Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En matière de prévision, le jugement est supérieur à l’intelligence. L’intelligence montre toutes lеs рοssibilités рοuvаnt sе рrοduirе. Lе jugеmеnt disсеrnе раrmi сеs рοssibilités сеllеs qui οnt lе рlus de chance de se réaliser.»  Gustave Le Bon

Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • jeudi 16 janvier 2020 à 09h30min
Débat sur l’IUTS :  Les magistrats appellent à la mobilisation

Dans le débat en cours sur l’entrée en vigueur de la loi sur l’application de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) au secteur public, lequel débat oppose les Burkinabè, les magistrats ont donné de la voix. Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, l’intersyndicale des magistrats du Burkina exprime sa crainte pour la détérioration du climat social. Elle invite les magistrats "à la mobilisation générale et à l’extrême vigilance afin d’éviter que l’IUTS dans son application ne devienne finalement une porte ouverte à la précarisation de la condition du travailleur burkinabè".


Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 14:43, par Indjaba En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Et qui doit payer l’impot pour qu’on paie vos gros salaire ? Tout revenu doit etre imposé sauf si dispositions particulière. Vos 1000000/mois comprenant salaire, indemnités et frais de mission donne environ 12 millions l’annee. Vous ne voulez pas payer d’impot ladessus et vous trouver normal que le commerçant de votre quartier paie 27.5% sur son benefice annuel de 12 millions. Où est l’egalité davant la loi. Le Burkina est vraiment devenu autre chose.

    Répondre à ce message

    • Le 15 janvier à 17:39, par caca En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      Indjaba, merci , grâce à toi je comprends le bruit des syndicats au Burkina. dans ce cas j’apporte mon soutien au gouvernement, en effet tout citoyen doit payer son impôt sur ces retenues. C’est grâce aux tous genres confondus que les pays occidentaux soutiennent le développement dans nos pays. En Suisse et comme en Belgique mêmes les prostituées paient les impôts afin de bénéficier l’aide d’état. Ceux qui ont vécu en Europe savent que l’impôt est obligatoire pour n’importe qui en de travailler. C’est du n’importe quoi dans ce pays. Ils pensent comment que le gouvernement doit toujours s’endetter pour payer les salaires ?

      Répondre à ce message

      • Le 16 janvier à 06:06, par Guigemde En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

        D’accord avec vous si l’effort de sacrifice était aussi partagé par ceux qui nous gouvernent. Quand on nous dit que le budget de la présidence passerait de 1.2 milliard en 2014 pour être a plus de 41 milliards pour 2020, les travailleurs sont en droit de demander une amélioration de leur condition de vie. Quand le budget de l’AN passait de 8 a 20 millards sous Saflif on est en droit de se demander tout ce bond pourquoi ?? Cmt peut on justifier une augmentation du budget de la médiatrice de Faso pendant que le budget de la CENI baisse en année électorale.
        Comparaison serait raison si le train de vie des institutions du Faso était un soucis partagé par tous. Les 480 milliards du charbon fin peut faire l’affaire. C’est ça la vérité. N’accusons pas les travailleurs d’apatrirdie si les garants de cette partie sont de vulgaires voleur.

        Répondre à ce message

        • Le 16 janvier à 13:40, par Mitibkiéta En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

          Internaute Guiguemde, il fallait donc interpeller qui de droit sur les augmentations indues (?) dont vous parlez... Voila, ici, un délit d’initié !..
          En tant que justiciers, il est inconcevable que les syndicats des magistrats encouragent cette injustice à l’égard du privé depuis des décennies !
          Dieu bénisse le Burkina !

          Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 14:28, par bod En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      ne déplacez pas le problème ! le problème est global !Malheureusement l’exemple ne vient d’en haut ! Pendant que des ministres touchent 4 millions non imposables, c’est les 150 milles francs du pauvre fonctionnaire qu’on veut imposer !Sous la révolution, les options étaient collectives et tout le monde adhérait ! Aujourd’hui c’est égoiste et criminel !

      Répondre à ce message

      • Le 16 janvier à 15:55, par jeans saaga En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

        Sauf que vous parlez d’égoîsme, et vous oubliez le personnel du privé, au BURKINA FASO la nouvelle tendance est donc vraiment de constituer le fonctionnaire en super citoyen ? Si nous ne changeons pas les mentalités, la fracture sociale sera de plus en plus grande ; En toute humilité je suis persuadé que les fonctionnaires et affiliés ne peuvent pas à eux seul faire tourner notre Faso.

        Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 14:58, par Ouiya En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Soutien total à vous. Si l’application de l’IUTS venait à aboutir à une baisse de salaire, ce sera la deuxième fois que j’irai en grève après celle consécutive au coup d’Etat de septembre 2015.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 15:04, par YAWOTO En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    On ne peut pas servir des miettes aux autres, pendant qu’on se la coule douce avec les ressources appartenant à tous les burkinabé,il y a un minimum d’équité et de justice sociale qui doit être établie. S’il est normal que les fonctionnaires luttent pour la préservation des avantages acquis, on ne peut concevoir que dans un même état un groupe soit exonéré et un autre groupe imposé. Par conséquent il est inacceptable que les travailleurs du privé continuent de subir une telle injustice. Alors ou bien tout le monde paye ou bien personne ne paye !!!

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 15:09, par Ouiya En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Décret N°2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008 portant rémunération du Premier ministre, des présidents d’institutions et des membres du Gouvernement

    LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

    VU la Constitution ;

    Vu le décret n°2007-349/PRES du 04 juin 2007 portant nomination du Premier Ministre ;

    Vu le décret n°2008-517/PRES/PM du 03 septembre 2008 portant remaniement du Gouvernement ;

    Vu le décret n°2007-424/PRES/PM/SGG-CM du 13 juillet portant attributions des membres du Gouvernement ;

    Vu la loi n°006-2003/AN du 24 janvier 2003 relative aux lois de finances ;

    Vu la loi n°013/98/AN du 28 avril 1998 portant régime juridique applicable aux emplois et aux agents de la fonction publique ;

    Vu la loi n°019-2005/AN du 18 mai 2005 portant modification de la loi n°013/98/AN du 28 avril 1998 ;

    Le Conseil des Ministres entendu en sa séance du 24 décembre 2008 ;

    ARTICLE 1 : Pour compter du 1er janvier 2009, la rémunération du Premier Ministre, des Présidents d’institutions et des membres du gouvernement est fixée ainsi qu’il suit :

    A - Premier Ministre

    Rémunération brute mensuelle : 833 000

    Indemnité de représentation : 300 000

    Indemnité de fonction : 175 000

    B - Présidents d’Institutions :

    Rémunération brute mensuelle : 650 000

    Indemnité de représentation : 250 000

    Indemnité de fonction : 135 000

    Indemnité de logement : 80 000

    Indemnité compensatrice : 100 000 (eau, électricité, téléphone)

    C - Membres du Gouvernement :

    Rémunération brute mensuelle : 650 000

    Indemnité de représentation :

    Ministre d’Etat : 250 000

    Autres membres : 200 000

    Indemnité de fonction : 125 000

    Indemnité de logement : 80 000

    Indemnité compensatrice (eau, électricité, téléphone) : 100 000

    ARTICLE 2 : La rémunération ci-dessus fixée s’applique uniformément à toutes les hautes personnalités occupant utilisant les mêmes fonctions quels que soient leur provenance professionnelle et le niveau de rémunération antérieurement acquis.

    Elle fera l’objet d’un contrat individuel entre l’Etat et chaque personnalité appelée aux hautes fonctions

    ARTICLE 3 : Eu égard à leurs fonctions particulières, seules ont droits à la gratuité des fournitures d’eau, d’électricité et de téléphone, les personnalités ci-après :

    le président du Faso

    le Premier Ministre

    le Président de l’Assemblée Nationale ;

    le Président du Conseil Constitutionnel ;

    le Médiateur du Faso ;

    le président du Conseil Economique et Social ;

    le Grand Chancelier des Ordres burkinabè ;

    le Président du Conseil Supérieur de la Communication.

    ARTICLE 4 : Lorsque la personne avant sa nomination est employée dans une société d’Etat, une société d’économie mixte ou dans un établissement public de l’Etat , elle est d’office mise à la disposition de l’Etat et retrouve son emploi d’origine à la fin de sa fonction politique.

    Pendant toute la période de sa mise à disposition, l’organisme employeur continue de gérer la personne sur le plan administratif.

    ARTICLE 5 : Le Premier Ministre, les Présidents d’Institutions et les membres du gouvernement conservent leur rémunération et leurs avantages pendant une période de six (06) mois après la fin de leur fonction politique, sauf si l’interruption est consécutive à une cause que la fin normale de la fonction.

    ARTICLE 6 : Toutes dispositions antérieures contraires à celles du présent décret sont abrogées.

    ARTICLE 7 : Le Ministre de l’Economie et des Finances est chargé de l’exécution du présent décret.

    Ouagadougou, le 31 décembre 2008

    Blaise COMPAORE

    Le Premier Ministre

    Tertius ZONGO

    Le Ministre de l’Economie et de Finances
    Lucien Marie Noël BEMBAMBA

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 15:19, par Un Burkinabê En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Si les magistrats ne veulent pas payer pourquoi les autres travailleurs du privé devraient-ils payer ?

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 18:47, par caca En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      L’impôt selon Jésus-Christ
      Même si les chrétiens n’aiment pas parler d’argent, force est de constater que les Évangiles fourmillent de références à l’impôt. Tout commence d’ailleurs par là puisque le fameux recensement de Quirinus commandé par Auguste et qui conduisit Joseph et Marie jusqu’à Bethléem avait pour seul but la mise à jour des valeurs fiscales pour mieux récolter l’impôt ( Luc,II,1).
      Autrement dit, c’est grâce au fisc que s’accomplit la prophétie sur la naissance du Messie à Bethléem… Sur cette lancée, les Évangiles n’hésitèrent pas à asseoir la parole de Jésus sur des symboles fiscaux, le Christ allant jusqu’à recruter parmi les percepteurs, en la personne notamment de Saint Matthieu qui devint même l’un des quatre évangélistes.
      À tout seigneur, tout honneur : commençons par la célèbre réplique « Rendez à César, ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu » ( Marc, XII, 13-17 ; Matthieu, XXII, 21 ; Luc, XX, 25). Que signifie cette phrase ? Certes que politique et morale ne font pas bon ménage, mais aussi qu’il est légitime de payer l’impôt, pourvu que celui-ci serve aux missions de l’État et non à financer les associations bien-pensantes.
      Attardons nous maintenant sur le miracle de l’impôt du Temple trouvé dans la bouche du poisson ( Matthieu, XVII, 22-27). Rappelons qu’il s’agit de l’épisode au cours duquel les collecteurs de l’impôt du Temple demandent à Pierre si Jésus paie bien les deux drachmes dues par chaque Juif pour l’entretien du Temple de Jérusalem. A cette occasion, Jésus interrogea Pierre pour savoir si les rois perçoivent les taxes sur leurs fils ou sur les autres personnes. Pierre répondit que les taxes étaient bien entendu perçues sur les autres personnes et Jésus en déduisit que les fils étaient libres. Bien que fils de roi, Jésus conseilla tout de même à Pierre de ne pas créer de scandale et de payer le tribut au Temple et, pour ce faire, lui suggéra d’aller au lac pour récupérer la pièce de quatre drachmes qui se trouverait dans la bouche du premier poisson pêché, permettant à Pierre et Jésus de s’acquitter de leur obligation.
      Conclusion, le système fiscal du Christ, si on peut dire, consiste donc à établir un impôt nécessaire et suffisant pour les missions de l’État (ou du Temple puisque chez les Hébreux les deux étaient indissolublement liés), de manière à laisser aux hommes toute liberté pour pratiquer ensuite la charité. L’impôt ne remplace pas le don.
      Si on en vient aux Actes des Apôtres, on constate un même souci de la hiérarchie. Saint Paul écrit ainsi : « Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur ». (Epître aux Romains XIII, 7).
      Donc chers insurgés payez l’impôt

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 16:45, par la force révolutionnaire En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    je pense que ce gouvernement est irréfléchi,pour cause il a creusé sa propre tombe. en effet s’il applique les iuts au public il aura chaud et s’il ne la fait pas il aura chaud car nous au privé nous n’allons pas nous laisser faire.
    Au lieu de prendre le problème au sérieux et il chercher des solutions les différents gouvernements ont cherché à acheter des syndicats ou des centrales syndicales qui ne représentent rien pour nier l’évidence voilà que cela vous rattrape :
    merci à tous les travailleurs pour la mobilisation.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 17:53, par ya ana En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Et pourquoi ce traitement si discriminant vis à vis des salariés du privé ?

    Il sied de noter qu’une bonne partie des travailleurs du privé bénéficie de rémunérations souvent largement en déça de celles servies au Public.

    La moindre prime au privé est vite taxée alors même que ces sommes faramineuses dites "primes de motivations", "13è mois" et autres allouées aux agents publics continuent d’être exonéréés de tout impôt.

    Pourquoi ? Oui pourquoi ? Les travailleurs du privé ne sont ils pas eux aussi fils de ce Pays ?

    Les Gouvernants se doivent de vite revoir afin que cette justice devant l’impôt soit enfin une réalité pour Tous

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 18:00, par Pleures oh pays bien aimé En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Le gouvernement a intérêt à répondre aux dénonciations des syndicats sur ses abus sinon son silence est un avis de culpabilité. Si nous ne trouvons pas de compromis justes et équitables à tous ces problèmes, nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle dévaluation de notre monnaie. Comme ça on fait tourner la planche à billet, on met le smig à 5 000 000 de coris Burkinabè. Avec ça on aura 3 000 000 coris BFpour un sac de riz, 200 000 coris pour une miche de pain, 100 000 coris BF pour verre de café, 700 000 coris BF pour une bière

    Voila une solution pour que tous les burkinabè soient riches...en coris

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 18:11, par Passakziri En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Je pense que les magistrats ne sont pas les mieux placés pour prétendre vouloir defendre les conditions des travailleurs. Quand on vous a servi vos combos, vous vous êtes rangés non ? Nous avons d’un contrat social pour notre pays ou tout le monde doit accepter mettre ses intérêts personels un peu en arrière plan. Certes c’est une reaction normale des humains que nous sommes de vouloir d’abord nous satisfaire avant de penser au autres, mais si on ne se fixe pas de limites on risque de crouler . Ou sont nos fameux panafricanistes ? Comment construire une nation solide dans le mouta mouta ou on ne veut pas de l’aide tout en pronant le gangstérisme fiscal ?
    Si vous êtes mécontents des mésures du gouvernement et du PF, alors ne les votez pas en 2020, s’ils sont réelus, ca voudra dire que le peuple ( y compris les fonctionnaires ) est derrière leurs décisions et vous devriez vous plier et vivre avec.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 18:59, par BARK BIIGA En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Je ne pense pas que c’est responsable de lutter contre un impôt dans un pays ou les uns (privés) payent, on demande à ceux qui sont dans le public de payer ils veulent grever pour ça. Si les magistrats demandaient à la bonne fin d’utilisation c’est encore mieux.
    qui va payer des impôts sur son maigre salaire qui va être utilisé pour payer vos gros salaires ?
    Soyez qu’à même objectifs et responsables pour lutter contre la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 20:27, par KABORE En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Moi c’est l’attitude de privés qui me fait le plus mal ! Les syndicats du public tout d’un coup se rendent compte que l’UITS appliqué sur le privé n’est pas bon et demande son retrait pure et net. Mais où étiez vous pendant tout ce temps ? Et personne du privé n’ose dire la vérité à ces gens du public. Une question..Etes vous sûr que vos employeurs joueront franc jeux ???
    Ce qui est sûr toutes les compromissions se payent sur cette terre..

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 10:22, par Un Burkinabê En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      KABORE, il faut être fier de payer ses impôts. Je trouve "malhonnête" que les magistrats ne travaillent pas à réduire la corruption (vrai problème de Notre pays). Ils ont une loi qui a été votée (delit d’apparence) ; qu’ils l’appliquez et voir si le coût de la vie ne diminuera pas au pays. Il ya un lien entre la vie chère et la corruption. C’est aux Magistrats de sauver cette Nation Burkinabê en devenant plus courageux.

      Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 20:49, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Un sage doit savoir reculer avant qu il ne soit trop tard et le cas historiquement et géographiquement très proche de Blaise Compaoré devrait instruire plus d un entêté:déjà la cognée est a la porte de mouta mouta et le bélier est ténu par les magistrats propriétaires comme qui dirait de tous les dossiers,pendant que la masse de salariés directs et indirectes scande:houra ! houra !,espérons que la sagesse va pevaloir !

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 20:54, par figo En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Il faut que ceux qui interviennent à tord et à travers comme Indjaba sachent que les fonctionnaires paient aussi l’impôt et que ce n’est pas seulement les entreprises et les travailleurs du privé qui supportent le service public. Certains fonctionnaires paient actuellement plus d’impôts que beaucoup de PME qui organisent leur déficit chaque année (il faudra désormais que le fisc y veille rigoureusement). Il faut aussi savoir que ce problème d’extension du mode de calcul de l’IUTS, s’il ne rencontre pas un aboutissement heureux, va rejaillir sur toutes les composantes de l’économie (commerçants, travailleurs du privé, État et syndicats accompagnateurs) et malheureusement sur la population. Enfin, il faut noter que les mêmes gouvernants qui n’ont pas jusqu’à présent remplient leurs engagements vis-à-vis des travailleurs (cas des travailleurs de la santé et de l’enseignement) à qui ils demandent une trêve sociale sont les premiers à diminuer les salaires non corrigés en prenant bien soin de préserver leurs émoluments indûment fixés. S’ils persistent, l’équité devra s’étendre aux éléments suivants : octroi d’une indemnité de transport aux agents publics, prise en compte des indemnités dans le calcul de l’indemnité de départ à la retraite et de la pension etc. Comme l’ont souligné les anciens : "quand l’âne va te terrasser tu ne regardes pas ses oreilles".

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 12:22, par Indjaba En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      Le paiement doit concerner tout revenu. Les commerçants des yaar ne choisissent pas certains revenus pour soustraire des impots. Merci de payer integralement tes impots ou si tu te sens brimé à la fonction publique tu vas tranquillement au privé et c’est là où tu connaitras ce qu’on appelle impot. Des commerçants se sont suicidés, des boutiques se sont fermées pour contraindre des Burkinabès( dont les recettes annuelles sont inferieures à la masse salariale des magistrats ) à payer leur impot.

      Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 06:13, par Courage En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Les magistrats paiement suffisamment d’impôts à mon avis. Ce sont les députés et les membres du gouvernement qui veulent se soustraire à l’IUTS. Les agents publics y compris les magistrats paiement l’IUTS depuis 1970, c’est l’extension de cet impôt sur les primes et indemnités qui posent problème.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 06:26, par Burkinabé En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Ce pays est vraiment magnifique, des syndicats se prononcent contre une mesure du gouvernement qu’ils jugent dangereuse et susceptible de créer une autre crise, il se trouve des idiots qui n’ont rien compris au débat pour venir débiter des inepties. Tous les agents publics y compris les magistrats paient l’IUTS sur le salaire indicaire et personne ne se plaint de cela. Là où les agents publics disent non c’est l’extension de l’iuts aux indemnités et primes.

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 12:09, par Indjaba En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      Mr l’intelligent : les indemnités et primes sont des revenus ou pas ? Dès que la reponse est oui, il faut payer l’impot ladessus. C’est ainsi dans tous les pays dont vous enviez le developpement USA, chine, france etc. Magistrat=300000f d’indemnité par mois sans impot ; ouvrier de la brasserie de kossodo= moins de 100000f d’indemnité/mois et paie l’impot. Mr l’intelligent est ce que c’est juste ? Oui vous direz de faire disparaitre l’IUTS pour tout travailleur mais pourquoi l’etat ferait alors payer un impot sur benefice au petit vendeur d’epicerie du quartier qui n’a meme pas 5 millions de marge par an ? Qu’on supprime tout impot dans le pays et là on sera bien content y compris les syndicats. En fait les 200000 foncos pensent qu’ils sont plus Burkinabè que ces millions de commerçants dans les yaars qui se rongent pour payer les patentes et autres taxes.

      Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 07:38, par raogo En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Passakziri je suis d’accord avec toi. Quand on n’a augmenté les salaires des magistrats ils étaient content. Mais quant il s’agit de payer les impôts vous n’êtes plus d’accord çà c’est bizarre. Aucun syndicat n’a demandé de supprimer les impôts au niveau du privé pour leur soutenir. Ceux du privé souffre pour payer les impôts. Moi je suis d’accord pour l’équité des impôts au sein des travailleurs sans exception. Je n’aiment pas ce gouvernement mais je les soutiens pour cette loi à 100%. D’accord qu’il faut revoir après le train de vie de l’Etat, la corruption, la gabegie. revoir le budget de certaines institutions...

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 08:55, par figo En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Afin d’intervenir utilement dans ce débat, il est important que les agents du privé et ceux qui soutiennent le Gouvernement se renseignent sur ce qui suit :
    - comment se calcule l’indemnité de départ à la retraite au privé et au public ? va-t-on rétablir l’équité à ce niveau aussi ?
    - comment se calcule la pension au privé et au public ?
    - parmi les indemnités exonérées partiellement, quelles sont celles dont disposent les fonctionnaires ?
    - combien d’agents sont en retard d’avancements de plus de 4 ans au public ?
    - le gouvernement respecte-t-il ses engagements avec les syndicats du public ? quelle est la réalité actuelle ?
    - combien gagnent en réalité les membres du gouvernement en vertu des contrats non publiés et à combien se chiffre le total de leurs avantages en nature non imposés ?
    - pourquoi certains syndicalistes se sont donné pour rôle de défendre un gouvernement qui ne respecte pas ses engagements ? L’équité consiste-t-il à diminuer pour le voisin ou à demander la même chose que lui ? Travailleur du privé, réfléchissez-y et vous comprendrez que ce n’est pas vous que certains défendent en réalité.
    Ce qui arrive est aussi de la responsabilité des syndicats qui ont toujours accepté des accords portant sur des augmentations d’ indemnités au lieu du salaire. Les voila prévenus pour les prochaines échéances.

    Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 11:51, par Indjaba En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      Dans la definition de l’impot, il est dit quelque part que l’impot se PAIE SANS CONTRE PARTIE. Les problemes de gouvernances, de retraites et de gestions des carrieres ne peuvent pas servir de motif pour fuir l’impot qu’on est tenu de payer sans contrepartie sinon on va au gnouf comme aux USA ou en Chine . Vous vous imaginez qu’actuellement le magistrat à plus de 300000f d’indemnité/mois mais il ne paie aucun impot ladessus et pendant ce temps les petits ouvriers des sociétés de presses, des cliniques, de la Brakina, des banques, des pharmacies etc avec des indemnité de moins de 100000/mois doivent payer l’IUTS ladessus. Pour des magistrats ça doit vous gener cette inegalité devant la loi.

      Répondre à ce message

    • Le 16 janvier à 14:08, par hakilignini En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

      Merci FIGO pour votre commentaire qui contribuera à éclairer ceux qui sont de bonne foi car certains pensent que la solution est de réduire, en plus des salaire des agents du privé, celui des agents de la fonction publique. A mon sens cette volonté d’application de l’IUTS entraînera une réduction du niveau de vie des burkinabès.
      merci.

      Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 09:01, par À qui la faute ? En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Sacré pays de contradictions
    - Dans quel pays qui aspire au développement on encourage les gens à travailler dans le public, à travers tous ces avantages : garantie d’emploi, c’est l’ancienneté ou le diplôme qui est rémunéré plutôt que le rendement, beaucoup moins d’impôts, et tous les fonctionnaires font du business dans le privé. Dans les pays développés ce sont les plus médiocres qui vont dans le public pour être tranquilles, à part bien sûr quelques passionnés ou les hauts fonctionnaires. Ici tu vas "garer ta voiture dans le public" et puis tu cherches le fric dans le privé à travers pleins d’activités. Même les plus hauts fonctionnaires de ce pays ont des fermes, des boutiques pour concurrencer ceux qui ne vivent que de ça
    - Les gens aspirent au communisme mais ne veulent pas d’équité. On chante nationalisme, panafricainisme mais on ne veut surtout pas être être traité comme son semblable. Quand la Chine avait notre niveau de développement le fonctionnariat était un sacrifice. Les chinois n’étaient pas arrosés de billets de banque avec autant d’avantages.
    - Les magistrats osent dire ouvertement dans une lettre que si l’iuts impacte leur salaire ils vont retourner à la corruption. Les juges qui ne veulent pas être justes. Sachez que le salaire des fonctionnaires provient des iuts et autres raquettes du privé. Nous ne sommes pas dans un pays pétrolier

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 09:04, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    - Tout ceci est du brouhaha ! Il ne faut plus voter pour le MPP en 2020 et tout rentrera dans l’ordre !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 09:14, par ouedraogo antoine En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Il faut que les dirigeants ouvrent bien les yeux. nous du privé sont en tout temps acculer par les impôts. L’IUTS devrait normalement être appliquer au même moment pour le public et le privé. Les impôts ont forcé le privé à l’appliquer et eux même agent de l’Etat ne l’ont pas appliqué. Quelle mauvaise fois. Il faut rapidement corriger cela sinon nous du privé nous reviendrons à ancienne formule du calcul de l’IUTS et demander le remboursement de ce qu’on a déjà payé.
    A bon entendeur Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 10:04, par Junior En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Dura lex, sed lex une locution latine signifiant « dure est la loi, mais c’est la loi »

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 10:55, par Tapsoba USA En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Je crois que ses tres malhonnettes de la part des magistrats, car c’est a cause d’eux que les greves a ne pas finir sont venue dans le pays.
    Le problemes en Afrique se sont les soit disant intellectuels.
    Dans tous les Etats responsibles et civics il ya des taxes multiples obligatoire que chaque travailleur paie.
    Pire on voit certains fonctionnaires toujours corrompus avec des entreprises fictives et detrournent les marches pour leur cousins, neveux et autres.
    Comment voulez vous developer un pays ainsi ?
    Il ya des milliers de diplomer mieux que certains fonctionnaires qui attentent d’etre recruiter, alors je demande au GOV de licencer tous ces fonctionnaires comme le maire de Houston a licencer les pompiers l’ete passe et recruiter du nouveau.
    Les juges, les finnaciers ne sont pas plus diplomer que les medecins et autres mais sont mieux payer que ces derniers. Pourquoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 14:09, par Bien comprendre En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Bonjour Chers amis,
    Je crois qu’à mon avis la question des UITS n’est ni une question de niveau de diplôme, ni des fonctionnaires ou des gens du privée. A mon avis la question est sur le fait qu’il y ait des gens au Burkina qui se croient plus malins que les autres et qui se donnent le droit que le peuple les donne, de faire ce qu’ils veulent.
    Comment comprendre que, des mesures qui ont été prises en temps de crise à une époque bien définie pendant laquelle l’état Burkinabé manquait des fonds pour payer ses fonctionnaires, et pour la relève de l’économie du pays en chute, mesures négociées et décidées à l’unanimité.
    Alors ces mesures devraient être appliquées pendant un certain temps et prendre fin dès qu’elles atteindront leurs résultats recherchés.
    Voici maintenant que l’Etat Burkinabé, après s’y être habitué à cette aide de crise, veut maintenant l’imposer ; sans négocier. Ah Ah on a goutté à l’aide, c’est doux ; maintenant on veut augmenter l’aide en forçant les fonctionnaires de l’Etat bien aisés et qui se sont battus pendant des années pour avoir un peu de dignité à payer les UITS.
    Je vous en prie quand même un peu de dignité, et la raison donnée pour imposer cette mesure aux fonctionnaires de l’Etat, c’est de dire que le privé paye ses impôts, pourquoi les fonctionnaires de l’Etat ne les payera pas ;
    Ne mélangeons pas les pédales, revenons au départ , oui car tout est parti du départ ; et consultons toutes les différentes parties, encore dans l’unanimité avant d’imposer quoi que cela soit.
    Et puis d’ailleurs, en temps de crise, on n’impose pas ; on se concertent ensemble.
    Je propose donc au gouvernement Burkinabé de revoir sa manière et son approche de résolutions des crises dans la sagesse et dans l’humilité avec honneur et dignité.,
    Voici ma proposition :
    Ainsi, les UITS peuvent payables aux fonctionnaires de l’Etat qui auront le double d’indemnité de leur salaire. Les fonctionnaires qui ont des indemnités en dessous de leur salaire sont exempts de payer les UITS ;
    Exemple si un fonctionnaire de l’Etat gagne comme salaire 500 000 F CFA, avec une indemnité de 500 000 F CFA, alors ce dernier paye les UITS. Mais si le fonctionnaire de l’Etat a une indemnité de moins que son salire, alors il est exempte de payer les UITS.
    Cette mesure s’applique aussi aux acteurs du secteur privé afin d’équilibrer les mesures.
    Il faut noter que tous les fonctionnaires de l’Etat et du privé qui ont plus de 500 000 F CFA doivent forcément payer les UITS.
    Ainsi en mettant un barème de salaire auquel les UITS doivent être payer dans les deux secteurs privé comme étatique ;
    Enfin soit on annule simplement les UITS, dans le privé comme dans la fonction publique puisque maintenant l’Etat Burkinabé a tellement d’argent qu’il se permet d’aller prendre le peu d’argent que certains de ses membres mal payés et qui se battent pour survivre.
    Mes amis soyons honnêtes avec nous mêmes et arrêtons soit d’être hypocrites, méchants car nous oublions d’où nous venons ; soit de vouloir vivre dans le luxe sur dos des pauvres et malheureux citoyens Burkinabé avec des prétextes inutiles. Merci
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 15:55, par TTIENFO En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Cette sortie de l’’intersyndicale des magistrats du Burkina Faso était plus que nécessaire pour clarifier les motivations de leur opposition au principe de l’inclusion des indemnités dans la base de calcul de l’IUTS. Chapeau aux magistrats ; les termes employés sont clairs et précis. Merci pour la dénonciation des salaires de certains membres du gouvernement. Ils estiment que les autres doivent se saigner pour leur permettre d’assurer l’avenir de leur arrière arrière petit-enfants. A ma compréhension, le Premier Ministre, les Présidents d’institutions et les Membres du Gouvernement sont nommés après consultation et acceptation de leur part. C’est donc en connaissance de cause qu’ils disent oui pour être nommés. Même n’étant pas magistrats on espère que le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou traitera cette dénonciation comme il se doit. Il est temps que certains comprennent qu’ils sont mal placés pour conduire certaines réformes au regard de leur propre situation vis-à-vis de nos lois garant de la cohésion sociale et de la bonne marche du pays. Nous voulons tous le développement de ce pays, mais les efforts doivent être proportionnels tout en respectant nos lois. Gouverner c’est prévoir, mais dans ce pays que c’est le contraire pour le gouvernement MPP, les charrues sont mises avant les bœufs dans les prises de décisions. Vous violer vos propres textes et vous voulez les appliquer au pauvre peuple. Ce gouvernement a pour principe ça n’arrive qu’aux autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 16:29, par James En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    AU MOMENT OU VOUS LUTTEZ POUR VOS AUGMENTATIONS DE SALAIRE ET ON VOUS A OCTROYER CELA. VOUS DEVEZ REMPLIR VOS OBLIGATIONS VAILLE QUE VAILLE. LAISSEZ LE PAYS EN PAIX.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 14:13, par LE CITOYEN En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Chers Magistrats, depuis le gouvernement impose l’IUTS sur les les indemnités et primes du privé sans l’appliquer au public (donc les gouvernants aussi). Pour compter de 2020, il se rends compte de cette injustice et décide de l’étendre à tous les travailleurs sans pour autant indemniser ceux qui ont payer depuis longtemps. En droit, ne devez vous pas aussi saisir le Procureur du Faso pour que l’État indemnise ceux qu’il a brimer de fait sciemment ? Toute injustice à droit à réparation. Vous demandez l’annulation de l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités de tous les travailleurs ou le maintient du statut quo ? Si c’est le statut quo, à savoir l’application des travailleurs du privés et l’exonération du public, il y manière à se poser des questions sur votre combat ou le le sens de vos serments de dire le droit pour tout citoyen surtout les plus faibles et les moins nombreux.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 14:45, par LE CITOYEN En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Chers Magistrats, depuis le gouvernement impose l’IUTS sur les les indemnités et primes du privé sans l’appliquer au public (donc les gouvernants aussi). Pour compter de 2020, il se rends compte de cette injustice et décide de l’étendre à tous les travailleurs sans pour autant indemniser ceux qui ont payer depuis longtemps. En droit, ne devez vous pas aussi saisir le Procureur du Faso pour que l’État indemnise ceux qu’il a brimer de fait sciemment ? Toute injustice à droit à réparation. Vous demandez l’annulation de l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités de tous les travailleurs ou le maintient du statut quo ? Si c’est le statut quo, à savoir l’application des travailleurs du privés et l’exonération du public, il y manière à se poser des questions sur votre combat ou le le sens de vos serments de dire le droit pour tout citoyen surtout les plus faibles et les moins nombreux.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:29, par Sidbewendin Zoungrana En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Je me surprend de cette réaction des Acteurs de la Justice, surtout dans sa partie qui a devoir de défendre au-delà des intérêts de ses membres, la probité et le "PATRIOTISME" au sein de leur Corps dont la fonction essentielle de garantir au pays et au peuple, la Sécurité, la Paix et le Développement. Même si vous n’aviez pas de connaissances approfondies sur les tenants et aboutissants du Développement d’un pays qui dans son essentiel de composé d’ENTREES de Recettes et de DÉPENSES. Ce qui est d’ailleurs dommage quand on sait que cette méconnaissance conduit les Magistrats/Juges d’envoyer des innocents dans les geôles au profit des Vrais et Réels auteurs de crimes de vols et détournements pour quelques peccadilles ; d’où la justification de la "CORRUPTION" qui se trouve ainsi soutenue, vous, acteurs de la Justice devriez savoir que lorsqu’on parle de Recettes budgétaires, on parle de tout ce que l’État est en droit et devoir de REUNIR pour financer outre le Développement, les besoins et frais de fonctionnement de l’Etat dont vos salaires mirobolants qui n’ont d’ailleurs pas leurs raisons d’être parce que, insuffisamment justifiés. Et parlant d’équité et de répartition juste des richesses, donc de la nécessaire JUSTICE POUR TOUS, votre position est et reste malhonnête. Oui. Je le dis et en assume entièrement la responsabilité car, choqué au plus point par votre comportement. En effet, même si vos Actions sont sous-tendues par des visées politico-politiciennes, la probité et la déontologie de votre Profession devraient vous imposer plus de retenues qui sauvegarderaient votre IMAGE. Comment un Magistrat pourrait soutenir une aberration telle celle de l’obligation de tous travailleurs de participer à la collecte nationale des Recettes qui permettront à l’Etat de pourvoir à la couverture de ses devoirs régaliens dont le paiement de vos salaires qui somme toute, absorbent 56% du Budget national ? Pendant qu’on exige des autres Acteurs et Opérateurs Économiques le paiement des Impôts & Taxes sur leurs revenus, vous, vous estimez injuste qu’on vous demande à vous, Fonctionnaires, le paiement d’un Impôt sur ce que vous gagniez sans grands efforts d’ailleurs qu’on appelle IUTS. Trouvez-vous juste que ce soient seulement les acteurs du Privé qui paient cet Impôt pour que vous, déjà bénis par les "Encaisses sans efforts" que vous réalisez tous les mois, en soyez exemptés ? Pour un Syndicat, surtout défendant la Justice, je suis déçu de votre vision, votre compréhension et vos attitudes. Relisez vos copies afin de ramener les choses à leurs bons endroits car le Faso est pour tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:07, par La raison En réponse à : Débat sur l’IUTS : Les magistrats appellent à la mobilisation

    Au Burkina, tout le monde est devenu spécialiste en tout : en médecine, en droit, en économie, en fiscalité, en politique, en legistique, et tout le monde se mêle de tout même là où le silence s’impose. C’est dommage !!!!
    Mais ce qui est plus dommage est que personne ne s’interroge sur ce qu’il dit ou écrit peut apporter un plus à la société, à la paix, à la justice et j’en passe.
    Parlant de l’écrit des magistrats, je crois savoir qu’ils ne refusent pas de payer l’impôt car ils sont eux aussi des citoyens et sont eux aussi soumis à la loi. Leur lutte contre le nivellement du pouvoir d’achat vers le bas ne les concerne pas eux seulement mais prend en compte les intérêts de tous ceux qui paient comme eux l’IUTS : qu’ils soient tous traités avec équité mais pas par la réduction du pouvoir d’achat des agents de l’Etat. En ce qui les concerne spécifiquement, si vous voulez vraiment une justice à la hauteur des attentes des grands pays démocratiques, vous êtes obligés de leur donner les moyens que cela nécessite ; une justice de qualité coute chère. Et comme vous aimez les comparaisons, sachez qu’en France, le Vice-Président du Conseil d’Etat par exemple, a une rémunération supérieure égale à celle du Gouverneur de la Banque centrale. Aux USA, un magistrat n’a absolument rien à envier à un ministre et ceux de la Cour Suprême sont des demi dieux. Si vous voulez la DEMOCRATIE, elle passe par l’indépendance totale de la justice et on est encore très loin de ce qu’il faut pour y arriver. Quand WADE a multiplié le salaire des magistrats sénégalais par quatre, on a enregistré les mêmes réactions qu’ici. Courageusement, il a assumé en répondant qu’il faut mettre le pouvoir judiciaire à sa vraie place si on choisit la démocratie et que le concours de la magistrature est ouverte à tous les citoyens remplissant les conditions légales requises. Alors, ce qui ne peuvent plus remplir les conditions, préparez vos enfants pour cette exaltante fonction aux charges très lourdes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Développement local : les réalisations du projet pilote d’amélioration de l’aviculture traditionnelle en évaluation
Application de l’IUTS au Burkina Faso : Quand les éléphants se battent…
Préavis de grève des syndicats : Voici la plateforme revendicative
Centre universitaire de Ziniaré : Les activités académiques et pédagogiques lancées
Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée
Santé : Pr Claudine Lougué encourage les agents de santé à Fada N’Gourma et Koupèla
Bobo-Dioulasso : Une marche le 29 février prochain pour dénoncer « l’injustice » dans le lotissement du secteur 26
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’extension de l’IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés