Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Avec de la persévérance et de l’endurance, nous pouvons obtenir tout ce que nous voulons.» Mike Tyson

Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

Accueil > Actualités > Politique • Compte rendu • jeudi 14 novembre 2019 à 22h26min
Insécurité au Burkina : « C’est le MPP  et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

Dans le compte-rendu ci-après de la rencontre du Cadre de concertation du CFOP, tenue 12 novembre 2019, l’opposition politique passe en revue les grandes questions de l’heure au Burkina.

Le Cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC/CFOP) a tenu une réunion ordinaire le mardi 12 novembre 2019 à Ouagadougou. La rencontre, présidée par le Chef de file de l’Opposition, M. Zéphirin DIABRE, portait sur l’ordre du jour ci-après :

-  -la crise sécuritaire,
-  -les démembrements de la CENI à l’extérieur,
-  -divers.

I – Au titre de la crise sécuritaire

Au titre de la crise sécuritaire que vit notre pays, les participants sont revenus sur l’attaque lâche et criminelle de Boungou, qui a causé de très nombreux morts, une douleur sans pareille dans de nombreuses familles, et un émoi qui a dépassé de loin nos frontières.

Une fois de plus, l’Opposition politique présente ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées, et ses vœux de prompt rétablissement aux blessés.
L’Opposition tient aussi à saluer l’engagement et la bravoure de nos Forces de défense et sécurité (FDS), qui paient chaque jour que Dieu fait le prix du sacrifice suprême pour protéger le Burkinabè.

Les participants ont procédé à un examen approfondi du contexte sécuritaire général de notre pays, sous l’angle de considérations bien précises évoquées ci-après.

1) L’échec patent et la responsabilité historique du MPP et de ses alliés
Depuis 2016, date de l’arrivée au pouvoir du MPP, la situation sécuritaire de notre pays est en dégradation constante avec une multiplication des attaques terroristes. Graduellement, les forces du mal ont réussi à pénétrer notre territoire national, à y créer des sanctuaires, puis à se propager sur toute son étendue.

Nous vivons un drame national qui nous interpelle tous en tant que Burkinabè, mais il convient de savoir en situer clairement la hiérarchie des responsabilités.
C’est le MPP, parti au pouvoir, et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays face à l’hydre terroriste.

C’est à eux que les Burkinabè ont confié, en toute liberté, la gestion du pays. C’est le MPP et ses alliés politiques qui gèrent le pays et personne d’autre. Partant de ce fait, ce sont eux les responsables de la situation du pays. Si le pays se portait bien, ils allaient à bon droit s’enorgueillir, s’en prévaloir pour solliciter les nouveaux suffrages et jamais ils n’associeraient quelqu’un d’autre à leur succès. Le peuple les féliciterait, et ce serait normal.

Dans la même logique, ils sont les premiers responsables de la mauvaise santé actuelle de notre pays aujourd’hui. Ce sont eux les responsables, et personne d’autre. Ils doivent accepter d’être indexés.

Pour notre malheur à tous, le MPP et ses alliés ont échoué dans la gestion de notre sécurité à tous. Et rien n’indique qu’ils feront mieux dans les temps à venir.
En effet, depuis le premier acte d’envergure signé par ces criminels, avec l’attaque du café Cappucino en janvier 2016, on n’a vu nulle part une démarche, une stratégie mise en œuvre qui stabilise ou renverse la tendance. Au contraire, on a assisté à une approche par tâtonnements et par improvisation.

Depuis janvier 2016, on note que trois ministres de la Défense (y compris le Président du Faso lui-même) et trois ministres de la Sécurité se sont succédé sans qu’il n’y ait le moindre indice d’une amélioration de la situation. En dépit de déclarations péremptoires qui ont accompagné leur arrivée aux affaires, tout ce beau monde a étalé une incompétence notoire et une incapacité à nous faire voir autre chose qu’une lente descente aux enfers du pays.

Là où les Burkinabè attendaient une amélioration, ils ont vu une dégradation constante.

Il est important que cet échec soit souligné et admis, avant même de parler d’autre chose. Et les supporters du régime doivent l’admettre. Or, il s’en trouve qui, par ignorance ou par malhonnêteté politique, cherchent à semer la confusion, soit en voulant trouver des excuses, soit en voulant parler d’une responsabilité commune à l’opposition et au pouvoir.

Pour expliquer ou excuser leur échec, le pouvoir du MPP et ses supporters aiment à nous dire soit que c’est l’ancien régime qui leur met les bâtons dans les roues, soit que le phénomène du terrorisme est mondial et que le Burkina Faso n’est pas le seul pays touché.

Sur le premier argument, celui de l’implication présumée de l’ancien régime, l’Opposition politique dit que si tel est le cas, elle ne comprend pas pourquoi le pouvoir ne montre pas les preuves dont il dispose et pourquoi il ne traduit pas les personnes concernées en justice.

Le deuxième argument, celui de l’universalité du terrorisme, s’il est vrai dans la forme, ne saurait constituer une excuse pour justifier un échec. Le terrorisme frappe beaucoup de pays, mais tous les pays ne réagissent pas de la même manière. Il ya des différences de résultats dans les réactions. Dans notre sous-région, jusqu’à l’arrivée du MPP au pouvoir, c’est uniquement du Mali et dans une moindre mesure du Niger, qu’on parlait. Comment les autorités du Burkina ont-elles laissé leur pays s’ajouter à cette liste ? Aujourd’hui, la gravité de notre situation a dépassé celle du Niger pour atteindre, voire même dépasser celle du Mali. Dans la forme de mondialisation que nous vivons actuellement, tous les problèmes que rencontrent les pays sont universels. Mais la différence entre pays réside dans la manière dont les dirigeants gèrent ces problèmes.

Le sida est une pandémie mondiale, mais le Burkina Faso a pu mieux le contenir que le Botswana, quand on compare les taux de prévalence. Les dirigeants du Burkina sont donc plus compétents que ceux du Botswana dans ce domaine. Le chômage est un mal mondial qui frappe tous les pays capitalistes, mais les Etats Unis sont proches du plein emploi tandis que la France atteint les 10% de chômeurs.

Face au terrorisme, notre gouvernement fait beaucoup moins que les autres, et ce sont les Burkinabè qui payent le prix de leur incompétence.

Aux uns et aux autres, il convient de rappeler que l’Opposition politique n’est nullement consultée et encore moins associée à la gestion des affaires de l’Etat. Ce n’est pas elle qui nomme les responsables aux différents postes de l’Etat et son avis n’est pas demandé. Ce n’est pas elle qui décide des allocations budgétaires comme le budget de l’Armée. Ce n’est pas elle qui définit la stratégie de guerre. Ce n’est pas elle qui organise l’Armée. Ce n’est pas elle qui décide quel armement acheter et à qui. On ne peut donc pas, à moins d’être de mauvaise foi, lui imputer une quelconque responsabilité dans la situation chaotique du pays.

Les Burkinabè ont choisi en toute liberté leur pouvoir. Ils sont maintenant en mesure de constater les conséquences de leur choix.

Ils ont confié la destinée du pays à un pouvoir incompétent, totalement incapable d’assurer leur sécurité. C’est lui le premier responsable des malheurs de notre pays.

2) La question de l’union sacrée

L’incompétence du pouvoir du MPP et de ses alliés serait risible, s’ils ne présidaient pas aux destinées de notre pays. Cette incompétence face au terrorisme met tout le monde en danger. C’est historique, car rien de ce qui nous arrive aujourd’hui n’a de précédent dans notre histoire.

Parce que la menace est nationale, la cause est nationale. L’union sacrée des fils et filles du Burkina est donc plus que jamais nécessaire, et l’Opposition politique y adhère totalement. Pour elle, cette union sacrée doit se faire autour de la nation et de nos FDS.

Le problème, c’est que le pouvoir du MPP, qui appelle à l’union sacrée, n’a jamais dit en quoi doit consister concrètement cette unions sacrée. Le sait- il lui-même ? On peut en douter puisque depuis 4 ans qu’il utilise cette rengaine, il n’a jamais proposé une série d’actions supposées rentrer dans le cadre de cette union sacrée. Or c’est aussi sa responsabilité. Pour rassembler les Burkinabè, on ne peut pas se limiter à une formule lapidaire. On doit définir les tâches appelées par l’urgence nationale.

En attendant que le pouvoir du MPP ait l’intelligence de tracer la voie, l’Opposition nationale fait de son mieux pour soutenir notre nation en guerre :

-  depuis le début, elle a systématiquement condamné et fustigé l’action des terroristes,

-  elle a toujours apporté son soutien et ses encouragements aux FDS,

-  elle a réalisé des collectes d’argent pour soutenir l’action des FDS,

-  dans le cadre du Dialogue politique, et à l’occasion de rencontres avec le pouvoir, elle a présenté ses opinions, et ses propositions ;

-  Elle a toujours répondu présente à toutes les manifestations organisées par le pouvoir ou les forces sociales et rentrant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme,

-  elle n’a eu de cesse d’exhorter nos populations à la résistance,

-  elle a constamment mis en garde les populations sur les dangers qui menacent notre vivre-ensemble, et mis en garde les populations contre l’ethnicisme et le communautarisme ;

-  Elle a toujours joint ses prières à celles de tous les Burkinabè pour souhaiter le retour à la paix ;

-  elle a distribué des vivres aux personnes déplacées pour cause d’insécurité terroriste,

-  etc.

Parce que le Burkina doit être un et indivisible, l’Opposition politique est prête à prendre part à toute initiative entrant dans le cadre de cette union sacrée, pour peu qu’on lui en présente une.

Mais elle ne se prêtera pas au jeu du MPP pour qui l’union sacrée implique qu’il faut que l’Opposition arrête de critiquer les mauvaises décisions du pouvoir du MPP.
L’Opposition n’acceptera pas non plus que le pouvoir du MPP utilise le terrorisme comme un fonds de commerce pour se victimiser, et présenter toute critique à son endroit comme un manquement à l’union sacrée.

Enfin, alors que le pouvoir en place ne perd jamais une occasion pour organiser ses troupes et aller battre campagne sur le terrain (même les lancements de 04 ou 20 kms de route mobilisent le Chef de l’Etat), elle instrumentalise ses supporters pour dénoncer tout rassemblement de l’Opposition comme étant un acte de campagne en période d’insécurité. C’est un piège dans lequel l’Opposition ne tombera jamais. Pour nous, ce pouvoir incompétent n’apportera rien à notre pays. Il faut donc le changer. En tant qu’Opposition républicaine, nous ne voyons aucun moyen de le changer que de le battre démocratiquement. Il nous faut donc préparer notre victoire électorale, en allant sur le terrain.

3) La question de l’enrôlement des volontaires

Les participants ont examiné la décision du Chef de l’Etat de faire recruter des volontaires de défense. Dans le principe, l’Opposition politique burkinabè n’est pas contre cette initiative qui permet aux citoyens de participer directement à la défense de la patrie. Toutefois, l’Opposition souhaite obtenir du Gouvernement que des zones d’ombre soit levées :

- Pourquoi a-t-on besoin de recruter des volontaires de la défense, au lieu de militaires et paramilitaires en plein temps ?

- Notre Armée connait-elle des problèmes d’effectifs ?

- Qui va recruter les volontaires, les former, les équiper, les payer ?

- Qui contrôlera les actions de ces volontaires, et qui s’assurera de leur désarmement une fois la guerre terminée ?

- Pourquoi ne rappelle-t-on pas les éléments de nos FDS qui sont dans les missions onusiennes ?

- Que fait-on des policiers et militaires radiés qui connaissent déjà le métier des armes, surtout que leur reprise dans la Fonction publique avait été envisagée ?

- Quid des réservistes, des FDS à la retraite ?

- Les officiers supérieurs et les officiers généraux à Ouagadougou ne pourraient-ils pas fortifier le front par leur présence ?

- Comment expliquer le fait que l’Armée n’arrive pas à absorber le budget à elle allouée, alors que les FDS manquent de matériels de combat ?

Pour revenir à la question des volontaires, l’Opposition estime qu’on doit éviter à tout prix que cette opération ne donne lieu à la création de milices politiques et partisanes, régionalistes ou communautaires hors du contrôle de l’Etat, ce qui pourrait ouvrir les portes d’une guerre civile au Burkina Faso.

En outre, ces questions sur le sort réservé aux volontaires se justifient par la manière dont le Gouvernement gère déjà certaines questions liées au bénévolat : cas des Volontaires adjoints de sécurité (VADS), des professeurs du Programme emplois-jeunes pour l’Education nationale (PEJEN), des agents communautaires de santé, et des agents de recensement dans une moindre mesure.

Enfin, on a la nette impression que cette mesure a été annoncée sous la contrainte de l’émotion née de l’attaque de Boungou, un peu comme si le Président du Faso se croyait obligé d’annoncer une mesure phare lors de son adresse à la nation, pour contrer les critiques. Et, le compte-rendu du Conseil des ministres du 13 novembre vient confirmer l’improvisation : le Gouvernement y annonce qu’il y aura un travail législatif et réglementaire pour encadrer le recrutement des volontaires de défense.

Les charrues ont été mises avant les bœufs !

Par ailleurs, la lenteur mise dans l’opérationnalisation de la mesure a permis à des personnes sans foi ni loi de devancer les services de l’Etat et de se présenter comme recruteurs dans certains zones. Le ministre de la Défense a été obligé de publier un communiqué pour mettre les uns et les autres en garde. Si l’idée avait été mûrie, son opérationnalisation aurait été immédiate et ces profiteurs auraient eu du mal à opérer. Tout cela révèle une certaine improvisation qui n’incite pas à l’optimisme !

4) La question du financement de la guerre

La question du financement de la guerre a été examinée par les participants. Depuis la montée en puissance des attaques terroristes, des collectes de fonds sont organisées ici et là pour soutenir nos FDS. Lors du Dialogue politique, l’idée d’une contribution patriotique pour financer l’effort de guerre a été adoptée. Suite à la dernière attaque, certains leaders politiques ont fait des propositions allant dans le même sens.

L’Opposition politique redit ici que sur le principe, elle n’est pas opposée à ce que nos compatriotes soient invités à contribuer à un effort de guerre. Mais cette contribution doit être volontaire pour tenir compte des difficultés que rencontrent les ménages.

De plus, pour être crédible en cette matière, le Gouvernement devrait faire preuve de plus de transparence dans la gestion des fonds de l’Armée, si on se réfère aux récentes déclarations du Contrôleur général d’Etat, M. Luc Marius IBRIGA.

C’est pourquoi l’Opposition politique demande au Gouvernement la levée du secret défense sur le contrôle du budget de l’Armée. Les structures étatiques de contrôle devraient pouvoir s’assurer que l’argent destiné à l’Armée va effectivement à l’Armée, et que les marchés conclus au profit de l’Armée (achats d’armes, équipements, formations, infrastructures) respectent la règlementation et sont bien exécutés. Cela renforcera la confiance, d’une part au sein de l’Armée, d’autre part entre l’Armée et le Gouvernement, et galvanisera nos troupes au front.

II – Au titre des démembrements de la CENI à l’étranger

Au chapitre des démembrements de la CENI à l’extérieur, le Chef de file de l’Opposition a fait le point de la participation des partis d’opposition à ces instances. Les membres du Cadre ont fait des observations et formulé des propositions allant dans le sens d’une meilleure participation de la diaspora burkinabè à l’élection de 2020.

III - Divers

En divers, le Chef de file de l’Opposition, par ailleurs Président de l’UPC, a remercié ses pairs qui ont envoyé des représentants à la cérémonie de prière et de recueillement organisée par son parti le 09 novembre dernier à Abidjan. Les participants, eux, ont félicité l’UPC pour la grande mobilisation et pour le succès de l’activité.

Ouagadougou, le 13 novembre 2019
Le service de communication du Chef de file de l’Opposition

Vos commentaires

  • Le 14 novembre à 17:53, par YAWOTO En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    FELICITATIONS A VOUS POUR LA PERTINENCES DES ARGUMENTS, VIVEMENT QUE 2020 VOIT L’ORGANISATION D’ELECTIONS TRANSPARENTES POUR QU’ENFIN LE PEUPLE PUISSE PRENDRE SES RESPONSABILITES

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 18:13, par Ouvrez l’oeil ! En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Allez vpus faire élire et agir en conséquence
    Plusieurs dentre vous ne peuvent même pas faire remplir une cabine téléphonique

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 18:14, par Volta Noire En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Toute idée allant dans le sens de la lutte contre le terrorisme est à saluer. Il faut cependant que ceux qui portent l’idée de recrutement- de volontaires puissent éclairer le peuple sur un certain nombre de points :
    -Qu’est-ce qui ne va pas dans l’armée, pour que des civils puissent être invités au front ? Des problèmes d’effectifs des troupes ? De matériels ? De renseignement ? De motivation ?

    - Qui organisera les civils pour l’autodéfense ?

    - Qui fournira les armes (et quels types d’armes) aux civils ? Qui fournira les munitions ? Qui en assurera la maintenance, le suivi et la bonne utilisation ?

    - Comment éviter les germes d’une guerre civile, tout en tirant au maximum les bénéfices de cette autodéfense ?

    - Une fois les terroristes affaiblis, comment s’assurer le désarmement des civils ?

    - Quelles sont les menaces et opportunités pour l’Etat ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 18:49, par @Ensem En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Est-ce un problème de mémoire courte ou bien voulez vous continuer à abuser des gens ?

    Sur votre table de concertation se trouvait le CDP, ADFRDA et autres qui ont été à l’origine du projet de modification de la constitution ce qui a enfoncé le pays cette crise, ce trouvait sur votre table de concertation l’UPC qui a été du côté du peuple pour l’insurrection mais incapable d’empêcher le MPP de prendre le pouvoir parce que MPP et CDP c’est même pipe même taba. Sur cette table il n’y avait pas le peuple lui-même qui a voté le MPP et les syndicats qui ont handicaper le travail du MPP.

    A qui la faute maintenant ? A nous tous, travaillons ensemble avec le pouvoir en place pour ramener la sécurité et après allons à une compétition politique pour le bien du pays et de vos partis politiques. Sinon c’est tous qui perdront à moins que l’opposition ait des informations cachées sur ceux qui attaquent et attend d’être au pouvoir pour arrêter les attaques. Si c’est le cas aussi l’histoire vous rattrapera comme l’histoire a ratrappé Blaise Compaoré et son clan, mais c’est le pauvre peuple qui souffre le martyr.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 18:56, par Wendkouni En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    j’ai lu avec une grande attention votre écrit.
    Les burkinabé ne sont pas dupes.
    La solution ne deviendra pas de cette vieille classe politique , y compris l’opposition. Vous êtes les mêmes. Il nous faut une nouvelle race d’hommes politiques. J’ai dit que notre génération a failli. Il faut un renouvellement de la classe politique.
    Il faut un Macron burkinabé.
    Opposition et pouvoir ont montré leurs limites.
    Dommages pour mon pays.
    Les grands Hommes où les trouver ? Travaillons et prions Dieu pour qu’il nous donne des Hommes courageux, lucides et prompts à servir l’ État -nation.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 20:23, par Manuel En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Bonjour
    Juste une question ? Les forces de défense sont sous la responsabilité de qui ?
    Félicitations aux FDS, mais blâme à ceux qui les commandent ! Drôle de logique !

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 20:58, par Manuel En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Bonjour
    Félicitations à vous, chacun joue son rôle, le pouvoir MPP gouverne , le CFOP s’oppose, ainsi va la démocratie.
    Au moins ils ne demandent pas la démission du président Rock, c’est un pas en avant dans le bon sens, contrairement aux aventuriers qui, chaque instant demandent la démission de quelqu’un qui a une légitimité

    Rdv en 2020 et le peuple tranchera !

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 20:59, par La_Patrie En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Sur ce passage je suis d’avis avec l’opposition politique : « non plus que le pouvoir du MPP utilise le terrorisme comme un fonds de commerce pour se victimiser, et présenter toute critique à son endroit comme un manquement à l’union sacrée. »
    Ces derniers jours, toutes critiques émises sur la gouvernance calamiteuse de ce régime, est perçue comme une forme d’appel à la division par les militants de la majorité.
    ils le font pour masquer l’incompétence de ce régime. Eux-mêmes en toute âme et conscience savent très bien que ça ne va pas.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:11, par Dânkân En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Cette histoire de recrutements de volontaire est une insulte à l’endroit de nos FDS. Ce ne sont pas les reservistes ou les soldats radiés qui manquent dans ce pays, jusqu’au point où l’on doit recruter des volontaires. D’ailleurs qui n’ont pas de qualifications pointues pour combattre. Ce gouvernement déplace des problèmes dans d’autres problèmes.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:19, par Nouria En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Moi personnellement je suis contre ces recrutements de volontaires. Ca risque d’augmenter le taux de délinquance et de braquage après. Quand ça marche c’est bien mais aujourd’hui au Burkina plus rien n’est sous contrôle. La drogue aujourd’hui est devenue la chose la plus utilisée par les jeunes et imaginons ces jeunes dans ce volontariat une fois avoir reçu le minimum de formation mais c’est un criminel en puissance. Attention !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:29, par Vérité En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    En toute vérité l’opposition fait de son mieux. Le mpp qui se dit la solution est devenu un serpent à double sonnette pour le pays. Que de morts . C’est toujours les mêmes formules de je condamne avec la dernière énergie. . maintenant on demande au peuple de se porter volontaire comme si du coup on impute l echec aux FDS. Le problème c’est le mpp et ses alliés qui ne peuvent même pas satisfaire l’armée d’une nation. Les généraux nommés ambassadeurs doivent être rappelés, les soldats et militaires radiés sous Blaise doivent être réintégrés les hommes de tenue nommés gouverneurs et autres doivent céder leurs places aux administrateurs civils . De meilleures armes doivent être achetées. Un homme de tenue nommé à la défense. Moi incompétent réveille toi. Pitié pour mon peuple

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:29, par Ali de Saponé En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Je suis contre cette idée. Pourquoi pas réintégré les militaires radiés ?? Et ces après cette lutte les volontaire vont allé où ?? Ca serai encore des problèmes ! Et ces mêmes ennemis peuvent venir ce réformer et nous attaquer a mon avis c’est pas la solution.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:32, par Bonsa En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Cet appel au volontariat de mon point de vue est déjà échoué, pour la raison qu’il ne faudrait pas considéré cet appel pour un parti politique,( de la propagande politique ou du populisme)on ne prend pas une décision ainsi surtout d’envergure nationale, elle se réfléchit,s’analyse et se murrit, mesurez vous les les conséquences d’une telle décision ??? .,,la sagesse africaine nous enseigne que sous la colère,il faut garder le silence" En plus certains spécialistes nous en disent plus sur la guerre, elle ne s’est jamais remporté que par les armes, par les armes, c’est 20%. Et à 80% par le dialogue ,(rapport de force psychologique, de la parole). Alors ne cherchez pas à résoudre de façon conjoncturelle (à court terme), mais de façon structurelle. Tel est mon opinion, il n’y a pas de vérité absolue !!

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 21:40, par JAD En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Quelle tristesse !
    la désunion fait le lit du terrorisme mais est aussi à l’origine des violences qui s’expriment par la parole, la pensée, les actes.
    Il reste une année avant les élections et il est INDISPENSABLE de trouver une solution au terrorisme avant.
    L’exemple viendra de ceux qui prônent l’entente au delà de ce qui sépare.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre à 22:53, par Ana En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Tout ce que vous aviez dit est pertinent, mais la politique reste la politique.
    Le peuple va se méfier et il saura qui désigner en 2020.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 01:02, par jaunevert En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Ecoutez, de tout le CFOP personne n’a oser levez le petit doigt pour dire qu’on ne presente pas les condoleances 2 fois ici au Faso.
    Arretez de faire du theatre a chaque occasion, comme si vous etiez peine plus que les autres C’est dans les faits et gestes de tous les jours que cela se saura.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 07:46, par sankara saidou En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Vous voyez l’analyse d’une opposition ? Le terrorisme est là latent. Vous qui avez des solutions agissez et n’attendez pas car ce pays n’appartient ni au MPP ni à vous mais à tous les Burkinabé. Vous faites trop de critiques et de condamnation sans proposer de solutions. Quand M Blaise nourrissait et soignait les terroristes aux frais du contribuable Burkinabé et finançait le terrorisme au Liberia en sierra Léone en Guinée en Angola et un peu partout vous étiez au pouvoir avec lui. Ne saviez vous pas qu’ un jour notre pays paiera pour ça ? Sauf votre respect, ce que vous dites c’est du déjà entendu ; Vous n’apportez rien à la souffrance de notre peuple dont vous-mêmes connaissez les origines . Vous n’avez pas pitié de notre peuple ce qui vous intéresse c’est comment accéder au pouvoir ? Ne vous en faites pas il sera libre en 2020 ou en 2021, mais ce sera au peuple de décider.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 08:26, par TANGA En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Vous dites : ’’Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP’’ ?
    Si vous êtes de vrais Burkinabè aimant le pays, vous auriez dû vous taire par ce que vous n’avez rien à dire.
    On nous parle de démocratie, oui nous y somme et on travaille à l’augmenter. Nous apprenons la démocratie chez des gens qui eux même en temps de crise comme dans nos pays se mettent ensemble pour trouver les solutions. Vous ici c’est le contraire. réfléchissez un peu !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 08:58, par Aemed En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Quand donc comprendra notre pays que les premiers renforts du terrorisme et du banditisme c’est ceux là mêmes qui passent leur journée à craçher dans la face du monde, la faiblaisse de notre gouvernement et avec lui celle de nos FDS faisant allusion à son équipement et autres.
    Le terrorisme accompagné du banditisme, ne fait que tirer profit de notre division. C’est Très grave quand dans un pays, les politiciens n’ont une autre arme électorale que le terrorisme avec ses victimes. Déplorons nous vraiment la perte de toutes ces vies humaines comme nous aimons la magnifier lors des interviews et de débats politiques ? Des débats et assemblées à n’en plus compter car tous les jours il faut qu’un de ces messieurs exposent son point de vue à l’encontre du gouvernement ou de la mauvaise équipation de nos FDS.
    Trop, c’est trop, il est bon d’arrêter tout cela, ne pas continuer de verser de l’huile sur le feu et se présenter ensuite en POMPIER PYROMANE.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 11:00, par Balbi En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Pourquoi recruter en nombre très limité pour la police ( concours de la police dont l’admissibilité vient d’être publiée avec une longue liste d’attente) et vouloir recruter des volontaires qui vont être par la suite difficilement contrôlables ?

    Ne serait-il pas mieux de prendre le maximum ? Juste pour mieux comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 12:04, par KLADJOU En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    A la lecture cet article , en même temps que je reconnais que l’opposition est dans son rôle de critiquer les actions du gouvernement et du parti au pouvoir en même temps je constate que le contenu de leurs critiques est vide dans le sens de creux. On se contente de dire que le MPP est responsable parce qu’il gère le pouvoir d’Etat, blablabla blablabla sans nous dire concrètement en quoi ? Aller-vous changer l’armée si vous prenez le pouvoir ou c’est avec les mêmes que vous aller continuer de travailler sachant que le statut actuel de notre armée est l’héritage qu’à laissé à la postérité Mr Compoaré du CDP ?
    Et là où c’est ridicule, c’est qu’au lendemain de la victoire du MPP, je constate que certains partis comme le CDP assis pourtant dans ce forum avaient clairement dit qu’ils rendront le pays ingouvernable par le MPP et viennent aujourd’hui se délecter du malheur du pays pour dire qu’ils compatissent parce qu’il s’agit du MPP afin d’en tirer des dividendes politiques ! Et ils vous souviendra que quelques temps après l’installation du nouveau président, comme par miracle, le pays subissait sa première attaque d’envergure (Café Cappuccino et Hôtel Splendide) et nous n’avons plus eu de paix jusqu’à maintenant. Sous d’autres cieux certains responsables bien connus de ce parti seraient depuis sous les verrous pour complicité d’attentat et de terrorisme. Et puis entre nous, le CDP, l’ADF/RDA ne peuvent pas se soustraire aujourd’hui de la crise que ce pays vit, pour avoir accompagner Compaoré dans sa stratégie d’affaiblissement de notre armée 27 ans durant et vouloir par coup de baguette magique avoir une armée professionnelle parce que vous n’êtes plus au pouvoir. Malheureusement la malhonnêteté intellectuelle est dévenue une vertue dans ce pays !
    Et sur la chose sécuritaire, il faut se dire la vérité aucune armée conventionnelle n’est préparée à y faire face. Même des pays comme l’Algérie qu’on peut considérer comme ayant les meilleures unités anti-terroristes au monde a payé très cher (plus de 200 000 morts) à partir des années 1990 la furies des barbus et son armée en particulier après la suspension des élections que le FIS de Ali Belhadj avait gagné. Il a fallu plus de 10 ans pour se forger, développer une stratégie de combat asymétrique et de renseignement robuste pour venir à bout de ces délinquants dont les résidus ont dû fuir vers la frontière pour se retrouver au Sahel et en Mauritanie. J’ai eu la chance à l’époque de me trouve en stage en campagne et des zones entières avait été abandonnées par l’armée pour mieux se repositionner, se réorganiser avec la nomination de nouveaux chefs militaires et d’un nouveau chef d’Etat major bien connu en Algérie (Général Lamary). Je vous épargne des exécutions de djihadistes et complices présumés que l’armée a perpétrée dans ces zones lors de leur reconquête hors !
    Donc Messieurs de ’l’opposition, il s’agit de la survie de notre pays et des déclarations vagues pour dire que c’est la faute de x, y ou z ne nous intéressent pas. Vous avez tous participer à l’effondrement moral du pays et de son armée au profit de la défense du président (RSP) au lieu de la défense nationale, les caciques du MPP y compris. Nous voulons des solutions en stratégie de sécurité. Allez voir le pouvoir donnez lui vos idées lumineuses, c’est la seule chose qui vaille. On vous le revaudra et peut être vous donnera le pouvoir pour aller de l’avant. Toute autre chose n’est que diversion et deal politique qui ne m’intéresse pas en ces moments douloureux ou on doit se serrer les coudes pour faire face à l’hydre terroriste

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 13:28, par Z N En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Ce n’est pas le moment d’accuser un parti ou qui que ce soit. La conscience voudrait plutôt que chacun se fasse responsable de ce qui se passe au
    pays actuellement et sème dans son esprit la solidarité pour que vienne enfin la paix au Faso. laissons de côté l’affaire de parti politique pour ne pas faite tomber le pays dans le fossé. Ce n’est ni le président Rock ni le MPP qui fait le BF. Je ne m’attendais pas à ces genres de propos de la part d’un tel parti. Fille du BF comme tout bbe, je pris le TOUT PUISSANT DIEU d’ accorder à mon pays plus que jamais la PAIX ,la PAIX ,la PAIX....DIEU BENISSE LE BF.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 14:12, par Camarade Dipama En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    En tout cas, tout citoyen honnête doit reconnaître que c’est depuis l’arrivée au pouvoir du MPP que notre pays vit cette insécurité. Pire, rien n’est fait de leur part pour anticiper ces attaques récurrentes. Le MPP passe son temps à accuser à tort et à travers sans pouvoir nous dire exactement qui sont ces forces du mal tapies dans l’ombre. Nos FDS sont chaque fois en position de défensive. Du coup, nous vivons dans la peur et dans l’inquiétude. Heureusement que 2020 n’est plus loin !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 17:12, par Jeune Patriote En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Internaute @ZN il faut arrêter cette hypocrisie du genre à situer la responsabilité au niveau de tous les burkinabé. Chacun est responsable à un certain degré. Nous les citoyens consentons les impôts et les taxes qui sont reversés au budget de la défense. Si nous voyons des terroristes, nous les dénonçons. Et c’est une large contribution. Maintenant, si on critique le régime du Mpp c’est parce qu’il gère l’appareil d’Etat. Donc ils sont les premiers responsables de cette insécurité. C’est comme quand une équipe de football perd un match, c’est l’entraîneur qui répond aux conférences de presse et non les joueurs.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre à 18:30, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    C’est à eux que les Burkinabè ont confié, en toute liberté, la gestion du pays. C’est le MPP et ses alliés politiques qui gèrent le pays et personne d’autre. Partant de ce fait, ce sont eux les responsables de la situation du pays. Si le pays se portait bien, ils allaient à bon droit s’enorgueillir, s’en prévaloir pour solliciter les nouveaux suffrages et jamais ils n’associeraient quelqu’un d’autre à leur succès. Le peuple les féliciterait, et ce serait normal.
    Voilà qui est bien dit. Mais pourquoi cette hypocrisie qui consiste à dire que ceux qui sont au pouvoir ne consulte pas l’opposition pour des grandes décisions du pays ? que Rock n’écoute pas ? Si Rock écoutait vos bons conseils il parviendra à de bons résultats et s’il y a de bons résultats le pouvoir va utiliser cela pour solliciter "les suffrages". En d’autres termes les échecs du pouvoir en place, même si cela est dommageable pour la nation arrange plutôt l’opposition qui pourrait s’en servir pour solliciter des suffrages. Ceux qui ont quelque chose dans la tête savent que tous ces politiciens se battent pour des honneurs personnels que pour le bonheur de la nation. Je me demande s’ils prennent le temps d’analyser le contenu de leurs discours souvent.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 21:45, par Wattimbo le burkindi En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Humm ca fait pitié de voir ceux qui prétendre gouverne le pays parler de cette façon ,donc c’est le mpp qui a amené le terrorisme au mali et au niger ,vraiment vous étés pauvres d’esprit ,vos comportement prouvent que vous loin de la carrure d’un président car ce n’est pas en vous salire coûte coûte le président actuel comme va vous vote au contraire ,vous les donné plus de chance ,vous savez n’est pas président qui veux mais si Dieu le veux,

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 11:43, par Pensons-y En réponse à : Insécurité au Burkina : « C’est le MPP et ses alliés qui sont les premiers et principaux responsables de cette débâcle historique de notre pays », accuse le CFOP

    Les causes du terrorisme au Burkina peuvent être classées en trois catégories : Premièrement : les causes lointaines ; Deuxièmement : les causes indirectes ; Troisièmement les causes directes. Ceux qui nous attaques sont de trois ordres : De l’extérieur ; De l’intérieur ; Des bandits. Les derniers s’inspirent des actes des deux premiers pour installés la psychose crée par les deux premiers pour opérer tranquillement. Les populations effrayés s’enfuit au moindre coup de pétard ou à la moindre fausse alerte, laissant les bandits pillés et emportés les récoltes et le bétail. Les attaques venant de l’intérieur sont l’oeuvre de nos frères burkinabè frustrés d’avoir perdu certains privilèges suite à la chute du régime passé. Leurs actes sont orchestrés par certains gros bonnêts qui brassent des milliards tout en se la coulant douce hors du pays (suivez mon regard). Leur logique est d’handicapé la gouvernance du pays. Ce sont des revanchards. De l’extérieur, nous sommes attaqués pour notre insurrection. Pour ne pas encourager les autres peuples à faire pareil. Aussi nos ressources minières sont guettées par des prédateurs qui nous imposent le terrorisme pour justifier leur présence millitaire afin de protéger leurs intérêts. Ainsi il protège leur arrière en orientant les terroristes vers notre pays et comme cela AREVAS travaille tranquillement au Niger. Aussi ils profitent de nos moyens financiers pour lutter contre les vrais terroristes qui les assaillent. Venons en aux causes et aux responsabilités : Pour ce qui est des causes dites lointaines il faut noter que le Burkina s’est impliqué dans plusieurs conflits dans la sous région (Libéria ; Sierra Léone ; Guinée Bissau et récemment la Côte d’Ivoire) ; Aussi, les terroristes et les rebelles passaient le plus claire de leurs temps à ouaga 2000 au su et au vu de nos dirigeants de l’époque. C’est donc la responsabilité du Président du Faso de l’époque et de ses collaborateurs qui se sont répartis dans certains parties politiques qui sont le CDP, le MPP, l’ADF RDA, l’ UPC....pour ne citer que ces maillons forts. En son temps ils n’ont pas conseillé le Président du Faso de ne pas accepter cette comprommission. Norbert ZONGO ne nous enseignait-il pas que toute compromission se payait ? N’a t-il pas ajouté que le (...) le pire c’est le silence des hommes bien ? Ils se sont tus en son temps. C’est ce silence coupable qui les accable aujourd’hui. Apropos des causes indirectes, il faut noté la mutinerie de 2011 avec la radiation des 600 FDS qui a fait que le régime avait retiré tout l’armement des mains de nos FDS au profit d’une milice de protection présidentielle. Ce sont ces armes qui se sont volatilisées suite à la dissolution du RSP et pendant la fuite de Kouassi Blaise. Notons que lorsque Blaise fuyait il était suivi d’une colonne de véhicules. Qui peut nous dire ce que contenait ces nombreux véhicules (suivez mon regard). Ceci nous amène à la cause directe qui est la conséquence de la modification de l’article 37 de la constitution afin de règner à vie. S’en est suivi l’insurrection et la transition puis le coup d’Etat de septembre 2016. Par manque de clairvoyance du CDP et de l’ADF RDA puis du gouvernemant de LUC A. TIAO d’un côté et de la révolte de l’UPC et du dissident du CDP de l’autre, nous somme parvenus à l’insurrection et la démission de BC. C’est là que tout devrait se jouer dans un pays démocratique. Le président de la république ayant fuit et dissoud l’assemblée nationale, la transition devrait établir l’ordre constitutionnel pour terminé le mandat du président déchu...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale : Le gouvernement autorisé à ratifier les conventions de financement par voie d’ordonnance
Situation nationale « Il faut que tous les Burkinabè redescendent sur terre (…) », Pascal Zaïda
Chef de file de l’opposition politique : Les résultats de l’audit organisationnel et fonctionnel passés à la loupe
Djibo : Un nouveau maire pour tresser le courage et la résilience
Gestion au ministère de la Défense : L’opposition insiste sur la nécessité de lever le secret-défense
Lutte contre l’insécurité : L’opposition politique salue l’action des Forces de défense et de sécurité
CDP : Le congrès extraordinaire du 22 septembre 2019 reconnu par le ministère de l’Administration territoriale
Drame de Hantoukoura : Le MPP invite le gouvernement à accélérer le processus de recrutement de volontaires
Burkina : Les jeunes veulent proposer un avant-projet de loi sur leur participation politique
Burkina : La NAFA condamne "les propos calomnieux et diffamatoires" de Clément Sawadogo à l’encontre de Djibrill Bassolé
Burkina : « Prochainement, le MPP tiendra les extraterrestres pour responsables de son inqualifiable échec », Pr Mamoudou Dicko président de la NAFA
Burkina : Le CDP convoque un congrès extraordinaire pour rapporter les sanctions disciplinaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés