’excitation de l’émotion populaire et le dressage contre l’Etat, en entretenant toujours et encore une distance avec celui-ci (International Crisis Group(2017), IPERSO(2017)).

Conclusion

En somme,nous sommes fondés à croire que l’implémentation des quatre(04) axes ci- cités pourrait ramener la quiétude. Il Y a pire qu’échouer, c’est de ne jamais essayer. De par le passé, dans les années 93- 94, les populations ont courageusement affronté la situation insécuritaire créée par les touaregs de l’Azawad.

Les valeurs ( courage, ténacité, honneur) du « Djelgowo »ont été des adjuvants qui ont permis d’affronter cette situation. Si nous voulons rester digne de nos ancêtres, ce n’est pas en se faisant peur réciproquement en relayant via les TIC des messages du genre que « la police a quitté djibo ». Pour sûr, nous vaincrons ceux qui nous endeuillent et menacent de prendre Djibo :« La patrie ou la mort, nous vaicrons ! ».

Il n’y a pas d’alternative crédible que de résister ou de périr lâchement. Cette Dernière attitude ne nous ressemble pas ! C’est pourquoi soutenons- nous avec le politologue états-unien Dwight Macdonald ceci : « Don’t agonize, organise ! ».Car c’est de notre responsabilité citoyenne, en effet. Et Aussi, en raison du fait que la « peur est mauvaise conseillère ».Residants des communes de Djibo, Barouboulé, Nassoubou,Diguel, Tongomael,Pôbé- Mengao,Koutougou,Arbinda, formez le poing aujourd’hui, et la postérité fera le point demain.

BEMAHOUN Honko Roger Judicael
honkoroger@gmail. Com
+226 70 09 1245/ +226 74 56 67 34


Du même auteur
Pour aller plus loin, veuillez lire aussi, les productions suivantes du même auteur :
.Extrémisme violent dans l’espace culturel du Djelgodji : Facteurs associés et
modalités de tigation(http://iperso.org/wa_files/Raport_20HONKO_2814_20aout_202018.pdf) ;
.Ce qui explique que des burkinabè n’aient pas peur des attaques armées : Une
analyse économétrique à partir d’un modèle dichotomique(http://iperso.org/wa_files/ce_20qui_20explique_20que_20des_20burkinab_C3_A8_20n_27aient_20pas_20peur_20des_20attaques_20arm_C3_.pdf) ;
• Confiance institutionnelle au Burkina Faso : Examen en analyse multiniveau sur la décennie 2008 à 2018(http://iperso.org/wa_files/confiance_institutionnelle_bfa_2008_a_2018.pdf

Ouagadougou, le 19 octobre 2019

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 17:04, par Yiriba En réponse à : Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur Réciproquement !

    Le malheur qui actuellement tombe sur des pays sélectionnés comme le Burkina, Mali, Niger ne découle pas du hasard. C’est depuis que ces pays du Sahel ont commencé à découvrir le pétrole et les métaux précieux, L’exploitation des ces ressources naturelles est plus rentable pour les pays exploitants dans un contexte de KO. Ne faisant pas assez confiance aux forces internes et populaires, les gouvernements de ces pays du sahel ont remis leur sécurité entre les mains des étrangers. La liberté, l’indépendance et le savoir scientifique (exemple exploiter ses propres ressources) ont un prix. Alors, il nous revient à nous Africains de se faire confiance et de s’organiser pour ne pas avoir à payer un prix excessif pour exploiter nos ressources naturelles ou de posséder une monnaie régionale. Rien n’est gratuit ou ne sera facile à moins d"être ignorant..

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 20:53, par jeunedame seret En réponse à : Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur Réciproquement !

    Belle philosophie de vie B. ROGER. Vraiment la peur détruit toujours et fait l’affaire de l’ennemi. Ne dépêchons pas notre victimisation. Il faut cultiver un esprit audace pour gagner moralement et servir comme alternative aux camps de déplacés. Il y a toujours quelque chose de plus important que la peur.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Commémoration du 15-Octobre : « Thomas Sankara, une fierté africaine »
L’Afrique doit basculer à la mécanisation pour atteindre les objectifs de développement durable
Burkina Faso : « Ces incohérences de nos politiciens ! »
Burkina Faso : « L’inefficacité de la démocratie fait le lit de la tyrannie »
Situation sécuritaire au Burkina : « Organiser la résistance populaire pour contrer le terrorisme »
Evacuations sanitaires : « Ces braves Burkinabé qui ne sont pas égaux aux autres ! »
Politique : « Quid de l’opportunité des sanctions récentes prises au CDP » ?
Province du Soum : Arrêtons de nous faire peur réciproquement !
Lutte contre le terrorisme : « Privilégier l’option des forces spéciales aux opérations d’envergure »
Lettre ouverte au ministre de la culture des arts et du tourisme
Lettre de Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou Soulama
Racisme dans le football européen : « Les singes ne ressemblent-ils vraiment qu’aux seuls Noirs ? »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés