Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Médias et lutte contre le terrorisme : Faut-il interviewer un terroriste ?

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 25 juin 2019 à 10h50min
Médias et lutte contre le terrorisme : Faut-il interviewer un terroriste ?

Au cours du forum du Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’ouest (GEPPAO) sur la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) tenu les 20 et 21 juin à Ouagadougou, le rôle des médias a été longuement débattu. Faut-il interviewer un terroriste ? Retour sur une épineuse question.

« Le rôle des médias dans la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest : entre contraintes sécuritaires et devoirs professionnels ». C’est sous ce thème que le Groupement des éditeurs de presse publique de l’Afrique de l’ouest (GEPPAO) a organisé son forum, les 20 et 21 juin derniers.

Cinq panels ont été animés autour de ce thème principal. Parmi ceux-ci, les participants ont échangé sur « Quelles stratégies communes de lutte contre le terrorisme et la criminalité ? ».

Même si les attaques terroristes sont répétitives dans beaucoup de pays du Sahel, parler du terrorisme ne doit pas être quelque chose de banal, avertit Alexis Kalambry, spécialiste malien de terrorisme et gouvernance. Mais dans son devoir d’informer, le journaliste doit-il interviewer un terroriste ? Cette interrogation a refait surface au cours des échanges après que le sujet a été survolé par le conférencier qui n’a pas donné un avis précis lors de la communication.

Selon Alexis Kalambry, interviewer un terroriste, c’est une question de ligne éditoriale. Personnellement, il a vécu l’expérience. « Souvent, j’ai été sollicité ou contacté. Soit je n’ai pas fait [l’interview], soit je ne l’ai pas diffusée, parce que je suis dans un pays où le terrorisme a fait énormément de dégâts, là où l’État est extrêmement fragile », a-t-il confié.

« Si un terroriste m’appelle… »

Visiblement, le cas d’Alexis Kalambry est à relativiser. En effet, il a poursuivi en insistant sur le contexte particulier de chaque pays. « Vraiment, je crois que chacun doit prendre en compte les éléments de son environnement. Peut-être que si c’était dans un journal sénégalais, je l’aurais fait », a-t-il précisé.

Quelle attitude à tenir lorsque le journaliste fait face à une menace terroriste ? La question de M. Tamboura, participant à ce panel, a connu une réponse aussi simple que pragmatique de la part du conférencier. « Si un terroriste m’appelle pour me dire qu’il va attaquer dans un tel endroit, pour moi, ce n’est pas un scoop. Je vais informer les autorités au lieu de me mettre à écrire un article », a-t-il martelé.
À en croire Alexis Kalambry, les médias ont un devoir professionnel face au terrorisme. « Il y a toujours un moyen de donner l’information sans tomber dans le piège des terroristes ou faire leur apologie », a-t-il affirmé.

Il faut noter que juste quelques heures après ce panel, à l’hémicycle, les députés burkinabè ont examiné et adopté le nouveau code pénal, qualifié de « liberticide » par les organisations professionnelles des médias et les défenseurs des droits de l’homme. 103 députés sur 114 votants ont adopté la loi. Cette loi, selon ses défenseurs, entend « renforcer la lutte contre le grand banditisme, renforcer les moyens d’action des forces de défense et de sécurité, en les protégeant contre certaines publications qui peuvent être de nature à démoraliser ou saper l’efficacité de leurs interventions ou leurs opérations. »

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Economie numérique : Bientôt une cinquantaine d’entreprises pour booster l’écosystème d’innovation du Burkina
Astuce TIC : Pourquoi il faut se méfier de FaceApp
Communiqué de presse sur la déclaration d’existence des entreprises de publicité
Visite de l’ambassadeur de France à Lefaso.net : « Il a eu l’idée de sortir du cadre institutionnel diplomatique normal… », Dr Cyriaque Paré
Hackathon Sira Labs Bobo : L’équipe Dream remporte le 1er prix avec son idée de projet Green Data
L’ARCEP lance une enquête nationale de satisfaction des clients par rapport aux services de communications électroniques et postaux
4e édition de la Semaine d’information et d’orientation (SIO) : L’ISCOM, l’école supérieure qui forme des professionnels du numérique, était au rendez-vous
Diocèse de Ouahigouya : La CIL outille des membres du clergé sur les données personnelles
Régulation des médias audiovisuels : Le CSC signe une convention avec la Haute autorité de la communication audiovisuelle du Maroc pour l’acquisition d’un système de monitoring
Modification de la loi sur le code pénal : Les associations professionnelles des médias suspendent leur campagne de sensibilisation
Fibre optique dans les Hauts-Bassins et les Cascades : La ministre Hadja Ouattara s’assure du bon déroulement des travaux
Astuce TIC : Pourquoi il ne faut pas publier des photos de votre enfant sur le net
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés