LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Burkina/Médias : « Mon parcours arabe ne m’a pas empêché de participer au développement de mon pays » Amadé Adama Soro, journaliste à Savane média

Publié le dimanche 14 avril 2024 à 21h50min

PARTAGER :                          
Burkina/Médias : « Mon parcours arabe ne m’a pas empêché de participer au développement de mon pays » Amadé Adama Soro, journaliste à Savane média

Chroniqueur, éditorialiste, spécialiste des questions internationales et économiques à Savane média, Amadé Adama Soro est un journaliste qui a fait des études en arabe. Détenteur d’une maîtrise en étude arabophone, il est aussi traducteur, entrepreneur. Dans cette interview, il nous parle de sa passion pour le journalisme, ses études en arabe en Syrie et la couverture de la guerre d’Irak pour la radio Savane FM.

Lefaso.net : Pouvez-vous, vous présenter davantage ?

Amadé Adama Soro : Je suis traducteur, journaliste et promoteur de lycée le complexe scolaire et universitaire ‘’La dignité’’ créé en 2017. Pour mon parcours, j’ai fait des études en langue arabe jusqu’à la maîtrise . En plus de l’arabe, je comprends aussi l’anglais. Pour tout vous dire, après mon baccalauréat en 1996, j’ai eu une bourse pour aller faire langue arabe et études islamiques. J’ai eu une maîtrise dans ce domaine. Après cela, je me suis inscrit dans les instituts pour la communication et le journalisme. Je suis aussi titulaire d’un diplôme universitaire de traduction arabe-français de l’université Lyon 2 en France.

Qu’est-ce qui explique ce choix pour les études arabophones dans un pays qui avait le français comme langue officielle ?

Dans les premiers moments, notamment, au primaire et au secondaire, c’était le choix de mon père qui est un maître coranique. Mais avec le temps, j’ai décidé de poursuivre dans cette trajectoire. Donc, si c’était à refaire, je referais exactement la même chose. Comme vous avez pu le constater, mon parcours arabe ne m’a pas empêché de participer au développement de mon pays notamment dans le domaine de l’éducation, de la communication, de la formation et des services.

Comment expliquez-vous votre passion pour le journalisme alors que vous avez fait l’arabe ?

Ma passion pour le journalisme d’aujourd’hui date de très longtemps. Il est vrai que je n’ai pas eu le temps de faire l’école classique en français mais dans mon lycée franco-arabe, j’avais l’habitude de m’intéresser à tout ce qui touche au journalisme. J’ai beaucoup écouté Africa n°1 là ou travaillait notre compatriote Yannick Laurent Bayala. C’est à partir des années 1992, 1993 et 1994 que j’ai véritablement aiguisé ma passion pour le journalisme. Souvent, lors des matchs interclasses, je m’érigeais en journaliste même si je suis joueur de terrain. Après mon baccalauréat franco-arabe obtenu en 1996, j’ai fais mon inscription dans une université syrienne, à Damas pour faire des études arabes et islamiques. J’ai aussi fait des cours de journalisme là-bas et je m’exerçais en écriture journalistique et autres. En 2003 avec la guerre en Irak, j’étais le correspondant de la radio Savane FM à Damas où je donnais les informations liées au déroulement du conflit en français et en mooré. C’est à partir de ce moment que ma carrière en journalisme a commencé.

La langue ne vous a t-elle pas posé de problèmes au début lorsque vous avez intégré Savane FM ?

Mon principe est clair. Les langues, les sciences, nous ne naissons pas avec. Quand on est animé d’une volonté farouche, d’une passion, on peut à tout moment se faire une place au soleil. Vous savez, en termes de comparaison, l’arabe est mille fois plus compliquée que le français. Celui qui arrive à obtenir une maîtrise en arabe peut se convertir en français, je pense que c’est facile. Je n’ai pas fait l’école classique mais je lisais beaucoup. J’avais commencé à écrire de petits papiers. Pour tout vous dire, la langue n’a pas été un problème pour moi surtout que j’étais animé d’une véritable passion pour le journalisme. Sans la passion, rien n’est possible.

Comment s’est passée votre intégration à Savane FM de retour de la Syrie ?

Quand je suis arrivé à Damas en 2003, j’avais déjà des notions élémentaires en journalisme. Ce n’était pas facile parce qu’on était dans un État policier. On faisait tout pour ne pas prononcer des mots à connotation politique. De Damas, nous sommes restés en contact avec la radio Savane FM et depuis, notre collaboration continue.

Vous qui avez l’expérience de la couverture de conflits à travers la guerre d’Irak, comment appréciez-vous le comportement des journalistes burkinabè dans cette crise sécuritaire ?

J’ai eu la chance d’avoir fait deux écoles du journalisme : l’école latine incarnée par la France et l’école anglo-saxonne incarnée par les Etats-Unis et la Grande bretagne. Lors de la guerre en Irak, avant même la déclaration de la guerre, il y a eu toute une campagne de dénigrement qui avait été orchestrée contre Saddam Hussein. On s’est rendu compte que tout ce qui a été dit sur lui était du mensonge. L’information était contrôlée, il y a avait un plan de communication pour dénigrer Saddam Hussein. Comme l’a dit quelqu’un, la première victime d’une guerre, c’est la vérité. Aucun pays ne mène une guerre tout en exposant ses propres armées, troupes. Chaque pays utilise la stratégie de la manipulation, du camouflage, tout cela fait partie de la guerre. Lire la suite

Serge Ika Ki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 avril à 08:57, par TANGA En réponse à : Burkina/Médias : « Mon parcours arabe ne m’a pas empêché de participer au développement de mon pays » Amadé Adama Soro, journaliste à Savane média

    Merci à lefaso.net.
    Cet interview est la bienvenue.
    Voilà quelqu’un qui a étudié en arabe et qui a du travail ; comme cela ne suffit pas, il est aussi entrepreneur.
    Mon message va droit à tous ceux qui pensent qu’il suffit d’aller en étude pour revenir prendre une fonction ou avoir un salaire.
    Il faut étudier utile pour les systèmes qui donnent les salaires. Si il y a un ou des services dont vos études intéresse, ils vous engageront.
    Si quelqu’un va étudier les volcans sous marins et rentre au Burkina, soyons sûrs que aucun service ne le demandera et son ’’j’ai l’honneur’’ sera peine perdue. De même, si quelqu’un va à la justiniana étudier le droit canonique ou la place disons par exemple de Saint Joseph dans le christianisme, soyons sûrs ici aussi qu’il n’aura du travail que peut être dans une église. Finissons en disant que si un va étudier le Saint Coran et ou l’histoire du Prophète (Paix et Salut sur Lui), il n’aura du travail que dans une mosquée ou avec la communauté musulmane.
    Mais on peut aller étudier médecine, ingéniorat ou autre chose en arabe, en anglais, en chinois et revenir trouver du travail donc un salaire à coup sûr. Ce n’est donc pas la langue dans laquelle on a étudié qui compte mais plutôt ce que l’on a étudié.
    Alors si quelqu’un se lève venir dire que tant que l’on ne paie pas ceux qui ont étudié telle chose il n’y aura pas de paix au pays, soit ils sont ignorants et c’est à ces gens qu’il faut expliquer cet interview, ou qu’ils le font avec un but et le pays doit faire attention si non même surveiller ces derniers.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril à 12:47, par abdou En réponse à : Burkina/Médias : « Mon parcours arabe ne m’a pas empêché de participer au développement de mon pays » Amadé Adama Soro, journaliste à Savane média

    Toutes mes felicitations. Très bon parcourt qui doit inspirer plus d’un. Le problème avec la arabophones est qu’il sont à 98% dans la théologie, alors que le terrain est déjà saturé.
    Chacun d’entre eux doit se spécialiser dans quelque chose d’autre de pratique. Ceux qui viennent de l’Université de Médine n’ont pas le choix, ils doivent venir propager la Wahabisme dans leur milieu respectif.
    Merci au nouveau Prince héritier Salman qui est entrain de faire des réformes profondes. Dans une dizaine d’années, ça va changer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Safer internet Day : C’est ce 24 mai 2024