LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Soutenance de thèse en médecine : Grâce Dianda analyse l’infarctus cérébral chez la femme

Publié le mercredi 27 mars 2024 à 20h00min

PARTAGER :                          
Soutenance de thèse en médecine : Grâce Dianda analyse l’infarctus cérébral chez la femme

« L’infarctus cérébral chez la femme à propos d’une étude multicentrique réalisé dans les CHU (Yalgado Ouédraogo et Tengandogo) de Ouagadougou du 1er septembre 2021 au 31 août 2023 ; profils clinique, paraclinique et évolutif des patientes ; facteurs associés à la mortalité intra hospitalière ». C’est sous ce thème que Grâce Dianda a soutenu sa thèse de doctorat en médecine ce mercredi 27 mars 2024 à l’université Joseph Ki-Zerbo. Une thèse rédigée sous la direction de Pr Labodi Lompo et co-dirigée par Dr Raphaël Marie-Patrick Kaboré.

Les AVC, ou infarctus cérébraux, constituent le principal motif d’hospitalisation dans les services de neurologie et d’urgences médicales dans les hôpitaux. Il s’agit d’un véritable problème de santé publique qui touche plus les hommes que les femmes. Mais pour sa thèse, Grâce Dianda a choisi de mener ses recherches sur l’infarctus cérébral chez la femme, parce que dit-elle, on constate que de plus en plus de femmes sont touchées par cette pathologie. Cela est dû, selon l’impétrante, aux facteurs de risques tels que la grossesse, la contraception orale qui augmente le risque de thrombose veineuse, la ménopause et le post-partum.

Dre Grâce Dianda prêtant serment à l’issue de la délibération

Ces facteurs de risque, il faut le rappeler, s’ajoutent aux autres facteurs communs aux deux sexes.
Trois ans durant, elle a mené l’étude au sein des CHU Yalgado Ouédraogo et Tengandogo. Selon les résultats de ses recherches, il y a des similitudes entre l’infarctus cérébral chez l’homme et celui de la femme. L’étude ressort également que la tranche d’âge 60 à 70 ans est la plus concernée par l’infarctus cérébral chez la femme.

Au regard du nombre important de patients admis en neurologie pour infarctus cérébral, l’impétrante a formulé des recommandations. Elle suggère ainsi de mettre en place des unités neurovasculaires dans les hôpitaux et de rendre disponibles les intrants pour les soins. Elle suggère également de créer plus de centres de rééducation fonctionnelle.

Parents, amis et connaissances ont fait le déplacement pour assister à la soutenance

Aux populations, elle conseille de surveiller leur tension artérielle et de consulter au plus tôt quand on a des signes comme la perte de fonctions. Elle recommande également de faire régulièrement une activité physique.

Après la présentation de l’impétrante, ainsi que les questions et observations, le jury présidé par Pr Christian Napon, neurologue, enseignant-chercheur à l’université Joseph Ki-Zerbo, s’est retiré pour délibérer. A l’issue de la délibération, le jury a annoncé que Grâce Dianda est admise au grade de docteure avec la mention très honorable et les félicitations du jury. Dans la foulée, elle a prêté le serment d’Hippocrate et est désormais apte à servir en tant que médecin.

Selon Pr Christian Napon, la thèse de la désormais Dre Grâce Dianda est un travail de belle facture et traite d’un sujet d’actualité. « Les AVC, c’est un sujet d’actualité qui nous préoccupe jour après jour et c’est le premier motif d’hospitalisation dans nos services. C’est vraiment bien de l’aborder sous l’angle de la femme. Elle a fait un travail de qualité, elle a eu la mention très honorable avec félicitations du jury. C’est pour dire à quel point le travail nous a vraiment intéressé et était très appréciable », a indiqué Pr Napon.

M. Joël Dianda, ému que sa fille soit désormais docteure en médecine

Absent à Ouagadougou, le père de l’impétrante, Joël Dianda et certains proches ont pu suivre la soutenance par retransmission en direct organisée à leur intention par votre journal Lefaso.net. Pour M. Dianda, la joie de voir sa fille devenir docteure est immense. Tout en la félicitant, il formule le vœu que Dieu facilite tout ce qu’elle entreprendra.
A peine la soutenance terminée que Dre Grâce Dianda a déjà les regards tournés vers l’avenir. En effet, elle affirme vouloir se spécialiser en dermatologie, plus particulièrement en allergologie.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique