Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nous devrions apprendre à ne pas attendre l’inspiration pour commencer quelque chose. L’action génère toujours de l’inspiration. L’inspiration génère rarement de l’action» Frank Tibolt

Crash d’Air Algérie : Quatre ans après, une stèle en mémoire des victimes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Crash du vol AH 5017 d’Air Algérie • LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • mercredi 25 juillet 2018 à 11h09min
Crash d’Air Algérie : Quatre ans après, une stèle en mémoire des victimes

Le 24 juillet 2014, l’avion d’Air Algérie, transportant 116 personnes, s’est écrasé en territoire malien après avoir quitté Ouagadougou. Aucun survivant. Quatre ans après, le président du Faso, Roch Kaboré, a inauguré ce mardi 24 juillet 2018, une stèle en hommage aux victimes. Quatre ans après aussi, des familles burkinabè attendent toujours d’être indemnisées. Retour sur une cérémonie émouvante par moment.

Dabiré Somé Aristide, Hassan Hassan Mounji, Joly André et bien d’autres encore. Des personnes qui ne se connaissaient peut-être pas avant cette nuit fatidique du 24 juillet 2014 au cours de laquelle le destin les a liés.

Partis de l’aéroport international de Ouagadougou à 00h17 pour Paris via Alger, ces passagers ne vont jamais arriver à destin. Dans le village de Boulekissi, en terre malienne, le vol AH 5017 va s’écraser tuant tous les 110 passagers et les 6 membres d’équipage. Un drame jamais vécu par le Burkina. Des familles endeuillées, des cœurs meurtris et des esprits marqués.

Quatre ans après, les souvenirs demeurent encore vivaces dans les esprits des parents et proches des victimes. En présence du président du Faso, un hommage leur a été rendu. « Nous sommes réunis aujourd’hui pour commémorer le quatrième anniversaire du crash de l’avion de la compagnie d’Air Algérie. Des Burkinabè et des citoyens d’autres pays étaient venus dans notre pays pour des vacances ou pour d’autres raisons. Le retour de chez eux s’est brutalement arrêté dans la nuit du 24 juillet 2014. Quatre ans après, le drame hante toujours nos esprits », a rappelé d’entrée Armand Beouindé, maire central de la ville de Ouagadougou.

Déplorant la mort de ces nombreuses personnes, le maire a insisté sur les vides qu’elles laissent dans la société et auprès de leurs proches. « Ce crash a fauché la vie de nos enfants, frères et sœurs, épouses et neveux. Ainsi en a décidé le destin. Des projets de vie détruits, des familles décimées, des sourires qui nous sont arrachés à jamais. En cet instant solennel, j’ai une pensée pour les familles de toutes les victimes de ce crash. Je compatis à leur douleur et partage leur chagrin. Une vie arrachée est irremplaçable », a-t-il ajouté.

Au lendemain du crash, un comité de crise a été mis en place et une assistance était proposée aux parents des victimes. Une enquête a été ouverte dans la foulée afin de situer les responsabilités et pour que les familles puissent être indemnisées.

Seulement quatre ans après, des familles burkinabè attendent toujours l’indemnisation. « Je peux vous assurer que des familles burkinabè n’ont pas encore été indemnisées et cela est regrettable », a mentionné Christophe Sandwidi, représentant l’association des familles des victimes (Afavic).

Pour lui, le cas est difficile à traiter au regard des engagements que certaines familles ont pris avec le Comité de crise. « Il y a des familles qui ont accepté le traitement à l’amiable de leurs dossiers. D’autres ont demandé à aller en justice. Seulement, dans les accords signés par les familles, celui qui communique sur son dossier à l’autre est passible de poursuites. Ce qui fait que je peux seulement parler du cas des familles burkinabè », a ajouté M. Sandwidi.

Le volet pénal du dossier traine. Quatre ans, c’est trop. Le représentant a fait appel au président du Faso afin que les choses bougent du côté de la justice.

Pour offrir aux familles un lieu de recueillement, le gouvernement a construit une stèle en hommage aux victimes. C’est une bâtisse de 215 millions qui a été dressée au milieu des habitations de la Cité AN II. La stèle est constituée d’un livre pesant huit tonnes et d’une colombe de neuf tonnes. Elle est l’œuvre de l’architecte Thierry Compaoré. Un lieu de recueillement et d’hommage est ainsi construit au profit des familles et pour les victimes.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crash d’Air Algérie : Quatre ans après, une stèle en mémoire des victimes
Crash du vol AH 5017 : « Il faut que ces marchands de mort soient punis comme il faut », Me Halidou Ouédraogo
Crash d’Air Algérie : Le rapport des experts pointe du doigt la formation des pilotes
Crash d’Air Algérie : Aux autorités maliennes de « ne pas ajouter de la douleur à la douleur »
Me Halidou Ouédraogo, président de l’association des parents des victimes du crash d’Air Algérie : « Nous voulons que le Mali nous rende les restes de nos parents morts dans l’accident »
Programme de la commémoration du 1er Anniversaire du crash du vol AH 5017 d’air Algérie
Crash du vol AH 5017 d’Air Algérie : Les parents des victimes se souviennent
Victimes du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie : Une stèle sera érigée à leur mémoire à la cité An 2 de Ouagadougou
Dernier hommage à l’ensemble des victimes du crash d’Air Algérie
Audiences à la Présidence du Faso :les familles burkinabè des victimes du crash et un émissaire béninois chez Michel Kafando
Victimes du crash du vol AH 5017 d’Air Algérie : Les corps officiellement enterrés aujourd’hui
Victimes du crash du vol AH5017 d’Air Algérie : Michel Kafando participe à une veillée de prière à leur mémoire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés