Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites de votre vie un chef-d’oeuvre ; n’imaginez pas de limite à ce que vous pouvez être, avoir ou faire» Brian Tracy

Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020 au Burkina ?

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 22 avril 2020 à 12h14min
Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020  au Burkina ?

Crise sécuritaire, crise humanitaire, crise sanitaire. Depuis 2015, le navire battant pavillon Burkina Faso tangue dans des eaux tumultueuses. Les conséquences de ces différentes crises se manifestent sévèrement sur le plan humain, économique, social,… Même si le pays et ses habitants font montre d’une remarquable résilience face aux différentes menaces, force est de constater qu’une solution définitive et globale de sortie de crise se fait toujours attendre. Au grand dam des gouvernants et gouvernés. C’est dans ce contexte de crise protéiforme que les élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 pointent à l’horizon. Faut-il les tenir envers et contre tout ? Convient-il au contraire de les reporter à une date plus convenable ? Le débat reste ouvert.

Après la première attaque terroriste d’envergure de janvier 2015, les FDS burkinabè, appuyées par les services de renseignements, sont rapidement montées en puissance. Aujourd’hui, elles sont beaucoup plus aguerries aux stratégies de la guerre asymétrique. Grâce aux réseaux de renseignements, les FDS déployées sur les différents théâtres d’opération arrivent régulièrement à déjouer les plans macabres et machiavéliques de l’ennemi. Dans leur tactique proactive, elles parviennent même à prendre le dessus sur les terroristes, à les surprendre et à leur infliger de lourdes défaites en cas de confrontation. C’est ainsi que des centaines de terroristes ont été neutralisés à travers le pays par les braves FDS qui se donnent corps et âme pour protéger les Burkinabè et défendre l’intégrité territoriale du pays.

Malheureusement, la tâche est parfois rendue ardue car certains Burkinabè (sans distinction d’ethnie ou de rang social) choisissent de collaborer avec les terroristes permettant ainsi à ces derniers d’endeuiller de nombreuses familles. Lorsque des cas de complicité avérée sont établis, il est du devoir des FDS de rechercher et de mettre hors d’état de nuire tous les suppôts des terroristes. Nous l’avons déjà écrit.

Nous le repetons. Le défi dans ce contexte sécuritaire préoccupant est de continuer à protéger les populations, les personnes et les biens et défendre l’intégrité du territoire dans le strict respect des droits humains et du droit international humanitaire. Ces modules sont enseignés dans tous les centres de formation militaire au Burkina Faso. La hiérarchie veille à leur application. En cas de bavure (il en existe dans toutes les armées du monde), les contrevenants sont sanctionnés conformément à la discipline militaire.

En dépit des incessantes attaques, force est de reconnaître que les FDS s’évertuent à rester républicaines. Les opérations de sécurisation du territoire sont menées en respectant le principe de la gradation de la force que sont successivement le simple contrôle, l’interpellation, l’arrestation et la neutralisation en cas de nécessité. A titre d’exemple, il y a à ce jour des centaines de présumés terroristes dans les prisons de haute sécurité au Burkina Faso. C’est à l’honneur de l’armée. Une organisation comme human rigths watch (HWR) qui a encore accusé l’armée burkinabè d’exactions le 20 avril dernier, doit se le tenir pour dit. Le parallélisme des formes voudrait que cette organisation monte au créneau chaque fois que des FDS sont attaquées ou lorsque d’innocentes populations sont massacrées par des terroristes.

Mais elle reste désespérément aphone et atone. En dépit des cris d’orfraie lancés par HWR, les Burkinabè doivent continuer de soutenir leur armée dans cette guerre impitoyable contre l’hydre terroriste. Personne ne viendra se battre à notre place. Dans cette logique, et face à la détresse des populations de Djibo, une action forte est attendue de la part des FDS. En commandant en chef des boys, le Président Roch Kaboré ne saurait laisser la situation actuelle de Djibo perdurer. Le mot d’ordre aux FDS est clair. Au front pour sauver Djibo !

Alors le Covid-19 continue de se propager, le risque terroriste demeure. Les mouvements terroristes ont intégré la crise sanitaire et sécuritaire actuelle et considèrent les opportunités d’actions qui leur sont offertes. La progression de leurs propagandes respectives suit des étapes similaires : d’abord une explication sur la nature de la pandémie (volonté divine) d’un côté, (complot mondial, réplique de la nature, oeuvre du capitalisme) de l’autre. Il est donc pertinent d’anticiper leurs modes d’actions potentiels afin de pouvoir les contrer. Une réponse pénale forte contre les actions de contamination volontaire est nécessaire. Il convient également de renforcer les mesures de sécurité autour des centres de soins car les terroristes peuvent bien attaquer un hôpital bondé. Les FDS et les citoyens ne doivent point baisser la garde. Bien au contraire !

Faut-il maintenir le calendrier électoral ?

Dans un contexte si incertain, faut-il maintenir les élections du 22 novembre ? La décision du report ou du maintien des élections ne saurait être prise de façon unilatérale. Au regard des implications du de l’une ou l’autre option, toutes les forces vives de la nation (partis politiques, OSC, leaders religieux et coutumiers,…) doivent être impliquées dans la réflexion. Il faut un consensus général sur cette problématique pour éviter des crises pré ou post-électorales inutiles. En ce sens, il convient de saluer l’initiative que le Président du Faso a prise de consulter la CENI, les partis de l’opposition et de la majorité et bien d’autres acteurs de la société sur la situation nationale et les échéances électorales. Serait-il indiqué de maintenir les élections si la propagation du covid-19 devenait incontrôlable au Burkina Faso ?

La France a opté de maintenir le premier tour des municipales en plein covid-19. Aujourd’hui, le pays enregistre plus de 20 000 morts. Après 03 reports, le Mali a décidé de tenir ses législatives en mars et avril. Depuis, le nombre de cas de Covid-19 et de morts va crescendo. Le Burkina Faso doit tirer leçons des expériences vécues dans les autres pays. Comment les élections peuvent être organisées si les opérations d’enrôlement sont impossibles du fait du covid-19 ? Comment les candidats battront-ils campagne ?

Qu’en sera-t-il du taux de participation et de la légitimité de ceux qui seront élus ? L’avis technique de la CENI sera très déterminant pour la suite du processus. Dans l’hypothèse où les élections seraient impossibles en novembre, quelle peut être l’alternative ? Gouvernement d’union nationale ? Transition ? Quelles peuvent en être les modalités ? Les différents acteurs doivent discuter sans faux fuyants pour parvenir rapidement à un modus vivendi qui n’aura pour seule préoccupation, que l’intérêt supérieur des Burkinabè et du Burkina Faso. Entre crise sécuritaire, humanitaire et sanitaire, le pays des hommes intègres ne doit point se désintégrer.

Jérémie Yisso BATIONO
Enseignant chercheur
Ouagadougou

Vos commentaires

  • Le 22 avril à 17:15, par Toussaint En réponse à : Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020 au Burkina ?

    Merci pour votre analyse Dr BATIONO. Il faut effectivement être proactif. La question des élections doit être traitée sans acrimonie et passion. Il faut de la clairvoyance et de la responsabilité au niveau des différents acteurs pour sauver le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 17:32, par Jocelyne En réponse à : Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020 au Burkina ?

    Belle analyse ! Chapeau Dr. Voici quelqu’un qui réfléchit pour le bien du pays !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 18:59, par Le Vigilent En réponse à : Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020 au Burkina ?

    Belle analyse. Mieux vaut commencer la réflexion sur les élections dès à présent et construire des scenarii pour éviter les tâtonnements et improvisations.
    Votre questions a HWR est bien à propos. Voilà des gens qui sont restés muets quand des camps militaires, postes de gendarmeries, de police et autres corps habillés sont attaqués avec des dizaines de soldats, gendarmes, policiers et autres membres des corps habillés tues. Des civils hommes, femmes et enfants sont massivement massacrés sans que HWR n’en disent rien. Pourquoi dans les cas ou ce sont les terroristes qui attaquent pour après se fondre dans la population on ne se trouve jamais de témoins pour pointer du doigt tel ou tel groupe ou individu ? Lorsque les FDS arrivent à identifier formellement un groupe de terroristes et les mettent hors d’état de nuire des prétendus témoins, qui connaissaient bien ces tristes individus et les actes qu’ils posaient, mais d’en disaient rien ou s’en faisaient les complices, sortent du bois pour dénoncer de prétendues atteintes aux droits « d’honnêtes citoyens » qui leur seraient proches et/ou appartiendraient à leur ethnie. Comment toute une vile peut être assiégée par des individus armés et aucun habitant n’arrive à identifier au moins certains d’entre eux ; pourtant ces tristes individus vivent au sein de la population et sont bien connus par bon nombre des habitants de la ville. On peut e pas connaître leurs noms mais dites au moins où ils se cachent et on ira les chercher.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril à 10:14, par Vannier En réponse à : Terrorisme et Covid-19 : Quid des élections de 2020 au Burkina ?

    A l’est de Fada les terroristes règnent en maître et jamais vous n’en avez parlé.
    Pas plus tard que cette semaine, ils ont assassiné un soir vers 20 heures devant sa famille un guide/pisteur, un ami, qu’ils essayaient de prendre depuis plusieurs semaines.
    Ils étaient entre 4 et 8 venus à moto.
    Quelques jours auparavant ils ont envahi et piller en pleine nuit le campement de chasse Namungo Safari, les gardes de ce campement ont réussi à s’enfuir en prévenant immédiatement par téléphone les autorités de Fada (a quelques kilomètres) qui ne se sont pas déplacées.... Ils sont revenus le lendemain soir pour finir le travail de la veille, toujours prévenus la gendarmerie et l’armée ne sont pas intervenues, ils n’étaient encore une fois que 4 la première nuit et 8 la deuxième, sans doute les mêmes qui ont tué le guide quelques jours plus tard devant femmes et enfants.
    Pourquoi voulez vous que les villageois qui voient passer régulièrement ces terroristes y compris dans les marchés locaux pour se ravitailler fassent quoi que ce soit et prennent des risques de représailles et de mort à la place de ceux dont c’est le métier qui ne bougent pas quand elles sont appelées ????
    Enquêtez sur place, écoutez les villageois, demandez leur d’où viennent ces terroristes et vous saurez pourquoi ils ont peur et le sentiment d’être abandonnés.
    Un Français qui aiment votre pays et qui vient depuis 20 ans chez vous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tanwalbougou : La grande muette doit sortir de son mutisme
Politique : « La cause principale de tous les maux du Burkina Faso »
Quand Joseph Ouédraogo parlait de liberté, de race, de religion, de communisme…
Présidentielle de 2020 : Peut-être l’élection la plus importante de la 4e République
Foncier au Burkina  : La richesse qui divise souvent
Racisme : L’homme noir est-il vraiment meilleur que l’homme blanc ?
Le recours à l’institution coloniale « Chef de canton » est-il une avancée ou une régression ?
Attaques Terroristes : "Le CDP a raté l’occasion de se taire" selon Ragomepaoba Ouédraogo
Lutte contre la corruption : L’arrestation de Jean-Claude BOUDA est un acte fondamental
Scrutins du 22 novembre 2020 du Burkina Faso : « Les acteurs sociopolitiques doivent prendre leurs responsabilités » dixit Amadou Traoré
Conflit gouvernement-syndicats au sujet de l’IUTS : Interpellée par le premier ministre, l’Assemblée Nationale doit se saisir du dossier
Situation nationale : La lettre de Issaka Poubéré au président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés