LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : « Nous sommes engagés comme VDP dans ce que nous savons faire : apporter l’eau aux gens » (Jean Bosco Bazié, Eau Vive Internationale)

Publié le jeudi 23 mars 2023 à 22h00min

PARTAGER :                          
Burkina : « Nous sommes engagés comme VDP dans ce que nous savons faire : apporter l’eau aux gens » (Jean Bosco Bazié, Eau Vive Internationale)

La communauté internationale a commémoré, mercredi, 22 mars 2023, la journée mondiale de l’eau sous le thème : « Accélérer le changement pour résoudre la crise de l’eau et de l’assainissement ». Au Burkina, l’organisation non-gouvernementale Eau Vive Internationale a marqué la journée en offrant de l’eau potable aux populations des communes de Kogho et Zoungou dans la province du Ganzourgou, région du Plateau-central. Ces réalisations de Eau Vive Internationale (EVI) entrent dans le cadre des projets accompagnés par la fondation américaine Charity Water.

Dans son communiqué publié à l’occasion de cette commémoration 2023, Eau Vive internationale a, entre autres, appris que ce sont plus de deux milliards de personnes dans le monde qui ne disposent pas d’un accès à l’eau potable et plus de trois milliards de personnes qui sont contraintes à la défécation à l’air libre.

Selon le responsable eau et assainissement de Kogho, Mathieu Ouédraogo, en moins d’une année, la commune bénéficie de plusieurs réalisations, réhabilitations, etc.

Au Burkina, la question est davantage cruciale avec la crise sécuritaire et son cortège de populations déplacées internes. C’est dans ce contexte que l’organisation,EVI, a commémoré la journée mondiale de l’eau 2023, en offrant de l’eau potable aux populations des communes rurales de Kogho et de Zoungou, province du Ganzourgou, dans la région du Plateau-central.

En effet, dans le cadre de ses interventions, EVI a réhabilité deux AEPS (adductions d’eau potable simplifiées) dans ces deux localités, sises à une centaine de kilomètres à l’est de la capitale.
La réception de ces réalisations en cette journée de mercredi 22 mars a, à chaque étape, mobilisé une importante population, venue manifester sa joie et sa reconnaissance à EVI et ses partenaires.

Présidente délégation spéciale Kogho

Selon la présidente de la délégation spéciale de Kogho, la population souffrait énormément en matière d’eau. « Il arrivait que des femmes quittent leur domicile à des heures indues pour espérer que la pompe soit libre… et d’autres parcouraient des kilomètres pour trouver un point d’eau », illustre-t-elle. D’où le « ouf ! » de soulagement et les propos de reconnaissance envers les responsables-donateurs.
D’ores et déjà, l’esprit est tourné vers le suivi de ces réalisations.

Vue du champ solaire et autres installations techniques …

« Avant même la fin de la réalisation, j’ai contacté les techniciens d’Eau Vive Internationale pour poser le problème ; parce qu’une chose est de réaliser, une autre est de l’entretenir et encore faut-il bien gérer pour que si ça tombe en panne, on puisse prendre le relais. J’ai donc sollicité Eau Vive Internationale pour accompagner la délégation spéciale, en nous formant sur les types de gestion… », décline-t-elle.

Dans sa cartographie de la situation, l’autorité a dit qu’au cours de 2023, la commune de Kogho a bénéficié de la part d’EVI, la réalisation de trois forages dans trois villages, la réhabilitation de quatre forages et d’une AEPS. Trois autres forages sont attendus au cours de cette année 2023, annonce-t-elle.

… qui font couler l’eau dans les robinets.

« Aucune activité n’était facile pour nous, tant la question de l’eau était cruciale »

Avec ses seize villages et son hameau de culture, la commune de Kogho compte plus de 22 000 habitants. « Dans six villages, les populations sont encore confrontées au problème d’accès à l’eau potable. C’est encore plus difficile avec des déplacés internes que nous enregistrons ces deux jours. En effet, du 30 novembre 2022 au 17 mars 2023, la commune de Kogho a enregistré plus de 2 300 déplacés internes, qui vivent dans des familles d’accueil. Cette situation vient amplifier le problème d’accès à l’eau potable », a soutenu la présidente de la délégation spéciale, ajoutant que la plupart des écoles ne disposent pas non plus de latrines.

« Aucune activité n’était facile pour nous, tant la question de l’eau était cruciale. Le manque d’eau handicapait nos activités. Aussi, les femmes se battaient à la fontaine. Aujourd’hui, tout cela relève du passé, c’est la gaieté entre nous. Maintenant, on peut bien mener nos activités génératrices de revenus. Mieux, on nous a donné hygiène et santé », a exprimé la porte-parole des femmes de Kogho, Balkima Sawadogo, promesse faite également de bien entretenir ces réalisations.

Une satisfaction légitime que s’approprie le président exécutif de Eau Vive Internationale, Jean Bosco Bazié. « J’aurais pu être à New-York en ce moment-même, parce que y commence aujourd’hui, le sommet des nations-unies pour l’eau. On y était invité, mais j’ai préféré être ici à Kogho (et à Zoungou) pour célébrer avec vous, pas seulement la journée mondiale de l’eau, mais l’eau qui est effectivement devenue une réalité dans les robinets », s’est-il ouvert, témoignant les reconnaissances au partenaire de réalisation, la Fondation Charity water.

Le chargé de projet, Lionnel Sanou, explique les caractéristiques techniques des réalisations et donne des conseils aux bénéficiaires pour une gestion efficace.

A l’en croire, ce programme, soutenu par le partenaire sus-cité, a permis, en trois ans, de réaliser dans le Ganzourgou, environ 200 points d’eau de divers types.
« Tout ce que nous faisons, c’est pour compléter ce que fait déjà l’Etat. Cette AEPS a été réalisée par les pouvoirs publics, mais pour plusieurs raisons, elle n’a pas pu fonctionner. Et nous sommes heureux de pouvoir compléter ces efforts pour la rendre aujourd’hui fonctionnelle avec neuf bornes fontaines. (…). Nous sommes les VDP (volontaires pour la défense de la patrie) de l’eau, et nous sommes engagés comme VDP dans ce que nous savons faire : apporter l’eau aux gens », s’est résumé Jean Bosco Bazié.
Ce sont plus de 35 millions FCFA qui ont servi à cette réalisation de Kogho et un peu moins de 40 millions à Zoungou.

Même expression de joie pour la population de Zoungou. « C’est une épine qu’on a enlevée du pied, parce que la population souffre. Vue la modicité des moyens de la commune, il faut ce genre d’accompagnements pour qu’on puisse assister cette population qui est vraiment vulnérable », a magnifié le président de la délégation spéciale de Zoungou.

Président délégation spéciale Zoungou

Avec ses 43 000 habitants, selon l’autorité, Zoungou enregistre environ 2 000 déplacés internes ; ce qui accroît ce besoin de base. C’est pourquoi se réjouit-il davantage de savoir que Eau Vive Internationale projette de réaliser des forages au profit des villages qui accueillent ces déplacés internes.

Pour mémoire, Eau Vive Internationale est une association de solidarité internationale, citoyenne, non partisane et non confessionnelle. Fruit d’une construction partagée entre Africains et Européens, elle est guidée par les valeurs de démocratie, solidarité, engagement et responsabilité, confiance et diversité.
Au Burkina, pour plus d’efficience, elle a concentré ses efforts dans les provinces du Ganzourgou (Plateau-central) et du Zoundwéogo (région du Centre-sud) pour au moins dix ans.

Lire aussi Ressources naturelles : « Chaque minute, 5 personnes meurent dans le monde par manque d’eau potable », rappelle Eau Vive internationale

O.L.O
Lefaso.net
Légendes

Portfolio

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique