Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

COUP D’ETAT EN GUINEE- BISSAU : Un autre gâchis

Accueil > Actualités > International • • lundi 16 avril 2012 à 02h06min

La série de coups d’Etat que la Guinée-Bissau traîne depuis 2003 comme un boulet et à laquelle elle a du mal à se défaire, a été enrichie d’un triste épisode le 13 avril dernier. Ce énième coup de force qui porte une fois de plus la griffe de l’armée bissau-guinéenne est d’autant plus regrettable qu’il tombe comme un cheveu sur la soupe. Le pays était en effet dans une phase assez avancée de son processus électoral dont le second tour allait mettre fin à une de ces nombreuses transitions devenues une espèce de règle naturelle dans cette ancienne colonie portugaise. Un scrutin qui, bien que contesté par l’opposition qui le trouve émaillé de fraudes orchestrées par le candidat favori et par ailleurs Premier ministre, semblait à même de tracer pour la Guinée-Bissau un avenir meilleur.

Le chef du gouvernement, Carlos Gomes Junior, candidat du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), qui a remporté le premier tour avec 49% des voix, était presque sûr de l’emporter au second tour au détriment de son plus sérieux adversaire, Kumba Yala. Ce dernier n’avait été crédité que de 23,3% des bulletins validés et s’était fait le chantre principal du mouvement de contestation des résultats publiés par la Commission électorale. Il a même invité les autres candidats à ne pas battre campagne et donc à bouder le dernier tour de la présidentielle. L’ancien président bissau-guinéen aura donc contribué à exacerber les tensions, offrant par là-même à la Grande muette de son pays une occasion en or pour s’immiscer dans les affaires d’Etat.

Au regard de son rapprochement sûrement pas désintéressé avec une partie de l’armée, il est très tentant de lui attribuer une certaine responsabilité dans ce putsch qui ne rend nullement service à la démocratie bissau-guinéenne. C’est un véritable gâchis, au moment même où le pays était sur le point de renouer avec la gestion démocratique. Le pouvoir renversé a probablement payé le prix de ses ambitions sous forme de projets de réforme de l’armée bissau-guinéenne. Qualifiée de « narco-Etat » par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, la Guinée-Bissau a toujours été reconnue comme un pays gangrené par le trafic de drogue.

Les narcotrafiquants y ont pignon sur rue et les mentors des grands réseaux ont toujours été de mèche avec la hiérarchie militaire. Les officiers supérieurs de l’armée ont donc construit l’essentiel de leurs fortunes en exploitant les failles structurelles du système de défense. C’est ce qui explique donc leur méfiance, voire leur réticence vis-à-vis de cette perspective de réforme que porte celui qui était pressenti pour devenir président.

La junte au pouvoir en Guinée-Bissau, qui n’a pour le moment pas de nom ni de porte-parole ou leader, reproche en effet, officiellement, à l’ex-régime du président par intérim, d’avoir signé un accord secret avec l’Angola pour une intervention militaire en Guinée. En réalité, la présence du contingent angolais en territoire guinéen répond à la nécessité de pallier les tares de l’armée nationale. Une institution plus préoccupée à agir pour protéger les intérêts de ses premiers responsables que pour jouer son rôle de défenseur du pays et des autres institutions.

La réforme militaire telle que l’avait conçue le candidat le plus coté de la présidentielle interrompue, allait pourtant restaurer les missions démocratiques de l’armée bissau-guinéenne. Elle avait en outre pour objectif de renforcer la démocratie en rendant moins vulnérable le pouvoir exécutif qui devait s’autonomiser et échapper ainsi aux pressions des militaires. Il était également prévu un renforcement des capacités de la police et de la gendarmerie, la deuxième étant censée assurer la sécurité de l’exécutif, notamment du chef de l’Etat et du Premier ministre, dans un contexte de démocratie réelle. En revanche, les effectifs de l’armée devaient être révisés à la baisse. Toutes choses qui allaient enfin contribuer à sortir le pays du cycle infernal de gestions intermittentes et alternatives entre régimes démocratiques et pouvoirs d’exception. Cette réforme allait sans doute favoriser la lutte contre le trafic de drogue dont la Guinée-Bissau est l’une des plaques tournantes en Afrique de l’Ouest.

La nécessité du retour de ce pays sur la voie constitutionnelle est donc plus qu’impérieuse, et les institutions africaines et internationales, notamment la CEDEAO et l’ONU, doivent en faire une priorité. La fermeté avec laquelle l’institution ouest-africaine a traité la junte malienne doit être de mise en Guinée-Bissau pour y rétablir l’ordre constitutionnel. Les chefs d’Etat de la sous-région doivent surtout agir le plus vite possible pour empêcher les putschistes d’avoir le temps de s’organiser et également pour éviter qu’ils ne procèdent à l’élimination physique des membres de l’ancien régime arrêtés. Certes, ce sera un front de plus pour la CEDEAO. Mais le jeu en vaut la chandelle.

« Le Pays »

Vos commentaires

  • Le 16 avril 2012 à 12:39 En réponse à : COUP D’ETAT EN GUINEE- BISSAU : Un autre gâchis

    Il ne faut pas se faire d’illusions. Toute politique néocoloniale réactionnaire aboutit nécessairement à un coup d’Etat ou à des tentatives de coups et autres mutineries qui, si elles ne sont pas matées par la coloniale basée sur place, finissent toujours par chasser le satrape du pouvoir. C’est dans la logique même des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril 2012 à 17:13, par INVARIABLE En réponse à : COUP D’ETAT EN GUINEE- BISSAU : Un autre gâchis

    Pourquoi les réactions de la CEDEAO face à la situation en GUINEE BISSAU ne sont pas aussi énergiques que celles qui ont prévalu face à la situation au mali.

    Pourquoi cette situation de deux poids deux ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
Mali : La ministre française des Armées annonce la mort du numéro 2 du groupe de soutien à l’islam et aux musulmans
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés