Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

Accueil > Actualités > Portraits • • lundi 1er décembre 2008 à 10h17min

Parti de son Yatenga natal à la recherche du bonheur, Souley Ouédraogo a séjourné dans plusieurs pays africains avant de poser définitivement ses valises au Congo. Simple apprenti ouvrier au départ sans formation, il est aujourd’hui à la tête d’une entreprise de bâtiments des plus cotées de Pointe Noire. Accessoirement diplomate, l’homme est un exemple de courage et d’intégrité.

Dans le quartier O.C.A.H SOPROGI de Pointe Noire, la deuxième ville du Congo Brazzaville, face au Collège Kwamé Nkrumah, flotte, devant un pavillon à deux niveaux, deux bandes horizontales rouge et verte frappées au milieu d’une étoile jaune à cinq branches, le drapeau du « Pays des hommes intègres ». Bienvenue chez Souley Ouédraogo, directeur de la Société congolaise d’étanchéité, carrelage et revêtement (SOCECAR) et Consul honoraire du Burkina à Pointe Noire depuis 2004.

Tous les Burkinabè de Pointe Noire connaissent cette adresse, un bout du pays où on se retrouve régulièrement pour échanger, suivre et commenter, grâce au satellite, l’actualité du pays diffusée sur la télévision nationale du Burkina (TNB). Ce soir là, un compatriote qui a profité d’un séjour au Burkina pour se marier, est venu lui présenter son épouse. Souley Ouédraogo félicite le couple, bénit leur union, puis lâche ce commentaire taquin et affectif qui provoque l’hilarité générale : « Comment un vilain type comme toi a pu séduire une si belle et charmante fille comme celle-là ? »

A 55 ans, marié à 22 ans et père de cinq enfants, ce natif de Sissamba dans le Yatenga, est pour eux, plus qu’un simple consul. Grand frère pour certains à qui on confie ses soucis, ami pour d’autres, Souley Ouédraogo représente pour tous une personne ressource très attentive aux problèmes des autres, et qui n’hésite pas à puiser dans sa cassette personnelle pour donner un coup de pouce au nouvel arrivant, histoire de l’aider à s’insérer socialement et professionnellement.

Le parcours et la réussite de Souley Ouédraogo, aujourd’hui à la tête d’une entreprise de bâtiment qui affiche un chiffre d’affaires de 2 milliards de F CFA, emploie une trentaine de salariés permanents et environ 90 salariés temporaires au Congo, sont un hommage au courage et à la capacité de l’homme à inventer son propre destin. C’est aussi la preuve qu’il n’y a pas de fatalité à la pauvreté et la misère, que rien n’est joué à l’avance. Après le Certificat d’études primaires (CEP), le jeune Souley Ouédraogo également admis au concours d’entrée en sixième, s’inscrit au Cours normal de Ouahigouya, mais s’intéresse aussi aux formations à certains métiers, sans savoir exactement ce qu’il a envie de faire plus tard.

En 1970, un événement va cependant bouleverser profondément le cours de sa vie, le poussant à opter pour la formation aux métiers au détriment de l’enseignement général. Incapable de s’acquitter du montant total de l’impôt de capitation, cette taxe coloniale levée par tête d’habitant, son père est arrêté par des militaires sous le regard impuissant de sa famille, puis emprisonné pendant quelques jours. Une humiliation et une profonde blessure pour Souley Ouédraogo, qui garde encore intact le souvenir de cet événement qu’il évoque, plus de trente après, avec émotion. Dieu seul sait le nombre de familles burkinabè que cet impôt a longtemps traumatisées, avant d’être supprimé sous la révolution démocratique et populaire. « J’ai dis à mon père que je ne pouvais plus continuer des études dans de telles conditions et lui ai annoncé que j’allais apprendre un métier », se rappelle Souley Ouédraogo.

Le 17 décembre 1971, son grand frère l’embarque pour Ouagadougou où il le présente à un français, patron de la Société voltaïque étanchéité et carrelage (SOVEC). Là, il apprend à poser des carreaux, une tâche qu’il accomplit sans trop d’enthousiasme, car ce qui l’intéresse, c’est aller sur les chantiers, être étancheur, et il le fait savoir. « Tu es encore jeune, ça va être trop dur pour toi » lui répond le patron. « Oui, je suis petit, mais je suis résistant et la dureté du travail ne m’effraie pas » rétorque t-il. On l’envoie alors rejoindre un groupe d’ouvriers commis à la construction des premiers bâtiments de l’université de Ouagadougou. Doué, Souley Ouédraogo apprend très vite à poser les revêtements d’étanchéité au point qu’en 1974, le jugeant suffisamment compétent, son patron l’envoie superviser la construction de la Banque de développement du Mali (BDM). « La première guerre Mali-Burkina m’a trouvé là-bas » se souvient-il. A peine rentré, il est désigné pour aller construire l’hôtel de la RAN de Bobo-Dioulasso, puis le bureau de la poste de Banfora. A Ouagadougou, il profite de son temps libre pour parfaire son apprentissage auprès de formateurs sénégalais installés dans le quartier Kolog-Naba.

Méticuleux, toujours prêt à aller au charbon, Souley Ouédraogo devient très vite l’homme de confiance du patron. De 1976 à 1984, il est nommé responsable des chantiers à Lomé. « J’étais devenu un cadre de la boite puisque mon salaire mensuel est passé de 40 000 à 100 000 F CFA par mois, ce qui était une grosse paye à l’époque ».

Au Congo, la SOVEC a décroché le marché de la construction de la Tour Mayombe, l’un des plus hauts immeubles du pays, inauguré en 1982 par le président congolais Denis Sassou Nguesso et Thomas Sankara, alors premier ministre du Burkina. Au cours de la cérémonie, ses supérieurs le présentent à Sankara et lui expliquent que c’est lui qui a assuré les travaux d’étanchéité. Souley Ouédraogo se rappelle encore des mots très aimables qu’a eu le futur numéro un du Conseil national de la révolution (CNR) à son endroit. « Souley, si tu viens à Ouaga, passe me voir. Un homme comme toi, on peut te nommer directeur des travaux publics » lui aurait-il dit. De passage au pays, il rapporte la scène à son grand frère, lequel le conseille de vaquer tranquillement à ses occupations et de ne pas se mêler des affaires politiques.

Les travaux terminés, il retourne à Lomé où sont restés son épouse et leurs enfants, mais pas pour longtemps. En 1986, son patron qui a flairé de bonnes opportunités d’affaires au Congo, a décidé d’y créer une filiale de la société dans laquelle il s’octroie 50% du capital, réserve 15% à son fils, 15% à Souley Oudéraogo, et 15% à un partenaire congolais comme le prescrit la loi du pays.

Quelque temps après leur arrivée à Brazzaville, son épouse, qui peine à s’adapter à son nouvel environnement, décide finalement de repartir à Lomé. « Elle n’a pas supporté la vie de Brazzaville qu’elle trouvait trop chère. Avec 500 F, elle ne pouvait même pas avoir les légumes qu’elle achetait à 200 F à Lomé », raconte Souley Ouédraogo, qui n’a pas réussi à la retenir malgré son confortable salaire. Au plan professionnel, les affaires marchent plutôt bien et la société ne manque pas de marchés.

Mais en 1993, patatras, la guerre éclate, première d’une série qui endeuillera le Congo durant la décennie quatre-vingt-dix. « Nos bureaux étaient près de l’aéroport et la nuit, ça tirait de partout ». A bout de nerfs, le fils du patron craque, informe son père qu’il va fermer les bureaux et quitter le pays. Souley Ouédraogo s’y oppose : « On ne peut pas quitter un pays comme ça alors qu’on gagne de l’argent » objecte t-il. Face à son entêtement, le père, en accord avec son fils, lui remettent les clés de l’entreprise puis le mettent en garde : « Si tu ne fermes pas, c’est à tes risques et périls ; s’il t’arrive quelque chose, c’est ton problème ».

Qui ne risque rien n’a rien, se convainc-t-il. Désormais seul maître à bord, Souley Ouédraogo réorganise la société et porte ses parts dans le capital à 50%. Les affaires marchent à nouveau, le marché de l’étanchéité étant florissant dans un pays abondamment arrosé. Il entrevoit de beaux jours devant lui, mais c’était sans compter avec la folie qui s’était emparé de la société congolaise. En 1997, éclate une deuxième guerre qui faillit lui être fatale. Par chance, avec son épouse entre temps revenue à Brazzaville, ils sont évacués à Libreville, au Gabon, avant de regagner le Burkina. Les mains vides ! « Ce que j’ai perdu, je l’ai évalué à environ 500 millions de F CFA », confie Souley Ouédraogo, toujours prêt à tenter à nouveau l’aventure hors de son pays. C’est alors que « le miracle » se produit. Un jour, il reçoit un coup de fil d’un dirigeant du groupe pétrolier Elf Congo, devenu Total, qui souhaite lui confier les travaux de réfection et d’étanchéité de leurs bâtiments, d’un montant de 180 millions de F CFA. A sec, Total, consent à lui faire une avance de 60 millions pour lui permettre de commencer, une perche que notre aventurier a su saisir pour rebondir.

A la fin de la guerre intervenue en octobre 1997, il est sollicité pour rénover la Banque internationale du Congo, un établissement que le vainqueur, Denis Sassou Nguesso, tenait à rouvrir avant début décembre de la même année. Depuis, celui qui est arrivé au Congo il y a 20 ans est devenu une référence dans les travaux d’étanchéité et sa société rebaptisée Société congolaise d’étanchéité, carrelage et revêtement (SOCECAR) est très sollicitée aussi bien au Congo qu’au Gabon, en Centrafrique et au Tchad.

Peu expansif mais d’un abord facile, Souley Ouédraogo est un exemple d’intégrité et d’une remarquable sociabilité. Déjà secrétaire général de l’Association des ressortissants burkinabè au Togo, le virus de la vie associative ne l’a pas quitté lorsqu’il dépose ses valises à Brazzaville. Avec son expérience, il redynamise l’Association des ressortissants burkinabè au Congo tombée depuis quelques années dans une profonde léthargie. Son activisme séduit les membres de l’association, qui décident de lui confier la présidence. En 1996, à la tête d’une forte délégation, il se rend à Pointe Noire pour accueillir le président Blaise Compaoré en visite dans cette ville. « Blaise Compaoré nous a reçus durant une heure et il était tellement content que sur place, il a dit à son ministre des Affaires étrangères, Ablassé Ouédraogo, de me donner un passeport diplomatique ».

A l’en croire, les quelques 600 Burkinabè vivant au Congo sont appréciés dans leur pays d’accueil. Une chose leur fait cependant cruellement défaut : le Burkina ne dispose d’aucune représentation diplomatique dans toute l’Afrique centrale. Au cours d’une réunion, l’Association prend la décision d’écrire au gouvernement pour demander l’ouverture d’un consulat au Congo, à défaut d’une ambassade. Les membres de l’association se concertent, et à son insu, proposent son nom. Le 12 mai 2004, il est nommé en conseil des ministre Consul honoraire du Burkina à Pointe Noire. « La nomination de Monsieur Souley Ouédraogo participera à la protection des Burkinabè dans cette partie de l’Afrique centrale et contribuera à n’en pas douter au renforcement de notre coopération avec ce pays » lit-on dans le compte rendu du conseil des ministres.

Consciencieux, le nouvel Consul honoraire prend au sérieux ses nouvelles responsabilités. Certes, le poste est purement honorifique et le titulaire n’est pas rémunéré, mais le titre lui ouvre des portes et lui facilite certaines démarches, parfois personnelles. « Quand je vais à Brazzaville rencontrer un ministre, dans la salle d’attente, j’ai la priorité sur les autres », reconnaît-il. Le titre lui permet de prendre des initiatives visant à renforcer les relations entre les deux pays, qui étaient devenues franchement exécrables au lendemain de l’assassinat de Thomas Sankara en octobre 1987. L’année dernière, il a ainsi organisé une colonie de vacances à Ouagadougou au profit de cinq jeunes congolais, « pour qu’ils découvrent le Burkina et apprennent à connaître leurs camarades burkinabè ». Il faut dire que les parents étaient réticents à envoyer leurs gamins dans un pays lointain qu’ils ne connaissent pas. Mais après le reportage sur leur séjour, fait par un journaliste congolais et diffusé à la télévision congolaise, et qui lui valu les félicitations des autorités de son pays d’accueil, Souley Ouédraogo s’attend cette année à recevoir au moins une centaine de candidatures.

A présent, il met son énergie à faire aboutir un projet qui lui tient particulièrement à cœur : faire venir des Burkinabè au Congo pour travailler dans l’agriculture, un secteur qui attire peu de Congolais. En espérant la signature d’une convention instituant la libre circulation des biens et des personnes entre les deux pays, ce qui faciliterait les choses, le Consul honoraire a déjà repéré des sites dans le nord du Congo qui seraient très propices à certaines cultures. « Il faut qu’on échange nos compétences, c’est comme ça que nos peuples se connaîtront et qu’on développera l’Afrique ». Paroles de panafricaniste !

Joachim Vokouma,
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 janvier 2009 à 14:06 En réponse à : Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

    en realité monsieur souley est plus q’un consul il est le sauveur des burkinabe qui sont installé au congo ou de passage et cela j’ai deja vecu moi meme l’experience ou il ma aidé a sortir de ce petrin donc il faut remettre les choses dans leur contexte et dire que souley aide beaucoup les burkinabé et il merite plus et je sais quoi dire a propos

    jean frederic sankara

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2009 à 12:44, par Souleymane Traoré En réponse à : Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

    Souley Ouedraogo est un exemple à suivre. il fait la fierté des Burkinabé dans cette region de l’Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 09:01 En réponse à : Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

    Lettre N° 0069-2013/ASCOGECOS/DA A
    MONSIEUR LE CONSUL
    Objet : PRESENTATION DE SOCIETE DU BURKINA FASO A
    POINTE NOIRE

    MONSIEUR LE CONSUL,
    Avant tout propos et avec votre permission, permettez-moi de me présenter et aussi la société dont je suis le responsable. Je suis gérant d’une société unipersonnelle à responsabilité limitée qui a pour dénomination AS COMMERCE GENERAL, CONSTRUCTION ET SERVICES en abrégé (AS COGECOS Sarl),
    Parti de la vente des matériaux de construction sous le nom QUICAILLERIE GENERALE, aujourd’hui la société a élargi ses activités dans la construction bâtiment, la décoration et les aménagements sous une nouvelle entité (As-COGECOS Sarl).
    As-COGECOS capitalise plus de vingt (20) années d’expérience dans la vente des matériaux de construction, ce capital d’expérience a généré une confiance auprès de nos clients et en janvier 2012, on décida de l’élargissement de nos interventions, et la construction bâtiment, la décoration, les aménagements en un mot le BTP a été retenu comme extension et bien sûre après quelques expériences réussies dans ce domaine.
    MONSIEUR LE CONSUL, l’idée d’élargir nos interventions est d’une part de soutenir SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DU FASO, CHEF DE L’ETAT dans son plan d’action et dans sa volonté de faire du BURKINA FASO un pays émergent car on ne pourra parler d’émergence d’une nation et exclure la construction.
    La société s’est fixée pour objectif d’inviter la diaspora et les investisseurs immobiliers vivant au BURKINA FASO à s’investir d’avantage dans l’immobilier, ainsi où qu’ils soient, ils pourront participer positivement à l’émergence de leur patrie, et pour ce faire votre soutien est plus que nécessaire dans cette invite de la diaspora.
    Nous leur offrons toutes les garanties nécessaires et leur rassurons de la qualité de nos prestations car aujourd’hui le domaine du bâtiment a mauvaise presse a cause de certaines personnes ou entreprises qui grugés des promoteurs immobiliers a tel point que ces derniers sont réticents et ne veulent plus confier leur projet de construction a des structures, nous estimons que cela constitue un ralentissement a l’émergence de notre nation, notre engagement vise a satisfaire la clientèle et a restaurer la confiance.
    Pour mieux approcher nos compatriotes vivant sous votre responsabilité à la société, leur faire connaitre la société et leur proposer nos services, la société se propose de participer à certaines de vos activités et rencontres que vous organiser et serait très honorée de se compter parmi vos sponsors.
    NB : Pour mieux nous connaitre veuillez consulter notre site web :www.ascogecosbtp-bf.com
    Dans l’espoir d’une suite favorable, MONSIEUR LE CONSUL, tout le personnel de la société AS-COGECOS se joint à moi (gérant) pour vous transmettre nos sincères salutations.
    Le gérant

    SORE ABLASSE

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2013 à 22:22, par Pemosso En réponse à : Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

    Je loue son courage et le félicite. Je me dis aussi de saluer l’hospitalité du Congo, en espérant que les Congolais aient la même chances dans d’autres pays. Ainsi, l’intégration africaine sera parfaitement réussie.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2016 à 20:08, par ouedraogo boureima En réponse à : Souley Ouédraogo, bâtisseur de ponts entre le Burkina et le Congo

    salut frere
    je sui boureima ouedraogo de sissamba pirgo.
    je sui tres content de vous lire sur internet votre entreprise.
    moi je sui en holland .
    je vent des vehuculles .
    peutetres ci vous ete interresser vous pouviez me contacter.

    0033687444989 merci et bn nuit

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés