Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures .Je ne suis pas d’accord .Les blessures demeurent intactes .Mais avec le temps , notre esprit ,afin de mieux se protéger ,recouvre ses blessures de bandages et la douleur diminue , mais elle ne disparait jamais.» Rose Kennedy

Employabilité des jeunes : Le patronat burkinabè chez le Premier ministre

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • mardi 16 avril 2019 à 16h44min
Employabilité des jeunes : Le patronat burkinabè chez le Premier ministre

Conduite par son président, Apollinaire Compaoré, une délégation du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB), a été reçue en audience ce mardi 16 avril 2019, par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. Le programme de formation professionnelle au profit de 8000 jeunes et la crise du ministère des finances, étaient au menu des échanges.

Ce déplacement du Conseil national du patronat burkinabè, selon son porte-parole, Seydou Diakité, est avant tout une visite de courtoisie. Installé le 14 décembre 2018, le nouveau bureau du patronat est allé féliciter Christophe Joseph Marie Dabiré pour ses nouvelles responsabilités et, surtout, évoquer ses grands chantiers.

Ainsi, avec l’appui de la Coopération suisse, le secteur privé, porté par le Conseil national du patronat burkinabè, a initié un vaste programme de formation professionnelle au profit de 8000 jeunes Burkinabè dans 21 filières de formation professionnelle. Evalué à 3 milliards 727 millions de FCFA, ce programme, d’une durée de quatre ans (2018-2022), sera exécuté dans six régions du pays que sont la région du Centre, le Centre- Ouest, les Cascades, les Hauts-bassins, la Boucle du Mouhoun et le Centre –Sud.

Et ce sont près de 1000 formateurs endogènes (500 femmes, 500 hommes) qui seront déployés dans le cadre de cette formation répartie en deux catégories que sont l’agro-sylvo- pastorale et les métiers émergents (l’agro-alimentaire, le BTP, les services des mines et l’énergie solaire).

Il faut que le gouvernement et le syndicat se parlent

Cette rencontre a servi de cadre au CNPB pour évoquer les difficultés rencontrées dans la marche des affaires suite au mouvement d’humeur des agents du ministère de l’Economie, des finances et du développement. « Le mouvement d’humeur n’est pas favorable aux activités des entreprises. Nous sommes tous adossés au ministère des finances, soit pour le payement de nos factures, des impôts ou l’obtention de documents (…) », a noté le porte-parole du CNPB, Seydou Diakité, espérant qu’une solution sera trouvée à cette longue crise. Puis de poursuivre : « Le Premier ministre nous a rassurés que le dialogue n’est pas fermé entre le syndicat et le gouvernement. (…) Nous osons espérer que les uns et les autres comprendront que leurs préoccupations trouveront solution autour d’une table. Ce n’est pas en s’opposant ainsi qu’on va arriver à nos objectifs. Il faut que le gouvernement et le syndicat se parlent ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Protection sociale : Le Conseil national tient sa 7e session
Dialogue politique au Burkina : L’opposition félicite l’attitude de la majorité
Commune de La-Toedin : La cohésion sociale et l’excellence, une quête du conseil municipal
Stabilité nationale : « C’est ensemble que nous allons arriver à bon port », exalte Simon Compaoré
Dialogue politique national : Le Code électoral sera "révisé à minima" avant les élections de 2020
Etat de santé du Général Djibrill Bassolé : L’opposition requiert la diligence des plus hautes autorités
Politique : Le MPP /Gourcy se dit prêt pour 2020
Groupe parlementaire CDP : « L’Assemblée nationale a de sérieuses difficultés ».
Burkina Faso : « Dr Salifou Diallo, Le Prophète redoutable », le devoir de mémoire du journaliste Dieudonné Soubéaga
Mort de 11 personnes en garde à vue : Le CFOP exige des « sanctions exemplaires »
Burkina : Le gouvernement annonce une enquête administrative après le décès de 11 personnes placées en garde à vue
Affaire 11 décédés en garde à vue : L’UPC exige lumière et justice
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés