LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Étudiants et Coup d’Etat au Burkina : « Recul démocratique pour certains, salutaire pour d’autres »

Publié le mardi 25 janvier 2022 à 18h22min

PARTAGER :                          
Étudiants et Coup d’Etat au Burkina : « Recul démocratique pour certains, salutaire pour d’autres »

Depuis l’annonce officielle de la prise du pouvoir par la junte militaire au Burkina Faso, dans la soirée de ce lundi 24 janvier 2022, les langues se délient. Au plan national comme à l’international, de part et d’autres, chacun y va de son commentaire. Les étudiants ne sont pas en marge. Lefaso.net leur a tendu son micro ce mardi à l’université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou.

Tinouboi Ouoba, étudiant en histoire et archéologie

Tinouboi Ouoba, étudiant en histoire et archéologie : « J’ai accueilli très amèrement la nouvelle parce que c’est un recul démocratique mais aussi un recul en matière de liberté d’expression. Car si nous avons pu résister à un coup d’Etat en 2015, ce n’est pas en 2022 que nous devons accepter un tel acte au Burkina. Moi, je suis vraiment déçu et je n’attends rien de ces hommes. Etant au front, ils n’ont pas pu faire grand-chose. Ce n’est donc pas étant au pouvoir qu’ils vont le faire ».

Sadika Trawina, étudiant en Licence 1 en science économiques et de gestion

Sadika Trawina, étudiant en Licence 1 de sciences économiques et de gestion : « Je ne suis pas d’accord avec ce coup d’Etat parce que ça ne va pas nous arranger. Je parle de nous en tant que population. Il est vrai que la gouvernance de Roch Kaboré n’était pas bonne, mais le coup d’Etat n’est pas la solution pour faire sortir le pays de sa situation actuelle. J’ai l’impression que la population veut soutenir ce coup mais à la longue, elle comprendra qu’il n’était pas nécessaire. A la longue, c’est nous qui allons souffrir ».

Camille Ouadré, étudiante en Licence 3 en géographie

Camille Ouadré, étudiante en Licence 3 de géographie : « Nous ne connaissons pas grand-chose de ce nouvel homme fort. Mais je me dis que s’il a pris le pouvoir, les choses peuvent s’améliorer, notamment la situation sécuritaire. Puisque, c’est un militaire, ils doivent en principe mieux connaître le terrain par rapport aux autres. Notre souhait est qu’il puisse sauver le Burkina. Par exemple comme au Mali, quand Assimi Goïta a pris le pouvoir, les choses ont commencé à s’améliorer. Donc ici aussi, si c’est un militaire, ça va améliorer les choses et il n’y aura plus d’attaques ni de tueries ».

Djass Lompo, étudiant en Licence 3 en lettres modernes

Djass Lompo, étudiant en Licence 3 de lettres modernes : « Je suis parfaitement d’accord avec ce coup d’Etat, je ne peux cacher mon émotion. Nous nous attendions à ce dénouement, à cause de la situation qui prévalait. Nous étions arrivées à un moment où il fallait le faire, parce que rien n’allait et le gouvernement s’était désengagé de ses responsabilités et beaucoup d’autres choses. Donc, toutes ces motivations nous ont poussés en tant que peuple et fils de ce pays à retrouver notre dignité. C’est pourquoi, je salue cette initiative des militaires ».

Soumaïla Sawadogo, étudiant en Licence en sciences de la vie et la terre

Soumaïla Sawadogo, étudiant en Licence en science de la vie et la terre : « Pour moi, c’était prévisible, parce qu’il y avait beaucoup de grogne dans l’armée. On le voyait venir mais on ne savait quand il aurait lieu. Ce qui a empiré la situation, c’est leur manière d’agir. Et en voyant leurs actions, on peut dire qu’ils ont oublié que c’est le peuple qui les a élus et ils prennent des décisions sans tenir compte de ce peuple. C’est ce qui a été des erreurs qui ont précipité leur chute. Et on espère que ce nouvel homme fort sera un patriote et qu’il saura répondre aux aspirations du peuple ».

Théophane Boudougou, étudiant à l’université Joseph Ki-Zerbo

Théophane Boudougou, étudiant à l’université Joseph Ki-Zerbo : « Je suis très content pour le coup d’Etat parce qu’aujourd’hui, le Burkina Faso n’a pas la paix et nous voulons la paix. Il y a des zones qui sont prises par les terroristes mais avec le coup d’Etat, nous espérons que tout va changer. Nous attendons de voir la suite mais tout devrait s’améliorer avec les militaires au pouvoir ».

YZ
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 26 janvier 2022 à 09:32, par Alexio En réponse à : Étudiants et Coup d’Etat au Burkina : « Recul démocratique pour certains, salutaire pour d’autres »

    RMCK, c est tirer sur ses propres jambes. Avec les manigances geopolitiques de la France avec son valet local Alassane Dramane Ouattara.

    Cette galaxie appellee, Francafrique qui a fait partir le president malien IBK et Alpha Conde.

    L equilibrisme politique de RMCK en vers la France et son peuple lui couter son fauteuil presidentiel.

    Il a tourner son dos aux doleances de son peuple reclamant la cooperation avec un partenariat connu par ses efficacites de la øutte contre les terroristes.

    En l occurrence la Fesderation de la Russie. Un pays qui a toujours aider les pays africains pour leur independance contre l imperialisme occidental.

    Le cote francophile de RMCK lui est mis en otage demontra son immobilisme et la paralysie de son pouvoir.

    Comme les etats n ont pas d amis, mais des interets a sauvegarder.

    Il devrait s imposer aux dictays de l Elysee. Un Macron qui est entrain de lutter pour sa survie politique. Sa reelection pour un nouveau bail a L Elysee.

    Le realisme politique oblige.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique