Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Lettre de Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou Soulama

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • jeudi 19 septembre 2019 à 14h59min
Lettre de  Léonce Koné au président du CDP : « Une publicité faite à dessein malveillant », selon Mahamoudou  Soulama

Il circule in box sur WhatsApp, publiée par le canard burkinabè "Le Pays" et son homologue en ligne LeFasonet, une correspondance officielle, en principe interne à leur parti en commun partage, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), ex-parti politique dirigeant du Burkina Faso de sa création le 06 février 1996 au 31 octobre 2014, du doyen d’âge Léonce KONÉ,...adressée à son frère cadet de 15 ans, mais Président en exercice de leur formation politique d’appartenance, Monsieur Eddie KOMBOÏGO.

Depuis la nuit de mardi 17 septembre 2019 que circule ce courrier, au mépris total de ce qu’il est réputé PRIVÉ, interne strictement au parti, à l’occasion du fonctionnement duquel se situe l’origine de l’objet de cette lettre rédigée intuitu personae.

Une publicité faite à dessein malveillant, d’un document lui-même à forte teinte de négativité, conçu dans le but exclusif d’offenser, le vidant ainsi de sa quintessence originelle qui était pour son auteur, d’exprimer son "mécontentement" d’avoir été pourtant à juste titre approché pour rendre compte de son absence à une réunion importante de l’organe dirigeant du parti, organe dont relève l’auteur de la correspondance objet, comme je le précisais tantôt ci-dessus, d’une diffusion malveillante depuis la soirée d’hier mardi 17 septembre de cette année 2019.

D’emblée, l’apostrophe de l’auteur du texte, le doyen Léonce KONÉ, est, on ne peut plus, sans la moindre ambiguïté quant à sa volonté d’attenter à la respectabilité du destinataire de sa missive, son jeune frère Eddie KOMBOÏGO ; rendez-vous compte de vous-mêmes, bonnes gens, ici :

"... Par courtoise envers les membres du BPN, je vous ai adressé un courrier pour m’excuser de mon absence, (...) Vous auriez tort de voir dans cet acte de politesse le signe d’une quelconque obédience à votre égard ou encore moins d’une faiblesse qui vous autoriserait à me demander des explications sur mes activités et en particulier sur ma présence ou mon absence à telle ou telle réunion."

La messe est dite :

le doyen Léonce KONÉ n’a aucune espèce de respect pour le rang hiérarchique de Président du CDP occupé par son jeune frère Eddie KOMBOÏGO.

Il a tort sur ce point ; parce que l’occupation du poste présidentiel du parti, n’a aucune commune mesure avec...l’age de son occupant ; son frère cadet Eddie KOMBOÏGO lui a ravi à lui et à son camarade frondeur allié Boureima BADINI, les fonctions présidentielles du parti à l’issue d’une élection organisée au sein de la famille politique. Élection à l’issue de laquelle l’allié Boureima BADINI du doyen Léonce KONÉ a été battu nettement !

Ce faisant, l’irrespect dédaigneux qu’il affiche à l’égard de son supérieur hiérarchique de président de la famille politique à laquelle tous ils appartiennent, c’est au demeurant à...LUI-MÊME Léonce KONÉ qu’il manque de respect avec un tel mépris ; parce que lui-même Léonce KONÉ est comptable de l’élection à la présidence du parti de leur camarade Eddie KOMBOÏGO !

Cette irrévérence à l’endroit du président de la famille politique Eddie KOMBOÏGO, résultant de la frustration née de la défaite enregistrée par le camp Léonce KONÉ et consorts à l’élection pour la présidence du CDP, n’honore pas du tout le doyen KONÉ.

C’est du reste à cause de cette rancœur de mauvais perdant, que l’administration conséquente des affaires du parti par son président Eddie KOMBOÏGO, est constamment sujette à controverse, par sa contestation quasi systématique, par réaction réflexe gouvernée par cette espèce de répulsion quelque peu haineuse nourrie et entretenue à dessein malveillant contre le jeune dirigeant du parti.

Sinon, il est bien possible d’exprimer autrement son mécontentement, que de la façon inconvenante avec laquelle le doyen Léonce KONÉ l’a fait à l’égard de son jeune frère de président du CDP, Eddie KOMBOÏGO !

Sans quoi, M. KONÉ : contrairement à ce que vous lui avez sorti très faussement, la démarche entreprise par Monsieur Eddie KOMBOÏGO, de fournir au parti l’explication conséquente de votre préférence pour aller apporter votre soutien à la candidature déclarée de Monsieur Kadré Désiré Ouédraogo, au lieu d’être présent à la réunion du CDP, ce n’est ni incongrue, ni grotesque.

En effet, il n’y a absolument rien d’inconvenant, de déplacé, pour le Président d’un parti politique, de requérir de son cadre militant de plus amples explications sur son absence, même justifiée, à une réunion importante, lorsqu’il découvre par après qu’au moment de la tenue de la rencontre importante du parti, le cadre absent était à une autre rencontre du type en faveur d’une autre entité politique concurrente.

C’est plutôt cette attitude de l’absent à qui il est requis des explications sur sa conduite, qui est incongrue !

C’est même plutôt ridicule, donc grotesque, que d’exprimer son mécontentement, après s’être rendu coupable d’une telle goujaterie insultant la respectabilité du parti, de son BPN et de son président !

Ça se pose en donneur de leçon de bonne conduite, alors que l’on a dans son œil à soi, bien enfoncée, une grosse poutre qui obstrue sa vue.

Sinon, dites, bonnes gens :

Où avez-vous vu que dans un parti politique que l’on prétend respecter, l’on puisse décider au gré de ses humeurs, de suspendre d’abord puis de reprendre, sa participation aux activités des instances du parti auxquelles l’on appartient, exclusivement en en manifestant ses états d’âme par voie de presse, sans s’encombrer outre mesure pour adresser conséquemment une correspondance au parti sur l’objet de son initiative ?

Est-ce à l’opinion publique que l’on doit d’être membre des instances dirigeantes du parti, ou est-ce au parti, à travers ses instances dirigeantes, que l’on doit de relever de ces organes dirigeants du parti ?

La réponse à cette question, vous l’avez, implacable : c’est au parti, à ses instances dirigeantes, que l’on doit d’appartenir à ces organes dirigeants !

Par conséquent, c’est irrespectueux, incongru et grotesque, de suspendre sa participation aux activités des organes dirigeants d’un parti dont on est cadre militant, sans au préalable en aviser sa direction par voie de correspondance officielle à lui adresser.

C’est le minimum, en matière de...respect.

Et de la même manière, la reprise de sa participation aux activités du parti, doit être signifiée à la direction du parti qui, seule, doit se prononcer sur ce retour de participation, après avoir étudié la correspondance de reprise de participation.

C’est comme ça, que les choses se font, et non de la façon anarchique, Incongrue et Grotesque avec laquelle le doyen Léonce KONÉ et consorts frondeurs ont fait.

C’est nonobstant ces attitudes incongrues et grotesques à l’endroit de la présidence du CDP, que le doyen Léonce KONÉ pousse l’outrecuidance très loin à réagir comme il a fait à l’égard du Président du CDP, avec une telle désinvolture condescendante et méprisante ?

Un peu de tenue, Mr KONÉ, ça ne vous nuira pas. Bien au contraire, ça vous grandira.

Surprenante tout de même votre attitude irrévérencieuse à l’égard du Président du parti, une autorité investie suivant les textes régissant votre famille politique en partage, pour qui vous dites avoir du Respect.

Drôle de témoignage de Respect, M.KONÉ !

Honnêtement, cette goujaterie me surprend personnellement de vous (et je sais ne pas être seul à être ainsi déçu de vous), parce que je vous croyais jusque-là, en regard de votre armature intellectuelle renforcée par une expérience notoire dans l’assumation des hautes responsabilités d’Etat, au-dessus de ce type de bassesse !

Mais voilà, vous venez de me fournir la preuve irréfutable que le degré de sagesse n’est nullement lié à la Quantité d’expériences, ni à la quantité de compétences intellectuelles, livresques en l’occurrence, amassées ; il faut bien plus :

le Self Control qui, n’est rien d’autre que la capacité à maîtriser l’expression de ses émotions, pour n’en laisser paraître à l’extérieur que son aspérité positive qui grandit l’humain dans les rapports conflictuels interpersonnels !

Hum...comme, vous avez vraiment déçu !

Le Burkina Faso et ses populations vont si mal, que l’on a beaucoup mieux à penser que d’assister à la pitrerie que vous nous donnez de voir en ce moment avec la publicité que vous faites mal à propos en ce moment de votre correspondance adressée au Président du CDP, votre parti politique d’appartenance.

Sinon que les autres formations politiques au Burkina Faso, connaissent des problèmes en interne. Mais par Respect pour l’opinion publique, elles évitent de l’embarrasser avec leurs soucis à elles propres !

Prenez-en de la graine, pour laisser tonner en interne, ce qui relève strictement de la vie du parti.

Trêve de flagornerie, nous sommes bien instruits qu’en politique, avait prévenu Euripide :

"Les ruses et les machinations ténébreuses ont été imaginées par les hommes pour venir en aide à leur lâcheté."

Mahamoudou SOULAMA
Consultant, Expert en Communication Politique
Aix-en-Provence, France

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Invitation du président Macron à Pau : Ablassé Ouédraogo parie que nos gouvernants présenteront « de plates excuses »
Insécurité au Burkina : Les propositions de Salvador Yaméogo « avant qu’il ne soit trop tard »
Sentiment anti-français en Afrique : « Est-il encore possible d’aider la France ? » s’interroge Siaka Coulibaly
Terrorisme : « Le Burkina Faso est bel et bien fréquentable ! »
Christophe Dabiré : « Elargir la lutte contre le terrorisme aux pays africains non attaqués est une mauvaise idée »
Burkina Faso : Un « retraité malgré lui » en appelle au Président du Faso et au Premier ministre
Lutte contre le terrorisme : La communication politique actuelle n’est pas à la hauteur
Forum sur la paix et la sécurité en Afrique : « Halte au « Francocentrisme » !
Yacouba Isaac Zida : « Cet ex-officier fait de téflon ! »
Insécurité au Burkina : « Défendre la patrie en danger n’est pas du volontariat, c’est une obligation », estime Christophe Dabiré (philosophe et analyste politique)
Situation nationale : "Soyons dans l’action et non l’incantation", invite Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale
« Volontaires pour la Défense » : Les erreurs stratégiques à éviter
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés