LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Covid-19 : « Nous risquons des milliers de morts au Burkina Faso si nous n’opposons pas des réponses conséquentes », déclare l’Institut Free Afrik

Publié le dimanche 29 mars 2020 à 22h10min

PARTAGER :                          
Covid-19 : « Nous risquons des milliers de morts au Burkina Faso si nous n’opposons pas des réponses conséquentes », déclare l’Institut Free Afrik

L’Institut Free Afrik a suspendu ses activités suite à l’arrivée du coronavirus au Burkina Faso, le 9 mars dernier. Il en a profité pour mettre en place une équipe de veille et de prospection stratégique pour déceler tout ce qui menace la vie des Burkinabè, sur le plan socio-économique, en lien avec le coronavirus. Dans sa production du 28 mars 2020, l’institut estime qu’en l’absence de réponses collectives et individuelles conséquentes, le Burkina Faso risque de perdre des milliers de personnes.

Les mesures pour contrer le coronavirus s’accentuent, mais la propagation de la maladie se poursuit à grande échelle. Même si les villes contaminées sont mises en quarantaine au Burkina, cela ne convainc pas l’Institut Free Afrik, qui déclare que « nous risquons des milliers de morts si nous n’opposons pas des réponses collectives et individuelles conséquentes ».

Le Burkina fait face au péril de la pandémie du Covid-19 dans des conditions singulièrement difficiles, avec une multitude d’autres crises (le défi terroriste, les exactions et massacres de populations civiles, la crise humanitaire qui touche plus de deux millions de personnes dont plus de 770 000 déplacés, et les nombreux conflits sociaux dans les administrations publiques).

Plus qu’ailleurs, l’efficacité de l’action publique et des réponses collectives comportent des enjeux de survie de la nation, selon Free Afrik. « La mobilisation communautaire est notre arme principale face à l’épidémie, elle est indispensable et urgente », estime l’institut. Selon Free Afrik, un confinement général de la population n’est pas possible sans conséquences dramatiques pour les populations les plus modestes.

En dépit des perspectives de thérapie encourageantes, la réponse centrée sur l’organisation des soins dans les hôpitaux ne sera pas suffisante à elle seule pour lutter contre la pandémie, quand le pays court le risque de milliers de morts. La véritable arme dont il dispose, est donc la mobilisation communautaire, qui constitue le meilleur moyen accessible pour limiter la propagation de cette épidémie, dans l’attente d’un vaccin efficace.

La mobilisation communautaire, pour l’institut, signifie que les Burkinabè s’approprient les mesures de protection individuelle et familiale, et que l’innovation sociale est développée en urgence au niveau local, dans les quartiers lotis et non-lotis, dans les cours. La diligence de la mobilisation communautaire sauvera des vies ; au contraire, les hésitations et les lenteurs occasionneront des morts. Il faut donc agir sans attendre, conclut l’institut.

Pour ce faire, Free Afrik propose une batterie d’actions à entreprendre pour la mobilisation générale des communautés. Il s’agit d’une vigoureuse campagne de communication de proximité ; d’une campagne participative engageant les autorités coutumières et religieuses, les leaders d’opinions, les artistes, les compagnies de téléphonie ; d’une chaîne de solidarité et des précautions sanitaires pour renforcer la résilience communautaire ; de l’intelligence collective et des performances citoyennes pour gagner contre le virus. Enfin, Free Afrik propose une coordination systématique et une mise en cohérence des initiatives locales.

E.L.
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Décès de ZANGO RASMANE CHARLES : Faire part