Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET • vendredi 28 juin 2019 à 23h29min
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »

Salimata MANDE est une entrepreneure, créatrice d’une marque dans le domaine du vêtement. Titulaire d’un master en marketing, la jeune femme s’est lancée dans la mode avec sa marque Mandy’S. Elle a jeté son dévolu sur la confection de tenues made in Africa. Zoom sur une passionnée de mode.

Salimata MANDE est la créatrice de la marque de vêtements Mandy’S. Comme la plupart des membres de sa famille, elle est une amoureuse de la mode. Et son estime pour les vêtements ne date pas d’aujourd’hui : « J’ai toujours eu de l’amour pour la mode. J’aime tout ce qui est chic, glamour et élégant ». Adolescente, Salimata imaginait déjà ses propres modèles. Puis un jour, elle décida de se jeter à l’eau. « Un jour, je me suis dit : ‘‘pourquoi ne pas confectionner des tenues selon mon goût, à proposer aux gens ?’’ ». Chose dite, chose faite ! Salimata crée ainsi sa propre marque qu’elle dénomma Mandy’S. Explication : « Mandy vient de mon nom de famille Mandé, et le S, c’est affirmer mon prénom Salimata. J’ai voulu un nom qui m’identifie ».

Ensemble tenue de sport en koko dunda

Du marketing à la mode

Titulaire d’un master en marketing, Salimata MANDE a travaillé dans quelques entreprises de la place, avant de se lancer dans la réalisation de son projet. Pour autant, son diplôme n’est pas mis aux oubliettes. « C’est vrai que la mode occupe une bonne partie de mon temps, mais je propose mes services en freelance à des entreprises. Ma formation en marketing a été une opportunité pour l’entrepreneure que je suis aujourd’hui ».

En effet, Salimata ne cesse de mettre à profit ses connaissances pour booster sa marque. Aussi, « en me lançant dans mon projet, j’avais déjà les moyens techniques. Et mon expérience dans le domaine du marketing m’a permis de faire aisément la promotion de Mandy’S », surtout à travers la communication digitale. Consciente que les réseaux sociaux représentent un vaste marché pour atteindre ses potentiels clients et clientes, elle y est beaucoup active. « Ma marque a une page Facebook et Instagram, où je fais connaître mes confections, à la recherche de la clientèle ».

Une fierté familiale

Avant de créer sa marque Mandy’S, Salimata en a parlé à ses parents. Au départ, ils étaient très sceptiques, bien qu’aimant la mode. « De mon idée, mes parents étaient surpris ; même s’ils savaient que j’adorais la mode, ils ne s’attendaient pas à ce que je me lance dans l’activité. Mais en fin de compte, j’ai reçu un soutien familial. C’est ma mère qui m’a appris à faire le bon choix des tissus qui sont sur le marché. Aujourd’hui, je constate que mes parents ont un sentiment de fierté à mon égard et pour le travail que je fais avec beaucoup de soin et d’amour. Bref, à la maison, on m’appelle Mandy’S au lieu de Salimata ».

Les vêtements made in Africa sont de plus en plus consommés par les Africains. Et de nombreux créateurs, à l’instar de Salimata MANDE, voient de plus en plus le jour au Burkina. Cet intérêt autour de la mode est, selon la promotrice de Mandy’S, salutaire. Et pour cause, « les Burkinabè en particulier, et les Africains en général, prennent conscience que nos vêtements traditionnels n’ont rien à envier à ceux d’ailleurs. La mode représente un marché considérable en Afrique. »

Comme tout entrepreneur, Salimata nourrit des projets : « Être un jour exportatrice de tenues essentiellement confectionnées avec du kôkô donda, du Faso danfani et du pagne traditionnel. En outre, je souhaite avoir des boutiques dans les quatre coins du monde. Je veux que Mandy’S contribue à la promotion du tissu africain. Et pour cela, il nous faut créer des tenues qui sont portables en tout temps et en tout lieu. Avant, nos tissus étaient cousus essentiellement pour des cérémonies. De nos jours, c’est le contraire ; on fait des mélanges, on a des tenues hyper-décontractées et chic ».

Salimata Mandé : « Quand on est une jeune femme et qu’on a des employés plus âgés que soi, il y a souvent de l’incompréhension »

C’est l’effort qui fait les forts

Être dans l’entreprenariat n’est pas chose aisée. Et ce n’est pas Salimata MANDE qui dira le contraire, elle qui fait face à des difficultés de tous genres. Sur ce point, son témoignage est éloquent : « Quand on est une jeune femme et qu’on a des employés plus âgés que soi, il y a souvent de l’incompréhension. On oublie souvent que c’est moi qui mène la barque. Et ce n’est pas facile ! Mais mon réconfort, c’est quand je vois que mes clients sont satisfaits.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Contact : 00 226 76 41 15 98

Visitez la page Facebook de Salimata Mandé

Samirah BATIONO (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés