Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 11 janvier 2023 à 13h35min
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

Daouda Emile Ouédraogo décortique, dans cette tribune, les dessous de la venue à Ouagadougou de la secrétaire d’État française, chargée du Développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou.

Paris ne veut pas lâcher du lest dans son pré carré. La visite de la Secrétaire d’État française, chargée du Développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou le 10 janvier 2023, sonne comme une piqûre de rappel aux autorités de la transition pour signifier qu’ « elle est toujours là ». Et, pourtant. Décryptage d’une visite où « le loup danse avec l’agneau ».

« J’ai rappelé au Président Traoré nos attentes au sujet de la protection de nos ressortissants » a déclaré la Secrétaire d’Etat aux journalistes, lors de la conférence de presse du 10 janvier 2023. Dans ce bout de phrase, se trouvent les tenants et les aboutissants de cette visite où, l’émissaire du Président Macron a été reçu par le Président capitaine Ibrahim Traoré himself. Passons sous silence qu’en visite en Centrafrique, elle a été reçue par le Premier Ministre et non le Président lui-même.
Plantons le décor de cette visite sur les plans sécuritaires, diplomatiques et politiques afin de démontrer par A+B que Ouagadougou risque de se tirer une balle dans le pied si les autorités de la transition n’assument pas leurs responsabilités devant l’histoire.

Chronologie des faits saillants :
Acte1 : Le 3 décembre 2022, le gouvernement du Burkina Faso ordonne la suspension de la diffusion des programmes de RFI sur tout le territoire national.
Acte 2 : Le 21 décembre, l’Agence d’information du Burkina (AIB) informe : « Deux citoyens français interpellés pour activités d’espionnage, ont été expulsés du territoire burkinabè, dans la nuit du 17 au 18 décembre 2022 ».

Acte 3 : Fin décembre 2022, Ouagadougou demande à Paris de changer son ambassadeur en poste au Burkina Faso. SEM Luc Hallade « parle trop et souvent sans porter de gants diplomatiques », selon une source proche du dossier. En réalité, de sources dignes de foi, les nouvelles autorités de la transition, reprochent au diplomate d’ « avoir une lecture dramatique et fausse de la situation sécuritaire du pays. » Deux faits semblent corroborer cette assertion. Premier fait : le diplomate a affirmé « que le pays est au bord de la guerre civile » ; le second est d’avoir « demandé aux ressortissants français de se relocaliser en quittant Koudougou ».
Acte 4 : Le 23 décembre 2022, Barbara Manzi, représentante résidente de l’ONU est déclarée « persona non grata ». Elle est sommée de « quitter le pays ». Ce fut fait.

Acte 5 : la veille de la venue de Chrysoula Zacharopoulou à Ouagadougou, Mme le Ministre des affaires étrangères du Burkina, Olivia Rouamba serrait les mains des diplomates Russes en poste à Ouagadougou, sous un large sourire. Les médias faisaient de cette information leur chou gras, en faisant la part belle à une ouverture prochaine d’une ambassade au Burkina. A ce décor, on peut effleurer la visite « en catimini » du Premier Ministre Apollinaire de Tambèla en Russie et l’aide apportée par le Mali au Faso dans la lutte contre le terrorisme. Sans oublier, sur le plan sous-régional, le projet de création de la force ouest africaine « anti-coup d’Etat » (selon le Président Macron), « anti-terroriste » (selon les chefs d’Etats de la sous-région). De ce décor, quelles analyses ?

Il ne peut y avoir de “refondation” sous espionnage

« Concernant les forces françaises Sabre, nous restons présent aussi longtemps que notre présence est souhaitée. Les militaires de Sabre sont bien présents en accord avec les autorités du pays », a déclaré l’émissaire de Paris. En un mot, comme en mille, si les soldats français sont toujours à Ouagadougou, elles y sont, à la demande des autorités de la transition. Alors, si la force sous-régionale « anti coup d’Etat » en création veut faire de Ouagadougou, l’épicentre de son renseignement, comme souhaité par l’initiative d’Accra, pilotée et financée par l’Union européenne, dirigée par la France ; si Paris dispose de 400 éléments postés à Ouagadougou, avec une base militaire de plus d’un millier de soldat à Abidjan et des drones armés basés au Niger, l’Afrique de l’Ouest se trouve prise en tenaille par un pays accusé par le Mali d’ « armer et de financer les terroristes ».

Comment viendra-t-on à bout de cette hydre ? « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent », disait Albert Einstein. Pourtant, en mi-novembre 2022, les autorités françaises envisageaient le départ de cette force. Ce départ devait intervenir en février 2023. Si le capitaine Président Ibrahim Traoré prend le risque de maintenir cette force française, il aura trahi ceux qui l’ont emmené au pouvoir. Car, s’il n’y avait pas eu les « pro-russes » pour descendre dans les rues de Ouagadougou le 24 janvier 2022, il n’est pas sûr que ses hommes allaient prendre le dessus sur ceux de Damiba, s’il y’avait eu affrontement. Alors, évitons de payer le peuple en monnaie de singe.

Acte 6 : la suspension des travaux de construction de l’aéroport de Donsin suite à l’effondrement d’une bâtisse le 30 décembre 2022. Le capitaine Traoré a promis devant les forces vives de Bobo, la révision des conventions. Il n’est pas exclu que ce dossier ait été effleuré par la “visiteuse”. Pour mémoire, en 2021, le Burkina Faso a signé une concession de 30 ans avec le groupe français Meridiam pour la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance de l’aéroport de Donsin. Nous y reviendrons en détail dans un prochain écrit.

Par Daouda Emile OUEDRAOGO
Ouedraogodavid597@gmail.com

Vos commentaires

  • Le 11 janvier à 13:52, par kenfo En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Mr Daouda, Merci pour la pertinence de vos analyses et merci surtout pour les appels à la prudence ; Espérons que les concernés prendront tout cela au sérieux et que nous leur donneront assez de pouvoir et d’audace pour affronter le félin blessé ; Nous sommes là.

    Kenfo

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 18:03, par Dodo En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

      - DESOLEE DE VOUS CONTREDIRE. CE N’EST PAS UN ARTICLE. C’EST JUSTE UN ALIGNEMENT DE MOTS POUR FAIRE PEUR A CEUX QUI NE COMPRENNENT PAS ; NOTAMMENT QUE LE MONDE A CHANGE.

      UN PAYS QUI PASSE DE LA 6è A LA 10è PLACE EN TERMES DE PIB/PPA, NE PEUT FAIRE QUE DU BRUIT POUR REMPLIR SES CAISSES AUPRES DE CEUX QUI CROIENT QU’IL EST CE QU’IL ETAIT.

      - IL PARLE PAR EXEMPLE DE DRONE ARME, DE SURVEILLANCE..., ALORS QUE CE SONT LES USA QUI DECIDENT DE TOUT. DEPUIS 2008 DANS LE SAHEL-SAHARA, LE PAYS D’Où VIENT "SABRE" EST DEVENU UNE PUISSANCE REGIONALE DE SECOND ORDRE.

      EN UN MOT : CE MEC RACONTE SA VIE.

      Répondre à ce message

      • Le 11 janvier à 23:11, par Renault HÉLIE En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

        @Dodo
        Mon jeune ami « Dodo », vos remarques économiques sont mal documentées et même absurdes ! Comme beaucoup de subsahariens, vous naviguez dans l’économie-fiction truquée issue de la propagande de Wagner.
        La Russie que vous semblez aimer d’amour est, avec 147 millions d’habitants, à égalité avec l’Espagne, 47 millions d’habitants. Elle est donc loin derrière la France... Le niveau de vie russe est absolument catastrophique par rapport à l’Europe de l’ouest, c’est un pays qui n’arrive même pas à fabriquer des piles correctes, où les médicaments sont carrément dangereux ; au moins 50% des russes n’ont ni robinets d’eau chaude ni toilettes correctes ; la campagne russe est d’une pauvreté inimaginable à 50km des grandes villes.
        En terme bruts, l’UE est en gros équivalente aux USA
        le R-U (Royaume Uni) est en gros équivalente à la France, mais le niveau de vie britannique est en train de s’effondrer à un point dramatique, et les anglais sont malheureux de la catastrophe du Brexit.
        Ainsi,
        UE > Japon > Allemagne > France > Italie > Russie,
        mais le niveau de vie russe est 3 fois inférieur à celui des espagnols, qui sont moins riches que les Français, les Anglais, les Allemands, les Canadiens.
        Remarquez que le PIB par tête de la France est supérieur à celui du Japon d’environ 10% et que la dette japonaise par habitant dépasse le double de celle de la France
        Quant à la vie quotidienne... vous avez déjà vu des milliers d’Algériens manquer de se noyer pour se réfugier en Russie ? Ils se précipitent par milliers de barcasses en France, et pas en Russie ni en Chine. Le jour ou des Espagnols, Français ou Italiens émigreront en Russie, les poules auront des dents et les grenouilles avaleront des éléphants.
        J’ai vraiment l’impression que vous n’avez guère voyagé, mon jeune ami...
        D’autre part, malgré leur importante taille démographique, la Chine, l’Inde, le Brésil, le Nigéria, l’Égypte, la RSA, la Turquie et l’Indonésie ne sont pas vraiment des pays industriels « complets ».

        Veuillez consulter le site très complet :
        countryeconomy.com

        Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 13:56, par TANGA En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Wahiii, ça ne marche pas. Cette force française ne restera pas au Burkina Faso.
    IB, tu as les bénédictions de toutes les couches sociales du Burkina et de hors le Burkina. Alors, machines toutes en avant, on ne recule pas. Si on recule devant notre volonté du départ des français du Burkina, tu seras le premier à ne pas avoir le temps de dire si je savais. Aussi, le Burkina sera la risée du monde et enfin, le Burkina retournera à plus de trois cent ans en arrière sans compter qu’ y aura une chasse aux sorcières ( élimination de tous ceux qui ont voulu le départ des français). Rappelles toi ce que sûrement tu as lu sur les milliers de personnes massacrées par la France de par le passé.
    QUAND NOUS DISONS LAPTRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS, c’est bel et bien pour la patrie et nous y vivrons si non, restant les bras croisés, nous mourons

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 14:02, par Renault HÉLIE En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Rappelons que ces forces armées sont présentes suite à des accords avec des gouvernements issus d’élections. On aimerait connaître vite les souhaits précis du gouvernement du BF.

    Vous êtes souverains depuis 62 ans, c’est à votre gouvernement légal de conclure sur cette affaire de retrait après consultation.

    Ce serait encore mieux si ce gouvernement disposait d’une légitimité solide issue d’élections.

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 17:28, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

      M. Helie, merci pour vos interventions et point de vue.
      - Permettez que je revienne sur vos opinions obsoletes sur l’ONATEL dans un des articles sur les Orange Box. L’ONATEL etait, dans les années 90, le 2eme societé de Telecom performante en Afrique de l’Ouest après la Sonatel au Senegal. L’esprit fonctionnaire a été mis au rebut depuis les années 90 date de passage en Société d’Etat. De plus, selon les sources officielles, l’ONATEL est certifié ISO9001 depuis 2010. Qui dit mieux. Bref !
      - Pour ce qui concerne le sujet du jour, que je vous rappelle que les paradigmes ont changé, M. Helie. Vos valeurs de legalité ne sont point nos valeurs. Ne perdez pas votre temps, si vous saviez que vous perdez votre temps par rapport à vospropres concitoyens dont les yeux sont grandement ouverts. Pauvre innocent du Capitalisme sauvage, repens-toi et rejoins les opprimés de ce monde.
      A bas Dieu et vive l’universalité d’esprit !

      Répondre à ce message

      • Le 11 janvier à 22:26, par Renault HÉLIE En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

        @Bernard Luther King ou le Prophète Impie
        Votre Altesse Sérénissime « Bernard Luther King ou le Prophète Impie », le présent article ne parle pas de l’ONATEL.
        Veuillez rester cohérent, si vous le voulez bien ; ces problèmes sont bien distincts.
        Vous ne trouvez pas qu’il y a assez de confusion dans les cervelles échauffées depuis 1 an ?

        Cependant, vous avez saisi ma thèse : beaucoup de problèmes économiques gravissimes de votre nation sont dus aux salariés de l’État. Nombreux sont ceux qui cherchent à camoufler ce fait central en invoquant un « mauvais fétiche néocolonialiste » QUI N’EXISTE PAS. Depuis 50 ans, ce sont les mauvais militaires et fonctionnaires qui ont stérilisé votre pays. Pendant ce temps, vos paysans, éleveurs, commerçants et autres travailleurs non-étatiques travaillent dur et font vivre le pays et toute une mafia de fumistes, ceux qui quittent le bureau à 10h30 pour le maquis ou qui rackettent les camionneurs.

        Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 17:28, par Sidlabuum En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

      Mr Renault HÉLIE, votre réaction sent l’odeur du colon. d’ailleurs , votre pseudonyme en dit long. N’étant pas issu d’un biosphère local , il vous est très difficile d’avoir en un tour de pensée , un pseudo qui colle au terroir. Soit !
      Mais qu’est ce que la démocratie ici bas ? De la ploutocratie dont l’essence soit que les plus riches sucent à mort les plus faibles, briment les plus faibles par leur loi.
      Montrez -moi Mr Renault , un seul pays africain ou la démocratie est la chose la mieux partagée. Les africains se sont compromis dans ce modèle de gouvernance qui n’est pas adaptée.
      Le futur gouvernement du Burkina de l’après transition se servira dans tous les cas de l’Assemblée ou du Référendum pour demander au peuple "fatigué" de la France , si la force française a encore droit de cité au pays de Thomas Sankara. La réponse est connue vue le contexte : Non et non Mr Renault. Votre force doit partir , mais la coopération reste après avoir subi la métamorphose que les Burkinabé souhaitent. Pourquoi forcer l’amour d’une femme qui ne vous aime plus ?

      Répondre à ce message

      • Le 11 janvier à 22:35, par Renault HÉLIE En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

        @Sidlabuum
        M. Sidlabuum, vous ne savez peut-être pas que je suis pour la suppression de toute coopération avec tout gouvernement putschiste tant qu’il n’a pas été validé par des élections sérieuses.
        Cependant, si le gouvernement procède à de vraies élections sérieuses, je serais cohérent, le gouvernement issu de ces élections mériterait tout mon respect.
        En attendant, on attend que votre gouvernement donne sous peu son avis clair et précis : il reconduit les accords, il les supprime ou encore il demande de gros changements ?

        Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 14:31, par Sonni ALIBER En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    A l’intention de Mr le président de la transition politique du BURKINA j’ai nommé le capitaine IB TRÀORÉ DE NE PAS CÉDER D’UN CM À LA SIRÈNE FRANÇAISE /LE BURKINA NE VEUT PLUS JAMAIS FAIRE DE SOIT DISANTS precarré ou précaires de la FRANÇAFRIQUE /LE PEUPLE BURKINABÉ COMPTE BCP SUR LE CAPITAINE POUR SE DEBZRSER DE LA FRANCE ✊🏿✊🏿✊🏿

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier à 17:41, par Sidlabuum En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

      Mr , vous êtes de la même famille que Mr Renault HÉLIE.
      Vous jouez parfaitement le rôle que vous a assigné votre maître néo colonisateur Emanuel Macron qui vous exhortent à vous les français d’être plus actifs dans les réseaux sociaux des "pays rebelles" pour CONTRER LA PROPAGANDE ANTI FRANCAISE.
      Vous nagez et croyez qu’on ne voit pas votre dos.
      Le sentiment anti politique française est déjà encré , surtout dans l’esprit de la nouvelle génération et ne pensez pas que vous aurez encore le dessus, même subtilement, car on ne "PIETINE PAS DEUX FOIS LES TESTICULES D’UN AVEUGLE" . Basta !

      Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 14:51, par Le Goupil33 En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Bonjour,

    Mr Daouda Emile OUEDRAOGO, votre scenario est bien monté, l’écriture est belle, mais il existe quelques inexactitudes.

    1. Le Mali accuse la France de soutenir le terrorisme. Permettez moi de vous faire remarquer que la France est la cible des terroristes, que ces soldats sont morts lors de la lutte contre le terrorisme. Surtout accuser est une chose, on attend toujours ces preuves dont les putschistes maliens se targuent.Ne l’oubliez pas.

    2. Avez vous oublié la raison de la suspension de RFI, une histoire trouble parue même dans la presse burkinabe et africaine. Mais vous avez RFI est toujours accessible sur ondes courtes.

    3. Quels éléments avez vous pour dire que les FS françaises vont rester au BF ? A vous lire elles seraient à l’affût de tout ce qui se passe. Je vous rappelle qu’elles ne sont pas intervenues lors des derniers événements. Elles sont à la disposition des forces burkinabe si ces dernières le jugent utiles. Elles n’ont pas vocation à stationner au BF pour ne "rien faire". C’est un coût pour la France que de maintenir une telle force très spécialisé, qui pourrait être plus utiles ailleurs. En fait les français envisagent toujours le départ de cette force, et c’est entre autres de celà qu’est venue parler la miniistre française.

    4. L’union européenne serait dirigée par la France ? Une nouvelle contre-vérité qui ne résiste pas un instant à celui qui s’intéresse à la CEE. L’état qui a le plus de poids en Europe est l’Allemagne. Il est évident que l’Allemagne s’intéresse avant tout à son commerce et son industrie, quitte à se vendre pour quelques m3 de gaz.

    5. L’histoire de Barbara Manzi n’a rien à voir avec les français.

    6. Concernant l’Ambassadeur de France, il est vrai qu’il a tenu des propos qu’il n’aurait pas du tenir. Mais je suis désolé il y a beaucoup d’"idiots utiles" dans le monde qui colportent nombre de contre-vérités. Vous devriez vous renseigner sur les propos tenus par l’ambassadeur de Chine en France et par le porte parole de l’ambassade russe. Ceux là aussi est pour le moins inamicaux. Ces personnes sont toujours là. Je voudrais vous rappeler également que lors du dernier coup d’état, Sabre avait été accusé d"héberger le précédent chef d’état. C ’était un mensonge.

    Votre acte 6 est surprenant. Il laisse supposer des négligences. Vous avez certainement des précisions concernant les causes de l’effondrement de ce hangar qui était en construction. Il s’est effondré au moment du coulage du béton. L’enquête dira ce qu’il s’est passé. Que je sache , cette concession a été octroyée à l’issue d’un appel d’offre lancé en novembre 2017. Il est décomposé en plusieurs lots réunissant divers bailleurs en dehors de la BOAD, que sont le groupe français Meridiam (concessionnaire de l’aéroport), la Banque islamique de développement (BID), la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (FKDEA), Le Fonds OPEP pour le développement international (OFID), le Fonds saoudien pour le développement (FSD) et le budget de l’Etat. Meridiam, en coentreprise avec l’AMP (Aéroport Marseille-Provence), s’est vu donc attribuer la concession de l’infrastructure pour 30 ans. Ils auront la charge de réaliser certaines infrastructures clés telles que la construction de l’aérogare ainsi que des ouvrages annexes comme des canalisations d’eau potable de 24 km, une nouvelle boucle électrique de 7 km, 130 kilomètres de fibre optique. Vous avez prévu d’y revenir en détail. SI vous le faites soyez argumenté de manière sérieuse.
    .
    Votre petit couplet sur le pro-russes montre en fait que votre prose est l’illustration même d’expression de faits travestis, bien ficelés faisant croire à la vérité. C’est ce que l’on appelle de la manipulation politique. Les centrafricians y ont cru et ils sont en train d’en revenir. Les finlandais, les polonais, les hongrois, les bulgraes, les tchèques, les roumains, les bulgares, les slovaques, les ukrainiens, les georgiens, les arméniens, les ukrainiens, les khazaques, ... et j’en passe ont déjà dit ou bien montre tout l’amour qu’ils ont pour le régime de POUTINE, car il ne faut pas dire pro-russe mais pro-poutine. La russie est un grand pays mais qui est actuellement un peu perdue.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 14:58, par boss En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Merci pour le rappel. On ne peut pas faire les mêmes choses et espérer un changement. Que IB se rappelle que les gens qui sont sortis n’ont pas un amour inconditionnel pour lui et son entourage ; c’est parce-que les gens pensent qu’il va faire les choses différemment, notamment aussi dans la gouvernance, la probité, l’intégrité, etc. C’est la soif de changement qui a fait partir Blaise et malheureusement, les suivants sont venus faire pareil sinon pire. Et cette coopération avec la France à mon avis doit rester au minima. Je penses qu’on a été très mal accompagné par cet "ami" jusqu’à présent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:20, par Vérité indiscutable En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    "Tout change, tout évolue, seuls les im... ne changent pas"
    Allons-y seulement.
    La France n’est pas puissante pour rien, c’est parce qu’elle sait bien flatter, même si elle n’a rien sous son sol.
    Tôt ou tard, nous Vaincrons !
    Allons seulement...

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:28, par Henriette kouassi En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Hé !MPSR II s’assume ou il quitte le tabouret plus vite que MPSR 1.On vous observe. La souveraineté ou le chaos entretenu. Hé IBRAHIMA !

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:38, par Sacksida En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Sur la question securitaire et la presence des Forces Sabre ou autres presences etrangeres, il faudrait eviter les Louvoiements et Assumer ses responsabilites dans ce Dossier en demandant le Depart des Troupes Neocoloniaux au Burkina Faso. Si depuis 12 ans, de presence militaires Sabre au Burkina Faso, et depuis huit annees que le Burkina Faso et son Peuple Burkinabe subissent des attaques terroristes, qui ne font que continuer ; quels est l’apport de Sabre pour l’aneantissement de l’Idre Terroristes commandites par l’Imperialisme Occidental ? Cessons de jouer aux doubles langages qui creent des Confusions. Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:52, par SOME En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Merci mon frere David pour cette tribune lucide. Que ce soit pour Donsin ou toute autre raison, ce qui est sur et est voulu par le peuple burkinabe : pas de forces spéciales francaises sur le sol burkinabe comme ce fut cas refuse depuis les independances. Il a fallu un Compaore pour l’introduire secretement sans en souffler un mot au public

    J’ai rappelé au Président Traoré nos attentes au sujet de la protection de nos ressortissants Rappelez ce que vous voulez Personne n’a dit que vos compatriotes etaient en danger au burkina faso. Le peuple burkinabe n’est pas contre le peuple francais ni contre tout autre peuple d’ailleurs. C’est vous qui voulez créer des situations et luttez contre votre peuple francais. Si vous osiez dire un minimum de ce que vous faites pretendument au nom du peuple francais, ce peuple francais se rebellerait contre vous.

    …que Ouagadougou risque de se tirer une balle dans le pied si les autorités de la transition n’assument pas leurs responsabilités devant l’histoire. qu’ils se rappellent tres bien comment eux ils sont arrivés au pouvoir. No more comment ! Damiba a voulu ruser.
    Si le capitaine Président Ibrahim Traoré prend le risque de maintenir cette force française, il aura trahi ceux qui l’ont emmené au pouvoir. Car, s’il n’y avait pas eu les « pro-russes » pour descendre dans les rues de Ouagadougou le 24 janvier 2022, il n’est pas sûr que ses hommes allaient prendre le dessus sur ceux de Damiba, s’il y’avait eu affrontement..
    Si traore s’amuse c’est tant pis pour lui : la volonté du peuple, il n’y a pas a tergiverser avec.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 15:53, par Bebeto En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Je suis du même avis que vous Mr. Ouedraogo.
    La présence de la Force Sabre au Burkina est la preuve que notre pays est sous occupation française. Cela est inacceptable. En quoi la présence de cette force Sabre nous apporte plus de sécurité ?
    Le Président Ibrahim TRAORÉ doit faire partir la Force Sabre du wBurkina Seul le dictateur Blaise Compaoré qui les avait autorisée à s’installer au Burkina, sait pourquoi il avait autorisé cela.
    Je ne crois pas que le Président Ibrahim TRAORÉ va faire la sourde oreille face à cette demande populaire : le départ sans délai de la Force Sabre. Le Président n’osera pas faire une telle erreur d’analyse aux conséquences mortelles pour la refondation en cours.
    La France est libre d’envoyer cette même Force Sabre en Ukraine. surtout que la France y est déjà là bas avec armes, bagages et forces spéciales
    Les Russes les attendent de pieds fermes.
    Les Burkinabè tiennent à être libres , nous refusons tout espionnage à ciel ouvert que la France tente désespérément de maquiller..
    Notre lutte contre le terrorisme va monter plus en puissance le jour en cette Force Sabre ( force d’occupation française) va quitter notre pays le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:15, par ZERBO En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    « J’ai rappelé au Président Traoré nos attentes au sujet de la protection de nos ressortissants » a déclaré la Secrétaire d’Etat aux journalistes, lors de la conférence de presse du 10 janvier 2023
    Ah bon !
    Si en l’absence des forces spéciales françaises, les ressortissants français estiment qu’ils ne sont pas en sécurité au Burkina Faso ; la solution est de quitter le Burkina Faso !
    La transition doit vraiment prendre ses responsabilité sur cette question !

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:16, par Bebeto En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Quand cette Force Sabre s’installait au Burkina sous le règne du dictateur Blaise Compaoré, qui a vérifié leurs équipements militaires ?
    Leurs dotations périodiques en matérield, qui procède à leur vérification ? Personne. Avons nous mêmes les moyens pour le vérifier, ?
    La Force Sabre à Kmboinsé est doté de tout l’équipement moderne d’écoute pour intercepter, et écouter toutes les communications de nos FDS. Nous ne pouvons pas avancer dans notre lutte contre le terrorisme avec la présence de la Force Sabre au Burkina. L’objectif de leur présence au Burkina, c’est de nous espionner zuxvprogit des terroristes. La France a toujours cru qu’elle est plus rusé que nous les pays Africains. Ça toujours été comme ça, depuis leur colonisation jusqu’à présent.
    Regardons cette histoire du F CFA, c’est l’expression de la ruse et de la duperie de la France.
    L’aéroport de Dondin, lle Burkina apporte 80% du financement et eux 20% Au partage du bénéfice, eux ils empêchent 80% et le Burkina 20%. C’est quoi ça ?!?. De la pure escroquerie.
    .Donc que le Président Ibrahim TRAORÉ ouvre bien les yeux et duit la volonté populaire des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 16:54, par loic En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Le maintien des militaires français au Burkina Faso sera la plus grave erreur du Président Ibrahim Traoré.

    L’impérialiste Français, quand elle a la moindre occasion de riposter, est impitoyable, face à ceux qui osent remettre en cause sa domination sur son précarré.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 17:40, par El_monstro En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Vous êtes très dangereux et voulez négativement influencer ces jeunes militaires de plus en plus responsables. Le populisme, la manipulation, ça ne paye pas. Ces jeunes militaires sont au pouvoir et demain auront à répondre de leurs décisions. Ceux qui sont derrière les claviers y compris vous Daouda Emile OUEDRAOGO, demain ne seront responsables de rien. Tout le monde sait que les français n’ont rien à voir avec les jihadistes. Cette idée farfelue prospère au Burkina et au Mali parce que nous avons une masse analphabète. En Côte d’ivoire ou au Sénégal, on vous prendra pour des plaisantins. Les colonels maliens immatures ont sur un coup de tête demandé aux troupes Barkane de partir. Les jihadistes eux aussi demandaient depuis le départ des troupes françaises. Aujourd’hui Bamako est pratiquement encerclée. Et le Niger à coté plus lucide s’en sort progressivement. Savez-vous que les lieux Saints en Arabie Saoudite sont protégées par les troupes américaines ? Il n’ y a pas de mal à ça.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 17:56, par pff En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Dans le résumé chronologique il a été oublié de préciser que cette décision arrive après que Paris ait fait savoir qu’il étudiait le départ de ses soldats après les nombreuses postures & manifestations - ce qui était clairement une bonne occasion politique pour quelque chose qui est assez attendu, mais qui, étant donné les accords de défense, ne peut être fait qu’à la demande du Burkina.
    .
    Donc peu après que Paris ait fait savoir que le départ des forces françaises était en préparation en conséquence de l’attitude du gv de Ouagadougou, quelque jour après que l’état Major ait fait comprendre que pour la nouvelle loi de programmation militaire l’Afrique, et en particulier le Sahel, passeraient par pertes et profits, voilà qu’au BF certains se sentent le besoin impérieux de faire venir un ministre Parisien pour s’assurer haut et fort du soutien français : on n’est jamais trop prudent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 18:04, par pff En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    @El monstro. Oui, pour Bamako, malheureusement on s’attend à un dénouement sinistre dans peu de temps, et un pays aux mains de djihadistes, ça veut dire une armée aux mains de djihadistes, avec tous les moyens nécessaires, et frontalier du BF, qui subit déjà les assauts des djhiadistes
    .
    Lorsque la France a commencé à planifier son retrait, c’était un ouf de soulagement pour ne pas être mêlé à la suite, car il faudra nettement plus que 400 forces spéciales pour arrêter un conflit impliquant une armée régulière.
    .
    Pour la défense par des puissances tierces, il n’y a pas que l’Arabie, même en Europe, la défense de l’Allemagne est essentiellement réalisée par les US et le reste de l’OTAN. L’Irlande n’a pratiquement pas d’armée...

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 18:06, par Obliviator ! En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Il faut que le gouvernement de la transition soit et reste conséquent dans les prises de décision. Le peuple burkinabè exige (il ne le demande pas il exige) le départ de la troupe française du Burkina Faso, alors elle doit partir et sans délai. Les ressortissants français ou autres européens n’ont pas besoin d’une protection particulière qui nécessite une presence de troupe étrangère sur le sol burkinabè, d’autant plus qu’il n’y a pas de présence de troupe africaine en France respectivement en Europe ou ailleurs pour nous protéger de tout l’arbitraire auquel les Noirs sont généralement exposés. Alors qu’ils plient bagabe, SABRE DEHORS, ALLEZ-VOUS EN. Qu’ils ailent se battre sur le théatre d’Ukraine qui a d’urgence besoin d’eux, s’ils sont suffisamment courageux pour affronter les Russes qui dominent le terrain là-bas.
    C’est toujours énervant de voir ces hommes politiques blancs aller toujours donner des leçons aux autres, alors que eux ils mentent sans gêne et n’écoutent personnes.

    Les peuples africains doivent désormais comprendre le sens de cette fable de Jean de la Fontaine, le corbeau et le renard, qui enseigne ceci :

    Apprenez que tout flatteur
    Vit aux dépens de celui qui l’écoute.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 18:10, par Soyez tolérant En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Mr ouedraogo c’est vous qui crée les problèmes.laissez nôtre président travaillé.la diplomatie se ce fait pas comme vous pensez.le Burkina ne peut pas fermer au reste du monde.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 18:17, par Le prince En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Il serait très important que les burkinabe reviennent à la raison. Le MPSR II et ses laudateurs sont des grands manipulateurs pour les esprits simples et les désespérés.
    Tous ceux qui croient que notre pays se trouve au centre du monde sont naïfs.
    Ni Sabre, ni Wagner ne seront des substituts au FDS

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 19:09, par MOREBALLA En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Personne n’est obligée de rester dans un pays où elle se est en insécurité. Par contre, les burkinabé sont en insécurité avec la présence de l’armée française sur notre sol.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 19:51, par momine En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    selon l’histoire le Burkina n’a jamais passe le pouvoir ce facon democratique.si le president Ibrahim parvenait ca sera une premiere Dan’s l’histoire du Burkina.j l’avais dit lorsque Damiba avait pris le pouvoir.Malheureusement se dernier n’est pas arrive a bon port.il faut tjrs s’en tenir a ce pourquoi vous etes venu au pouvoir si non Sana Bob aura tjrs raison# nasar nam#facon dont on t’a fait venir on t ferai partir de la mem maniereParis n’a pas d’amis mais des interets.Si les francais restent au Burkina il aurait fort bro bale un coup d’etat.le capitaine est donc prevenu.il n faut jamais avoir con fiance aux francais. des presidents ont payer le prix.

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 20:15, par Burkina un pays d’accueil En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Notre président Traoré sait pourquoi la force française est la.mr ouedraogo vous êtes dangereux pour le Burkina. Mr ouedraogo vos idées n’aide pas à construire notre vraie bikini.c’est pas en écrivant comme ça qu’on peut régler les problèmes de notre pay .portez-,, vous en hommes de sagesse et non un homme qui divise

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 21:33, par Sacksida En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Ecoutez, la lucidite commence par etre soit meme et ne s’infeoder a des forces armees Imperialistes occidentaux car le Burkina Faso et son Peuple Burkinabe a les Hommes et femmes integres Burkinabe pour defendre la Patrie Burkinabe
    Maintenant, le Burkina Faso coopere avec tous les Etats du Monde selon des besoins domaines dont le partenaires est necessaire et peut nous apporter des equipements militaires et securitaire adequats pour lutter efficacement contre le terrorisme et le grand Banditisme desastreux.
    Prenez la Guerre en Ukraine, ce sont des equipements militaires adequats et des renseignements que fournissent des Pays Occidentaux ; aucune forces armees n’a envoye des hommes pour combattre en lieu et place des Ukrainien. C’est clair que, les Africains Neocoloniaux pensent a tord que sans ces Forces armees Etrangeres, les Africains sont incapables de Defendre leurs Pays respectifs et leurs interets fondamentaux. Non. L’Afrique Combattante aux Africains et le Burkina Faso aux Burkinabe..Que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

    .

    Répondre à ce message

  • Le 11 janvier à 22:22, par John En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Le President Ibrahim ne doit pas oublie pourquoi il a chasse DAMIBA a Kosyam. Le people Burkinabe t’attend de pieds ferme sur une proposition de calendrier du retrait des troupes d’occupation Francaises sur notre sol dans votre prochain conseil des Ministres. Votre pouvoir actuel n’est pas un acquis et vous etes en etat de test pour notre people et la patience a des limites. Vous etres jeunes, brillant soldat et arreter de louvoyer avec une France terroriste qui continue de semer chaque jour dans notre Cher patrie la mort et un declin gravisime de son developpement. La balle est dans votre camp si vous voulez rentrer dans l’histoire comme SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier à 10:20, par kwiliga En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Whaou, comme on aime se frapper virilement le torse sur ce forum.
    Si on avait le centième de ce courage dans l’action, on serait débarrassé du terrorisme, de la corruption,... et surement aussi des dictatures militaires.
    Malheureusement, tout ça, c’est du vent, des bouffées d’orgueil qui ne font qu’afficher notre propre impuissance.
    Monsieur Daouda Emile OUEDRAOGO, visiblement en accord avec les pro-russes, nous écrit depuis les USA (d’où il mériterait bien d’être expulsé_mais eux sont un pays démocratique), bien planqué derrière son clavier et les "nous autres", depuis le Ouagaland, son luxe et sa sécurité, ou même depuis l’étranger, nous précipitons pour renter dans son jeu (ça rappelle amèrement un certain Maïga) et multiplions les menaces, les exigences, à l’égard de la France (qui doit trembler) et de notre président de la transition.
    Mais pour qui se prend on, dès qu’on est bien planqué dans l’anonymat de nos pseudos et très loin des zones de conflit ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 08:27, par Calmos En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Merci à Daouda Emile OUEDRAOGO pour la clarté, la pertinence et la netteté de l’analyse. Seuls ceux qui ont la mémoire courte ont oublié l’histoire du camp de Thiaroye…

    Répondre à ce message

  • Le 13 janvier à 23:45, par KABORE En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    Une analyse complète et pertinente de la situation politique actuelle. Soit le gouvernement assume le divorce d’avec son vieux partenaire qui n’a fait que de protéger ses intérêts et là encore, ils viennent pour protéger ses ressortissants. C’est dire à quel point le Burkina n’a jamais été une priorité pour eux. J’ose croire que les autorités du Burkina ont capté le message. Mr Ouedraogo l’a si bien souligné, faire la même chose et s’attendre à un résultat différent n’est nullement possible. Merci Mr Ouedraogo pour votre clairvoyance !

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 22:28, par Je Suis fatigué En réponse à : Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso : Quand la transition veut se tirer une balle dans le pied

    C’est devenu vraiment fatiguant de lire les commentaires sur ce forum. Moi je ne suis personne, je ne suis pas un "intellectuel", ni pro-français ou pro-russe . J’ai lu vos différents avis et sans prendre parti donc, pour qui que ce soit et donc :
    1. Je ne comprends pas pourquoi certains reproche à la France de protéger ses intérêts ... VOUS VOULEZ QU’ELLE FASSE QUOI D’AUTRE ? Le BURKINA FASO lui aussi cherche ses intérêts dans dans cette coopération ( pas amitié). La faute à qui si les dirigeants Burkinabè sont occupés à se remplir les poches plutôt que de mettre l’accent sur les intérêts du pays dans leur différentes coopération ( il n’y a pas que la France) ! Combien de mines d’or ont été octroyées au groupe Russe NORDGOLD ?? ET au Canadien et Australien ? Qu’avons nous reçu en contrepartie apart ces maigres 10% ??? Pourtant, il y aurait eu un seul français, ils auraient parlé de pillage.

    2. Les Africains et dans notre cas , les Burkinabés, sont trop émotionnels ! Vous passez votre temps à pleurnicher comme des enfants ! En diplomatie, il y a pas de sentiments. Thomas Sankara a t-il passé son temps à faire des 《 ouin ouin》 après un pays ??? Soyez sérieux... Que ce soit la Russie la Chine la France ou le Japon et même si on donne une chance à l’une des " puissances" africaines , ils n’hésiterons pas à user de la moindre faille pour avoir le dessus sur vous et vous " exploiter ( vu que vous aimez tant ce mot ) LÉGALEMENT " et même que si le Burkina était à leur place( c’est à dire une puissance)et que j’étais président, je ferais pareil.

    3. Pourquoi cette idée de coopération avec la Russie vous dérange autant ( je ne suis pas pour non plus mais...) ??? Vous souciez autant du bien-être des Burkinabè ?? Si le Burkina essaye avec la Russie et que ça ne marche pas, vous auriez là, l’occasion de jouer au donneur de leçon, non ? Aussi, j’aimerais dire que ce n’est pas en se mettant sous le joug d’une autre puissance que nous arrivons à nous émanciper ( soit disant que l’ennemi de ton ennemi est ton ami... les ennemis du Burkina faso, ce sont les terroristes, pas plus pas moins . Si vous voulez être les ennemis d’un pays quelconque dans ce monde , allez y mais ne mêler pas tout le Burkina à cela. IL Y A 193 PAYS DANS LE MONDE . LA FRANCE ET LA RUSSIE NE SONT LES SEULS AVEC QUI NOUS POUVONS COOPÉRER.

    4. LA MAIN DE CELUI QUI DONNE EST AU DESSUS DE CELLE QUI REÇOIT. c’est même écrit dans la BIBLE. Le pays qui donne de l’aide est au dessus de celui qui la reçoit. Vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre, décidez vous. Soit on reçoit de l’aide et on accepte les règles de celui qui nous l’offre, soit on ne l’accepte pas et on est libre de faire ce qu’on veut ! Arrêtez de penser comme le pauvre qui croit que le riche doit forcément l’aider sans contrepartie ( c’est possible mais n’oubliez pas qu’on est sur la planète terre , pas chez les bisounours) parce qu’il est pauvre, ça ne marche pas comme ça. THOMAS SANKARA DISAIT QU’IL ÉTAIT FIÈRE DE DIRE QUE LE BURKINA-FASO ÉTAIT UN PAYS PAUVRE PARCE QUE MALGRÉ LA PAUVRETÉ, ON ARRIVAIT QUAND MÊME A SE CONSTRUIRE AVEC LES MOYENS DU BORD ( CE N’EST PAS EXACTEMENT CE QU’IL A DIT MAIS C’EST L’IDÉE) . ARRÊTONS DE JOUER AUX MENDIANTS DÉSESPÉRÉS COMME ON LE VOIT AVEC CERTAINS MENDIANTS A OUAGA. ET NE VOUS ATTAQUEZ PAS INUTILEMENT À CERTAINS FRANÇAIS SUR CETTE PLATE-FORME CAR IL RACONTE AUSSI DES VÉRITÉS QUI VOUS DÉRANGE ( OU PAS )

    UNE DERNIÈRE CHOSE, JE PENSE AUSSI QUE L’ON DEVRAIT ARRÊTEZ DE DIRE 《 LA PATRIE OU LA MORT》 CAR NOUS NE NOUS LAISSONS QUE 2 CHOIX ! VAINCRE C’EST BIEN , VAINCRE ET ÊTRE ENCORE EN VIE C’EST MIEUX ! THOM SANK AURAIT ÉTÉ PLUS UTILE S’IL ÉTAIT ENCORE EN VIE. DISONS PLUTÔT 《 POUR LA PATRIE NOUS COMBATTONS ET NOUS VAINCRONS 》 LÀ , NOUS N’AVONS PAS AUTRE CHOIX QUE DE VAINCRE...

    S’IL VOUS PLAÎT NE M’INSULTER PAS SI N’ÊTES PAS D’ACCORD AVEC MOI, MOI AUSSI J’AIME MON PAYS AUTANT QUE VOUS L’AIMEZ . QUE DIEU SAUVE NOTRE PAYS AU NOM DE JESUS. AMEN

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Le Burkina à co-construire de nos têtes, de nos cœurs, de nos rêves et de nos mains...
L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire ?
L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes !
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina Faso
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, malgré les assurances des variantes du MPSR », estime Kadari Sanou
Politique : La pensée unique est-elle une solution de temps de crise ?
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en armée nationale, avec leurs propres armes, peuvent fidèlement et loyalement défendre la patrie », Abdoul Karim Sango
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac Zida salue la décision du gouvernement
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le Bam ? », s’interroge le Mouvement Bam Faangré
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est souhaitable d’éviter une diplomatie d’affrontement avec les pays de la sous-région’’ (Lettre ouverte de Oumarou Sawadogo au Chef de l’Etat)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup plus complexe que celui, dualiste, dépeint par Newton Ahmed Barry », assure un chercheur burkinabè
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés