Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mercredi 1er juillet 2020 à 11h00min
Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires

Le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE), dans le cadre de sa mission de facilitation fiduciaire de la mise en œuvre des Projets de développement intégré communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+), organise deux séries d’ateliers à l’intention des acteurs des 32 communes d’intervention du Programme d’investissement forestier (PIF). L’objectif de ces formations qui se tiennent à Koudougou, du 30 juin au 3 juillet 2020, est de renforcer les capacités des acteurs de la chaîne financière des 32 communes concernées, à savoir les comptables communaux, les secrétaires généraux ou les personnes responsables des marchés publics, pour une gestion saine de ces projets financés par la Banque mondiale.

En effet, les PDIC/REDD+ proviennent du Projet de gestion décentralisée des forêts et espaces boisés (PGDFEB) porté par la Banque mondiale. Aussi, les Projets de développement intégré communaux pour la REDD+ (PDIC/REDD+) visent à assurer des investissements dans les 32 communes. Il s’agit d’un ensemble d’activités cohérentes et intégrées contribuant à l’atteinte de l’objectif général visé par le Programme d’investissement forestier (PIF) du Burkina Faso.

Dans un premier temps, ce sont 32 personnes de seize communes qui participent à la formation, en attendant le deuxième groupe avec autant de participants.

En résumé, il s’agit de travailler à la réduction de la déforestation et de la dégradation des forêts, afin de renforcer leurs capacités de séquestration du carbone, en diminuant les pressions sur les écosystèmes forestiers, grâce à une meilleure gouvernance, un développement socio-économique local respectueux de l’environnement et une gestion durable des ressources forestières et des espaces boisés. « Ils sont partis d’un diagnostic socio-foncier de base qui a permis aux 32 communes qui ont été identifiées, de cibler les activités qui sont liées à des espaces de conservation, parce que l’élément phare que nous mettons en exergue ici, c’est la réduction des émissions due à la déforestation et à la dégradation.

Tous ces efforts qui sont faits par les communes se résument à pouvoir séquestrer le carbone dans les espaces de conservation et permettre à un moment donné aux populations d’améliorer leurs conditions de vie », a expliqué le coordonnateur national du PIF, Jean Bosco So.

Le coordonnateur national du PIF, Jean Bosco So.

Pour le directeur général du FIE, Jean Marie Sourwema, « cette formation vise à renforcer leurs capacités, je veux parler des acteurs, sur le manuel de procédure et d’exécution financière des PDIC pour la REDD+ ; renforcer également leurs capacités sur le canevas de rapportage et qu’ils puissent être dans de meilleures conditions pour faire les rapportages financiers. Il s’agit pour nous aussi d’échanger sur les difficultés que ces acteurs connaissent au niveau local ; naturellement, ça devrait nous permettre d’arriver à une bonne exécution des PDIC REDD+ d’ici la fin de l’année 2020 ».

Le DG du FIE, Jean Marie Sourwema.

En rappel, le programme a été lancé le 31 juillet 2018 et prendra fin le 31 décembre 2020.

Pour la mise en œuvre des PDIC dans les communes bénéficiaires, le Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE), en tant qu’intermédiaire financier, met régulièrement des fonds à la disposition des communes pour des investissements structurants et identifiés dans le document du projet. Il s’agit concrètement pour le FIE de débloquer au profit de chacune des 32 communes bénéficiaires, une enveloppe globale de 140 millions de F CFA en cinq tranches étalées sur la durée du programme.

Après le premier groupe, un deuxième groupe prendra le relai pour la formation.

Toutefois, le décaissement d’une tranche est conditionné par la justification de la tranche précédente à travers l’élaboration et le transfert par la commune d’un rapport financier respectant le manuel simplifié d’exécution des opérations financières des PDIC/REDD+. Les acteurs de la chaîne financière des communes doivent avoir donc les capacités nécessaires pour produire ces rapports financiers afin de disposer des financements, d’où la tenue de l’atelier de Koudougou. Un atelier qui regroupe en tout 64 participants, dont un premier groupe les 30 juin et 1er juillet et un deuxième groupe les 2 et 3 juillet, cela afin de respecter les mesures barrières prises dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Raogo YAMEOGO (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 juillet à 08:02, par SANOU Bala Wenceslas SANOU En réponse à : Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires

    Réduction de la déforestation
    La sauvegarde des forêts (publiques et privées) est une préoccupation importante dans le contexte de lutte contre les effets du changement climatique. Félicitation au FIE qui à travers le PIF met en œuvre les PDIC/REDD+.
    A six mois de la fin du Projet, quel est le niveau de décaissement des 140 millions pour chacune des 32 communes concernées ? La formation des comptables est certes nécessaire, mais il est tout aussi nécessaire d’informer l’opinion nationale sur les décaissements (ou au moins les engagements en cours) et les types de projets communaux financés. Je reste convaincu qu’il y a des bons exemples à partager à travers des PDIC/REDD+ financés.
    Je suggère fortement au FIE via PIF de documenter et partager les bons exemples.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 08:16, par SANOU Bala Wenceslas SANOU En réponse à : Mise en œuvre des PDIC : Le FIE forme les acteurs de la chaîne financière des communes bénéficiaires

    Prenons plus au sérieux les mesures barrières
    La formation est importante. Vos vies sont également très importantes ; et de fait, soyons/soyez plus rigoureux dans le respect des mesures barrières. C’est certain que des personnes sont venues de Ouaga (foyer encore actif du Covid 19 au Burkina) et ont participé à cette formation.
    Regardez la salle : un effort de distanciation est faite ; mais elle est annulée par le non port des masques.
    Regardez pour finir la photo de groupe. C’est un bel exemple de comment parler des mesures liées au Covid19 et se comporter de façon tout à fait laxiste. Ainsi, vous participez comme acteurs/actrices potentiels dans la chaine de la propagation de cette pandémie que nous n’avons pas encore vaincue.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée nationale de l’arbre 2020 : Un panel pour se pencher sur le rôle des ressources forestières dans la médecine traditionnelle
Situation des forêts au Burkina Faso : la CCPE reste en veille et interpelle les autorités
Kits du fonds vert pour le Climat au Burkina Faso : Le secrétariat exécutif met en garde contre les arnaques
2e édition de la Journée nationale de l’arbre : Au moins 200 000 plants seront mis en terre
Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) : Un plan quinquennal pour mieux mobiliser les ressources financières
Inondations : « Les catastrophes seront de plus en plus courantes et nous devrons apprendre à vivre avec », dixit Nathanaël Tapsoba, gestionnaire des catastrophes naturelles
Lutte contre les changements climatiques : Le Burkina Faso veut mettre en place un système national de mesurage, de rapportage et de vérification de ses émissions de gaz à effet de serre
Agriculture : Un atelier de concertation pour une transition agroécologique réussie au Burkina
Programme budgétaire 088 : Le comité de revue examine les rapports d’activités 2019 des projets mis en œuvre
Risques d’inondations liées à la saison des pluies : Le sociologue Alexandre Sanfo apporte son expertise pour anticiper les catastrophes éventuelles
Banfora : Le ministère de l’Environnement célèbre la Journée mondiale de l’environnement 2020
Hivernage : La Direction générale de la protection civile donne les consignes à respecter en cas de risques d’inondation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés