Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne vous laissez pas éteindre, vous ne savez pas pour qui vous êtes lumière. »  Igor Markvitch

Liberté d’expression : Le journaliste camerounais Michel Biem Tong demande la protection des autorités burkinabè

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 10 mars 2020 à 12h41min
Liberté d’expression : Le journaliste camerounais Michel Biem Tong demande la protection des autorités burkinabè

Dans un courrier adressé à Lefaso.net pour alerter l’opinion nationale sur les risques d’atteintes à sa vie par des services secrets camerounais ; Michel Biem Tong, journaliste, défenseur des droits humains et directeur du média en ligne HURINEWS, site d’information camerounais se consacré aux droits humains en appelle à la vigilance alors qu’il dit craindre pour sa vie à Ouagadougou où il jouit d’un statut de réfugier d’opinion.

Présenté par la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), comme membre du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (REDHAC) et membre du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) depuis 2016, il a beaucoup travaillé sur la crise socio-politique et des violations des droits humains dans les régions anglophones du Cameroun, avant de rejoindre le pays de Thomas Sankara. Jusque-là inconnu du milieu médiatique et de l’opinion burkinabè, l’homme déclare dans ce courrier que sa vie est menacée par des escadrons de la mort, qu’il pense être vénus du Cameroun, son pays natal, pour lui faire la "peau".

Aujourd’hui, résident au Burkina Faso, le confrère Michel Biem Tong dit être inquiet pour sa vie, alors qu’il bénéficie d’un statut de réfugié d’opinion. Une situation censée garantir son intégrité physique. Mais, force est de constater qu’à l’heure actuelle, le confrère Michel Biem dit être visité, depuis son domicile de Ouagadougou par des hommes de l’ombre du régime camerounais. Ceux-là même qui l’ont jeté en prison, explique-t-il. Selon ses propos, ceux-ci en veulent à sa vie, du fait de son statut d’homme de médias et de défenseur des droits humains. Une situation relative aussi à ses prises de position dans la crise des régions anglophones du Cameroun, régions sujettes aux conflits armés.

Michel Biem Tong explique que le 26 février dernier, vers 21h, alors que je revenais d’une course, ma voisine de cour m’a informé que des messieurs parlant un accent camerounais m’ont manqué et ont dit qu’ils cherchent un certain Michel Biem Tong, d’origine camerounaise qui habite dans la cour. La voisine m’a également dit que "le lendemain, les mêmes messieurs ont fait le tour des environs demandant des renseignements sur un camerounais qui vivrait en ces lieux", écrit-il.

Le journaliste Michel Biem Tong écrit : "je soupçonne les services secrets camerounais, notamment la fameuse Division de la Sécurité Militaire, dirigée par un gradé (...) celui-là même qui m’a jeté en prison au Cameroun"

Pour Michel Biem Tong déjà, le 17 janvier dernier, un ami depuis le Cameroun l’a appelé par WhatsApp pour lui dire de faire attention, car de là où il est, le secrétaire particulier (d’un haut gradé de l’armée) celui-là qui l’avait mis en prison, est en mesure de l’atteindre parce qu’il serait le camarade d’un haut gradé de l’armée burkinabè. Aujourd’hui, inquiet pour sa vie, ce camerounais en détresse écrit : "je vous écris pour que vous m’aidiez à faire connaître ma situation au grand public". Le web journaliste dit s’inquiéter et vie presque dans la clandestinité. En attendant que le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés et le gouvernement burkinabè se prononcent sur la protection à lui réservée ; Michel Biem Tong continue de vivre dans la méfiance, l’inquiétude et la hantise d’un futur incertain.

Edouard K. Samboé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 10 mars à 14:50, par Vérité indiscutable En réponse à : Liberté d’expression : Un journaliste camerounais demande la protection des autorités Burkinabè

    BIYA devrait faire attention au Burkina Faso. Il peut bien se renseigner avec tonton Koassi, et il saura qu’on ne s’amuse pas avec nos journalistes.
    Une fois que M. Michel est chez nous (qu’il est venu attraper notre dos), il est l’un de nous et nous le défendrons sévèrement.
    RMCK doit se réjouir de l’extradition de François non ? L’affaire Norbert Zongo seule suffit pour calmer le malin des complices des camerounais chez nous. Pourvu seulement qu’on sache qui est le facilitateur au Burkina et M. Michel sera tranquille.
    Pauvre Afrique hein...
    C’est complètement une bassesse que de s’en prendre à un journaliste, quoi qu’il dise. Nos autorités sont incapables de relever la tête devant leurs homologues européens ; leur honte c’est de réduire au silence les journalistes ; quelle misère !
    Cher Michel, tu auras le soutien inconditionnel de tout le Burkina Faso.
    Pour la liberté de la Presse, je ne badine point !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars à 20:03, par Sigry En réponse à : Liberté d’expression : Un journaliste camerounais demande la protection des autorités Burkinabè

    Que Mme YAMB vienne lire ici. Elle qui passe son temps à critiquer des régimes bien plus démocratiques que le Cameroun.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars à 13:14, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Liberté d’expression : Un journaliste camerounais demande la protection des autorités Burkinabè

    - Monsieur le journaliste camerounais aujourd’hui burkinabè, vous êtes ici chez vous et gare à ces pauvres types si on leur met la main dessus.

    Pour commencer je demande à cette voisine du journaliste Michel Biem Tong, d’informer tout le voisinage et d’attendre la prochainne fois que des malfrats vont revenir. Immédiatement elle alerte tout le monde et vite fait, bien fait ils sont immobilisés et bastonnés copieusement et conduits en prison. A défaut, il faut les castrer voire les luncher tout simplement !

    - AVERTISSEMENT : Mr Paul BIYA, le Burkina Faso n’est pas le Cameroun et sachez qu’ici nous ne sommes pas séduits par des lionnes comme vous. Nous en avons plein au domicile de notre ancien Président Blaise COMPAORÉ. Faites attention aux actes que vous allez poser chez nous ici !! A bon entendeur…… ! Demandez conseil à Laurent Koudou GBAGBO ce que lui a coûté l’assassinat de Bala KEITA ici au Burkina Faso. Attention aux actes que vous posez chez nous et sachez qu’ici, nous ne sommes pas des lâches et on n’abandonne pas nos protégés et nos amis !!!

    - Alors rappelez vos chiens de chasse et nous seront tous quitte car sachez que désormais, à partir du moment où cette affaire est passée dans la presse, ce sont tous les burkinabè qui veillent au grain pour protéger Michel Biem Tong !!!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Médias : Moustapha Thiombiano est mort. Le Burkina Faso est privé de radio !
Décès de Moustapha Thiombiano : l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) salue la mémoire du défunt
Moustapha Laabli Thiombiano : Un génie, des œuvres concrètes et de beaux souvenirs
Hommage du président du Faso à Moustapha Laabli Thiombiano
Décès de Moustapha Thiombiano : Les condoléances du président du CSC
Traité sur le commerce des armes : Des experts renforcent les connaissances des journalistes et communicateurs
Lancement de la plateforme d’inscription en ligne du GIP-PNVB : Le GIP-PNVB allège les procédures d’inscription et de demandes des volontaires nationaux
Nécrologie : Moustapha Thiombiano, du groupe Horizon FM-TVZ Africa, n’est plus
Covid-19 au Burkina : Des médias confessionnelles adaptent leurs programmes
Agriculture : Le “polyter“ une solution révolutionnaire pour les plantes
Coronavirus en Afrique : Reporter sans frontières demande aux autorités de ne pas se tromper de combat
Lutte contre le Coronavirus et lutte contre les virus informatiques : Quelles similitudes ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés