Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Cinquantenaire de l’indépendance du Burkina : Quel sort pour toutes ces infrastructures ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Cinquantenaire de l’indépendance du Burkina Faso • • lundi 20 décembre 2010 à 00h57min

On peut applaudir des deux mains. Bobo-Dioulasso a réussi son pari. Blaise aussi. Le cinquantenaire tant attendu a été célébré dans l’allégresse. Le défilé civil et militaire, clou de cette manifestation, a été parfaitement exécuté et les Bobolais ont apprécié. Le beau Blaise a été honoré par une présence remarquable et remarquée de têtes couronnées d’Afrique. Paul Kagamé du Rwanda, Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Idriss Deby Itno du Tchad, Theodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale ont été les attractions venues de loin. De même qu’Ali Bongo et Abdoulaye Wade.

Le seul absent remarquable a été Paul Biya, mais tous sont coutumiers du fait que ce grand amateur de golf et de séjours suisses se fait toujours représenter. On peut donc dire que tout est bien qui finit bien.

L’enfant terrible de Ziniaré, en plus d’avoir été sacré nouveau président du Faso selon les résultats du Conseil constitutionnel voisins de ceux publiés par la Commission électorale nationale indépendante, a réussi "son" cinquantenaire dans une cité réputée, à tort ou à raison, comme une ville difficile à mobiliser. Le compte est donc bon pour le Ziniarus Zorro. Et c’est non sans fierté que les griots du cercle présidentiel ont sorti leur jeu favori : chanter la gloire du grand chef. Que n’a-t-on pas entendu à Bobo-Dioulasso ? Tout a été dit et chanté sur les grandes capacités de ce peuple de se battre malgré l’adversité de la nature.

Tout a été dit et chanté surtout sur les pouvoirs immenses du Blaiso qui, seul, est en mesure de conduire ce bled dans la paix et la stabilité. Bobo lui doit tout. Pour tout dire, l’organisation de ce cinquantenaire a été un travail de génie ! Quoi de plus normal qu’un pouvoir se jette des fleurs après la tenue d’un événement historique ? Du reste, avant le Burkina, les autres pays ont eu pratiquement la même attitude d’autosatisfaction. N’empêche que certaines questions méritent d’être posées, à la lumière des expériences de la célébration tournante du 11-Décembre.

Au risque de nous répéter, disons-le à nouveau, tout a été parfaitement orchestré. Le déjeuner présidentiel du 11-Décembre a permis à tous les côcôs de boire et de manger aux frais de la princesse. Sauf que... En effet, si le tout devait être de ripailler à Bobo et de rentrer tranquillement à Ouagadougou en attendant 2011 pour aller "faroter" à Koudougou, toute cette débauche d’énergie n’aurait pas sa raison d’être. Ce qui est important, et il n’y a aucune difficulté à mettre tout le monde d’accord sur ce sujet, c’est l’impact que cette fête aura sur la capitale économique en termes de développement ou, à tout le moins, en termes d’opportunités de développement.

Le triste sort réservé aux infrastructures de Fada N’Gourma et de Ouahigouya pousse au questionnement. Y a-t-il un vrai plan d’utilisation rationnelle de tout ce qui a été construit ou rénové ? L’Etat a, en effet, englouti des sommes considérables dans les préparatifs de ce cinquantenaire. Mais comme le tout n’est pas de festoyer et de disparaître, le gouvernement et les pouvoirs locaux (gouverneur, maire) doivent déjà expliquer l’usage qui sera réservé à ces bâtiments. Bien qu’étant la troisième ville à accueillir le 11-Décembre décentralisé, c’est Sya qui doit permettre de savoir si réellement cette démocratisation de la fête à travers sa commémoration tournante va plus loin que les djandjobas et autres jouissances populaires.

Le défi pour Bobo sera d’achever certains travaux comme le Palais de la culture, qui n’a pas pu servir pour la Semaine nationale de la culture 2010. Mais surtout quel sort sera réservé aux infrastructures de luxe bâties pour accueillir les personnalités ? Les gourous du régime vont-ils se les partager comme des parcelles de Ouaga 2000 et des crédits de la CNSS ?

Adam Igor

Journal du Jeudi

Vos commentaires

  • Le 20 décembre 2010 à 11:54, par ZORRO En réponse à : Cinquantenaire de l’indépendance du Burkina : Quel sort pour toutes ces infrastructures ?

    L’analyse est juste, et je me permets d’aller un peu plus loin et j’espère que le webmaster ne va encore censurer mon post !

    - Je voudrais comprendre pourquoi la mairie a fait couper les arbres allant de la place de la Nation à Sitarail si c’est pour construire une voie de cette dimension. On se rend compte à présent qu’on avait même pas besoin de tout raser !

    - Je voudrais comprendre pourquoi on a démoli la place de la femme pour faire un rond point dépassé avant même son ouverture. Quand on sait que tous les camions allant à/ou venant de Ouaga passent par là, je me demande quels techniciens ont bien pu concevoir un truc pareil !

    - Je voudrais bien comprendre, comment une voie comme celle qui va de la place de la femme en direction de Ouaga n’a pas été éclairé à l’occasion du cinquantenaire malgré les nombreux accidents qui se produisent sur cette voie très fréquentée mais obscure !

    - Je voudrais comprendre comment on peut mettre des milliards à construire un monument du cinquantenaire sans prendre au moins le soin de faire ne serait-ce que dix mètres de bitumes sur les voies donnant directement sur le monument !

    Le vrai problème dans ce pays c’est que les investissements ne sont pas toujours pensés pour le long terme. On a un événement, alors on fait sap sap les choses, juste pour faire un peu beau et tant pis si ça ne tient que quelques temps.

    Alors, revenez à Bobo dans un an, et vous verrez l’état de ces investissements !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés