LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

Publié le mercredi 25 janvier 2017 à 23h39min

PARTAGER :                          
Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

Le rapport remis fin décembre 2016, par des experts judiciaires aux magistrats parisiens, au sujet du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie du 24 juillet 2014, cible clairement les manquements en matière de formation des pilotes.

Le 24 juillet 2014, peu après le décollage de l’appareil MD 83 du constructeur américain McDonnell Douglas, le vol Ouagadougou-Alger s’était écrasé dans le nord du Mali, avec 110 passagers à bord, dont 54 Français, 23 Burkinabè, des Algériens (8), des Libanais (6), et six membres d’équipage espagnols. Selon le pré-rapport, l’accident avait été provoqué par la non-activation par les pilotes du système d’anti-givre des moteurs, suivie du décrochage de l’avion. Celui- ci n’a pu être rattrapé par les pilotes.

Selon le quotidien le Figaro, le rapport de 250 pages montre comment Swiftair, compagnie de leasing, a clairement « manqué à ses obligations, notamment en matière de formation des pilotes ». Les experts judiciaires y indiquent que les pilotes étaient en fait des saisonniers avec de longues périodes d’inactivité. Ces derniers n’avaient pas effectué d’heures de vol pendant les huit mois précédant le crash de l’avion d’Air Algérie. « Swiftair n’a pas respecté ses engagements concernant les formations complémentaires à mettre en place suite à de longues périodes d’inactivité. Ce manquement génère un déficit d’entrainement », détaillent les experts cités par Le Figaro.

« Pour les experts, cette période d’inactivité aurait dû les conduire à suivre un stage de réadaptation », a expliqué Sébastien Busy, avocat qui représente l’association de victimes « AH5017 Ensemble » a laissé entendre que la période d’inactivité devait être suivie d’un stage de réadaptation. Il s’étonne que « La copilote était aussi puéricultrice dans une crèche d’enfants ». Il poursuit en disant que ce rapport les amène à considérer qu’il n’y a pas seulement eu des manquements de la part des pilotes, mais aussi la responsabilité de Swiftair est pointée du doigt. Pour eux, le défaut de formation n’est pas sans conséquence sur le comportement des pilotes et la survenue de l’accident.

A ce stade, aucune mise en examen n’est intervenue dans cette enquête, rapporte le Parisien.

Youmali Koanari (Stagiaire)
Lefaso.net

Sources : le figaro, le parisien, Europe 1.

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 25 janvier 2017 à 09:56, par Tinto En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Très triste ce qui est vraiment arrivé. Justice aux victimes. Par analogie, je crois que c’est ce qui va arriver au PNDES du Président Rock Marc Christian Kaboré parce que son gouvernement est rempli de gens qui sont propres à gérer des crèches d’enfants. S’il est de bonne fois, qu’il fasse un petit audit sur le profil, les compétences réels et les antécédents des personnels des services. c’est à croire que le Président veut une chose et son contraire. C’est à croire qu’on s’en fout point barre.....

    • Le 25 janvier 2017 à 11:24, par sambiga En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      Y´a-t-il de commun entre tes écris et cet article ?????
      restons sur le vif du sujet

      On devrait entamer des pousuites judiciares contre cette compagnie !
      Paix à leurs âmes et justice aux familles des victimes !

    • Le 25 janvier 2017 à 11:41, par Kô-tigui En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      Bonjour Monsieur TINTO

      Je joins ma voix à la tienne pour présenter mes condoléances aux familles éplorées. Mais je suis quand même surpris de cette réaction qui tend à tout mélanger ! On parle des résultats d’une enquête. Et toi tu trouves une parade très mal placée pour juger le Gouvernement et le PNDES. Je sens de l’aigreur dans ta voix. Il y a eu des sujets sur le PNDES, et je te demande d’y réagir clairement. Sinon, en quoi les résultats de cette enquête ont à voir avec le PNDES ?
      Je suis sûr que l’annonce des intentions de financements obtenus ne vous a certainement pas plu.
      Mais l’occasion va venir pour que vous donnez vos appréciations, ou même que vous pouvez en créer !
      Sinon, on dira simplement que vous êtes hors sujet ! Et la note est implacable !

    • Le 25 janvier 2017 à 11:47, par max En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      triste est Tinto la nostalgie du pouvoir tu veux l’échec du PNDES mais le Roko ne te donneras pas satisfaction.

  • Le 25 janvier 2017 à 12:22, par Guesseh En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Malheureusement dans de tel situations, c’est toujours les pilotes qui sont designer. Pourquoi cette trajectoire a t-elle été donner a l’équipage sachant qu’il y avait l’orage ? Un avion ayant décrocher pour cause de non activation des dégivreurs ne devait pas se fracasser autant, surtout dans une zone sablonneuse. La violence de l’impact montre que l’avion a chute brusquement. Laissant ainsi penser a une panne ou pourquoi pas a une attaque extérieur étant donné que la zone est infestée de terroristes ayant des missiles sol-air.
    c’est les même terroristes que la France protège a Kidal...

    • Le 25 janvier 2017 à 12:54, par value En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      HOMMAGE AUX DIFFÉRENTE TOUCHÉ.CAR C’EST TRISTE.PAIX À LEURS AMES.

    • Le 26 janvier 2017 à 10:02, par TUUK-SOMDE En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      Si les pilotes sont vivants, il faudrait les juger eux et la compagnie qui les a employés. En essayant de faire des comparaisons pour comprendre, je comprends mal qu’un entraineur et l’equipe technique de foot ball d’un club mette sur le terrain pour une competition des joueurs s’étant entraîné il y a huit mois ou des supporteurs.

    • Le 26 janvier 2017 à 15:48, par Moi aussi En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

      Sans spéculer sur les autres causes possibles, notons que le givrage des sondes Pitot impacte sur la mesure de la vitesse de l’appareil. Et si l’équipage ne peut plus connaître la vitesse, il ne peut éviter le décrochage de ce dernier et donc son impacte inévitable au sol. C’est précisément ce qui est arrivé aussi au vol AF447 Rio-Paris, le 1er juin 2009. Les sondes Pitot ont ainsi un rôle crucial pour la navigation aérienne puisque la vitesse permet de stabiliser l’appareil. Les mesures sont traduites en signaux électriques et transmises à un calculateur qui donne alors la vitesse exacte. Si la vitesse réelle est supérieure à celle affichée, l’appareil peut être détruit en vol et si elle est inférieure, il peut chuter.

  • Le 25 janvier 2017 à 14:18, par warzat En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Que voulez vous, on ne peut quand même pas envoyer des pilotes compétents et bien formés , subissant régulièrement un recyclage en Afrique. Ce sont les meilleurs Africains formés à leurs écoles qui restent chez eux. Doublement meilleur qu’un blanc pour le même poste .Avec le racisme ambiant et la montée des extrêmes, osons espérer qu’ils reviennent sur le continent, surtout avec l’augmentation des régimes démocratiques.

  • Le 25 janvier 2017 à 15:41, par Harouna En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Paix à l’ âme des victimes . Que le seigneur apaise le coeur de leurs parents.
    Cette information permettra à certains qui accusaient le general Dienderé et François Compaoré d ’ avoir abattu l’ avion de Mediter sur leur mensonge. La verité finit toujours par surgir.

  • Le 25 janvier 2017 à 16:39, par lyes2993 En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Comme cette compagnie SwiftAir est une compagnie aérienne européene (espagnole pour être exacte), tous les journaleux européens font semblant de confondre la responsabilité d’Air ALgérie et de SwiftAir. La compagnie algérienne ne badine jamais avec la formation et le temps de repos de ces pilotes mais ce sont les européens en l’occurrence ici les espagnols qui ont joué avec la vie des gens en utilisant des pilotes dépassés et fatigués ( egalement espagnols pour rappel). Evidemment, pour eux la vie de nous autres Africains n’est pas si importante et au final Allah est grand, il a accueilli autant d’européens que d’africains pour ce manque de considérations ....

  • Le 25 janvier 2017 à 18:17, par Sambiiga En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Mr Guesseh revoyez vos cours de physique avant de vous prononcer l’état des débris après l’impact sur le sol sablonneux.Pourquoi les crash sur mer fracasse plus les avions à tel qu’on arrive plus à retrouver les débris ?Un pilote est formé pour traverser ou contourner un orage ;maintenant c’est la dextérité du pilote qui determine l’issue.
    Air Algérie est une compagnie qui néglige les normes de sécurité avec la complicité de nos compatriotes comme les Traoré assis au comptoir pour dépouiller les clients.

  • Le 25 janvier 2017 à 22:38, par TUUK-SOMDE En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    A moins que je ne me souvienne plus de ce qui est dit à l’époque sur le sujet, le fait que le malien qui a vu l’avion chuter en territoire Malien ait alerté Gilbert Dienguere au lieu des autorités maliennes donne à penser que le temoin n’est pas un quelconque malien.
    A moins que je n’ai pas suivi tout ce qui est dit sur le sujet à l’epoque, mon sentiment est que c’est Gilbert Dienguere qui disait tout à la place des techniciens et de la compagnie. Ce qui semble une anomalie.
    Je souhaite que quelqu’un me ramène à la vérité afin que je devienne objectif dans mon jugement et aimable dans mes opinions et convictions memes erronnees. .

  • Le 26 janvier 2017 à 11:35, par La lumière En réponse à : Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes

    Dabord je demande à Dieu de recevoir dans sa grace divine les ames de toutes ces personnes qui ont perdu la vie dans ce crash. Est ce qu’on a retrouvé les boîtes noires de l’appareil ? D’après que les RSS devait embarquer dans ce même avion mais ils ont desisté à la dernière minute pour cause de calendrier. Soyons clair et ne rejeter pas la balle sur les pilotes parce qu’ils ne sont plus vivants. Pourquoi Dienderé a été le premier sur le théatre des operations ? Est ce que le Mali a pu finalement remettre certaines pièce de l’appareil ? Nous voulons rien que la vérité afin que l’ame des victimes repose en paix. Amen

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique