LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand on ne maitrise pas la direction du vent, il faut éviter de jouer avec la poudre de piment.” Charles Blé Goudé

Promotion de l’hygiène menstruelle et santé de la reproduction : Les acquis du projet HerWASH jugés satisfaisants

Publié le jeudi 20 juillet 2023 à 17h00min

PARTAGER :                          
Promotion de l’hygiène menstruelle et santé de la reproduction : Les acquis du projet HerWASH jugés satisfaisants

Les acteurs du projet de promotion de l’hygiène menstruelle et santé de la reproduction dans la région des Cascades ont organisé, ce jeudi 20 juillet 2023 à Banfora, un atelier de capitalisation et de clôture dudit projet. Au cours de cette rencontre qui a réuni toutes les parties prenantes de sa mise en œuvre, les acquis du projet ont été jugés satisfaisants.

Le projet HerWASH ou Promotion de l’hygiène menstruelle et santé de la reproduction dans la région des Cascades (2019-2023) est mis en œuvre par WaterAid Burkina Faso dans 50 établissements et 25 centres de santé de la région des Cascades. Ce, en collaboration avec l’association Munyu des femmes, les services techniques de la région et financé par le Canada. Démarré en 2019, ce projet avait pour objectif d’améliorer la santé sexuelle et reproductive avec un focus sur les femmes et les jeunes filles dans la région des Cascades.

Les acteurs de mise en œuvre du projet HerWASH sont réunis à Banfora pour un atelier de capitalisation et de clôture

Après quatre années de mise en œuvre des activités, le projet est à sa fin. C’est ainsi que les acteurs du projet ont décidé d’organiser un atelier de capitalisation et de clôture ce jeudi 20 juillet 2023. Une occasion pour eux de faire le bilan des différentes activités menées sur le terrain. A en croire ces acteurs, le projet a engrangé d’énormes acquis qui ont contribué à l’épanouissement de la femme et de la jeune fille dans la région. En effet, durant quatre ans, le consortium WaterAid et ses partenaires ont exécuté le projet dans un contexte particulièrement difficile, marqué par la pandémie de covid-19 ainsi que la crise sécuritaire qui secoue le pays.

« Malgré les difficultés, le projet a réussi à réaliser certaines actions et les résultats sont satisfaisants », a rappelé Eric Mamboué, directeur pays de WaterAid Burkina. Ce projet a donc contribué, entre autres, à la réalisation physique d’ouvrages d’eau, d’assainissement et d’hygiène, au renforcement de capacités des acteurs, à l’amélioration des connaissances des populations sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène et d’assainissement à travers une combinaison d’approches.

Eric Mamboué, directeur pays de WaterAid Burkina rappelant que le projet a réussi à réaliser certaines actions et les résultats sont satisfaisants

Tous ces acquis sont jugés satisfaisants au regard de leurs apports considérables sur la vie des populations de la région. Il a aussi souligné que l’objectif de cet atelier était de partager avec tous les acteurs, les succès obtenus, mais aussi de recueillir les contributions et suggestions des participants afin d’assurer une pérennisation des services Wash dans la région des Cascades.

Les acquis du projet HerWASH salués par les autorités de la région

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le haut-commissaire de la province de la Comoé, Hamidou Idrissa Massa. Dans son allocution, il a tenu à remercier le gouvernement canadien pour avoir accepté de financer ce projet. Ses remerciements vont à l’endroit de l’ONG WaterAid et ses partenaires d’exécution pour, dit-il, la mise en œuvre réussie de ce projet.

« Durant quatre ans, nous avons eu droit à des réalisations en matière d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement. C’est évident que ces réalisations vont contribuer à améliorer les indicateurs de notre province en matière de Wash. Il y a eu également des activités de sensibilisation afin d’obtenir des changements de comportement de nos populations en matière d’hygiène et d’assainissement », a-t-il laissé entendre.

Le haut-commissaire de la province de la Comoé, Hamidou Idrissa Massa, a invité les populations à s’approprier les infrastructures réalisées et à les entretenir

Il a par ailleurs invité les populations à s’approprier les infrastructures réalisées et à les entretenir pour leur bien-être. Il les a invités aussi à intégrer toutes les actions de sensibilisation menées à leur endroit pour qu’il y ait des changements positifs et qualitatifs dans le comportement des citoyens. Selon lui, les acquis du projet doivent interpeller sur les défis qui restent à relever pour assurer une pérennisation des services d’eau, d’hygiène et d’assainissement dans la région. Embouchant la même trompette que le haut-commissaire de la Comoé, Olivia Somé/Héma, secrétaire exécutif de l’association Munyu des femmes, a salué l’initiative du projet. Elle a expliqué que son association a été le partenaire de mise en œuvre des activités du projet sur le terrain.

« Notre association était chargée de la mise en œuvre opérationnelle des activités sur le terrain. Et nous constatons aujourd’hui un changement de mentalité chez les élèves. La question des menstrues était un tabou. Nous constatons que, de plus en plus, les élèves abordent la question sans gêne, que ça soit chez les garçons ou chez les filles. Nous sommes satisfaits parce que nous constatons que la communauté s’est vraiment appropriée du projet », a-t-elle martelé.

La photo de famille à l’issue de la cérémonie d’ouverture des travaux

Le directeur régional des enseignements post-primaires et secondaires des Cascades, Alidou Karim Koné, pour sa part, a fait savoir que si ce projet n’existait pas, il fallait vraiment le créer parce qu’il a changé beaucoup de choses dans le comportement et les manières de tout le monde dans la région. « Ce projet a changé les mentalités. D’abord, au niveau des acteurs que nous sommes et aussi dans les pratiques et comportements de nos élèves en ce sens que les élèves, surtout les filles, ont beaucoup appris et elles ont dépassé la peur et la honte en matière de gestion des menstrues. Elles savent quel comportement adopter face à la situation. C’est pourquoi nous saluons les acteurs de mise en œuvre du projet », a indiqué Alidou Karim Koné.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                          

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’ONG IRC lance deux nouveaux projets