Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

MSF et le Niger : Tandja n’aime pas la tranquillité

Accueil > Actualités > International • • vendredi 31 octobre 2008 à 02h52min

Reprochée d’avoir présenté la malnutrition des enfants dans le Sud du Niger comme plus grave qu’elle ne l’est afin de mobiliser plus d’argent auprès des donateurs, d’avoir promu l’usage de pâtes alimentaires nutritionnelles comme mode de traitement du déséquilibre alimentaire, l’organisation non gouvernementale (ONG) Médecins sans frontières (MSF) a été priée par les autorités de Niamey, en mi-juillet 2008, de suspendre ses activités au Niger.

C’est alors avec un vif regret que l’organisation humanitaire s’est résolue à prendre la dommageable décision d’abandonner ses actions dans la patrie du président Mamadou Tandja, non sans répondre aux mesures gouvernementales, en constatant un déni de réalité des autorités nigériennes. La double incompréhension qui a causé le divorce entre les deux parties a suscité la réaction de Caroline Livio, responsable de MSF au Niger, pour qui « il n’existe pas de normes internationales dans le traitement de la malnutrition ».

Elle déplore du reste la situation, car, soutient-elle, le Niger est l’un des pays qui a permis à sa structure de travailler à des programmes sur une échelle inégalée ailleurs. Selon des informations données par MSF, en 2006, dans deux districts du sud de la région de Maradi, la plus déshéritée du Niger, plus de 70 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë globale, sévère comme modérée, ont été pris en charge, avec un taux de guérison supérieur à 90%.

En 2007, en période de soudure, il a été distribué un produit nutritionnel spécifique aux enfants de moins de 3 ans, la tranche d’âge la plus touchée par la malnutrition aiguë. Une prise en charge dans des structures médicales lors d’épisodes de maladies ou au stade de malnutrition sévère, en suivant les nouveaux standards de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été effectuée. Les tentatives de l’ONG pour renouer le dialogue avec les autorités nigériennes sont restées vaines, ce qui a eu pour effet de liquider progressivement ses activités dans les deux districts en question. Interdite donc de s’occuper de nouveaux enfants, la structure a vu ses dispensaires se vider peu à peu.

Face au manque de fléchissement du pouvoir, les procédures de licenciement du personnel local (près de 350 personnes) ont été enclenchées. Les ONG et les organisations humanitaires, à tort ou à raison, sont parfois soupçonnées d’outrepasser leurs missions. Mais dans le cas présent, il faut croire que Tandja n’aime pas du tout la tranquillité.

En décidant de mettre à la porte les travailleurs de MSF exerçant au Niger, il en rajoute à son impopularité, lui dont la réputation est déjà un peu trop écornée par des décisions présidentielles qui ne sont pas loin d’être dictatoriales. Si ce n’est pas le journaliste Moussa Kaka ou l’ancien Premier ministre Hama Amadou qu’il envoie goûter aux amertumes de la prison, c’est à AREVA qu’il s’en prend, et la liste de ses indésirables ne fait que s’allonger jour après jour.

La mesure de Tandja est, pour le moins, préjudiciable à des enfants innocents et à beaucoup de ses concitoyens, qui perdent ainsi, sans le vouloir, leur travail, dans un pays pauvre où la traversée du désert est une réalité quotidienne. De tout cela, le premier des Nigériens s’en moque éperdument, seul maître qu’il est à bord. Aujourd’hui, c’est MSF qui est dans le collimateur du grand chef de Niamey. A qui le tour demain ?

D. Evariste Ouédraogo

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 5 novembre 2008 à 16:03, par Aio En réponse à : MSF et le Niger : Tandja n’aime pas la tranquillité

    Quel rapport, il y a entre un burkinabé et le président Tandja pour des traitements de la sorte : votre pays est l’un des plus pauvres du monde, ramener le MSF chez vous.
    Respectez notre président, on ne va pas en rencontre de votre Président.

    Répondre à ce message

    • Le 9 avril 2009 à 15:12, par boby En réponse à : MSF et le Niger : Tandja n’aime pas la tranquillité

      Notre pays est l’un des plus pauvres certes,mais si ce pays pauvre avec son peuple travailleurs et courageux n’existait pas tous les Nigeriens allaient mourir de faim.Combien de nos excédants céréalier rentrent au niger chaque année que . Donc les nigeriens nous doive la vie.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés