Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

SORTIE DE LA MINISTRE DE LA JUSTICE DU BENIN : Et si les magistrats béninois se mouchaient ?

Accueil > Actualités > International • • jeudi 2 février 2012 à 00h25min

Les magistrats béninois sont en grève. Les raisons, la Garde des sceaux, Marie-Elise Gbédo a déclaré, en marge de la journée nationale de lutte contre la corruption, que l’ensemble de la magistrature du Bénin est mouillé. Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’ire des hommes en toge qui ont, du reste, interpellé illico presto le président de la république afin qu’il somme la ministre de leur présenter des excuses publiques. On voudra bien savoir si les magistrats béninois ont eu une mauvaise compréhension des termes de leur ministre de tutelle ou s’ils veulent faire croire que tout est pour le mieux dans le meilleur du monde de la justice béninoise.

En effet, dire que « l’ensemble de la magistrature béninoise est corrompu » ne signifie nullement que tous, sans exception aucune, le sont nécessairement. On est loin de verser dans le nihilisme consistant à peindre tout en noir le tableau de la justice béninoise. Il y a évidemment des magistrats intègres. Mais combien sont-ils sous nos tropiques, ces juges qui défendent rigoureusement ces valeurs cardinales sans céder à la tentation corruptive ? On a envie de se demander si les magistrats béninois ne se mouchent pas après s’être sentis morveux. La question est d’autant plus légitime que la ministre qui leur pointe le doigt sait bien de quoi elle parle.

En plus d’être leur partenaire, Gbédo est elle-même avocate de profession. Comme on le dit, le meilleur messager des dieux de la prison ne peut être qu’un prisonnier. Au fait, pour ne pas donner l’impression qu’ils livrent une querelle de chiffonniers à leur ministre, les juges béninois devraient se sentir interpellés et travailler à nettoyer les écuries d’Augias plutôt que de ruer dans les brancards. Mais comme il est de coutume en Afrique, on va encore nager dans l’hypocrisie en arguant de l’absence de preuves qui attestent que le corps est malade. Et si l’on n’y prend garde, la justice béninoise est bien partie pour être gangrenée par ce mal difficile à combattre.

Cela pour la simple raison que l’aboutissement des revendications des magistrats viendrait donner un cachet officiel à la corruption. Et personne n’oserait lever le petit doigt pour dénoncer quoi que ce soit. On retiendra de madame Gbédo, une ministre courageuse qui a osé taper dans une fourmilière très redoutée sous les cieux africains. Pour le reste, les magistrats béninois peuvent s’agiter et gesticuler. L’opinion est désormais davantage au parfum de ce qui se passe dans leur maison.

Boulkindi COULDIATI

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
Togo : Les élections locales fixées au 30 juin
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés