Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • dimanche 18 avril 2021 à 22h45min
Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina :

Au Burkina Faso, depuis la commémoration du 8-Mars et de la fête de Pâques, de nombreuses voix se sont levées pour condamner des pratiques qu’elles qualifient d’homicides et qui ne contribuent pas au développement culturel du Burkina Faso. Parmi elles, le Cardinal Philippe Ouédraogo lors de la fête pascale ce qu’il appelle la culture de mort et la dictature de la pensée unique. Nestorine Sangare, ex-ministre de la Femme, a aussi interpellé les mouvements féministes à définir clairement ce qu’ils entendent par féminisme.

Face à ces sujets aussi divergents, nous avons approché l’ambassadeur des Pays-Bas (spécialisé dans le domaine des droits de l’Homme) pour avoir leur compréhension sur des sujets qui touchent à la vie de la nation : avortement, féminisme, homosexualité. Aussi avec le diplomate Marteen Rusch, bientôt en fin de mission, nous avons fait le tour des projets de son pays réalisés en faveur du Burkina. C’est un diplomate ouvert qui ne cache pas ses points de vue que nous avons rencontré le vendredi 16 avril 2021 dans sa représentation diplomatique à Ouagadougou.

C’est un diplomate assez serein et ouvert qui s’est prêté à nos différentes questions. A l’entame de ses propos, Marteen Rusch déclare que la coopération entre la Néerlande et le Burkina date de plusieurs années et se porte bien. Rompue en 2013 pour des difficultés financières, cette coopération a revu le jour en 2018. Envoyé la même année comme attaché diplomatique des Pays-Bas au Burkina, Marteen Rusch affirme que plusieurs projets ont été mis en valeur au profit du Burkina notamment dans le domaine de l’eau, de l’éducation sexuelle et reproductive des jeunes, des droits de l’homme.

Dans le domaine de l’eau, la Néerlande forte de son expérience en la matière a accompagné le ministère de l’Eau et de l’Assainissement du pays des Hommes intègres. En matière d’emplois, le projet ‘’promesse’’ est un nouveau projet adressé aux femmes et deux autres projets en faveur des jeunes.

Pour renforcer la confiance entre les populations vivant dans l’insécurité et l’autorité centrale, les Pays-Bas en coopération avec le ministère de l’Administration territoriale du Burkina initient un projet dénommé Gouvernance locale et cohésion sociale. Dans le domaine judiciaire, l’ambassade assiste le ministère de la Justice pour solutionner des situations difficiles des prisonniers.

Les transgenres ne sont pas des formes de féminisme

En dehors de la coopération entre les deux pays, nous avons abordé le sujet des droits de l’homme. Contrairement à certaines opinions qui contestent la pluralité du féminisme, Marteen Rusch pense que toutes les théories féministes ne sont pas à contester. Pour lui, il peut exister des avantages comme des inconvénients, mais l’essentiel repose sur le respect de l’égalité entre l’homme et la femme. Il ajoute :’’Il ne suffit pas d’être en désaccord avec d’autres courants de pensée féministes. L’essentiel, c’est de se faire comprendre par la majorité qui défende le féminisme’’.

Quant aux déclarations sur l’avortement, le diplomate se dit favorable si toutefois la femme veut. « Toujours la volonté de la femme doit primer au-dessus de tout. Elle a le choix libre d’enfanter ou d’avorter. Le reste des opinions sur l’avortement est secondaire », nous apprend le diplomate néerlandais. A la question s’il est favorable à l’avortement, il répond : « Oui dans certaines circonstances. Il faut que les femmes enceintes sachent ce qu’elles veulent ».

Dans le corps diplomatique, il existe des homosexuels

Sur la question de l’homosexualité, Marteen Rusch affirme : ‘’Elle est un droit et il existe des collègues diplomates homosexuels. C’est une question de droit de l’homme. On ne peut pas faire de discrimination sur la sexualité de quelqu’un’’. Il continue en disant : ‘’On doit respecter la décision de la personne qui découvre qu’elle est homosexuelle. Nous défendons les droits des hétérosexuels comme des homosexuels’’.

Pour Marteen Rusch, les gens n’ont pas la même compréhension sur l’homosexualité parce qu’ils trouvent que c’est un phénomène étrange, les homosexuels ont par ailleurs le droit d’être différents des autres. "Qu’on légalise l’homosexualité ou pas, elle va passer parce qu’elle est déjà là", insiste-t-il.

A ceux qui pensent que la plupart des diplomates sont homosexuels, Marteen Rusch conclut : "Je sais que dans le corps diplomatique, il y a des homosexuels même s’ils sont minoritaires. J’ai des collègues homosexuels. Je ne comprends pas ceux qui sont contre l’homosexualité. Ce n’est pas grave, qu’est ce qui les menace ? Quel est votre problème ? N’existe-t-il pas d’autres hommes et d’autres femmes comme vous ?" A Chacun son opinion.

BEOGO Gérard.

Vos commentaires

  • Le 16 avril à 21:55, par Alain En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    La polygamie est un droit, il y a des ambassadeurs qui sont polygames

    Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 09:39, par Gérard Manvu En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

      Il me souvient que jusque dans les années 70, l’homosexualité était considérée comme une maladie. C’est un puissant lobbying qui a "demandé " à l’OMS de la retirer de cette liste. Ce monsieur se fiche du monde, ma parole ! L’homosexualité est pratique contre nature. Ce n’est pas un droit. 😠😦😳

      Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 11:17, par ZIO En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

      J’ai lu et relu l’article mais n’ai toujours pas compris son utilité. Nous apprendre le droit international des Pays-Bas ?
      Le sens de la coopération Hollande/BF ?
      Nous informer de la sexualité des diplomates au BF.
      Nous obliger à légiférer en faveur des homoxesuels ?
      Le BF est un État souverain, avec une constitution et des lois. Il a aussi une culture et des valeurs qu’il entend défendre et préserver.
      Les europens ont légalisé l’homosexualité, et a ouvert aux homosexuels, le droit d’être parents. C’est hallucinant ! Soit ! C’est leur pratique, leur culture. Ce sont leurs Lois et leur pays, leur continent et ils font ce qu’ils veulent. Mais pourquoi vouloir exporter ces pratiques perverses ?
      Pourvu que ces droits ne soient pas reconnus au BF.
      Que chacun prie pour que ça n’arrive pas dans sa famille.
      Je vis en Europe et j’occupe un poste de direction dans l’administration publique. J’ai déjà eu des pb avec mon secrétaire qui était homosexuel. Il ne donnait vraiment pas satisfaction mais je ne pouvais rien lui dire parce qu’il considère que les remarques ne relevaient pas de son incompétence mais de son orientation sexuelle. Il a déposé plainte contre moi pour homophobie auprès d’une grosse institution du pays où je réside. Heureusement que je gardais tous les échanges d’e-mails et autres notes de services que je lui adressait quand il dysfonctionnait. Mais j’ai dû faire appel au service d’un avocat qui a prouvé que les rapports compliqués n’avaient rien à voir avec l’homosexualité du secrétaire mais davantage liés à son incompétence. Il a été muté dans un autre service puis à démissionné par la suite.
      Bref, cette parenthèse pour vous dire que si jamais on leur reconnaît quelque droit que ce soit, ça sera le désordre assuré car ils vont dicter leur loi et leur manière de penser. Faisons gaffe à ces gens parce qu’une fois reconnus, ils vont mener la vie dure aux autres.
      Tout doit tourner autour de la reconnaissance de leur sexualité, de leur droit, et gare à vous si vous avez le malheur de dire que vous n’êtes pas d’accord. Faisons attention !

      Répondre à ce message

      • Le 19 avril à 12:43, par Simon Gontran En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

        L’ambassadeur a tout a fait raison. L’homoxesualité est un droit car nulle personne ne chosisit son orientation sexuel et les homosexuels comparativement a ceux que beaucoup d’africains le croient ne sont pas des pédophiles. l’Afrique est en RETARD dans beaucoup de domaine et l’acceptation de l’homoxesualité en est une.

        Répondre à ce message

        • Le 19 avril à 14:49, par Walaï En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

          Monsieur GONTRAN, contrairement à vos allégations coloniales, en se référant à Sodome et Gomorre, l’Afrique pour une fois est plutôt en avance par rapport aux pays dits civilisés, car elle refuse de tolérer des pratiques rétrogrades.

          Si pour justifier l’homosexualité vous soutenez qu’on ne choisit pas son orientation sexuelle, à quand alors la polygamie pour tous en Europe ? Les polygames non plus ne sont pas responsables de leur généreuse libido abondante. Et après tout la polygamie ne ferait que régulariser l’adultère, si bien qu’on ne serait plus obliger de se cacher pour le pratiquer.

          Vu que même le bicentenaire Code Civil français ä pu être modifier au mépris de Tronchet, Bigot De Préameneu, Portalis et De Maleville, on pourrait en faire au tant pour énoncer que : le mariage est l’union d’un homme avec plusieurs femmes.

          Du reste, la polygamie n’est que démocratie au féminin pluriel.

          Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 22:08, par De Balzac En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    L’homosexualité n’est pas une valeur des sociétés africaines et nous n’accepterons pas. Tout comme les occidentaux refusent la polygamie, nous africains nous combattons l’homosexualité jusqu’à notre dernière énergie

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 22:19, par Porgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    C’est regrettable ! Nous ne sommes plus dans ’’le pays des hommes intègres’’. il faut que les autorités soient regardant sur ce genre de comportement. Un homme normal doit être contre à l’homosexualité et autres. C’est inhumain.

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 22:44, par KABORE En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    La polygamie est aussi est un droit humain mais elle viens d’être interdite en France. Que Chacun reste avec ces principes et valeurs SVP !
    Imposez vas valeurs chez vous mais de grâce ne venez pas nous les imposez ici. Merci.
    Une chose qui m’a fait beaucoup rire, la ministre française informe l’opinion que la polygamie sera interdite mais prends le soin de préciser que les partouse ne sont pas concernés. Quel monde !!

    Répondre à ce message

  • Le 16 avril à 22:59, par Aol En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Pauvre de nous. confier l’éducation sexuel de ces enfants à des structures ayant des objectifs inavoués. C’est une bombe en retardement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 00:14, par Jean Francois Millogo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    En tout cas au Burkina Faso nous n’allons pas accepter l’homosexualité . Même les animaux sont contre ça . Vous refusez la polygamie chez vous et vous venez nous imposer cette vie d’abomination. Si ça c’est conditionné à l’aide gardez vos aides .

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 02:11, par Sidpassata Veritas En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Mes frères africains et Burkinabè, ces gens-là parlent il faut être vigilent pour ne pas céder à leur manipulation des mots.

    - 1- Relisez bien ce que dit cet ambassadeur, défenseur de l’homosexualité. Il s’appuie sur les droits de l’homme pour dire que l’homosexualité en est un et d’en conclure : « On ne peut pas faire de discrimination sur la sexualité de quelqu’un ». Voyez la tricherie sur les mot : pour la déclaration universelle des droits de l’homme, on ne fait pas de discrimination basée sur le sexe ce qui est bien différent de la sexualité. Le sexe d’une personne et une donnée objective de son identité qui ne fait pas l’objet d’un choix. Ainsi, on n’a pas le choix d’être du sexe masculin ou du sexe féminin. Alors que la sexualité est subjective, puisqu’il s’agit d’une pratique sexuelle. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’un droit quand une pratique heurte mœurs d’une société. Même en Europe, il y a des sexualités réprimées par les lois telles que la pédophilie, le viol, l’inceste, le sado-masochisme... Une société, en fonction de son projet moral, peut et doit se protéger contre des pratique que sa propre culture trouve dégradante pour la dignité de la personne humaine. Mais l’Europe dans son réflexe colonial et son habitude de la pensée unique, trouve normal d’interdire sans discuter chez elle les pratiques "barbares" des autres peuples ( polygamie, excision ...) et d’imposer sans aucun respect ses propres pratiques barbares (homosexualité, transsexualité, nudisme, échangisme ...) aux autres cultures. Ne pas penser comme ces européens, c’est entraver les libertés et les droits de l’homme. C’est à croire qu’ils sont les seuls hommes à avoir une âme sensible.

    - 2- Par ailleurs, si les européens eux-mêmes voulaient être honnêtes, il faut distinguer l’homosexualité réelle de le l’homosexualité optionnelle (phénomène de mode). L’homosexualité, quand elle est réelle, n’est rien qu’un dysfonctionnement hormonale qui trouble la sexualité normal et crée une situation de mal(être pour celui qui en souffre. Par contre, l’homosexualité optionnelle est une pratique sexuelle choisie par des gens qui s’ennuient de tout et qui cherchent le plaisir par n’importe quelle pratique. Cette sexualité débridée ne peut pas avoir de droit dans un corps social sain. Il prospère en Occident où la société est souvent malade de la liberté de l’individu qui constitue un tabou. Les lobbies homosexuelles ont réussi là-bas à noyauter l’homme politique afin qu’il laisse libre cours à leur lubie. L’Afrique n’en est pas encore à ce niveau de dégénérescence culturelle et morale. Elle n’acceptera pas sans broncher, les dictats homosexuels

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 04:46, par Dabré salan En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Tout ça par ce que nous avons tendre la main chez eux, nypes de pensées. Dieu ait pitié de nous

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 05:52, par M. S. En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    "Nous voulons l’aide, mais l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. L’aide qui contribue à notre asservissement, à nous avilir, à nous maintenir dans une perpétuelle dépendance, nous n’en voulons pas", disait à peu près 🔥 le Président Thomas Sankara. Pour le paraphraser, "la coopération bilatérale ou multilatérale, nous la voulons tant qu’elle n’est pas utilisée, avec perfidie, comme moyen pour introduire, semer et faire pousser ce qui constitue chez nous des contre-valeurs, ce qui nous fait perdre notre humanité." La culture n’est pas un liquide incolore susceptible d’être transvasée sans dommage dans n’importe quelle récipient. A en croire le diplomate, "le fantôme est déjà dans la maison, qu’on légalisé l’homosexualité ou pas". Il est temps pour nos pays de mettre en place des commissions d’éthique pour passer au peigne fin tous les rojets dits de coopération. L’aide doit pouvoir s’intégrer dans nos propres projet et programmes de développement, avec nos priorités. Les aides ou assistances conditionnées à l’acceptation de valeurs qui ni ne sont pas les nôtres, il est souhaitable qu’on les décline poliment, tout simplement. Le chemin sera long, mais si nous y croyons, nous y arriverons

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 06:22, par ancien En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    A chacun ses valeurs.
    Gardez votre homosexualité pour vous.
    Je pense même que ça sera un atout pour nous africains ; ainsi votre peuple ne se régénéra plus et finira par devenir très minoritaire. Vous avez choisi vous-même la voie d’extinction de votre peuple. Qu’il en soit ainsi mais laissez-nous avec nos valeurs aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 06:23, par Mogo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Un vrai bazar. Nous n’acceptons pas et nous n’accepterons l’homosexualité chez nous. Si votre aide est conditionnée à cela, repartez chez vous. Ce sont ces comportements deviassionistes qui entraînent tous les problèmes que nous vivons en ce moment. En ce mois béni du Ramadan, nous condamnons cette sortie médiatique

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 06:50, par Danton En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    M. Beogo, c’est quoi la Neerlande ? Relisez-vous avant de publier, bon sang. Des fautes grossieres comme celles-la font oublier tout le sensationnel de votre papier.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 06:57, par salou En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Un droit qui n’a aucune valeur morale et contre-nature. La POLYGAMIE est de loin plus humaine car au moins perpectue l’espèce.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 07:16, par DJ21 En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Les rapports entre deux personnes de même sexe ne datent pas d’hier et se sont exprimés partout.
    Si on considère que les échanges humains sont limités aux rapports sexuels, ce n’est pas suffisant.
    Ce qu’il faut retenir, c’est ne pas nuire à l’autre, dans sa vie personnelle.
    Sur la polygamie, l’avis des femmes est essentiel.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 08:43, par Sorbonne En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    D’accord avec tous ceux qui disent que l’homosexualité n’est pas la bienvenue chez nous car moi même je suis radicalement contre.Mais le hic est que nous en Afrique on vit de dons et de prêts Venant de l’Occident, il suffit qu’ils conditionne l’accès à ces questions là par l’acceptabilité de toutes ces pratiques bizzares et le tour est joué. La préservation de nos valeurs culturelles passe nécessairement par notre indépendance économique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 10:08, par Le Pacificateur En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    De prime à bord je n’ai même pas pris la.peine de lire les propos du monsieur...rien que le titre m’a donner la nausee. L’homosexualité est un droit c’est vrai mais c’est pas un droit universel...ne venez pas nous imposez ça. Personne ne vous empêche de vivre pleinement votre sexualité tant que vous gardez ça pour vous et vous ne faites pas des plaidoyer pour imposer ça dans nos pays africains. Comme les autres l’on si bien rappelé un ambassadeur africain n’ira pas vous demander de reconnaître la polygamie dans votre pays et de laisser chacun choisir s’il veut ça ou pas.fonc svp allez loin avec vos histoires

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 10:24, par Alain SORGHO En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    au Burkina on considère les homosexuels comme des malades mentaux et donc l’ambassadeur qui va se déclarer homosexuel on l’enverra directement dans notre centre chargé de la prise en charge des malades mentaux. De grâce gardez votre civilisation occidentale et laissez nous en paix

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 10:51, par Freddy En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Sous nos cieux, nous n’accepterons pas ces équarts de comportement. À l’ambassadeur, je lui concèd son point de vue.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 12:25, par Honron En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Bonjour,
    Ce diplomate dit défendre le droit de l’homme et appui le ministère de la justice et ignore que l’homosexualité est interdite dans le droit burkinabè.
    Ce n’est pas une question d’avoir peur ou pas. Mais une question de morale. Certes, personne n’impose de sa morale à l’autre. Cependant ce n’est pas à diplomate au passage qui va dire aux Burkinabè ce qu’ils doivent accepter ou refuser. Quand la coopération néerlandaise était suspendue de 2013 à 2018, le Burkina Faso a-t-il arrêté de fonctionner ?
    Pourquoi plusieurs pays de l’UE ont interdit la polygamie, le voile, les minarets etc.
    Qu’ont-t-ils peur s’il s’agit d’une question de peur ?
    Pourquoi les autres ne viennent dans les médiats dire je suis de telles ou telles genre sexuelles. Pourquoi c’est toi qui vient dire qu’il y a des diplomates homosexuels ?
    Cultive toi sur la culture et les traditions du Burkina au lieu de divaguer pensant que toi nous faire avaler des propos de cette nature.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 12:33, par Réact En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Bonjour, je me pose la question : quelle est l’utilité de cet article ?
    Est c que l’avis de cet ambassadeur est si important ?
    Je doute que ca soit une publication neutre
    J’espère que vous n’allez pas emprunter le chemin des organes de presse européens.
    Dieu nous aide

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 13:46, par kaboré En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    chacun est maître chez lui et libre de toute choses. nous voulons pas entendre parler de d’homo du genre je ne sais quoi au pays des hommes intègre ou voir l’Afrique. vous raconté des balivernes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 14:13, par TANGA En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    L’idiotie est un droit il me semble maintenant en occident et que l’on veut nous imposer.
    Chaque pays a ces lois, L’homosexualité est un droit chez vous ; mais ne venez pas nous l’imposer chez nous. Pourquoi chaque pays vote ces lois, c’est par ce que chaque pays doit en avoir et au Burkina, nous ne voulons pas de cette bêtise humaine.
    Chez vous, vous pouvez faire tout ce que vous voulez : êtres tous des toxicomanes, des pépés, des fabricants et trafiquants d’armes de destruction massive, des non croyants, des satanistes etc. mais cela s’arrête quand vous franchissez nos frontières.
    Combien de formes de maladies sont nées à causes des déformations sexuelles ? Plusieurs !
    Essayez donc de sortir dans les rues du Burkina en tant que homosexuels. Si c’est vraie naturellement que c’est un droit, on verra !

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 14:32, par jeunedame seret En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    « Sur la question de l’homosexualité, Marteen Rusch affirme : ‘’Elle est un droit et il existe des collègues diplomates homosexuels. C’est une question de droit de l’homme ». Alors donnez nous les noms de ces virus homosexuels au Burkina. Nous allons les nettoyer. Messieurs l’ambassadeur et ses collègues homosexuels, disparaissez de notre territoire. On ne veut pas de saletés culturelles. À nous maintenant de faire attention à la réception d’aide. Sinon on risque de recevoir défécation de quelqu’un avec son café demandé.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 15:23, par Panandba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Pitié,
    De quelle planète viennent-ils ?
    Ils ne se reproduisent pas, mais sont de plus en plus nombreux.
    Bon Dieuuuuuu

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 15:58, par Ginagnè En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Franchement, comment le Burkina peut il accepter de tels individus comme diplomate ? Ce monsieur a pu pervertir combien de personnes pendant son séjour au Burkina ? La polygamie est interdite au Pays-Bas. Un diplomate africain peut il aller évoquer ça en Hollande comme une question de droit ? Il faut catégoriquement rejeter ces idées neocolonialistes d’une autre époque. Vivement qu’il s’en aille.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 16:16, par Negblanc En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Que vous le vouliez ou pas, il y a des gens chez nous qui naissent homosexuels. Vous pouvez vous donner comme objectif de les éliminer comme les nazis et l’extrême droite américaine pour qui tirer un negre est normal. Biologiquement nous sommes tous différents, c’est une question de proportion. Personnellement je préfère le sèche opposé et je m’en fou de ceux du même sexe qui s’envoient en l’air. Pour un néerlandais ce qu’il dit est tout à fait normal, vous êtes libres de ne pas être de cet avis mais ne mélangez pas tout.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 16:18, par Article 37 En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Personnellement je demande aux européens de nous respecter. Ce n’est pas la peine de nous envoyer des soi disant diplômâtes nos faire la leçon de civilisations.
    L’homosexualité n’est pas une valeur africaine. Ce n’est ni la peine de conditionner l’aide, ni la coopération en voulant de nous imposer ce que nous estimons comme abomination. Nous sommes aussi une minorité qui a ses droit qu’il va falloir respecter.
    Les donneurs de leçons commencent à nous agacer. Tous les européens ne sont pas pour l’homosexualité et on les a obligé à se taire.

    Burkinabè et intègre jusqu’à la fin.
    Sans complexe aucun. Et il faut que cela soit très clair.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 17:48, par Gwandba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Pour beaucoup parmi nous, l’homosexualité se limite à l’acte sexuel dans leurs esprits. Ce qui semble n’être qu’un acte sexuel à nos yeux peut être beaucoup plus chez d’autres. Nous prônons tous le droit et la liberté à chacun. Il n’y a pas longtemps, des hommes s’appuyaient sur des écrits sensés venir de la main de dieu et de ses envoyés pour justifier le droit de vendre d’autres hommes. Il a fallut des hommes courageux pour mettre hors de nos pratiques ces déviations humaines. Aujourdhui, nous voici encore en face d’une situation parmi tant d’autres, où des hommes prétendent être au parfum de ce qui normal et moral plus que d’autres, de ce qui acceptable ou pas.
    Réfléchissons ensemble pour permettre à chacun d’être ce qu’il est au lieu de vouloir par je ne sais quel droit, priver d’autre personnes de leurs droits d’hommes. Est-il moral de priver une personne de ses droits parce qu’il grand de taille, petit de taille, gros, mince ou sauve ??? je pense que non. C’est exactement la même chose que de vouloir priver les personnes homosexuels de leurs droits. Personnellement, je pense que la déviation qui pervertie est celle des hommes qui privent leurs semblables de leurs droits jusqu’à vouloir nier ce qu’ils sont.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 18:13, par Danga En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Mais c’est n’est pas au Faso ici , il faut donner leur identité. Toi et eux vous allez quitté la terre libre du Burkina Faso en plein midi comme votre Valet Local le sanguinaire blaisecompaoré que toutes les malédictions soient sur lui et les homosexuels et ainsi que les promoteurs du Monde lugubre

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 19:10, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Cher escrocs Burkinabêêêêêê...........êêêêêêêêês, continuez à vous chatouiller pour rire. Je suis sûr que 99% des puristes qui déversent leur haine sur l’honorable ambassadeur ne serait pas prêts à se retrousser les manches et travailler pour défendre les valeurs qu’ils prônent. Au lieu de passer votre temps derrière les claviers, allez-y produire suffisamment pour vos besoins et personne ne pourra jamais rien vous imposer.
    Dans beaucoup de localités du Burkina, il existe bel et bien des homosexuels et cela ne date pas d’hier !!!
    Alors, arrêtez vos combats d’arrière garde de Burkinabêêêê...êêêê et allez-y travailler pour qu’on avance.
    Un pays dont le sous-sol est hyper riche et qui vit de mendicité peut-il parler de valeurs à défendre ? C’est de la pure comédie et d’ici quelques années, tous ces moralistes à deux sous, s’ils sont encore en vie, devraient se suicider ou faire avec les réalités qui s’imposent à eux.
    A bas les moralistes escrocs !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril à 19:40, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Vous avez dit "droits de l’homme" ?

    Deux femmes majeures veulent vivre avec le même homme mais des pays le leur interdisent. Une restriction de liberté imposée à une minorité locale ainsi opprimée, sans aucun argumentaire moral, sociétal ou démographique factuel et démocratiquement discuté, alors même que la pratique est majoritaire dans le monde.

    Que fait monsieur l’ambassadeur, son pays et sa diplomatie pour lutter contre cette violation flagrante des droits de l’homme et notamment des droits et des libertés des femmes, qui plus est perpétrée dans des pays dits "démocratiques" ?

    Cela devrait mériter au moins un rappel à l’ordre de l’Union Européenne, voir des sanctions ?

    Quand ce sera fait on pourra revenir parler, entre pays respectueux des "droits de l’homme", d’homosexualité, de civilisation de l’universel ou de choc des cultures.

    N.B. : Et non, pour ceux qui le croient, la loi Burkinabè n’interdit pas l’homosexualité. Elle n’en parle même pas, se contentant de pénaliser "l’atteinte aux bonnes mœurs" dans son ensemble.
    Raison de plus pour "rester tranquille" et arrêter de nous pomper l’air en voulant réclamer plus de droits que les autres et l’éclat des projecteurs sur leur "cause" !

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 06:03, par Bouba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Salut frères et sœurs c’est les Illuminati c’est leure programmes il veux prendre le contrôle du mondes avec des billets de banques

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 10:25, par BLACK MUSLYM En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Mon commentaire est le plus simple possible. Si jamais vous revoyez ce ambassadeur dite lui de légaliser d’abord la polygamie.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 11:08, par Vision En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    il faut autoriser le mariage des religieux catholiques(prêtes et sœurs) pour mettre fin à certaines pratiques déplorables.La polygamie doit être libre et admise dans toutes les religions en Afrique.Le Vatican fait la politique d’autruche sur la question du célibat des prêtres.Dans l’ancien testament,il est écrit que l’Évêque a droit à une seule femme.Les protestants ont quitté le catholicisme et ont admis le mariage de leurs pasteurs.Il y a en même des polygames parmi eux.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 11:39, par SOME En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Curieux totu ca ! pourquoi l’opinion de cet ambassadeur importe pour l’opinion burkinabe pour que vous decidiez de l’interviewer et avoir son opinion sur cette question ? En quoi il peut intervenir dans un debat comme les questions « …de l’éducation sexuelle et reproductive des jeunes, des droits de l’homme » Ou est son probleme ? La raison fondamentale qui a motivé cet article n’est pas honnete, d’autant plus que cet article ne nous apporte rien de plus, et donne des lieux communs. Mr Beogo aurait pu s’interesser a un sujet beaucoup plus central a la vie de ses compatriotes que celui là
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 14:37, par YAWOTO En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    On peut réclamer son droit d’être différent pour autant que ça n e nuise pas aux autres, alors que là c’est une vraie pollution morale qu’on veut nous faire accepter. Comment peut-on par exemple faire comprendre à un enfant qu’il peut avoir des rapports sexuels avec une personne de son sexe et dire qu’on ne vas pas produire un déséquilibre psychologique sur cet en fant ? Qu’on va le pousser justement à essayer à la puberté et donc tomber dans cette déviation ? C’est un droit pour vous chez vous, mais ça ne saurait être un droit chez nous dans notre culture. Mon chien n’a jamais confondu une chienne avec un autre chien même s’il n’est pas douer de raison. C’est une déchéance que nous n’accepterons pas dans notre culture. Que chacun fasse la promotion de ses valeurs chez lui.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 06:52, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    @Gwandba :
    Le débat dont il est question ici a deux aspects, l’aspect "objectif" basé sur les arguments et la raison, et l’aspect "subjectif" basé sur les goûts, préférences, choix et "valeurs", ce mot qui ne semble pas avoir grâce à vos yeux. Ma réaction a mêlé les deux, ce que j’assume pleinement. Car l’argumentation peut être trop longue.
    Je vais quand même essayer et compter sur la compréhension du Webmaster...

    Je dois être très clair dès le départ : Ce dont il s’agit ici, ce n’est pas de défendre la polygamie en tant que telle, mais de dénoncer cette hypocrisie de définir les pratiques admises en occident (l’homosexualité) comme "droits de l’homme" et celles d’ailleurs (la polygamie) comme "rétrogrades".

    Si on parle de liberté de personnes adultes ayant des choix et des pratiques qui ne nuisent pas à autrui, alors l’homosexualité et la polygamie sont sur le même pied d’égalité. En quoi le fait qu’un homme ait deux ou trois femmes "fait peur" aux occidentaux, comme monsieur l’ambassadeur a du mal à voir en quoi la sexualité de deux personnes de même sexe "fait peur" aux Burkinabè ?

    Mieux ou pire, du point de vue sociétal, l’impératif démographique étant admis par tous les économistes et anthropologues comme une condition d’équilibre et de développement d’une société, la polygamie est plus favorable à la reproduction que l’homosexualité et devrait donc être soutenu par les pays occidentaux en mal de natalité. Pourquoi est-ce le contraire ? En raison de "valeurs". Cela parait donc illogique de ridiculiser ce terme concernant les africains et les burkinabè et de l’ériger en dogme quand c’est Mitterrand, Macron, Obama ou Biden qui en use.

    Si la liberté, c’est de choisir (en adulte réfléchi et consentant et non en mineur violenté, détourné, commercialisé et assujetti bien entendu) d’être homosexuel, alors en quoi la liberté pour deux femmes d’avoir le même mari ou pour deux hommes d’avoir la même femme devrait poser problème ?
    Car en réalité, la polyandrie ne pose problème qu’à nos sociétés patriarcales (y compris africaines et occidentales) et à leur droit de succession basé sur l’enfant "légitime" de l’homme. Nos sociétés matriarcales africaines ont résolu ce problème depuis bien longtemps en faisant hériter les enfants de leurs oncles maternels, et fini la bagarre. Vous pouvez être pour ou contre la polygamie, mais au nom de la liberté et des "droits de l’homme" vous devez pouvoir avoir le choix !
    En cela, aujourd’hui, le Burkina Faso est plus "libre et démocratique" que la France ou les Pays Bas, je l’affirme, car ne criminalisant ni la monogamie, ni la polygamie, ni l’hétérosexualité, ni l’homosexualité. (Enfin, pas encore, mais faut pas trop pousser)

    Celui qui parle de "partouzes" et de "poly-amour" comme de pratiques libres et acceptées mais qui interdit la polygamie est un hypocrite, étant entendu qu’il s’agit ici, pour des raisons politiques, plus de cibler les musulmans (en tant que communauté connue comme pratiquant officiellement la polygamie) que d’empêcher des occidentaux "bon teint" d’avoir plusieurs compagnes ou partenaires. (Et même, j’aimerais bien voir un policier Français en action contre un émir Koweïtien en séjour à la suite présidentielle du Ritz avec ses 4 femmes Ko "c’est interdit en France" !)

    Je considère que nos "amis" occidentaux ont décidé que leur civilisation, leurs pratiques, voir leurs épiphénomènes sociétaux (voir MeeToo) devaient devenir "universels" et usent pour cela de leur position économique, diplomatique voir militaire favorable pour nous les imposer, en écrasant et balayant nos propres considérations (je préfère dire "valeurs", ne vous en déplaise). Chose "bizarre", c’est surtout en Afrique où on joue les donneurs de leçon. Monsieur l’Ambassadeur ou son collègue n’a qu’à aller parler de ce "droit de l’homme" en Arabie Saoudite, on verra combien de minutes on lui donnera pour rejoindre l’aéroport !

    Un auteur occidental (Samuel Huntington, Harvard, USA, 1996) a prévu ce scénario et ce clash, qu’il a appelé "choc des civilisations" ou "choc des cultures", je n’invente donc rien. Croyances et religions, pratiques et acceptations, lois et traditions, il vient un moment dans la rencontre des peuples où les "valeurs" ne sont pas les mêmes. Il y a alors trois choix :

    1°) La "civilisation de l’universel", où chacun accepte l’autre mais garde ses "valeurs" ;
    2°) La "démarcation culturelle", où des barrières nettes sont établies entre les "blocs culturels" afin de maintenir une paix négociée ;
    3°) La "guerre des civilisations", où une ou plusieurs veulent imposer la leur aux autres (le schéma actuel choisi par l’occident)

    Je ne ferai pas l’insulte à Monsieur l’Ambassadeur de supposer qu’il ignore les implications de la notion de liberté ou de droits de l’homme, ou qu’il oserait tenir un tel discours à Riyad. J’en déduis qu’il a donc opté pour la "guerre" (des civilisations) contre notre "petit pays pauvre" et choisit le camp de son pays/peuple/civilisation. Je choisis donc aussi le mien. Vive la polygamie et à bas l’homosexualité !

    C’est plus clair comme ça ?

    Répondre à ce message

    • Le 19 avril à 20:16, par Gwandba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

      M’ba Sidpawalmdé.
      C’est avec un grand plaisir que je vous ai lu, et vous remercie de prendre le temps, votre temps qui sans doute est précieux, pour m’adresser votre point de vue sur la question qui mérite toute notre attention et investissement car, que l’on veut ou non, il faut vider le sac de ce contentieux qui est la question de l’homosexualité dans nos sociétés.
      Je vais tenté d’apporter point par point, mon point de vue qui, j’espère, avec le votre, vont nous permettre d’avancer dans la quête du bonheur qui est à mon sens l’objectif de tout un chacun.
      Ceci dit, vous situez le débat sur deux pôles qui sont l’aspect OBJECTIf et l’aspect SUBJECTIF. Vous pouvez aussi ajouter un troisième pôle qui est l’ARGUMENT. car, les deux premiers pôles ont besoin de l’ARGUMENT pour exister. Cela me va.
      Si pour vous l’aspect OBJECTIF est basé sur les arguments et la raison, Pour moi, il est un jugement direct, sans faire intervenir des références personnelles
      - EX : La glace est froide au toucher et le feu est chaud au même toucher. Aspect objectif de l’ARGUMENT.
      - Autrement dit, la qualité de ce qui est conforme à la réalité et abstraction des ses propres jugements de "valeurs" comme :
      - Mais elle est froid au toucher quand on le décide ou pas. Aspect subjectif de l’ARGUMENT
      - Tous les burkinabè sont toujours intègres. Aspect subjectif

      Pour ce que vous qualifiez d’hypocrisie caractérisant la différence que font certains quand il s’agit de l’homosexualité ou la polygamie, nos avis ne divergent pas énormément. Quoique, la polygamie est le résultat d’un choix devenu habitude pour finir tradition dans nos esprits. Hors, l’homosexualité n’est ni choix, ni habitudes, encore moins une tradition. C’est une orientation sexuelle caractérisée par des sentiments amoureux, une attirance sexuelle envers des personnes du même sex. Ce qu’ils n’ont pas choisi. Et cela dans la liberté de ces personnes Adultes et consentantes et des pratiques qui ne nuisent pas à autrui.

      Les combattants de la cause "polygamie" et ceux pour "l’homosexualité" sont tous à encourager et soutenir car, ils mènent le même combat. celui de la liberté d’exister comme on est et pas comme ce que les autres veulent que l’on soit. Je tais mon avis sur la polyandrie qui est une autre hypocrisie car, la somme des femmes mariés qui voyagent sous des d’autres hommes dans des chambres de passe est semblable à l’opacité du voile que nous avons sur le visage. Ceci dit, si ton accord est donné pour mettre la corde à ton coup, il est valable pour que l’on te traine avec cette même corde.

      L’impératif démographique dont faites allusion et serait admis par tous les économistes et anthropologues sans les cités ne me permet pas de vous apporté une réponse OBJECTIVE. Car pour ce coup, Vous êtes dans la subjectivité totale. Il y a des personnes de bon sens qui nous disent le contraire et prônent l’urgence démographie à la baisse pour ne pas s’enfoncer dans l’oeil du cyclone qui est destruction de la planète. Je précise que cela n’est pas pour moi, un argument pour défendre la cause de ceux qui sont victimes des autres parce qu’ils sont ce qu’il sont. Des homosexuels.

      Si vous pensez que les occidentaux, puisqu’ils semblent être des références à tout épreuve et toute situation, font l’hypocrisie car, les partouzeures" et les "poly-amoureux sont acceptés et pas les polygames, il faut se battre pour avoir gain de cause.
      le mouvement MEETOO dont vous faites également référence et semblez rejeter du revers de la mains n’est autre que la lutte contre les violes et autres sévices que subissent une partie de la population.

      Vous citez "Un auteur occidental (Samuel Huntington, Harvard, USA, 1996) a prévu ce scénario et ce clash, qu’il a appelé "choc des civilisations" ou "choc des cultures",. N’est-ce pas contradictoire avec vos propos depuis quelques lignes déjà ?? Car si les occidentaux décident d’imposer leur civilisation en écrasant et balayant nos propres considérations (vous préfèrez dire "valeurs") si VALEUR y a et comprises, ces mêmes Valeurs devrait nous aidés à barrer la route à cette imposition au lieu de nous en référés à tous bouts de champs comme vous le faites sans citer aucun auteur africain prônant les VALEURS si tendres à votre esprit.

      Il y a alors trois choix d’après vous.

      1°) La "civilisation de l’universel", où chacun accepte l’autre mais garde ses "valeurs" ACCORD
      2°) La "démarcation culturelle", où des barrières nettes sont établies entre les "blocs culturels" afin de maintenir une paix négociée ; DESACCORD car, étant vivante, la culture à besoin de s’ouvrir aux autres pour ne pas mourir.
      3°) La "guerre des civilisations", où une ou plusieurs veulent imposer la leur aux autres (le schéma actuel choisi par l’occident) CONTRADICTION car, si guerre de civilisation il y a, on ne peut parler de civilisation universel.

      Espérant vous lire pour continuer la conversation, cordialement Gwandba à Sidpawalmd séobg san pa mita.

      Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 08:34, par saam En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Venez chercher tous les pédés là pour aller vivre chez vous. Ils ne sont pas attachés ici ! Ils y seront en paix ! Meeeeeeeeeerrrrrrrrdeeeeeuuuuuuuu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Le nouvel ordre mondial en marche : les prescriptions divines prises de contrepieds !
    Vous ne voyez pas comment chez vous là-bas vous êtes à présent sans repères et malheureux malgré votre "développement" ????????????????????? vos questions de droit de l’homme vous perdent. On ne fait pas tout ce qu’on veut dans la vie !!!!!!!!!!!!!!!!!!! on n’obtient pas tout ce qu’on veut dans la vie !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pardon, venez les chercher, chacun aura la paix !!! Vous les pédés là, on vous laisse avec nos ancêtres !!!!! vous verrez la fin !!! Allez prier, Dieu vous libérera !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 09:54, par Ka En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Et comme l’interdiction d’excision, ainsi que la chasse aux sorcières ne suffisaient pas pour convaincre a certaines personnes qui vivent en dehors du continent, et ne savent pas que la marche à l’envers du monde du 21 siècle touche toute l’Afrique, je voudrai ici posé quelques questions à mes sœurs et frères internautes : Etant farouchement contre l’homosexualité, et ne pouvant rien faire avec le monde qui avance à l’envers selon les continuités de mes coutumes et mes préjugés, je conclu que 99% des intervenant de la sortie de l’ambassadeur vivent en dehors du continent et ferment les yeux de ce qui passe dans leurs pays d’accueils en se vengeant de ce que l’homosexualités est une réalité en Afrique, et je les demande de réfléchir deux fois avant de faire des commentaires sans réfléchis.

    Avant de poser mes questions, je demande aux internautes qui ne connaissent pas que l’homosexualité a toujours existé en Afrique depuis la nuit des temps, qu’il leur suffit de voir des jeunes garçons ou Filles qui déambulent dans quelques rues D’Abidjan à Ouagadougou, de Dakar à Lagos pour le sexe, ils comprendront que le phénomène n’est pas nouveau dans le continent et que l’ambassadeur donne son opinion comme tout le monde.
    En tant qu’un vieux Africain qui a su conservé ses continuités des coutumes, et ne pouvant rien faire contre un monde qui avance à l’envers pour nos sociétés primaires, je demande à ceux qui en veulent a l’ambassadeur de mettre un peu d’eau dans leur vin, car on ne connait pas que deviendront un jour leurs enfants, neveux, nièces nés en Europe ou ailleurs.

    Je dis ’’si,’’ car le monde du 21e siècle marche à l’envers pour nos continuités des coutumes, et je voudrai demandé aux internautes qui en veulent a l’ambassadeur de tout faire pour qu’à l’assemblée nationale vote une loi pour rétablir nos totems, nos interdits, car je me rappelle de ma jeunesse pendant que mon groupe de même âge était circoncis avec un camp en dehors du village, nos sœurs de même âge étaient excisées avec un autre camp de l’autre côté du village, et a notre retour d’initiation au village, on organisait une grande fête qui reste des règles de nos coutumes, un fait qui n’existe plus de jours, et remplacer par ce qui choque comme l’homosexualité. Qu’on vote une loi pour qu’un mossi qui va vivre dans les jupes de ses beaux-parents interdit par nos coutumes, soit banni de sa famille.

    Et ma question centrale est : Pouvons-nous voter une loi pour interdire l’homosexualité au Burkina ? Si c’est le cas, le problème sera résolu. Dans le cas contraire vos gesticulations ne sont que du verbiage, car le monde marche 1000 kilomètres à l’envers pour l’Africain primaire. Si vous ne pouvez pas convaincre notre assemblée nationale de voter une loi pour interdire l’homosexualité au Faso, nous n’en serons pas là ! Si vous ne pouviez pas, alors, arrêtez vos vomissements et mettez sur la table de nos décideurs d’enseigner dès le primaire nos continuités des coutumes et ses interdits, afin que le monde avance à l’endroit pour les Africains. A toutes mes sœurs, et tous mes frères internautes, la vérité du vieux Ka blesse quelquefois les cœurs, mais ne tue pas : Et je pense que notre honorable Webmaster sera compréhensif a ça.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 10:26, par DJ21 En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Ni l’homosexualité, ni la polygamie ne sont des valeurs.
    Ce sont des choix personnels, pas forcément libres pour les partenaires.
    Les valeurs s’inscrivent dans le respect de l’autre.
    C’est l’essentiel et je n’ai pas rencontré beaucoup de femmes qui défendent la polygamie.
    L’homosexualité a parfois sa source dans la non -reconnaissance du sexe de l’enfant à sa naissance.
    Ce sujet est complexe et ne peut se régler juste avec une loi.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 10:42, par EBENEZER En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Excellence M.l’ambassadeur nous reconnaissons le soutiem considérable du Royaume de Danemark à notre pays cependant l’Afrique ne eut tergiverser sur certains points :
    l’avortement et l’homosexualité ne sont point des droits.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 11:45, par sidbala En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Thomas SANKARA réveilles toi et vient écouter ce qui se dit dans le pays des hommes intègres. Au fond, les PTF ont raison : La main qui donne, ordonne. Bientôt donc on aura une loi autorisant l’homosexualité chez nous, sous peine qu’on nous assèche nos mares. Pauvres de nous

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 12:17, par Saywe En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    c’est de l’abomination, dieu dans toute sa grâce ,sa connaissance ,son amour pour nous ,nous a crée , il a crée l’homme et par la suite il a crée la femme .les deux doivent vivre ensemble ;ils donneront des enfants. vous savez ,nous vivons dans une société avec des valeurs sociales, communes. dont nul ne doit l’enfreindre. l’homosexualité n’est pas un droit c’est une abomination. le Burkina est un pays libre mais n’acceptera d’être souillé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 12:37, par YAWOTO En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Je dirais même plus SIDBALA, bientôt on verra un homme tirer un autre homme par la barbe pour aller se marier à la Mairie Centrale.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 12:51, par Thién En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Le Burkina n’est pas un terrain conquis par cet ambassadeur pour se permettre de manquer de courtoisie en parlant ainsi !
    Si cela est un droit pour lui c’est son pays qui lui donne ce droit et cela s’arrête dans son pays !
    Il ne peut donc pas se donner des droits au Burkina si le Burkina n’en fait pas des droits ! C’est quand même élémentaire et ne peut souffrir de débats ! Comme quoi le Burkina n’est pas a vendre comme le disait Sankara !

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 12:56, par Thién En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Autant dire que lui-même est homosexuel et on le comprendrait mieux que de vouloir imposer ses droits où il n’a aucune compétence...!

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 14:52, par Walaï En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Internaute Simon GONTRAN, contrairement à vos allégations coloniales, en se référant à Sodome et Gomorre, l’Afrique pour une fois est plutôt en avance par rapport aux pays dits civilisés, car elle refuse de tolérer des pratiques rétrogrades.

    Si pour justifier l’homosexualité vous soutenez qu’on ne choisit pas son orientation sexuelle, à quand alors la polygamie pour tous en Europe ? Les polygames non plus ne sont pas responsables de leur généreuse libido abondante. Et après tout la polygamie ne ferait que régulariser l’adultère, si bien qu’on ne serait plus obliger de se cacher pour le pratiquer.

    Vu que même le bicentenaire Code Civil français ä pu être modifier au mépris de Tronchet, Bigot De Préameneu, Portalis et De Maleville, on pourrait en faire au tant pour énoncer que : le mariage est l’union d’un homme avec plusieurs femmes.

    Du reste, la polygamie n’est que démocratie au féminin pluriel.

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril à 17:49, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Au risque de me répéter, la valeur à défendre ici, c’est la liberté des peuples à définir eux mêmes leurs lois et règles sociales, et la liberté individuelle de choix de ses pratiques sexuelles, tant qu’elles ne nuisent pas à autrui ou ne contreviennent pas aux bonnes mœurs.

    Nos amis européens ne font pas beaucoup de bruit aux USA ou en Arabie Saoudite pour l’abolition de la peine de mort. De même, ils font profil bas sur la promotion des LGBT en Arabie Saoudite (punie de mort). Je trouve que leur attitude dans nos pays (parce que plus vulnérables ?) pour promouvoir en insistant lourdement cette "civilisation de Davos" est à géométrie variable et donc critiquable.

    Personne n’en voudrait à monsieur l’ambassadeur de définir la liberté du choix de sa sexualité comme un droit de l’homme si lui et ses concitoyens européens allaient jusqu’au bout de cette logique avec, par exemple, la polygamie. Soit vous valorisez la liberté individuelle de choisir sa sexualité, soit vous "triez" les libertés sexuelles et ne pouvez donc pas le reprocher aux autres.

    L’opposition majoritaire à l’homosexualité est une réalité au Burkina. Elle viendrait en grande partie de sa condamnation par les religions révélées. Mais son contexte de "mauvaises mœurs" joue aussi. Ce n’est pas un hasard si beaucoup d’intellectuels défendant l’homosexualité ont aussi défendu la pédophilie.
    Je le soutiens, dans la plupart des cas, l’homosexualité n’est pas choisie mais subie, généralement par des mineurs, dans un environnement malsain de détournement de mineur, d’agression sexuelle, de trafic et de prostitution, voir d’inceste, le tout dans le monde de la nuit et des stupéfiants.

    Je vais d’ailleurs choquer beaucoup d’internautes qui pensent que le phénomène vient d’ailleurs en leur demandant de revisiter leur histoire : Selon plusieurs historiens, l’homosexualité a toujours existé dans le royaume mossi, officiellement, et dans les cours royales. Ils étaient d’abord choisis à leur jeune âge pour "servir" en tant que tel et constituaient par la suite par leur descendance une caste à part dévolue à cet usage au profit des nobles. Là aussi, on ne peut donc pas parler de liberté ni de choix.

    Dans tous les cas, se prévaloir de pratiques homosexuelles ne sauraient vous donner plus de droits que les autres citoyens. La pratique n’étant pas criminalisée au Burkina, ils sont donc mal fondés de revendiquer une "reconnaissance" ou autres faveurs qui en feraient des super-citoyens. Ni imposer aux autres des manifestations publiques et autres activismes. Après tout, avons-nous vu un "hétéro-pride" quelque part ? Arrêtez de nous pomper l’air !

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 09:08, par Passakziri En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Je l’ai dejà dit plus d’une fois sur ce Forum que ce que des adultes consentants font entre leurs quatres murs ne me concerne pas et ne devrait pas concerner quelqu’un. Ce sont des choix personnels.
    je ne sais pas si son excellence en parlant de droits des homosexuels veut dire de respecter ces choix ou s’il invite à en tenir compte dans nos législations.
    Dans le premier cas, je ne vois pas ou se trouve la discussion. Je respecte le choix de vie des homosexuels tout comme je respecte le choix des personnes polygammes.
    - Tant que ces choix ne sont pas punis par la loi, ca ne concerne que les Ayatollah de la morale qui pour moi ne sont pas du tout conséquents avec elles mêmes car pendant qu’on prétend défendre nos valeurs dites africaines, on n’entend personne demander de mettre les mariages coutumiers au même pied d’égalité que les mariages civils qui eux ne sont rien d’autre que la forme d’union des occidentaux. on se référe à la biblequi du reste n’a rien à voir avec nos valeurs culturelles intrinsèque pour justifier son Homophobie, bible dont on abuse selon que ca nous arrange , ce qui pour moi est le comble de l’absurdité dans ces débats plus qu’inutils.
    De quelles valeurs africaines me parle-t-on d’ailleurs ? Est-ce que ce qui est banni chez le gourounsi l’est chez le Yoruba ?
    - Maintenant, si son excellence l’ambassadeur s’attend à ce que la loi burkinabè soient adaptée pour respecter les droits des homosexuels, je ne serais pas en Phase avec lui , et d’ailleurs il causera plus de tord à ces personnes qui vivent au Faso , car une Adaptation de la loi ne peut que tourner en leur défaveur. La logique voudrait aussi que l’ambassadeur demande aux hollandais de respecter le droit des polygammes qui vivent sur leur territoire et d’adapter leurs lois en ce sens. Sinon laissons chacun vivre sa vie .
    En ce qui me concerne, j’aimerais dire à ceux qui s’excitent sur la toile que mon choix serait clair si un jour j’apprenais qu’un de mes proches ou mon enfant était homosexuel :
    Ca ne changera rien à mon affection pour lui. C’est un choix personnel.
    D’un autre côté mon affection pour certaines personnes ne grandira pas juste parcequ’elles sont heterosexuelles.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 17:50, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    @Gwandba :
    On nous accuse souvent d’accaparer le forum pour des débats sans fin, j’essaie d’en tenir compte surtout quand le thème entraine de longues argumentations. C’est justement pour cela que chaque idée émise ne peut pas être justifiée. Pour rester cordial, je vais quand même répondre sur certains points à vos critiques.

    1°) Le fait que les sociétés occidentales actuelles ont besoin de natalité ne m’a pas semblé devoir être justifié car ce n’est pas un concept théorique mais une réalité. Le vieillissement de la population accompagné d’un réduction de la population totale et de la population active entraine un manque de main-d’œuvre, un déficit du système des retraites et des impôts.
    Si l’immigration peut compenser cela, sociologiquement, le rejet d’immigrants culturellement différents par les populations locales, craignant un "grand remplacement" et réveillant la xénophobie le rend politiquement impopulaire.
    De nombreuses incitations (congé parental, allocations familiales renforcée, gratuité des services) confirment bien le choix politique de favoriser la natalité.
    Remarquer que les couples homosexuels n’ont pas vocation à procréer sauf avec une assistance extérieure ne m’a pas semblé non plus devoir être longuement justifié.

    Devoir citer des écrits pour tout cela ne me semble pas nécessaire et allonge inutilement le post. Il faudrait un essai de 500 pages pour chaque article de lefaso.net !

    2°) Citer Samuel Huntington et son "Clash of civilizations" en lieu et place d’un auteur Africain me semble au contraire le plus pertinent. Un occidental, pur produit de la civilisation moderne occidentale d’après seconde guerre mondiale, fait remarquer à ses concitoyens deux choses :

    a) Cette "civilisation de Davos", comme il l’appelle, marquée par un héritage chrétien teinté d’athéisme, la liberté individuelle et le libertinage sexuel, le déclassement des ancienne valeurs (comme la patrie, la famille, la religion, le mariage) et la prévalence de l’économique sur tout le reste se voudrait universelle mais ne l’est pas.
    Non seulement les autres peuples et civilisations ne l’accepteront pas, mais même en Europe et en Amérique tout le monde ne partage pas ce soit disant "consensus" des classes dirigeantes blanches occidentales.

    b) A défaut pour l’occident de revoir son discours "universaliste" qui tend à vouloir imposer une uniformisation des valeurs sur les siennes, il faut s’attendre à des confrontations, voir à un choc violent.

    Une grande partie de la valeur de l’analyse et de l’interpellation vient justement de ce qu’elle vient d’un occidental lui même baigné dans cette "civilisation de Davos". Je n’ai donc pas à en citer un autre.

    3°) Je ne critiques pas le mouvement MeToo. Je déplore le fait que quand un thème est "à la mode" en occident on veut absolument le mettre au premier plan chez nous aussi. Cela concerne le système éducatif, l’écologie, les violences conjugales, les prisons, le genre, la sécurité, bref, tout.
    Comment comprendre qu’on recule l’âge de la retraite ici alors que les caisses de retraites croulent sous les liquidités et que notre espérance de vie stagne quand elle ne recule pas ? Pour faire comme "là bas" ! Nos maladies orphelines comme l’insuffisance rénale ou les hépatites restent négligées, mais on suit l’évolution en matière de cancers. Pourquoi ? Parce qu’on y est sensibles "là bas" ! Mais le palu n’est pas "à la mode". La France s’enrhume, nous on éternue ! C’est fatiguant à la longue...

    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 22 avril à 21:29, par Gwandba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

      @ Sidpawalmd sébgo
      J’espère que nos co-forumistes seront indulgents à notre égard comprendront et comprendrons la longueur de certains de nos arguments.
      Quand à moi, je vous suis reconnaissant et mesure la portée de la cordialité dont je bénéficie de votre part.
      la baisse de la natalité et la population européenne ne serait pas un concept théorique selon vous ?
      Chacun voit midi à sa porte. Sinon la moyenne de la densité européenne est 73 hab km2 et celle de l’Afrique est de 44 hab km2. faites le compte. Au delà de ces comparaisons qui nous éloignent encore plus de notre réalité, Il y a les questions fondamentales aux lesquelles nous devons trouver des réponses. Par quel chemin l’homme africain doit atteindre son but, se réaliser et participer à la marche du monde ? est-il judicieux de toujours nous référés aux autres alors que, le qui nous sommes et devons êtres reste encore très vague dans notre esprit ?
      Biig san kien wéogo, wéog laa bâ.
      Il est vrai que nous avons subi beaucoup de torts et continuons de subir ces torts, plus d’autres nouvelles encore de la part de certains.
      les temps changent et les stratégies aussi. lorsqu’ailleurs, les autres travaillent à créer, penser, appliquer, et planifier, chez nous, on se contente de copier sans comprendre ni penser l’utilité, de ne rien planifier car, l’esprit assouplit de mollesse, en manque de capacité et corrompu par les RELIGIONS qui sont au final, les véritables chemins de perditions, le manque d’estime de soi et de projection à plus de 3 cm dans l’avenir, compte sur l’autre pour jouir. Ce qui bénéficie et arrange l’autre car, tout le travail que nous avons pas fait chez nous, lui l’a fait et peut même parfois nous expliqué à travers nos pseudo savants du par coeur ,qui nous allons être si on ne se laisse pas convaincre. quoi de plus normal qu’un africain peut hypothéquer l’avenir de plusieurs générations de sa lignée pour aller faire un pèlerinage pendant lequel il s’éloigne de sa source, son esprit et son devenir.
      Oui. J’allais oublier. les complaintes et autres larmoyades ne font que nous perdre encore plus, à chaque fois que nous poussons un soupir suivi d’une goûte de larme qui tombe honteusement et souille la terre de nos ancêtres.

      Comparaison n’est pas raison mais comme le dit le professeur BADO, quand la raison n’est loin, elle n’empêche pas la comparaison. La chine même si elle n’est pas ce que l’Afrique et les africains doivent devenir, était la risée du monde entier.
      Pendant que les autres se moquent d’elle, elle s’est apprit et s’est connue. Elle a proposé et dirige aujourdhui tous ceux qui attendent jésus ou mohamed qui seraient venir direct de l’anti-chambre de notre père à tous le bon dieu.
      les pays qui nous ont soumis et continuent de nous soumettre se soumettent à la Chine aujourdhui. Je ne pense pas que le chercheur ou l’économiste chinois s’embarrassent de futilités comme qui des chinois est allé 5 fois à la mec ou à rome...
      Ils mettent toute leur énergie et leur intelligence pour rendre la chine encore plus complète et apaisée. Cependant, l’or et le conton burkinabè sont ses prochaine sibles. mais comme elle va trouver que somme à rome dans des églises désertes ou à la mec dans une foire, elle n’aura plus qu’à se servir et nous préparé une autre quête encore plus futiles que les deux citées en amont.

      Répondre à ce message

      • Le 23 avril à 10:47, par Passakziri En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

        @ Gwandba et Sidpawalemdé Sebgo,
        Je pense que vous n’avez pas à vous inquiéter de la longueur de vos textes ou de leur nombre, tant que les propriétaires du site n’en font pas un probléme ( ce qui serait domage ).
        Moi je les savoure et je suis sûr que je ne suis pas le seul. D’ailleurs c’est de ce genre de débats sans passio et dans le respect mutuel qui sont les plus constructifs. Que les plus jeunes s’inspirent pour comprendre qu’on doit essayer de convaincre l’autre par la force des arguments et non par la force de ses Poings ou la violence verbale . C’est une valeur qui différencie l’être humain de l’animal d’une part et l’être éduqué de celui elévé d’autre part .
        Donc je dis félicitations à vous deux qui donnez ici le bon exemple.

        Passakziri

        Répondre à ce message

  • Le 21 avril à 10:01, par Gouverneur En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    Chers burkinabés,

    Il n’y a pas de droits sans devoirs. Celui qui pretend avoir des droits ne doit pas ignorer ses devoirs .Sinon ce droit devient Nul et non avenu.

    Droit de l’ homme ah on n’est pas homme sans culture ni conscience.
    Quels sont les devoirs de l’homme ? On en parle moins .
    Qui gouverne le monde et qui gouverne le BF ?
    Respectons nous vivants chers Burkinabés !

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril à 16:51, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

    @Gwandba et Passakziri :

    Merci pour vos appréciations. Cela change des injures et autres accusations d’inféodation à des intérêts politico-économiques quand votre opinion ou vos arguments ne plaisent pas.

    Ne nous y trompons pas : Si quelques activistes écument les réseaux sociaux pour défendre des chapelles ou au contraire peindre en noir ceux qu’ils n’aiment pas, la plupart des forumistes sont de bonne foi et se contentent de colporter la désinformation qui circule sur le net ou expriment leurs réactions épidermiques. C’est cela le nouveau paysage médiatique.

    La logique voudrait que quand on s’intéresse à un sujet et qu’on veut pouvoir en parler, on s’informe. Hélas, dans cette nouvelle donne ou chacun estime pouvoir devenir source d’information, certains font écho à des "fake" ou même inventent des mensonges grossiers pour étayer leurs thèses.

    Cela devient intolérable quand ce sont des questions de vie ou de mort comme concernant le coronavirus, ou notre mode de vie et notre liberté quand il s’agit de problèmes sociétaux comme l’homosexualité. Pour ma part, je crois en la "veille citoyenne" dans ce contexte, et si quelques uns entendent un autre son de cloche que les vuvuzela complotistes et mensongers, c’est déjà ça de gagné.

    Pour finir, vous aurez noté que l’interview de monsieur l’ambassadeur a provoqué de nombreuses réactions, en faisant (temporairement) l’article le plus commenté de lefaso.net.

    Comme je ne doute pas que les services de l’ambassadeur font le suivi de ses interventions, j’espère que le compte rendu qui lui sera fait du contenu du forum l’amènera à comprendre que cette question est "sensible" au Burkina.

    Les Burkinabè, dociles quand on leur assène que la démocratie à l’occidentale, les droits des enfants ou autres concepts sont "universels", n’entendent pas se laisser dicter leur mode de vie dans le domaine des libertés sexuelles par autrui, fut-il un "bienfaiteur" bien intentionné. Et qu’il en tiendra compte dans ses futures sorties médiatiques.

    Répondre à ce message

    • Le 25 avril à 00:07, par Gwandba En réponse à : Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"

      @ Sidpawalmdé et Passakziri.
      Passakziri, je vous remercie pour l’interêt que vous portez à notre conversation. Je pense que c’est à partir de l’échange que chacun de nous peut parfaire sa compréhension des choses et aiguiser sa réflexion. Et ce forum donne la possibilité d’échanger plus ou moins sereinement car, la difficulté aujourdhui c’est d’avoir un cadre serein dans lequel on peut écouter et comprendre, et dire pour être compris. Sinon les conversations de ce genre autour d’un verre dans un bar avec de la mauvaise musique de mauvaise qualité sera forcement polluée. Ce qui peut également occasionné des propos saute mouton comme on le dit en mooré, ygg zusé.
      A l’opposé de Sidpawalmdé, je suis convaincu que même dans les réactions épidermiques, il y a matière à comprendre ou à faire comprendre. Et ce qui est nommé nouveau paysage médiatique n’est autre qu’une invitation à ceux et celles qui sont dans la zone de confort, à explorer un nouveau paysage qui offre à l’infini, et cela en fonction de la capacité de tout un chacun d’aller où ses chaînes lui permettent d’arriver, d’acquérir de nouvelles manières de penser et de faire. Car, il arrive parfois que l’aigle ait envi de chaire d’un vieux éléphant mais, la force lui manquera pour emporter ce vieux éléphant comme il emporte un poussin.
      l’humanité toute entière s’est élevée et c’est bénéfique que chacun de nous ait un avis sur ce qui concerne l’humanité. L’époque où quelques usurpateurs pouvaient raconter aux autres ce qu’ils veulent en fonction de la qualité du dolo qu’ils ont bu est terminé. Maintenant, les sources sont à portée de réflexions. La couche de frustration bien encré dans nos conforts conditionne notre intolérance même quand il s’agit de la santé. Comme le feu qui va bientôt prendre dans l’herbe sec concernant le vaccin de la COVID 19. A ce sujet, mille explications ne valent pas une seule vécue. Ayant personnellement contracté la COVID 19 à son début en mars 2020, et aussi après avoir été hospitalisé, mon avis est chacun de nous se fasse vacciner dès que possible. On va peut être encore parlé de complot. Mais s’il y a complot, dites moi où réclamer ma part du gain car, je n’ai pas été mis au courant mais je suis quand même tombé malade de la COVID et a failli laisser ma peau. Heureusement que même si la peau s’en va, l’esprit ira rejoindre nos ancêtres dans le jardin de la paix. Cela fait peut être de moi un activiste mais un activité de la vérité ou spirituel comme dirait l’autre. A force, au lieu d’aller à la mec ou à rome, le monde entier viendra au FESPACO pour qu’on puisse terminer la kaba du FESPACO sur le pont KADIOGO. ;-)
      Pour les services de l’ambassadeur et ce qu’ils peuvent lui rapporté, on en a cure parce la question de l’homosexualité est un vrai débat qu’il faut mener avec vérité et tolérance. Pour ne pas perpétuer une injustice à l’égard des personnes ayant cette orientation. c’est à ce point précis qu’il faut qu’on ne réagisse pas de manière épidermique mais intelligemment et humainement. Je suis d’ailleurs étonné que personne jusque là, ne m’a traité d’homosexuel. Je ne le suis pas malheureusement. Mais en tant qu’un ponss souaba, je souhaite que ceux qui sont différents vivent leur différences sans aucun jugement mal placé.
      Le sens profond du burkinabè est ne pas faire à l’autre ce que l’on souhaite pas subir. travaillons à devenir des vrais burkinabè et toutes les questions seront résolues. Pas besoin d’être docile ou pas.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Panzani, une autre zizanie dans le lot des jurisprudences
Burkina : Quelle pertinence de construire une latrine à 180 000 Fcfa pour un ménage qui a moins de 150 000 Fcfa/an ?
Non-respect du délai d’établissement de la carte consulaire burkinabè en Côte d’Ivoire : Ousmane So écrit au ministre Alpha Barry
Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "
Lettre au président Déby : Une auréole ternie !
Burkinabè : Super-insurgés, super-paradoxaux
Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !
Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"
Trois mesures visant à favoriser des économies post-COVID-19 plus résilientes et inclusives
Marche du 24 avril à Fada : Sachons raison garder !
IRAPOL : Un puissant outil de lutte contre l’insécurité à soutenir
Ouagadougou : Que deviendra l’aéroport actuel après sa délocalisation à Donsin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés