Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’art de plaire consiste simplement en deux choses : ne point parler dе sοi аux аutrеs еt lеur раrlеr tοujοurs d’еux-mêmеs.» Edmond et Jules de Goncourt

Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 15 janvier 2020 à 14h22min
Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

L’auteur de la tribune ci-après fait le point de l’année 2019 au plan sécuritaire. Un « triste bilan », constate-t-il.

Triste bilan sécuritaire sur lequel se termine cette année 2019... Les attentats qui se sont multipliés ces derniers mois au Mali, au Niger et au Burkina Faso montrent à quel point l’ennemi terroriste s’est ancré dans nos territoires. Ses modes d’action, lâches et honteux, n’ont de cesse de stupéfier tant ils frappent toujours de façon vile et infâme.

Le 1er novembre dernier, l’assaut contre le camp militaire FAMa d’Indelimane, suite auquel une cinquantaine de morts était à déplorer, témoigne d’une préparation et d’une montée en puissance toujours plus inquiétante de la part des djihadistes… L’une des dernières attaques en date est celle d’Arbinda. L’EIGS revendique alors la mort de 7 militaires burkinabè, ainsi que de 35 civils dont 31 femmes, victimes impuissantes de cette ignominie. Au nom de quels grands principes, officiellement politiques ou religieux, peut-on s’en prendre à des populations aussi vulnérables ?

Au-delà des attaques djihadistes, des villages entiers ont été décimés à cause de la haine intercommunautaire qui empoisonne nos rapports autrefois fraternels. Il n’y a encore pas si longtemps, les Dogons et les Peulhs vivaient de façon complémentaire ; les premiers cultivaient les récoltes tandis que les seconds s’occupaient du bétail.

Cet autre temps de bienveillance et d’entraide est aujourd’hui malheureusement révolu… Ces deux peuples ne se font aujourd’hui plus confiance ; le massacre de mars 2019 à Ogossagou et la mort de plus de 160 villageois, est un exemple des plus frappants. Ces tensions sont entretenues et exacerbées par les groupes djihadistes, qui instrumentalisent la misère et le désœuvrement des populations pour recruter de nouveaux combattants.

Ceux-là grossissent les rangs des terroristes, toujours pour de mauvaises raisons et ne se rendent pas compte qu’en choisissant cette voie, ils prennent, en tout état de cause, la direction d’un destin funeste.

Car en effet, si les victimes sont toujours trop nombreuses, les forces armées maliennes, burkinabè et nigériennes, accompagnées de leurs partenaires français et onusiens, réagissent courageusement et gagnent du terrain face au terrorisme. Lors de l’attaque d’Arbinda précédemment citée, les militaires burkinabè ont mis hors d’état de nuire une centaine de combattants et ont saisi ou détruit une trentaine de motos. Autant dire que ce bilan a profondément affaibli l’Etat islamique dans la région, qui se vantait alors si fièremen td’ être l’auteur de cette attaque.

Issa Bâ
@issaba170

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 16:38, par koh En réponse à : Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

    Mr Ba vous gagnez quoi en nous rappelant chaque fois nos morts ? faites très attention pour ne pas faire la publicité de ces terroristes.
    Vous êtes entrain de remuer le couteau dans plaie. Mr BA même si vous accusez ce régime d’être à l’origine de ces mort, ne les votez plus. D’ailleurs nous sommes en 2020 l’année des élections.
    Mr Ba si vous êtes patriote, trouvez plutôt le nombre de terroristes abattu par nos vaillants FDS.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 20:31, par yannick En réponse à : Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

    Il faut à tous les dirigeants du Sahel un discours fort pour faire comprendre aux terroristes que les Etats mettront tous les moyens et capacités possibles pour les retrouver et les détruire dans leurs trous de rats car aucun groupuscule armé soit il,ne peut et ne doit tenir tete à nos armées.
    Mettre en priorité la sécurité des populations ainsi que la défense de la légitimité des Etats sur toutes les étendues des territoires,en y affectant tous les moyens de ses ETATS !!!
    Nous n’allons pas continuer à fuir ni à reculer sur nos propres terres !!!
    Certains spécialistes donnent pour causes l’absence de l’Etat dans ces localités attaquées or ceux qui attaquent appartiennent à d’autres nationalités qui n’ont rien à voir avec ces critères .
    Assez !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 07:46, par Salinsky En réponse à : Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

    Pour contrer l’attaque des djihadistes ce ne sont pas les français qui ont intervenu mais les Russes qui ont frappés ces salauds avec un helicopter MI 17 en trois rotations appuyés par les tirs de nos soldats sur terre. De ce côté bravaud à Roch. Macron est mécontent c’est pourquoi à la rencontre de Pau il a fait installé Roch à l’extrémité de la table au lieu d’être assis à ses côtés. Nous, ce sont les résultats qui nous importent. Les Russes en une opération ont fait plus que la France en 7 ans. Merçi à Poutine et bravo à Roch qui doit continuer dans ce sens . Il nous faut des BTR 80 pour attaquer les positions de nos ennemis.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 19:52, par Stalinsky En réponse à : Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »

    Nopogo
    Pour vérifier, bien vouloir aller sur le net et saisir les mots clés suivants : MI 17 Burkina Faso.
    Si les djihadistes se disent forts ils n’ont qu"à venir massivement attaquer un camp encore. C’est la foudre de Poutine qui va s’abattre sur leurs têtes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Réduction de la durée de formation dans les ENEP : « Un gravissime retour en arrière », selon Adama de Poum Ouédraogo, formateur à l’ENEP de Ouahigouya
Terrorisme en Afrique : Le G5 Sahel entre défi sécuritaire et jeu d’intérêts
La nouvelle devise de « sages » du Burkina : la repentance ou la mort !
Lutte contre le terrorisme : L’appel des Burkinabè du Grand Ouest et du Centre de la France
Sommet de Pau : Ablassé Ouédraogo livre une « analyse froide » sur les conclusions
Quel rôle pour les intellectuels africains : Le cas du Gabon ?
Vision pour le Gabon d’aujourd’hui et de demain
Réconciliation nationale au Burkina : Quel est le prix à payer pour y parvenir ?
Lutte contre le terrorisme au Mali et au Burkina : Deux approches, un même ennemi
Facturation de l’eau : Lettre ouverte d’un Gaoualais au DG de l’ONEA
Assurance maladie universelle au Burkina : Un médecin émet des réserves et préconise la tenue d’un débat national
Burkina Faso : Djibrill Bassolé hospitalisé au CHU de Tengandogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés