Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Recherche scientifique : Le ministre Alkassoum Maïga dans les champs de l’INERA

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Recherches et innovations • LEFASO.NET • mercredi 14 août 2019 à 13h25min
Recherche scientifique : Le ministre Alkassoum Maïga dans les champs de l’INERA

Ce mardi 13 août 2019, Pr Alkassoum Maïga, ministre en charge de la Recherche scientifique, est allé s’imprégner des réalités de fonctionnement de la station de Kamboinssin de l’Institut de recherche environnementale et agricole (INERA). Objectif, encourager les chercheurs et constater les difficultés rencontrées par cette structure de recherche.

La visite de Pr Alkassoum Maïga, ministre en charge de la Recherche scientifique, à la station de Kamboinssin de l’Institut de recherche environnementale et agricole (INERA) a duré plus de trois heures d’horloge. Après les brèves salutations d’usage à ses anciens collaborateurs à l’institut (puisqu’il y a travaillé durant sept années en tant que contractuel), le ministre a entamé une visite guidée dans les laboratoires et les champs d’expérimentation agricole.

Du laboratoire de phytopathologie à celui de nutrition et de biologie animale, en passant par celui d’entomologie, de génétique et de sol-eau et plantes, il a pu constater le mode de fonctionnement et recueillir les préoccupations des responsables de ces départements. Certains responsables de laboratoire ont fait ressortir un manque de financements, d’équipement ; une insuffisance de techniciens et d’ingénieurs.

Des variétés de semences présentées

Après les laboratoires, Pr Alkassoum Maïga était dans les champs de niébé, de riz, de sorgho et de production fourragère de l’INERA. Au vu des productions de ce centre de recherche, le ministre a estimé que le pays ne doit plus mendier. Pour cela, on doit faire en sorte que les choses s’améliorent davantage pour que la recherche puisse donner le plein de potentiels au service du développement, a-t-il suggéré. « Il n’y a pas 36 000 solutions. Le développement passera par la recherche scientifique et l’enseignement supérieur (…). La satisfaction morale pour nous chercheurs, c’est d’être les garants de la transformation de notre économie. Encore faut-il qu’on vous donne les moyens d’être pleinement la solution », a-t-il souligné.

L’insecte ravageur du sorgho présenté au microscope

La recherche scientifique peut être une question de souveraineté

Cette visite aura permis au Pr Maïga de s’enquérir des réalités des centres de recherche du pays. Et si le constat dans certains laboratoires laisse entrevoir une centralisation des opérations dans la capitale, le ministre en charge de la Recherche scientifique a rappelé la nécessité d’avoir des relais dans les autres régions. D’autant que certaines recherches agricoles sont spécifiques à des espaces géographiques.

Pr Alkassoum Maiga dans le laboratoire de phytopatologie

A cet effet, il a insisté sur l’importance de la recherche pour des questions de souveraineté. « Les instruments que nous avons, tels que le FONRID, doivent être intensifiés pour que les chercheurs puissent se sentir dans leurs domaines. Si vous comptez sur l’argent d’autrui, vous serez toujours en avance dans les idées mais à l’arrivée, vous serez toujours derniers parce qu’ils vont récupérer les raccourcis et vous devancer », a déclaré le ministre.

Visite dans le laboratoire entomologie

Des échanges directs entre les chercheurs et le ministre ont mis fin à cette visite.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Soutenance de thèse : Hyacinthe Kanté décrypte les aspects biochimiques, biotechnologiques et nutritionnels de la mangue
SOS Villages d’Enfants au Burkina Faso : placer la famille au cœur de la protection de l’enfant
Université Joseph KI-ZERBO : Soutenance de quatre thèses de doctorat unique en Biologie Moléculaire et en Génétique Moléculaire à LABIOGENE
Université de Bordeaux : Daouda Ouédraogo soutient avec succès sa thèse de doctorat
Soutenance de thèse : Minata Béatrice Tapsoba Ouédraogo se penche sur la problématique de la professionnalisation de la fonction de chef d’établissement
Recherches : Les ressources en eau souterraine du continent Africain pourraient être résilientes aux changements climatiques
Recherche scientifique : Le ministre Alkassoum Maïga dans les champs de l’INERA
Institut 2iE : Le Cercle des DRH s’informe sur le « Master international assainissement non-collectif »
Communication dans la promotion des bonnes pratiques culturales et agronomique du maïs au Burkina Faso : cas des producteurs de la province du Boulkiemdé
Education au Burkina : L’avenir se trouve dans l’enseignement bilingue, selon des chercheurs
Université Joseph Ki-Zerbo : Des chercheurs s’intéressent aux politiques agricoles en faveur des femmes
Financement de la recherche : Le FONRID octroie 182 millions de F CFA à trois universités et des instituts de recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés