Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Toucher le fond est une victoire pour celui qui s’en sort.» Smarty

Situation au Tchad : « Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents », Masbé Ndengar

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • lundi 24 octobre 2022 à 21h30min
Situation au Tchad : « Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents », Masbé Ndengar

Le collectif des indignés résidents au Burkina Faso a tenu une conférence de presse ce lundi 24 octobre 2022, pour montrer son indignation face au massacre de ses compatriotes tchadiens. Étaient aux côtés du collectif, le mouvement Balai citoyen, l’organisation non gouvernementale Urgence panafricaniste, et les membres du cadre deux heures pour nous, deux heures pour Kamita.

Les récentes manifestations contre le pouvoir de transition de Mahamat Idriss Déby Itno, avec pour corollaire son lot de victimes a ému plus d’un. Déjà que les populations tchadiennes avaient ras-le-bol de ce long moment de règne sans partage pendant lequel, Idriss Déby Itno (père) dirigeait le pays d’une main de fer, la participation de son fils aux prochaines échéances électorales est venue sonner le glas d’une révolte au sein du pays. Depuis le début des manifestations le 20 octobre 2022, on dénombre plus de 70 personnes violemment abattues et plus de 500 personnes blessées. Entre enlèvements et tortures dans les lycées transformés en camp de concentration, les populations baignent dans la psychose et vivent le malheureux traumatisme de voir la vie de leurs proches défiler sous leurs yeux.

Une minute de silence a été observée en la mémoire des disparus durant ces derniers jours de manifestations au Tchad

A des milliers de km, scrutant de près l’actualité de leur pays par la voie des ondes avec indignation, les membres du collectif des indignés résidents au Burkina Faso sont montés au créneau pour crier leur mécontentement et réclamer que cessent les tueries dans leur pays. "Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents. La population vit au rythme des enlèvements, des tortures, des assassinats, des déportations et des disparitions", se lamente Masbé Ndengar, membre du collectif.

Il dénonce par ailleurs la présence des mercenaires dans l’accomplissement de ces sales besognes car dit-il, " des images sur la toile ont montré des hommes en tenue civile qui ont ouvert le feu sur des manifestants à main nue. Ce qui montre que ce n’était pas seulement des forces de l’ordre mais qu’il y avait également des mercenaires."

"Les membres du collectif exige l’arrêt de l’instrumentalisation d’une partie de la population contre une autre en jouant sur la fibre religieuse", Masbé Ndengar

Las d’une gouvernance qui a relégué au second plan les préoccupations des populations et assistant à ce triste spectacle qui précipite leur pays dans le précipice, le collectif exige entre autres " l’arrêt immédiat de la violence sur les populations, la poursuite en justice des criminels qui ont fauché des vies innocentes et la démission de Mahamat Idriss Déby Itno et son gouvernement vomi par le peuple."

"C’est le moment pour la communauté internationale de sanctionner ce pouvoir et permettre au peuple tchadien de vivre dans la liberté, l’indépendance et la dignité", Boris Guissou

Engagés auprès du collectif à faire pression pour que cesse le massacre des tchadiens, Guissou Pingdwendé Boris, membre de l’organisation non gouvernementale Urgence panafricaniste, a invité les peuples africains à se mobiliser contre ces actes barbares dont sont victimes les tchadiens.

A côté, le mouvement Balai citoyen, par la voix de Rasmane Zinaba a affirmé le soutien indéfectible du mouvement dans cette lutte pour la souveraineté du peuple tchadien. Pour lui, ce soutien est un devoir car, lorsque les burkinabè luttaient pour leurs libertés, les peuples d’ailleurs ont formé une solidarité qui leur ont permis de triompher.

"Aujourd’hui comme demain, nous apporterons notre soutien au Tchad", Rasmane Zinaba

Pour finir, les membres du collectif espèrent que le calme reviendra sur leur pays tant chéri. Faute de quoi, ils se rendront à l’ambassade pour manifester leur mécontentement.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 octobre à 07:46, par DCOUL En réponse à : Situation au Tchad : « Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents », Masbé Ndengar

    Courage c’est pas simple mes frères que le tout puissant puisse nous donner la farce de surmonter ces moments très difficile en Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre à 12:37, par saam En réponse à : Situation au Tchad : « Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents », Masbé Ndengar

    Courage au vaillant peuple tchadien ! Ce président est un sanguinaire ! Que gagne-t-on à tirer sur une foule sortie manifester les mains nues ? Il n’y a qu’en Afrique que des africains tirent sans pitié sur leurs propres frères avec des armes fournies par des hypocrites colonialistes en complicité avec une poignée de chefaillons déconnectées de leurs origines.
    Le Mali, le Niger, le Burkina, le Tchad, le Congo, la Guinée, bref la plupart de tous ces pays instables sont en cuisson dans la même marmite par ces impérialistes et le plus dommage, c’est que c’est avec l’aide d’autres africains.

    Répondre à ce message

  • Le 26 octobre à 15:26, par Lom-Lom En réponse à : Situation au Tchad : « Pour nous qui sommes loin de nos familles, nous nous demandons si le soleil se lèvera sur nos parents », Masbé Ndengar

    On dirait que là où certains passent, c’est cette marque de sang qu’ils laissent comme preuve de leur passage ! J’ai été étonné de voir notre compatriote Djibril Bassolet, condamné au Burkina, évacué pour des raisons humanitaires sous Roch KABORE, aller représenter l’Etat criminel du Quatar aux assises nationales du Tchad. La photo montrait bien ce Mr Bassolet en compagnie de Moustapha CHAFI, un autre criminel, riant à gorge déployée dans la salle. Qu’est-ce que des gens comme ces types peuvent contribuer à faire sinon, esclavagiser leurs pays au profit de leurs maîtres occidentaux ou d’africains acquis à leur cause. C’est mal parti pour le Tchad car on a l’impression qu’on est retourné à la période des partis uniques en Afrique avec des pouvoirs dynastiques et patrimoniaux !Et vous trouverez des africains entrain d’encourager de telles pratiques honteuses. Frères dui Tchad, battez-vous et n’attendez pas que la France des DEBY vienne vous sauver ! Notre souhait est que Djibril Bassolet soit contraint un jour de revenir au Burkina pour rendre compte et finir de purger sa peine pour avoir fait tant de mal à ses concitoyens !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire/Attaque terroriste de Grand-Bassam : La justice aux trousses de 18 accusés
Centrafrique : Une base des FDS et une du groupe Wagner prises pour cibles dans une attaque
Guinée Équatoriale : Le président Teodoro Obiang Nguema réélu pour un 6e mandat de 7 ans
Développement industriel : 37 pays africains enregistrent des avancées
Libye : « Les massacres des populations civiles qui ont justifié l’intervention militaire en 2011 n’ont jamais existé »
Population mondiale : Les jeunes appellent au changement
Mali : La Côte d’Ivoire annonce le retrait progressif de ses troupes de la force onusienne
Afrique du Sud : Un homme de 38 ans condamné pour plus de 90 viols
Situation au Tchad : L’opposant Succès Masra quitte le pays, mais n’abdique pas
Mali : La ville de Gao en « désobéissance civile » pour protester contre l’insécurité grandissante
Mali : Le journaliste Malick Konaté victime d’un harcèlement après la diffusion d’une enquête sur Wagner
RDC – Rwanda : Le grand Congo ira-t-il en guerre contre le redoutable petit Rwanda ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés