Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 4 août 2021 à 23h00min
Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

Destin croisé pour le Mouvement patriotique pour le Salut (MPS) et l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) par la signature, ce mercredi 4 août 2021, d’un acte de fusion. En attendant d’en savoir davantage sur le type de fusion, avec le Congrès pour entériner cette décision, on peut constater que tandis que l’UNIR/PS reste fidèle à sa légende de « renaissance », le MPS, lui, semble ainsi se sauver à l’ombre de cette fusion.

C’est cette date historique de 4 août, que les responsables des deux partis ont choisie pour sceller leur acte de « mariage », qu’ils souhaitent pour la vie. Si l’UNIR/PS a été représentée au haut niveau par son président, le MPS l’a été par son vice-président, Dr Rose Drabo ; le président du parti, Pr Augustin Loada, étant en Nouvelle-Calédonie où il est mandaté depuis par l’ONU pour des questions électorales. Les directions politiques ont donc mis en place une commission pour travailler à la tenue d’un congrès constitutif, qui va consacrer juridiquement, la fusion des deux partis pour sceller la création du nouveau parti. Ces deux partis qui se réclament progressistes d’obédience sankariste s’ouvrent d’ores et déjà à l’adhésion d’autres partis pour créer une force sankariste « tant attendue par les Burkinabè ».

Deux parcours qui se laissent commenter

C’est en novembre 2000 qu’est né le « parti de l’œuf », dans une situation de crise consécutive à la mort du journaliste Norbert Zongo. Il avait pour dénomination, l’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS), parti socialiste d’obédience sankariste.

En mars 2009, la Convention panafricaine sankariste (CPS) de Nongma Ernest Ouédraogo, une partie du Front des Forces sociales (FFS) conduite par Nestor Bassière (ministre de l’Environnement 2016-2020 et vice-président de l’Assemblée nationale depuis 2020) et son groupe rejoignent l’UNIR/MS. Ils vont désormais former l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS). Le parti se positionne comme la première force politique de l’opposition, avec au viseur de « sauvegarder et pérenniser l’immense espoir suscité par la Révolution d’août 1983 ».

L’UNIR/PS va occuper le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF, résolution du 22 septembre 2009, désignant Me Bénéwendé Stanislas Sankara, président du parti) avant de passer la main à Zéphirin Diabré et son UPC.
Depuis sa création, le parti a traversé plusieurs épreuves, allant parfois à l’exposé à toutes les railleries (à l’image du meeting ‘’Blaise dégage !’’ de fin avril 2011 qui n’avait pas réussi à mobiliser, malgré les 34 partis en action). Pour divers motifs (jugés comme tels) liés au président du parti, aux options du parti ou aux deux à la fois, la survie même de l’UNIR/PS avait même été pronostiquée par nombre d’observateurs de la scène politique burkinabè.

L’insurrection populaire de fin octobre 2014, qui s’est présentée comme l’aboutissement d’un long chemin de combat et une renaissance pour l’UNIR/PS, va s’avérer illusoire pour ce parti, lorsqu’à l’issue de la présidentielle marquant la fin de la transition (fin 2015), le candidat Bénéwendé Stanislas Sankara, pompeusement baptisé « candidat des insurgés » s’est vu classer quatrième sur les quatorze candidats.

L’UNIR/PS ou le symbole de la ténacité

Le parti rejoint la majorité avec à la clé, la vice-présidence de l’Assemblée nationale (2015-2020) et trois portefeuilles ministériels (Ressources animales, Environnement, Education nationale).

C’est donc en véritable averti du paysage et arcanes politiques burkinabè, que l’UNIR/PS opère à nouveau cette « renaissance » avec le ‘’jeune’’ parti, le MPS. Crée en juillet 2019, le Mouvement patriotique pour le Salut (MPS) est présidé par l’ancien directeur exécutif du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), ancien ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Sécurité sociale, Pr Augustin Loada. Son président d’honneur est l’ancien numéro 2 du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), ancien président du Faso et ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida.

Le MPS, qui s’est positionné, dès sa création, dans l’opposition politique, n’a pas caressé le pouvoir Roch Kaboré et ses dirigeants dans le sens des poils. C’est un Burkina porté en déclin par le pouvoir Kaboré et compagnie, que le MPS et ses dirigeants ont présenté à travers leurs sorties. C’est également sur cette situation peu reluisante que le candidat du parti à la présidentielle du 22 novembre 2020, Yacouba Isaac Zida, a aussi focalisé son message de campagne pour proposer son alternative (relevons que le parti, qui a aussi présenté des listes pour les législatives, n’a obtenu aucun élu).

Le MPS, de la résistance à la résignation ?

La période pré-électorale va connaître une montée de la tension entre le MPS et le pouvoir, accusé d’empêcher le champion Zida d’entrer pour briguer la magistrature suprême. Après plusieurs promesses de « braver » pour rentrer pour la campagne, c’est finalement en mode virtuel que M. Zida va mener ses trois semaines de conquête de l’électorat.

Arrivé au huitième rang sur les treize candidats en lice (avec 1, 53% des voix), Yacouba Isaac Zida a, dans la foulée des proclamations des résultats, déclaré qu’il refuse de « féliciter quelqu’un qui n’a pas gagné honnêtement ». Pendant ce temps, le président du parti et directeur de campagne, Pr Augustin Loada, faisait allégeance au candidat réélu, dans le même décor que la quasi-totalité des candidats à cette présidentielle. Yacouba Isaac Zida finira par revenir à de meilleurs sentiments, en reconnaissant la victoire de Roch Kaboré.

La déclaration d’appartenance du MPS à la majorité, suivie de sa demande d’adhésion à l’APMP (Alliance des Partis de la Majorité présidentielle), a constitué un tournant (diversement apprécié) dans la vie de ce ‘’jeune’’ parti.
Le parti va enregistrer des démissions, et pas des moindres ! Ce sont les cas avec le vice-président Fousséni Ouédraogo (dès janvier 2021) et le secrétaire national chargé de la jeunesse, Hervé Ouattara, en début juillet 2021).

Dans un tel contexte politique et un MPS qui prend ainsi et incontestablement un coup par des départs, la fusion apparaît, visiblement, comme une bouée de sauvetage, notamment pour Yacouba Isaac Zida, en exil au Canada depuis fin 2015 et dont les relations avec le pouvoir en place étaient jusque-là tendues, publiquement. Avec un UNIR/PS bien côté par le pouvoir MPP (pour avoir pesé dès fin 2015 en faveur du pouvoir, allié de poids), ce mariage en plein processus de réconciliation nationale rapproche davantage Yacouba Isaac Zida du pouvoir et ses ténors.
Tout bénef donc pour le ‘’général raté’’ et le MPS (dont la grande partie des dirigeants sont plus connus du monde intellectuel que politique, au sens strict du terme).

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 août à 18:53, par Lool En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Cette fusion va de soit. Depuis longtemps, j’ai conseillé Yacouba Isaac Zida de se rapprocher de Bénewendé Sankara. Maintenant c’est fait et je les encourage à aller de l’avant, notamment en repêchant le jeune Kanazoé qui voulait lui aussi fusionner avec maitre Bénewendé. Il faut approcher également l’autre Sankara là trop imbu de lui-même ainsi que Marie Alphonse Ouédraogo.

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 21:56, par Yssif En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

      Mon cher Lool
      A quelle fin suggérez vous ce regroupement sans tête ni queue. Un regroupement de gens qui ont perdu leurs repères ou qui ont fini de rêver ? Et puis quelles valeurs porte Kanazoé pour qu’un parti le veuille comme membre ? Tous des parvenus qui veulent vivre aux mamelles de l’Etat.
      Moi je ne vois aucune plus-value pour le Burkina dans cette fusion de partis sans perspectives qui, à l’image d’une entreprise qui coure vers la faillite, veulent se saborder pour espérer tromper la vigilance du peuple incrédule

      Répondre à ce message

  • Le 4 août à 19:09, par kti En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Bel article, beau résumé. Merci pour cette plume

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 19:49, par HUG En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    un jour on demandera gentiment a maitre sankara de ne plus utiliser l effigie du president thomas sankara . En effet l unir/ps est aux antipodes de l ideologie du president thomas sankara qui etait confondu a la masse populaire. Le peuple etait sa priorité .Cela se constatait dans ses actes et comportement. Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 20:31, par Maryland En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Tous des comediens. En tout cas leur role leur va tres bien. Bon vent a eux.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 00:09, par SOME En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Loada vient de signer la sa mort politique. on comprend mieux les atermoiements bizarres....Deux personnes en train de se noyer et qui s’agrippent l’une a l’autre pour se sauver l’une l’autre e peuvent que se noyer. Ils n’ont aucun avenir que les gouttes de soupe. Esperons que zida sera plus fute que cela s’il est reellement sankariste comme il le pretend. On observe !
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 6 août à 10:07, par Ka En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

      Mon ami SOME merci pour ton commentaire qui en dit long : Ici je vais être indulgent et mettre ma petite touche sur cette fusion qui n’étonne personne, puisque tout a été calculé : ’’’Un calcul a la Poutine.’’’ Dans notre marigot politique, tous nos politiques à commencer par Blaise Compaoré et sa fétiche nommé le feu Salif Diallo, et après la chute de l’introverti, ce fétiche avec ses deux compères Roch et Simon, comme tous nos politiques depuis notre indépendance, ont usés d’intrigues et de coups-bas pour écarter les adversaires les plus dangereux à l’accession au fauteuil présidentiel.

      Depuis la victoire de Roch Kaboré à son deuxième mandat, la porte est ouverte pour les réservistes de la majorité même s’il avait écarté certains : A moins qu’un dernier coup de massue dans la nouvelle constitution qui mettra le compteur à zéro, et que Roch Kaboré puisse refaire un premier mandat de cette constitution. Sans ce coup de massue dans la nouvelle constitution à venir, le seul plan B de la majorité pour briser toutes ses velléités présidentielles depuis 30 ans, est de confirmer la parole donnée de cette majorité qui est de préparer la relève avec les jeunes : Et ce plan B, sera comme à la place de la révolution au milieu d’une jeunesse assoiffée d’une alternance politique saine, une personne que ’’’’Rien Ne Sera Plus Comme Avant :’’’’’

      Après tout, c’est cette personne qui a balayé les épines du chemin de l’alternance politique au Burkina pour permettre d’autres d’avoir le pouvoir. C’est pourquoi mon ami SOME, je ne cesse de dire que le jeu politique au Faso se résume en haine et Vengeance de deux camps mortellement opposés. Et ce qui caractérise vraiment la politique Burkinabé depuis son indépendance, c’est le vide idéologique insondable, qui laisse place aux pratiques les plus douteuses comme cette fusion.

      Répondre à ce message

      • Le 6 août à 14:14, par SOME En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

        Ah ! Mon ami Ka que dire de plus après une analyse d’une telle profondeur ? Certains ne la oomprendront pas mais les intéressés eux la comprendront car c’est une entente entre larrons en foire. Et cela ne doit étonner personne comme tu le dis.

        Ils croient jouer à la Poutine, mais n’est pas Poutine qui veut car les contextes et peuples ne sont point pareils : l’histoire du peuple russe ou slave n’est pas celle du peuple voltaïque burkinabe ou africain. Aujourd’hui personne n’ose s’attaquer à la Russie…. Et ce à tout point de vue. Donc vouloir copier Poutine c’est rappeler la récitation du bœuf et de la grenouille…

        Bref mon ami Ka tu vois pourquoi dès le départ je n’arrête pas de fustiger ce MPP bien que toi tu aies voulu leur donner une chance. Ce qui est tout à ton honneur ! Mais vu les acteurs et leur histoire tant dans le mouvement étudiant ou durant la révolution, il m’apparaissait que ça ne pouvait aller loin et que ce slogan plus rien ne sera comme avant n’avait pas beaucoup de chance d’être mis en valeur, vu les acteurs. Et certaines décisions m’ont confirmé malheureusement ma position. Et pourtant c’était réalisable, mais hélas il ne pouvait y avoir de volonté politique.

        Alors, que de soi disant sankaristes y aillent à la soupe ne m’étonne point, confirmant encore une fois ce que je voyais de négatif à la naissance de ces mouvements dits sankaristes et expliquant comment on ne pouvait évoluer positivement dans ce dossier Sankara. Et comment la famille Sankara (génétique comme idéologique) a été trompée de bout en bout. Et ce à cause des insuffisances d’analyse et manque de courage en notre sein.

        Les attaques contre Zida, Ouattara Hervé, et d’autres ne sont que les projections du volcan qui sourd à l’intérieur. C’est l’heure pour Zida de montrer qu’il a une hauteur d’analyse politique et un vrai patriote, sinon …. Vogue la galère pour le Burkina.

        Roch aura un minimum de jugeote, (à défaut de ne pas avoir la carrure d’un homme d’état à la hauteur de la situation), de ne pas faire comme ton fameux introverti. La personnalité du dirigeant fait le pays ! Roch tente d’oublier comment il est venu au pouvoir et pourquoi lui.

        Oui comme tu as raison, toi qui connais bien la mare aux crocodiles politiques du Burkina depuis les indépendances jusqu’à l’assassinat de l’espoir de tout un continent et aujourd’hui le hijacking en plein jour de l’avenir du pays et même du continent par des crocodiles de la meme engeance. Tu comprends pourquoi un idéologue comme Sankara n’avait pas grand chance et que faire 4ans était un bonus pour lui.

        Et maintenant nous nous ingénions à opérer le second assassinat de Sankara, un peu comme à Grenade pour Maurice Bishop par Bernard coard et compères. Aujourd’hui l’Amérique latine qui ne jure que par Sankara est bien en avance sur nous.

        Oui mon ami Ka ils oublient que le peuple n’a pas dit son dernier mot : avant l’orage au village, il y a l’homéostasie dans la nature, le standstill.

        Zida (comme Roch) sait que l’opportunité dans l’histoire fait l’homme ou l’expulse de l’histoire. La roue de l’histoire tourne.
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 5 août à 07:49, par Yadega En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    La "magie" c’est l’art de détourner l’attention !
    La politique c’est plus que magique !

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:22, par Henriette kouassi En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    C’est le Burkina Faso, on va tout voir dans ce Pays. Regardez depuis la colonisation jusqu’à ce jour. Tant que le Bayiri sera le mot d’ordre, ça sera ainsi (nomadisme politique, fusion, trahison......Bonne chance au peuple. La manipulation et le mensonge resteront encore longtemps le programme politique des dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:45, par Tengbiiga En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Benewende Sankara justifie cette fusion parce que Roch le preconise. Drole de sankariste ce Monsieur.

    On justifie les fusions parce que les objectifs philosophies, methodes convergent.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:46, par Élève de maternelle En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Je me demande si ce n’est pas un regroupement de partis dont les chefs sont du Passoré : SANKARA par ci SANKARA par là ZIDA par ci……….etc.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 11:19, par Bienveillant En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Une fusion juste pour se rapprocher de la soupe au même titre que le parti UNIR/PS noyau autour duquel s’agglutinent les autres petits partis. Au fond, rien de sankarisme mais plutôt de l’opportunisme. Depuis que Maître Sankara a rejoint la majorité il n’a plus levé la tête. Tout se passe comme si les questions qui se posaient à l’UNIR/PS ont trouvé solution et en dehors des périodes électorales le parti se fait oublier. A quoi bon un tel parti qui se contente de la soupe préparée par d’autre ? A part la parure sankarisme que vaut cette constellation de partis dite sankaristes ? Yako UNIR/PS et alliers. Que le sang de Sankara repose sur vous

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 11:52, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Maintenant il faut travailler à libérer le Général Djindéré, lui aussi il est du PASSORE et était devenu Sankariste après la fuite de Blaise COMPAORE. Son coup d’Etat manqué c’était pour rétablir la Révolution du 4 Août et le Maître, le Professeur et le Général au Canada le savaient.

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 17:55, par Ben Naba En réponse à : Fusion MPS-UNIR/PS : Au goût d’une bouée de sauvetage pour le MPS

    Le MPP doit se mefier de maitre SANKARA et de l’UNIR/PS. Il cherche a utiliser le pouvoir MPP pour gagner le pouvoir. L’UNIR/PS est un parti fini. Pendant plus de 10 ans dans la politique, ce parti n’a pas pu gagner plus de 5 deputes et se monstrer aimable par le peuple. Cet regroupement est mort-ne. Nous allons simplement attendre pour voir les resultats au elections de 2022. Ca sera la catastrophe pour MPS - UNIR/PS.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter les invectives et prône la mobilisation générale
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : Kadré Désiré Ouédraogo pourra-t-il sauver les meubles ?
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du CDP dénoncent une « dictature extrême » du maire
Organisation des élections au Burkina : Les membres de la CENI outillés sur les mécanismes de gestion
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation de l’emploi des jeunes sur la table de réflexion
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir ensemble pour le Burkina" exigent la démission du président du parti
Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao rend sa démission
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle stratégie genre et son plan d’action pour la période 2021-2025
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou hostilité de la majorité ?
Burkina/vie politique : Les militants de PS-Burkina décident de s’engager dans le MPP
Burkina Faso : « En plus des cadavres qui continuent de s’empiler, il y a le spectre de la famine », Eddie Komboïgo
Burkina : « Le spectre de la famine » plane « en plus des cadavres qui continuent de s’empiler », estime Eddie Komboigo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés