Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

FESPACO 2017 : La compétition débute avec « Frontières »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > FESPACO 2017 • LEFASO.NET | Par Nicole OUEDRAOGO • lundi 27 février 2017 à 00h52min
FESPACO 2017 : La compétition débute avec « Frontières »

Le film « Frontières » de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré a été projeté ce dimanche 26 février 2017 en séance inaugurale au ciné Burkina. C’était en présence du Premier ministre, Paul kaba Thiéba.

Parmi les 20 films en compétition pour le grand prix de la biennale, l’Etalon d’or de Yennenga, c’est « Frontières » d’Apolline Traoré qui a été la première œuvre cinématographique à être projetée en film d’ouverture. Cette fiction de 90 minutes porte à trois, avec « La forêt de Niolo » d’Adam Roamba et « Thom » de Tahirou Tasséré, le nombre de films Burkinabè en lice pour la compétition.

« Frontières » est l’histoire de quatre femmes (une Sénégalaise, une Ivoirienne, une Burkinabè et une Nigériane) qui se rencontrent dans un bus sur le trajet Dakar, Bamako, Cotonou via Ouagadougou , jusqu’à Lagos. Pendant leur traversée, elles décident de s’unir pour braver le danger. En effet, s’il a fallu faire face aux pannes de la voiture, aux accidents, aux coupeurs de routes et aux vols entre passagers, le franchissement des frontières a été le pire cauchemar de Adjara, Emma et Sali. Tracasseries, corruption et viols ont ponctué le parcours de ces braves dames aux différentes postes de contrôle.

Pour la réalisatrice Apolline Traoré, il était nécessaire d’évoquer ce sujet sur la libre circulation des personnes et des biens. « On a beaucoup de films qui parlent des problèmes migratoires entre l’Afrique et l’Europe, mais on ne parle pas des problèmes de la sous-région. Il était important d’évoquer ce sujet, bien qu’il existe des textes qui couvrent ces femmes qui traversent les frontières » a-t-elle indiqué, soulignant qu’il s’agit surtout de rendre hommage à ces femmes qui bravent le danger en quête d’un meilleur lendemain.

Impressionné par la qualité du film et la prestation des acteurs, le Premier ministre confie : « J’avoue que j’ai été émerveillé, impressionné par ce film. En venant ici, je m’attendais pas à voir un film d’une si grande qualité. Je félicite la réalisatrice et tous les acteurs qui ont joué dans ce film » a-t-il signifié.

Et Paul Kaba Thiéba de renchérir que « Frontières » est un film qui magnifie la solidarité entre femmes, l’amitié, la loyauté et le courage de celles-ci à prendre leur destin en main. Saluant l’idée de la réalisatrice de dénoncer les tracasseries que subissent malheureusement les usagers de la route, Paul Kaba Thiéba a reconnu : « Si nous nous en tenons à ce que nous avons vu à travers ce film, Il reste beaucoup de travail à faire. Cela nous interpelle à assumer nos responsabilités ».

« Frontières » est le troisième long métrage de la réalisatrice burkinabè après « sous la clarté de la Lune » en 2005 et « Moi Zaphira » en 2013.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 février 2017 à 08:22, par BOB SANA En réponse à : FESPACO 2017 : La compétition débute avec « Frontières »

    le Premier ministre confie : « J’avoue que j’ai été émerveillé, impressionné par ce film. En venant ici, je m’attendais pas à voir un film d’une si grande qualité. Je félicite la réalisatrice et tous les acteurs qui ont joué dans ce film » a-t-il signifié

    C’est ce que nos dirigeants ont de commun.
    ILS NE SAVENT PAS QUE NOUS SOMMES TALENTUEUX

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2017 à 15:38, par Cheikh En réponse à : FESPACO 2017 : La compétition débute avec « Frontières »

    Oh écoute mon cher BOBO SANA,quant à moi, je pense que ce n’était qu’une façon de parler !
    Sinon, que vouliez vous qu’il dise d’autre ? Même s’il se trouvait en face d’un film de moindre qualité, il fallait bien qu’il apprécie quand même bien pour encourager le réalisateur !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
FESPACO 2017 : WaterAid soutient le cinéma africain
Fespaco 2017 : L’Union européenne au service du cinéma africain
FESPACO 2017 : La sécurité mérite d’être ‘’Félicitée’’, l’organisation traine encore des boulets
Etalon d’or de Yennenga 2017 : La ‘’Félicité’’ de Alain Gomis !
FESPACO 2017 : La moisson des réalisateurs, acteurs et techniciens
« Il y a 20, 30 ans, le Burkina Faso était en phase de labéliser son cinéma » Souleymane Ouédraogo, directeur général de l’ISIS-SE
Prix Thomas Sankara : « A place for myself » fait l’unanimité
Etalon de Yennenga !
Alain Gomis, lauréat de l’Etalon d’or de Yennenga 2013 : ‘’On est en train de dévier comme si c’était des compétitions sportives’’
FESPACO 2017 : Le prix Houphouët-Boigny du conseil de l’entente pèse 10 millions
FESPACO : « Ouaga Girls », Un documentaire sur les filles dans le métier de mécanicien
Boubacar Diallo, réalisateur : « Je refuse que le cinéma africain soit enfermé dans une calebasse ».
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés