Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

ACCUSATION DE GENOCIDE CONTRE DES PRO-GBAGBO : Une surenchère politico-judiciaire ?

Accueil > Actualités > International • • mercredi 27 juin 2012 à 23h34min

Comme des clients d’un coiffeur, les anciens caciques du régime Gbagbo passent à tour de rôle devant la justice ivoirienne pour se voir signifier les crimes à eux reprochés. Le 25 juin dernier, c’était le tour du dernier et effacé Premier ministre de Gbagbo, Gilbert Marie Aké N’Gbo ; son ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé, et celui de l’Economie et des finances, Désiré Dallo, d’être informés officiellement des charges pesant contre eux et pour lesquelles ils sont détenus depuis la fin de la crise en avril 2011 avec la chute de leur mentor. Ainsi, ils sont accusés de crimes de sang, de meurtres, d’assassinats, d’incendies volontaires d’immeubles et de génocide sans oublier les crimes de guerre et crimes contre l’humanité, les crimes économiques, l’atteinte à la sûreté de l’Etat, etc.

De toutes ces charges, il y a une qui retient particulièrement l’attention : celle de génocide. Selon le dictionnaire Le Petit Robert, le génocide est « la destruction méthodique d’un groupe ethnique » ou encore « l’extermination d’un groupe important de personnes en peu de temps ». Concernant le crime de génocide, ce même dictionnaire le définit comme un « acte commis dans l’intention de détruire, en tout ou partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel ». Avant l’ex-Premier ministre et éminent professeur d’université et deux de ses ministres, Simone Gbagbo et Affi N’Guessan avaient été eux aussi inculpés de génocide. Et la liste est loin d’être exhaustive. Laurent Gbagbo, bien que présenté comme le principal responsable de la tragédie, est finalement le seul à avoir échappé à cette inculpation de la part de la justice ivoirienne. Sa « chance » est peut-être qu’il a été extradé à la Cour pénale internationale où on parle beaucoup plus de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, pour qualifier les horreurs commises lors des conflits de façon générale. La justice ivoirienne semble avoir sa propre définition du mot génocide.

C’est le moins que l’on puisse dire vu qu’elle n’a pas tenu compte du manque de consensus sur ce mot à l’issue de débats qualifiés d’intenses, menés au sein de la commission d’enquête internationale sur les violations des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. Si fait que l’expression « crimes contre l’humanité » a été préférée au mot génocide pour qualifier les actes les plus graves, les crimes les plus abominables commis durant la crise postélectorale. Cette absence de consensus est la preuve que le mot génocide est à manier avec précaution, qu’il ne peut pas être utilisé à tort et à travers même devant le crime le plus révoltant. Sa définition est tellement encadrée que son usage doit être strict pour éviter que ce mot ne serve de fourre-tout à l’image du terrorisme surtout après les attentats du 11-septembre.

La justice ivoirienne est peut-être sûre des preuves, des faits sur lesquels elle se base pour faire ces inculpations de génocide. Mais, tabler sur le mot génocide, l’utiliser pratiquement à tout va, fait penser à une surenchère dans les inculpations. Tout se passe comme s’il faut forcément coller cela à certains pro-Gbagbo au stade de l’instruction, quitte à ce que ces charges soient abandonnées au procès.

Séni DABO

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 28 juin 2012 à 12:12, par Dogoni En réponse à : ACCUSATION DE GENOCIDE CONTRE DES PRO-GBAGBO : Une surenchère politico-judiciaire ?

    Selon le dictionnaire Le Petit Robert, le génocide est « la destruction méthodique d’un groupe ethnique » ou encore « l’extermination d’un groupe important de personnes en peu de temps ». Concernant le crime de génocide, ce même dictionnaire le définit comme un « acte commis dans l’intention de détruire, en tout ou partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel »,
    Mais monsieur le journaleux, tuer des traoré, des koné, des coulibaly, des ouattara..., bruler les mossi... Comment appelle-ton cela, vous avez un bon mot ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés