Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè

Accueil > Actualités > Opinions • Tribune • mercredi 18 janvier 2023 à 11h12min
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè

Dans cette tribune, Mathieu Béré, chercheur burkinabè vivant aux États-Unis d’Amérique estime que l’analyse de Newton Ahmed Barry sur la situation sécuritaire au Burkina Faso est assez réductrice. "L’analyse de NAB est empiriquement et logiquement contestable, car elle décrit de façon réductrice le conflit en cours au Burkina comme un conflit opposant des " djihadistes de la brousse " (fulaphones) contre des " djihadistes de la ville " (moréphones, qui seraient " anti français, anti-démocratie, anti-droits de l’homme, anti-occident, anti-élite politique et intellectuelle et qui sont les pro-IRISSI "). Cette description des deux parties du conflit est inexacte dans sa catégorisation ethnique, et discutable d’un point de vue religieux, théologique, et conceptuel"

Une analyse des données relatives aux cibles des attaques terroristes au Burkina Faso de 2015 à 2020, analyse qui peut être extrapolée, mutatis mutandis, à 2021 et 2022, révèle que les militants djihadistes (principalement peulhs) ciblent stratégiquement les représentants du gouvernement, les leaders communautaires (religieux ou traditionnels), les personnes-ressources, et les citoyens ordinaires qui s’opposent à leur idéologie, ne les soutiennent pas ou collaborent avec les forces de sécurité gouvernementales contre eux (par exemple, les Koglweogos, les VDP et, parfois, les personnes qui ont des liens familiaux ou ethniques avec ces derniers).

Mais leurs cibles dépassent les frontières ethniques, car certains imams, leaders politiques et communautaires peulhs ou des résidents peulhs de certaines localités du Sahel ont également été enlevés, tués, depouillés de leur bétail et chassés de leurs villages.

Etant donné que l’on ne dispose pas toujours de données suffisantes sur l’identité des auteurs et des victimes des attaques terroristes (perpétrées par des militants de groupes djihadistes ou par des HANI) ainsi que des auteurs et victimes des contre-attaques (menées généralement par les FDS et leurs soutiens kogleweogos, dozos, et VDPs), il serait hasardeux de faire des conclusions simplistes sur les deux parties qui s’affrontent actuellement dans le conflit meurtrier en cours au Burkina Faso ou dans les autres pays du Sahel.

L’analyse des données disponibles sur l’identité des auteurs des attaques et des victimes de ces attaques — données que nous pouvons extraire des rapports des médias et de certaines bases de données compilées par des universités et des centres de recherche à l’échelle internationale — nous révèle un tableau un peu différent de ce que l’analyse de Newton Ahmed Barry (NAB) veut nous enseigner.

L’analyse de NAB est empiriquement et logiquement contestable, car elle décrit de façon réductrice le conflit en cours au Burkina comme un conflit opposant des " djihadistes de la brousse " (fulaphones) contre des " djihadistes de la ville " (moréphones, qui seraient " anti français, anti-démocratie, anti-droits de l’homme, anti-occident, anti-élite politique et intellectuelle et qui sont les pro-IRISSI "). Cette description des deux parties du conflit est inexacte dans sa catégorisation ethnique, et discutable d’un point de vue religieux, théologique, et conceptuel. Le débat serait long à mener et nous manquons d’espace ici pour cela. Par exemple, qu’est-ce que le « djihad » dans la théologie islamique et dans l’interprétation qu’en ont faite les maîtres à penser du salafo-djihadisme tels que Ibn Tammya ?

Au regard de la théologie islamique du « djihad » (que ce soit le djihad spirituel ou le djihad de l’épée), est-il exact et prudent d’écrire qu’il y a deux djihads, l’un de la brousse et l’autre de la ville, qui s’affronteraient pour le contrôle du Burkina, même si l’on est en droit, par ailleurs, de s’inquiéter de la stigmatisation contre les Peulhs dans les réactions contre les attaques terroristes, et de la dérive extrémiste de certains supporters de l’actuel président de la transition ? Peut-on vraiment, et sans danger, parler d’un « terrorisme d’Etat » principalement et délibérément dirigé contre les Peulhs si l’on reconnaît que ces derniers sont majoritaires dans les rangs des djihadistes, lesquels sont des civils qui ont pris des armes qu’ils peuvent sortir ou cacher si les circonstances les y obligent ?

Le tableau de la crise que traverse le Burkina Faso actuellement est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par NAB même s’il a raison d’alerter sur les dérives extrémistes et la montée d’une certaine pensée unique en soutien au pouvoir en place au Burkina. Nous avons montré à travers un travail de recherche scientifique — que nous avons mené et qui sera publié en anglais — sur l’insurrection djihadiste, le ciblage des civils, et la dynamique des conflits dans les pays du Sahel qu’il y a plusieurs raisons pour lesquelles des civils (non-combattants) sont attaques par des hommes armés appartenant à des groupes affiliés à Al Qaida ou à l’Etat Islamique ou sans affiliation claire et connue. Les raisons pour lesquelles les civils (non-combattants et ne soutenant pas discrètement les militants des groupes djihadistes) sont attaqués sont variables.

Notre analyse des données disponibles de 2015 à 2019 (données de ACLED et du Global Terrorism Database), croisée avec une analyse de données d’enquêtes et de déclarations faites par des leaders djihadistes, révèle que seulement 7% à 8% de ces attaques sont motivées par des considérations ethniques, et que pas plus de 26% de ces attaques sont attribuables à l’idéologie djihadiste. Beaucoup d’attaques contre les civils au Burkina Faso ne sont donc ni motivées par la religion ni par des considérations ethniques mais plutôt par des considérations stratégiques, par le désir de vengeance, la poursuite du gain financier, ou par des raisons floues, inconnues.

L’analyse scientifique des données disponibles que nous avons effectuée (voir détails dans notre travail de recherche) nous fait entrevoir la complexité des conflits que nous avons à résoudre au Burkina Faso, au Mali et au Niger (le Sahel central), et en particulier dans la poudrière que constitue la région des trois frontières.

Ci-dessous, pour les besoins du débat suscité par NAB, je partage avec vous un extrait (traduit en français) de mon travail de recherche :

« Le ciblage des civils sur la base de l’identité par les groupes terroristes
Une autre catégorie de motifs d’attaque des civils est celle des motifs identitaires. Cette catégorie fait référence aux incidents de ciblage basés sur l’ethnicité. Environ 7% du total des incidents ont ainsi été codés "ciblage de civils basé sur l’identité", comme mentionné dans les entretiens et l’enquête en ligne. Alors que la majorité des répondants à l’enquête (50,7%) ont affirmé que les civils étaient ciblés parce qu’ils soutenaient ou collaboraient avec les forces de défense et de sécurité du gouvernement ou parce qu’ils refusaient de rejoindre et de soutenir les groupes djihadistes, certains répondants ont clairement indiqué que les civils étaient également attaqués en raison de leur identité religieuse ou ethnique : i) parce qu’ils étaient chrétiens (14% des répondants à l’enquête), ii) parce que les djihadistes les considéraient comme de faux musulmans (16. 5% des répondants), et iii) parce qu’ils appartenaient à un groupe ethnique que les djihadistes n’aiment pas (5,9% des répondants) (Voir la distribution complète des réponses dans la Figure 24 ci-dessous).

Figure 25. Survey data on why armed jihadist groups attack civilians (2)

Par exemple, un membre de la communauté Gourmantché, qui est également membre du groupe d’autodéfense Koglweogo, et certains éleveurs peuls, qui sont membres du groupe d’autodéfense Ruga, dans l’est du Burkina Faso, ont témoigné que "parce que certains Peulhs sont impliqués dans les groupes djihadistes, les forces de sécurité, les Koglweogos et les milices VDP ont traité tous les Peulhs comme des terroristes et ont arrêté, emprisonné ou tué de nombreux Peulhs innocents. Cela a indigné de nombreux Peulhs qui ont rejoint les rangs des djihadistes par vengeance ou simplement pour des raisons de sécurité."

Nabons Laafi Diallo (2020) a également montré comment l’identité ethnique a été [souvent mais pas toujours] un critère clé dans la sélection des cibles lors d’attaques terroristes contre des civils ainsi que dans les violences intercommunautaires consécutives (Diallo, 2020). En fait, les attaques terroristes ont souvent déclenché de violentes confrontations entre les Peulhs et d’autres communautés ethniques, par exemple les Mossis et les Fulse à Yirgou-Foulbe et Arbinda (au Burkina Faso), et les Dogons à Ogossagou et Sobame Da au centre du Mali, en 2019. Ces incidents dans certaines régions étaient la réactivation de vieilles rivalités entre les communautés nomades et pastorales (principalement les Peulhs et les Touaregs) et les communautés sédentaires et agricoles, rivalités qui remontent à l’époque précoloniale dans toute la région du Sahara et du Sahel(Lugan, 2019).

Dans ces incidents de violence basée sur l’identité, les membres de certaines communautés ethniques considèrent les autres comme des menaces pour la survie et le bien-être de leur groupe interne, en particulier dans un contexte de concurrence croissante pour des ressources naturelles en déclin telles que les terres et les pâturages (Voir Ashmore et al., 2001 ; Rothbart & Korostelina, 2011 pour une analyse de ce type de violence). En l’absence de parties tierces crédibles et de confiance mutuelle qui pourraient servir de médiateur entre les deux parties, les affrontements violents suivant les clivages ethniques sont devenus une pratique courante. Ainsi, certains individus sont ciblés et victimisés simplement en raison de leur affiliation à un sous-groupe ethnique perçu comme une menace. » [Fin de citation]

En somme, il est hasardeux et dangereux de faire des conclusions sur les raisons pour lesquelles des civils (peulhs, mossi, gourmantchés, dogons, dioulas, samos, ou d’autres groupes ethniques) sont ciblés et attaqués au Burkina Faso ou dans les autres pays du Sahel. Certains peulhs et mossi ont été tués par des « djihadistes » peulhs, non pas parce qu’ils étaient peulhs ou mossi mais pour des raisons stratégiques, financières, ou inconnues. Dans les opérations anti-terroristes, des non-peulhs ont été aussi interpelés, arrêtés, ou tués au Burkina comme au Mali et au Niger. Sans les légitimer, les recherches montrent que des erreurs et des violations des droits de l’homme dans les opérations anti-terroristes sont commises dans presque tous les pays qui font face au terrorisme et contribuent souvent à l’attiser (Parker, 2018 ; Piazza & Walsh, 2010).

Cependant, nous sommes tous d’accord sur ce principe : autant que possible, il faut respecter toute vie humaine et la dignité de toute personne au-delà des différences religieuses, ethniques, raciales, et politiques ! Mais en situation de conflit, efforçons-nous de communiquer d’une manière qui apaise, panse les plaies, et réconcilie au lieu de diviser et de jeter l’huile sur le feu !

Il faut certes s’unir comme un seul homme contre le fléau du terrorisme et de l’extrémisme violent à prétention djihadiste, mais acceptons le débat contradictoire dans la recherche de solutions !

Mathieu Bere, Ph.D.
CERPSS

Livres cités
Ashmore, R. D., Lee, J., & Wilder, D. (2001). Social Identity, Intergroup Conflict, and Conflict Reduction. Oxford University Press.

Bere, M. (2022). Jihadist Insurgency, Civilians’ Targeting and Conflict Dynamics in the Sahel : A Case Study of Burkina Faso. Ann Arbor, MI : ProQuest LLC, 2022

Diallo, N. L. (2020). Le terrorisme au Sahel : Dynamique de l’extrémisme violent et lutte anti-terroriste  : un regard à partir du Burkina Faso. L’Harmattan.

Lugan, B. (2019). Les guerres du Sahel : Des origines à nos jours (Editions de l’Afrique Réelle). Bernard Lugan.

Parker, T. (2018). Avoiding the Terrorist Trap : Why Respect for Human Rights Is the Key to Defeating Terrorism. World Scientific.

Piazza, J. A., & Walsh, J. I. (2010). Terrorism and Human Rights. PS : Political Science & Politics, 43(03), 407–409. https://doi.org/10.1017/S1049096510000636

Rothbart, D., & Korostelina, K. V. (2011). Why they die : Civilian devastation in violent conflict. University of Michigan Press.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Le Burkina à co-construire de nos têtes, de nos cœurs, de nos rêves et de nos mains...
L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?
L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes !
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina Faso
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés