Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Chronique Gestion de vos finances personnelles • • vendredi 28 décembre 2018 à 01h03min
Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

Le mois de décembre marque le début des festivités de fin d’année et celui des dépenses astronomiques ! Au lieu d’être un moment de paix, les fêtes de fin d’année sont devenues un moment de stress pour le portefeuille de bon nombre de ménages. Comment pouvons-nous vivre des moments festifs sans nous ruiner ? Je partage avec vous quatre pratiques qui nous aideront dans ce sens !

1. Recapturez le sens des fêtes de fin d’année

Selon les psychologues américains Kasser & Sheldon, l’une des raisons pour laquelle nous dépensons énormément durant les fêtes est due à l’emphase que nous mettons sur les valeurs matérialistes.

Le matérialisme se définit comme étant l’importance que nous accordons aux possessions ainsi qu’à l’image qu’elles nous donnent. Pour plusieurs, les fêtes sont devenues un évènement où les apparences doivent être sauvées. Ce n’est surtout pas le moment où nous voulons servir de l’eau lorsque nous avions servi du mousseux l’an dernier, même si les moyens font défaut. Par conséquent, nous étirons le portefeuille afin d’avoir la combinaison parfaite des bonnes bouteilles, la bonne tenue, la bonne coiffure, même s’il nous faut emprunter ! Cette pression financière que nous expérimentons ne vient pas premièrement de notre manque de moyens, mais de notre désir de sauver les apparences en préservant des traditions dont nous n’avons pas le luxe de nous offrir.

Ironiquement, l’étude réalisée par ces chercheurs démontre que les personnes qui mettent l’emphase sur l’aspect matériel des fêtes expérimentent une moins grande satisfaction que celles qui mettent l’emphase sur les valeurs familiales et spirituelles. En d’autres mots, vos enfants se souviendront plus longtemps des moments passés à rire et à jouer avec vous, que du gadget qu’ils casseront dans un an.
Une redécouverte du sens des fêtes limitera la pression à la surconsommation et nous évitera le piège de l’endettement.

2. Refusez de vous endetter

Trois mois après les fêtes de fin d’année, des millions de personnes se retrouvent à continuer à payer pour des repas, des vêtements et des cadeaux dont le seul souvenir qui leur reste est la note salée des intérêts à payer. S’endetter pour faire la fête, ce n’est jamais une brillante idée. Un autre crédit ne vous rendra pas plus satisfait, mais plus stressé. Les meilleures fêtes, sont celles qui sont faites de manière responsable c’est-à-dire selon nos moyens et cela nécessite de planifier.

3. Planifiez

Le meilleur moment pour se préparer pour les dépenses des fêtes de décembre c’était en janvier ! Il est plus facile d’avoir 60 000 FCFA à dépenser pour les fêtes en épargnant 5 000 FCFA par mois de janvier à décembre sur un salaire mensuel de 100 000 FCFA que de se lever au 24 décembre pour trouver 60 000 FCFA sur un salaire de 100 000 FCFA après les charges obligatoires.

Vous l’aurez compris ! Pour ceux qui ont pris l’habitude d’épargner depuis le mois de janvier, décembre sera un moment de paix. Pour tous ceux en retard, commencer premièrement par déterminer combien vous pouvez allouer pour vos fêtes en soustrayant de votre revenu vos dépenses mensuelles courantes (loyer, carburant, épargne, etc.). Une fois que vous avez trouvé le montant restant, commencez à le répartir entre les dépenses relatives à la nourriture des fêtes, la boisson, les décorations, etc. Limitez-vous à ce montant en prenant en note vos dépenses. Pour vous aider à planifier vos dépenses pour les fêtes, je vous ai conçu un guide budgétaire que vous pouvez obtenir en cliquant sur ce lien https://goo.gl/HZEJTn .

4. Augmentez vos revenus
Si votre budget pour les fêtes est très serré et que vous aimeriez l’augmenter, pensez à quelques idées pour accroître vos revenus. Les fêtes de fin d’année sont l’un des moments de l’année où les émotions sont les plus vives. C’est par conséquent une période de l’année où de nombreuses personnes sont plus promptes à la dépense et aux essais. Si vous savez faire des emballages cadeaux, cuisiner, ou concevoir des objets qui pourraient s’offrir en cadeau, vous pourriez envisager les vendre durant cette période de l’année. Votre budget s’en porterait mieux, et qui sait où cela pourrait vous mener ? Le choix vous revient !

Avec une dose de planification et d’ingéniosité, vous pourrez passer d’agréables fêtes sans vous ruiner ! Je vous le souhaite.

Joyeuses fêtes et n’oubliez pas votre budget des fêtes en suivant ce lien https://goo.gl/HZEJTn

Cedric Zongo
www.cedriczongo.com

Vos commentaires

  • Le 15 décembre 2018 à 11:01, par sawadogo ouendemalguede En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Très riche comme apport Monsieur ZONGO. En réalité les aspects spirituels des fêtes sont presqu’éteints. L’emphase est mise sur les réjouissances à outrance.Au point qu’au lendemain des fêtes beaucoup de gens tombes dans une forte précarité. Mais cela est aussi lié au contexte social de nos familles qui nous poussent à ces dépenses somptueuses. En tout cas j’apprécie bien votre contribution.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 17:48, par Le Capitaine En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Bravo ! C’est de rappeler à certains que fêter n’est pas une obligation. Le mimétisme conduit bon nombre de personnes à s’appauvrir pour paraître. Apprenons à vivre selon nos revenus ! Notre valeur humaine dépend-elle de notre paraître ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 21:10, par hum En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Tres instructif mais les gens doivent avoir a l’esprit que feter n’est pas obligatoire. On peut formater les enfants a considerer les jours de fetes comme des jours ordinnaires : cette fete je ne leur offres rien 16 jours plutard je leur offre des cadeaux merveilleurs

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 22:07, par Kouda En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Cher Cédric Zongo,
    une fois de plus, je vous encourage vivement pour l’oeuvre utile dans laquelle vous vous êtes lancé.
    Pour venir au sujet de votre présent article, ce que vous dites est vrai dans toute entreprise ou toute réalisation que nous souhaitons faire. Par exemple, je rigole bien au fond de moi quand j’entends certains (je dis bien certains) parents dire qu’ils n’ont pas d’argent pour assurer la scolarité de leur enfant.
    Voilà quelqu’un dont l’enfant va à l’école à partir d’octobre 2018. Il sait qu’en octobre 2019, son enfant ira encore à l’école. Il est incapable de mettre régulièrement un peu d’argent de coté, tout au long de l’année pour assurer la scolarité de son enfant à la rentrée prochaine. Après, on crie partout "On est pauvre". Oui, nous sommes pauvres dans notre tête. Je préfère aider un parent d’élève qui me dit "la scolarité de mon enfant coûte 90 000F. J’ai réussi à économiser 40 000F ou 50 000F et vous demande de l’aide pour compléter et payer la scolarité de mon enfant". La personne peut aller verser régulièrement de l’argent dans l’établissement (sérieux bien sûr) au cours de l’année pour atteindre les 40 ou 50 000F dont j’ai parlé.
    Non. Chacun s’asseoit, attend la veille de la rentrée pour se souvenir que son enfant doit aller à l’école.
    Nous pourrions faire des miracles en procédant patiemment et minitueusement. Autres exemples : Dans plusieurs localités, il y a des manques criards dans les écoles (absence d’écoles, écoles mal ou peu équipées, enfants n’ayant pas les moyens de manger à la cantine où le repas ne coûte que 75F) dans les structures de santé qui sont mal et peu équipées... Les ressortissants de ces localités (vivant sur place ou ailleurs) peuvent décider de cotiser, 200F, 500F ou 1000F en fonction des moyens de chacun et au bout de 10 ans beaucoup de problèmes seraient reglés. Mais non, on attend l’aide d’une ONG ou d’une association étrangère. Souvent, ces associations et ONG récoltent leurs moyens par des méthodes banalement simples, petit à petit : aider à emballer les achats dans les supermarchés et récolter l’aide des clients, passer dans les écoles publiques... pour mobiliser des fonds.
    Chez nous, on préfère dépenser beaucoup plus d’argent pour inaugurer des infrastructures réalisées par l’aide d’étrangers occidentaux mais dont le coût nous est facilement accessible.
    Heureusement que Beguedo et environs nous donnent des exemples contraires à cette mentalité d’assisté perpétuel.
    J’ai honte quand j’entends qu’un pays étranger a donné 50 millions FCFA au Burkina Faso pour réaliser telle ou telle chose. Sommes nous si misérables au point que notre Etat soit incapable d’assurer ses missions régaliennes au coût de 50 millions FCFA seulement ?
    J’ai été long car j’ai parlé avec passion de quelque chose qui me tient à coeur.

    Répondre à ce message

  • Le 16 décembre 2018 à 22:12, par Kouda En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Pour finir,
    tant que l’accessoire et le superflu seront transformés en objectifs essentiels, tant que nous ne nous départirons pas des apparences, nous pataugerons toujours dans ces problèmes que vous évoquez.
    Des parents Chinois économisent toute leur vie pour envoyer leur enfant dans une université prestigieuse en Europe continentale, au Royaume Uni, au Canada ou aux Etats Unis. Ils le font méthodiquement, patiemment pour donner le plus de chances possibles à leur progéniture.
    Nous pouvons le faire aussi si nous le voulons.

    Courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 14:31, par SIIDSONZIRI En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    M. Kouka, vs aviez parfaitement raison. De nos jours les gens sont non slm inconscien mais aussi malhonnête. Vs verrai des gens Bien placé qui part leur statut se mettent à la tête de structure social et détourne des fonds réservé aux démunie. Mem ds nos kartié il ya des gens qui sont capable de contruire un boumkeur et ne peuvent mem pas déboursé 1 ron pour boucher des trou afin d’éradiké des nid d poul dans son 6mètre et rendr plus accessible son domicil ; ou des gens qui ont tous (en majorité) des moyens et dans leur village il n’ya pas de bonne maison, ni d’école normal, ni de structure sanitaire. pr tout le monde, c’est le rôle de l’état. Eux laba aussi, ils font les choses en fonction de leurs intérêts politique. Là ou yapa intérêt on délaisse. Ont dépense des millions dans frais de mission et carburant pour allé inauguré des choses qui n’en valle rien.

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2018 à 21:45, par jeunedame seret En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    Monsieur le banquier, on comprend et on regrette votre anxiété ; mais ne nous enlevez pas les saveurs des fêtes au profit des caisses. Ne nous stressez pas. Nous voulons vivre ; pas exister avec des apparences de richesses. D’ailleurs, ce soi-disant gaspillage n’est pas une habitude de vie quotidienne. C’est à cause de vos économies, banques et caisses que beaucoup sont pauvres. L’argent est fait pour être dépensé. Laissez-le circuler. De toute façon, il n’y a aucun gaspillage ; car l’argent sort et tombe dans d’autres mains pour autres usages. Tous ceux qui pensent aux grandes études, grands développements par tous les sacrifices doivent savoir qu’il n’y a aucune vie dans les pays développés. Ce sont des robots qui y existent. Dans le stress et les agressions et les dépravations. On ne leur envie rien. On veut vivre sans frayeur. On s’en fout. Nous voulons savourer nos fêtes par tous les excès. Vivent les fêtes et les dépenses faramineuses. Il faut souvent rompre avec les léthargies et autres engourdissements. Même une fois par an. Qui n’a pas de bêtises ?

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2018 à 10:25, par lacongure En réponse à : Chroniques finances : Comment ne pas se ruiner durant les fêtes de fin d’année

    tres belle lecon d’economie et de responsabilité.
    souvent nous avons des defauts qu on refuse de corriger : "la planification " elle nous manque terriblement. on dira toujours ca ne suffit meme pas pour les depenses du mois, comment puis je encore economiser si ca manque dejà. grave erreur.
    pour ma part je prend bonne note et commence l’application des janvier 2019. merci encore pour votre contribution.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés