Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Algérie : Interrogations autour de la nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • mercredi 20 février 2019 à 14h48min
Algérie : Interrogations autour de la nomination de Ramtane Lamamra au poste de conseiller diplomatique

La nomination en Algérie de Ramtane Lamamra au poste de ministre d’Etat, ministre conseiller diplomatique auprès du président de la République, a suscité un questionnement chez le géographe et écrivain Benteboula Mohamed-Salah.

« L’ancien ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a été nommé ministre d’Etat, conseiller diplomatique auprès du président de la République », a indiqué un communiqué publié par la présidence, le jeudi 14 février 2019.

Connu pour sa maladresse d’exporter le concept de « la stabilité en dehors des frontières algériennes » dont il a été le promoteur, le retour ou plutôt le nouveau départ de Ramtane Lamamra au poste de « conseiller » diplomatique, ministre du régime, impose de poser plusieurs questions.

1/A-t-il été nommé pour des raisons d’équilibre politique, voire régional, ou en raison de l’influence que le régime algérien veut accorder à sa politique étrangère ?

2/A-t-il quitté son poste de représentant de l’Union africaine (UA) pour le programme « Faire taire les armes en Afrique d’ici 2020 » en raison de son incompétence ?

3/Quel sera son degré d’intervention dans le processus d’application des accords de paix signés en 2015 au Mali ?

4/Aura-t-il un droit de regard sur les dossiers préparés par le ministre des Affaires étrangères Messahel, dont il faut rappeler que Ramtane Lamamra avait codirigé le ministère des Affaires étrangères avec le ministre Messahel entre 2015 et 2017 ?
Il faut noter que le régime autoritaire a inscrit dans les annales de l’histoire du pays une diplomatie bipolaire marquée par une impossibilité de dégager une vision claire des objectifs de la politique étrangère du pays. Il aurait été judicieux pour le ministre Lamamra de démissionner de son poste en raison de la confusion des rôles, qui a été une pomme de discorde avec le ministre Messahel soucieux de ses prérogatives.

5/Dans ce triangle des Bermudes de la diplomatie entre le chef de l’Etat, le conseiller diplomatique Lamamra et le ministre Messahel, ce dernier sera-t-il marginalisé sur des sujets sensibles tels que la nomination des chefs de mission diplomatique ?

6/Pourquoi une certaine presse francophone numérique basée au centre-ville d’Alger fait-elle l’éloge du ministre Lamamra, alors que son gouvernement s’est abstenu lors du vote de la résolution onusienne sur la situation des droits de l’homme dans la République autonome de Crimée et la ville de Sébastopol (Ukraine), en 2016 ?
Cette résolution condamnait l’occupation temporaire par la Russie d’une partie du territoire de l’Ukraine – la République autonome de Crimée et la ville de Sébastopol. L’Assemblée générale de l’ONU a réaffirmé qu’elle ne reconnaît pas la légitimité de cette annexion.

7/A-t-il écrit ses mémoires, ce diplomate dit brillant ?

Il est de coutume pour un ancien ministre de rédiger ses mémoires, afin de transmettre les faits marquants des relations diplomatiques.
Dernière question, et non des moindres : le ministre d’Etat Lamamra sera-t-il la doublure du ministre Messahel ou un ministre des Affaires étrangères bis ?
Affaire à suivre.

Benteboula Mohamed-Salah, géographe
Auteur du livre « La diplomatie algérienne à deux têtes », Editions Amazon (Août 2017)

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Prix Nobel de la paix : Le premier ministre éthiopien lauréat 2019
Côte d’Ivoire : Plus de 1000 agents fictifs expurgés de la Fonction publique
Conférence internationale sur le constitutionnalisme pour la consolidation de la démocratie en Afrique : Les participants plaident pour le respect de limitation des mandats présidentiels
Attaque de Boulikessi et Mondoro : Le bilan s’alourdit pour l’armée malienne
Mali : Au moins 25 soldats tués et 15 terroristes abattus lors d’intenses combats à Boulkessi et Mondoro
Jacques Chirac : « Il était l’ héritier d’un système mis en place à l’époque de la présidence du général De Gaulle », Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina
Relations France-Afrique sous Chirac : « Une politique de dominés à dominants et ça a toujours été ainsi », Moussa Zerbo, député de l’UPC
France : L’ancien président Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre 2019
Ghana : Une tentative de coup d’Etat déjouée
Violences en Afrique du Sud : Le réseau « AFRIKKI » exige des mesures immédiates pour stopper la vague de xénophobie
Tunisie : Décès de l’ex-président en exil Zine El Abidine Ben Ali
Attaques du 11 septembre 2001 aux USA : 18 ans après, le terrorisme est toujours d’actualité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés