Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

PRESIDENTIELLE FRANÇAISE : Quel intérêt pour les Africains ?

Accueil > Actualités > International • • vendredi 20 avril 2012 à 01h53min

La campagne présidentielle française va bientôt rendre son dernier souffle. A l’issue d’une fiévreuse course à l’échalote, on connaitra, dans moins de 72 heures, le candidat qui aura paru le mieux capable d’incarner les aspirations des Français et de mériter leur confiance. Qui de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande, les deux poids lourds et grands favoris du scrutin, sera hissé sur les plus hautes cimes de l’Etat français, au soir du 22 avril ? Car, sauf grande surprise, à l’image de la bérézina du candidat socialiste Lionel Jospin à l’élection de 2002, on s’attend à un second tour, à un duel Sarkozy/ Hollande. L’agitation électorale française est, bien sûr, suivie de très près par l’Afrique en général et sa sphère francophone en particulier, autrement dit, ses ex-colonies.

Car, selon que le nouveau chef de l’Etat français sera Sarkozy ou Hollande, l’élection du 22 avril poussera certainement les têtes couronnées du continent noir à tenir compte de la nouvelle donne et peut-être à reconsidérer leurs ambitions. C’est dire si cette élection est intéressante à plus d’un titre. Elle l’est d’autant qu’elle met en confrontation deux idéologies incarnées par deux candidats, lesquelles se transposent sur le terrain politique africain où socialistes et libéraux ne manquent pas de se combattre. L’empressement du nouveau président

sénégalais à rencontrer son ami libéral français, n’est, on le sait, pas fortuit. Idéologiquement proche de ce dernier, Macky Sall avait en effet conscience qu’il fallait agir vite pour espérer bénéficier rapidement des largesses de la France pour renflouer au plus vite les caisses vides de l’Etat sénégalais. Il fallait agir pendant qu’il était encore temps, le risque que l’Elysée ne change de locataire, étant bien réel. Au-delà de l’exemple sénégalais, il faut dire que c’est toute l’Afrique qui a de bonnes raisons de porter un regard intéressé sur l’actualité politique française. Notamment parce que sur la scène diplomatique internationale, l’Hexagone pèse lourd. Grande pourvoyeuse de fonds, 2e puissance économique de l’Europe, membre du club très fermé des détenteurs du droit de véto au monde, la France a pu, de temps à autre, faire bouger les lignes dans le bon sens, dans celui du bien. Et ce, parfois, pour le bonheur de peuples africains et au détriment de quelques ténébreux satrapes. Bien sûr, tout est d’abord et avant tout lié à la personnalité et aux réseaux d’amitiés de celui sur qui les Français porteront leur choix. François Hollande aurait-il par exemple eu la même attitude que Nicolas Sarkozy face à la crise libyenne ou ivoirienne ?

En tout état de cause, qui sera finalement choisi par les Français qui, après tout, sont seuls maîtres de leur destin ? Autant d’interrogations qui ne manquent pas de susciter un intérêt pour le continent. Reste qu’il faut garder les pieds sur terre. Car quelle que soit l’identité du prochain locataire de l’Elysée, ce sera la continuité et ce n’est pas Sarkozy qui dira le contraire, lui qui avait promis la rupture et dont on n’a jamais vu la moindre couleur. Dès lors que les intérêts de la France sont en jeu, gauche ou droite, c’est bonnet blanc, blanc bonnet.

Evidemment, les socialistes africains de tout bord, qui appellent de leurs vœux, l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, tiendraient un tout autre langage. Parmi eux, on en connait particulièrement un dont le désir ardent serait de voir Nicholas Sarkozy débarrasser le plancher : l’ex-président ivoirien Laurent Koudou Gbagbo, reclus à la Cour pénale internationale. Reste à savoir si l’arrivée de Hollande à l’Elysée changera quelque chose au sort du Christ de Mama.

« Le Pays »

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés