Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • LEFASO.NET • mardi 21 avril 2020 à 23h23min
Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

Dans le cadre de la lutte contre la maladie à coronavirus au Burkina Faso, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a visité, ce mardi 21 avril 2020 à Ouagadougou, l’usine de fabrication de médicaments U-Pharma de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS). Ensuite, il s’est rendu au laboratoire national de référence mis au point pour les tests du Covid-19 et à l’atelier de production de vêtements et de moyens de protection des Forces armées nationales. Cette sortie du chef du gouvernement vise à encourager tous les acteurs de la lutte contre le Covid-19 au Burkina Faso.

Pour son périple de ce 21 avril 2020, le Premier ministre Christophe Dabiré a d’abord visité l’usine U-Pharma de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) et le laboratoire national de référence mis au point pour les tests du Covid-19. Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, l’usine U-Pharma a repris la production de la chloroquine.

A ce sujet, le chef du gouvernement a souligné que des intrants ont été commandés pour renforcer la production. En attendant l’acquisition d’une nouvelle machine pour renforcer cette production, le directeur de l’IRSS, Sylvain Ouédraogo, a précisé que l’usine produit 1 500 à 1 800 comprimés la minute.

Le Prémier ministre à l’usine U-pharma

Parlant du laboratoire, Christophe Dabiré a d’abord rappelé qu’au début de cette crise sanitaire, le Burkina Faso ne disposait que d’un seul laboratoire de test du Covid-19, basé à Bobo-Dioulasso. « Il était nécessaire pour le gouvernement de mettre en place d’autres laboratoires. Cette dynamique a permis de mettre en marche trois laboratoires de tests du Covid-19 », a ajouté le Premier ministre.

Après l’IRSS, le chef du gouvernement a mis le cap sur l’atelier de production de vêtements et de moyens de protection des Forces armées nationales. Cette unité de l’armée a décidé d’apporter sa contribution à la lutte contre le Covid-19, à travers la confection de plus de 5 000 masques par jour, pour la population.

Le chef du gouvernement vérifiant un masque

A la sortie de cette visite guidée de l’atelier en compagnie du chef d’état-major général des armées, le général Moïse Minoungou, et du ministre en charge de l’Education nationale, Stanislas Ouaro, le Premier ministre a salué l’effort des militaires. « Je souhaite que vous soyez concentrés sur votre travail et que vous fassiez en sorte que l’ensemble de la nation soit satisfait du résultat des efforts que vous consentez », a-t-il déclaré. L’Armée burkinabè produit par jour plus de 5 000 masques, mais cette production journalière est appelée à s’étendre à 15 000 masques.

Pour Christophe Dabiré, le gouvernement aurait pu importer des millions de masques. Mais cela ne constitue pas, selon lui, une solution à long terme, par rapport au problème que nous connaissons. « C’est pourquoi nous avons décidé de faire en sorte que l’Armée nationale puisse contribuer à la production de masques, en respectant un certain nombre de normes définies par l’ABNORM (Agence burkinabè de normalisation) et au niveau international », justifie le Premier ministre.

Le chef du gouvernement observant le travail

Les masques produits par l’armée serviront prioritairement à doter les élèves et les enseignants, dans le cadre de la prochaine réouverture des établissements d’enseignement secondaire, supérieur et primaire.
En rappel, le gouvernement burkinabè a décidé de rendre obligatoire le port du masque à partir du 27 avril 2020, sur l’ensemble du territoire national.

O.I.
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 avril 2020 à 05:57, par BEOGO En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Les travailleurs portent des gants. Le premier ministre ainsi que les membres de sa délégation pourraient en faire de même. Surtout que le ministre touche les masques. Quelle exemplarité !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 06:58, par kwiliga En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    On apprend ici que : "le chef du gouvernement a souligné que des intrants ont été commandés pour renforcer la production."
    Alors que, cinq articles plus tard, Silvin Ouédraogo nous informe que : "Nous avons demandé en Inde, en Chine, partout ailleurs et ce sont des délais assez longs qu’on nous donne pour nous ravitailler en matières premières. C’est pour cela, que nous sommes encore en attente d’avoir de la poudre de chloroquine."
    Il ne faut pas confondre "renforcer la production" et avoir vaguement espoir de pouvoir commencer la production un jour.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 07:46, par Burkina En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    À raison de 5000 masques/jour, il faut 200 jours à l’armée pour confectionner 1 000 000 de masques et 67 jours à raison de 15 000 masques/jour.
    Le Burkina compte plus d’un million d’élèves et étudiants. Il faut 2 masques par élève !
    Je pense qu’à ce niveau de responsabilité, si on ne veut pas éviter d’être ridicule, on évite au moins de penser que ceux qui observent sont incapables d’analyse !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 07:52, par Nongasidapguiligdi En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Félicitations à tous les acteurs qui œuvrent dans le sens d’une victoire sur la pandémie et bon vent à tous. seulement, il serait très judicieux que le gel PHARMADERM puisse être disponibilisé dans toutes les localités afin de de le rendre accessible à tous les burkinabés si nous voulons parvenir rapidement à la victoire contre le mal. Pour cela la mise à disposition du produit en quantité au niveau des pharmacies, des CSPS et des dépôt pharmaceutiques des villages sera plus que la bienvenue. Cela permettra du même coup de mettre un frein à la surenchère pratiquée par des commerçants véreux, malhonnêtes et sans patriotisme qui veulent faire de la pandémie une opportunité de s’enrichir au lieu de contribuer à la combattre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 08:44, par Yovis En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Il avait disparu des radars ? Il y a un bon moment on l’avait plus aperçu ni entendu dans les média. Le Premier ministre pourrait prendre les cornes d’un autre taureau et laisser les revisites à U-Pharma et à l’atelier tailleur de l’armée aux ministres concernés. Il pourrait par exemple employer ses énergies à accélérer autant que possible le processus de livraison des commandes sans lesquelles U-Pharma ne pourra pas fonctionner au niveau souhaité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 08:52, par Lamoussa En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    C’est le genre d’informations que l’on voudrait souvent avoir. Cela participe du développement endogène.Espérons que le COVID-19 va permettre à ce vaillant peuple burkinabè de sortir de sa torpeur et libérer son génie créateur pour la bataille économique, infrastructurelle et sociale : comme quoi à quelque chose malheur est bon !
    Vive notre armée présente sur tous les fronts : lutte antiterroriste, production de gel hydroalcoolique, de masques...Bravo à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 08:55, par Passakziri En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Ce sont là des signes positifs surtout la production des moyens de protection localement. Il nous faudra miser sur ca. Produir localement ce dont nous avons besoin, et eviter les importations et la dépendance d’autres pays. Ca beaucoup de pays l’auront apris Avec Corona. Delocaliser tout vers la chine pour reduir les coûts ne sont pas les meilleurs decisions prises par les pays deveolppés ces dernières decenies. Félicitations à tous ceux qui s’engagent dans la production locale.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 09:08, par Patriota En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    C’est une bonne action. Si les masques et la chloroquine sont disponibles en quantité suffisante, ça sera un grand tournant dans cette lutte.
    M. le PM, votre gouvernement doit accompagner les autres centres de santé (Hopitaux, CMA, Cliniques) à pouvoir prendre en charges les malades du Covid19. On ne peut pas continuer à tout centraliser à Tengandogo et la clinique Princesse Yenega. C’est entre autre :
    - octroyer les équipements de protection au personnel medical,
    - disponibiliser les traitements (chloroquines et associés),
    - installer un point de trie à l’entrée de chaque centre.
    Si ces conditions sont réunies et avec le port obligatoire de masque les mesures de restrictions peuvent être petit à petit levées (reprise des cours, ouvertures de marchés, ouvertures lieux de cultes, etc.)

    Répondre à ce message

    • Le 22 avril 2020 à 10:56, par Passakziri En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

      Oubliez la Chloroquine produite sur place.
      Hier on nous disait que l’attente dans la commande est trè longue. Si c’est vraiment ca la solution, alors d’ici que la production debute, soit Corona est partie ou bien le desastre est là. le Buzz (l’efficacité de la Chloroquine et ses derivés in vivo ne sont jusquu’à ce jour pas prouvée et les études seraient même negatives ) a fait que certains se sont rués sur le produit, ce qui est un Reflexe humain, et les pays qui détiennent la matiere première ne la sortiront pas aussi facilement. En attendant on fait quoi ? Prévention, Prévention , prévention. On ne le dira jamais assez. Donc c’est avec inquiétude qu’on capte les Images qu’on nous diffuse ( PM et les Gouverneurs, reouverture prématurée de Rood Woko ).

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 10:50, par sphinx de Pissy En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Je rejoint le 2eme internaute kwiliga dans son analyse.
    Le COVID 19 a été détecté au Burkina le 9 Mars et le 21 Avril 2020 aucune Chloroquine fabriquée après déjà la visite des ministres de la Santé et de la recherche il y’ a déjà 3 semaines.
    Après la visite de ces 2 ministres qui ont promis une relance prochaine de la fabrication , j’aurais conseillé une visite du premier ministre pour constater et féliciter la reprise de la production et non pour encore visiter la même unité.
    Il faut qu’on se prenne au sérieux et éviter le saupoudrage politico politicien.
    Le premier ministre doit donner instruction avec un délai et des objectifs de production injonctif et des têtes doivent sauter si ces résultats ne sont pas atteint . Mais pas payer des gens à attendre que la chine ou l’Inde veuille bien nous "comprendre" en nous cédant les intrants.
    Vivement une transition intelligente incluant l’opposition et la société civile pour réveiller une compétition constructive pour le bien du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 11:44, par on n’est pas sorti du problème ! En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Ouagadougou, capitale du cinéma ! Même si le 1er ministre veut visiter, a t’on besoin de rameuter tous ces journalistes et autres... Chaque ministre, ou le maire de Ouaga, se croient tous au cinéma pour quelle efficacité ? personne ne sait sauf mettre la vie en danger des uns et des autres. Monsieur le maire, pour la réouverture du marché, il se permet de convoquer en grande pompe tout le monde avec non respect des distanciations sociales. Avec plus de 20 millions de burkinabè, on fait comment pour porter un masque dès la semaine prochaine ! Si on prend Ouaga avec ces 3 millions d’habitants, même à 15.000 par jour, il faut 200 jours pour que chaque ouagalais puisse avoir son masque. Cette unité de production, tout est manuel ! soyons sérieux, nous pouvons avoir quelques machines automatiques pour en produire 10 à 100 fois plus par jour. A l’heure des terroristes, la priorité des militaires est d’être au front. Il y a suffisamment de chômeurs/chômeuses pour les faire travailler avec des machines à coudre ! Es-ce de la concurrence déloyale ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 12:41, par Patrice ZOMBRE En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Bravo !
    Bravo au gouvernement, Bravo au Burkina Faso !
    La décision de produire de la chloroquine et des masques sur place est un acte qui va au delà de la lutte contre le Covid’19. Trois labos de test pour la prise en charge des épidémies, c’est déjà un pas.
    Bravo à l’armée et à l’IRSS. Le génie militaire a joué de grands rôles dans l’émergence de la plupart des pays développés. C’est ainsi que la NASA, l’Internet ont vu le jour aux Etats-Unis, pour ne parler que de ces deux secteurs.
    La stratégie mise en oeuvre par les pays développés a consisté à faire initier puis encadrer par l’Armée en intégrant des acteurs civils. Notre armée peut le faire et devrait le faire. Intégrer des chercheurs civils, encadrer des techniciens civils afin d’introduire des normes de qualité qui valorisent mieux la production locale et aussi les réflexes patriotiques.
    Concernant la production des masques, si ce n’est déjà fait, il serait judicieux de sélectionner des tailleurs que l’armée va former pour la production des masques. Cela va rapprocher les civils à l’armée.
    Ensuite, il faut prévoir l’après Covid. En effet, l’armée peut élargir son champs de collaboration en intégrant les écoles de formation technique. Il y a beaucoup à apprendre de l’armée, surtout dans le domaine de la discipline (principal clé de succès d’un travail d’équipe) et la méthodologie de conduite des activités.
    En tout cas, je suis heureux de savoir que nos autorités ont pris la bonne décision d’entamer un chemin du "oser réaliser".

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2020 à 14:07, par Miniroun En réponse à : Covid-19 au Burkina : Le Premier ministre visite les unités de production de chloroquine et de masques

    Bonjour Passakziri,
    Ton analyse est pertinente. Mais laisses les exhiber ce qu’ils font. Il faut même les encourager, Car bientôt c’est ce que nous allons espérer de toutes les actions visant à aider au développement.
    C’est bien encourageant de savoir que le gouvernement a entrepris des actions dans le cadre de la lutte contre le COVID. Attendons les résultats !
    Concernant le rôle de l’armée, il faut accepter que dans l’armée il y ait plusieurs métiers. C’est d’ailleurs le métier des logisticiens chargé de fournir des équipements aux soldats dont les tenues militaires qui est chargé de confectionner les masques et le gel antiseptique. Ce n’est pas ceux qui vont au front qu’on a retenu pour ce travail !
    Il est évident que la capacité du génie militaire ne peut pas résoudre le besoin de toute la population ! Et c’est pareil dans tous les pays. Le problème est que même la Chine et l’Inde peinent à honorer les sollicitations des clients des masques dont la plupart sont les occidentaux. Récemment les livraisons en France et aux Etats-Unis étaient comptées à un peu plus de 1 million après une semaine de commande.
    Par conséquent, je te rejoins dans ta proposition d’impliquer les tailleurs locaux qui devraient suivre un minimum de formation. Car il faut les habilleter en termes de mesures d’hygiène à prendre, de méthodes de travail, de finition, etc.
    Une fois de plus, il faut positiver l’action du gouvernement et l’encourager à faire d’avantage et à accélérer les choses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le Covid-19 : Des comprimés de chloroquine et des comprimés de paracétamol « made in Burkina » livrés par l’IRSS (CNRST)
Covid-19 au Burkina : 4 nouveaux décès et 97 cas actifs à la date du 03 mai 2021
Lutte contre le Covid-19 au Burkina : Les tests de dépistage pour les voyageurs de la zone UEMOA sont fixés à 25 000 FCFA
Introduction du vaccin contre le COVID au Burkina : Une enquête diligentée pour recueillir les attentes de la population
COVID-19 au Burkina : 18 nouveaux cas et 15 nouvelles guérisons à la date du 27 avril 2021
Covid-19 au Burkina : 19 nouveaux cas à la date du 22 avril 2021
Covid-19 au Burkina : 16 nouveaux cas à la date du 21 avril 2021
Covid-19 au Burkina : 19 nouveaux cas à la date du 19 avril 2021
Vaccination anti covid-19 au Burkina : Les « prescriptions médicales » de l’Academie des sciences, des arts et des lettres du Burkina Faso
Covid-19 au Burkina : 19 nouveaux cas à la date du 18 avril 2021
Riposte à la COVID-19 au Burkina Faso : Bientôt l’administration du vaccin aux Burkinabè
Covid-19 au Burkina : 31 nouveaux cas à la date du 16 avril 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés